Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 20:03
Photographier l'ensemble du village de Poggiolo est une opération délicate car, si le viseur arrive à voir toutes les habitations, il n'englobe pas forcément l'église qui est tout en haut. L'église Saint SiméonPoggiolo domine les maisons alors que la chapelle de Saint Roch est difficile à distinguer.

L'histoire de ce bâtiment a été décrite dans un article de Xavier PAOLI publié dans le numéro 1 de "L'info... U Pighjolu" (février 2007) et que nous reproduisons ici.

"L'église St Siméon telle qu'elle apparaît à nos yeux n'est pas très ancienne. Elle date d'à peine plus d'un siècle.
Par contre l'édifice qui l'a précédée et qui, selon toutes probabilités, se trouvait à cet endroit même, était d'un âge beaucoup plus vénérable.
En 1587, Monseigneur MASCARDI, évêque du Nebbiu, lors d'une visite apostolique, indique qu'elle fait office d'église pièvane pour la piève de Sorru ln sù ...
On y administre le Sacrement du Baptême pour tous les habitants des villages environnants. C'est un monument de dimension à l'aspect bien modeste: il n'y a pas de fenêtre, le sol est en terre battue, le toit en bardeaux ne protège que partiellement de la pluie, il n'y a pas de clocher, les deux cloches sont suspendues à un arbre.
Cependant l'évêque la juge convenable, et ajoute : "Qu'aux jours solennels on célèbre dans cette église, à la satisfaction de tous les habitants de la piève".
Comme partout ailleurs, elle sert aussi de sépulture, d'abord à même le sol, et un siècle plus tard lorsqu'on aménagera
un pavement de pierres, on laissera trois ouvertures avec dalles pour les trois "arce".(cf l'article consacré à l'arca: ICI)
(...)
St Roch +village Il semble que l'Eglise St Siméon, pour diverses raisons, ait été abandonnée durant plus d'un siècle et que la chapelle St Roch située au centre du village, ait pris le relais.

En 1863, le conseil de fabrique de l'époque décida la reconstruction ou plutôt l'édification d'un nouvel édifice.
Le premier argent fut apporté le 4 octobre 1863 par la vente de la "casa chjegale" (presbytère).
Muni de ce premier viatique, la communauté villageoise entama alors un véritable marathon d'opiniâtreté et de volonté qui dura pratiquement 50 ans.
Chaque famille donna soit de l'argent, mais il y en avait peu, soit une part de récoltes : tabac, huile, farine de châtaigne, bétail ...
Il y eu des moments de profond découragement, mais jamais il ne fut envisagé de baisser les bras.
Après bien des vicissitudes, on vint à bout de gros oeuvre le 04 octobre 1874, fête de notre Dame du Rosaire.
Le curé Pierre-Jean OTTAVY, desservant de la paroisse, spécialement délégué par Monseigneur l' évêque François-Xavier André de GAFFORY, bénit l'église reconstruite. Mais il reste encore beaucoup à faire et, dans une lettre émouvante datée du 07 juillet 1889, le Président du conseil de fabrique, en désespoir de cause, envoie une supplique au ministre des cultes où il dit : "Les habitants, épuisés par les sacrifices énormes qu'ils se sont imposés dans le but d'avoir une église, ne peuvent plus rien donner,clocher sommet.jpg malgré toute leur bonne volonté". Avec ou sans subvention, on décide pour la décoration de s'adresser au peintre Jean-Noël COPPOLANI de Marignana.
Celui-ci, l'argent manquant, fut le plus souvent rétribué en victuailles diverses: décalitre de pommes de terre, vin, tabac, huile, farine de châtaignes, cabri ...
Mais il mourut avant d'avoir terminé et fut remplacé par Jean-baptiste BASSOUL qui mit un point final à la décoration de l'édifice en 1903.
Puis vint la construction du clocher, la fonte des trois cloches.

Les statues furent, pour la plupart, offertes, selon l'usage, par les familles, qui voulaient ainsi honorer leur Saint Patron.

Aussi après tant d'efforts et de privations, nos ancêtres nous ont laissé ce legs sacré en témoignage de leur foi et de ce que peuvent les hommes lorsqu'ils joignent leur volonté dans un but commun.
Puissions-nous en tirer des leçons .."


N'oubliez pas: la fête de saint Siméon aura lieu le 28 février.
Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 23:55
Samedi 13 février, les responsables des associations des Deux-Sorru se sont réunis à la salle polyvalente de Poggiolo pour harmoniser leurs acivités. Le calendrier du printemps et de l'été a été établi et il est bien rempli.
D'ores et déjà, il faut se mettre à l'ouvrage pour faire un succès du carnaval qui aura lieu samedi 1er mai. Il sera organisé par la Maison Jeanne d'Arc ADMR de Guagno-les-Bains, avec l'appui de la mairie de Poggiolo. Le thème choisi cette année est le printemps.
La fête des associations sera reçue par  l'Association Aiutu di U Padre Albini à Vico fin septembre.
Angèli PINELLI, maire de Poggiolo, et François COLONNA, conseiller général, étaient présents. Ils peuvent être reconnus sur les photos ci-dessous qui montrent l'apéritif clôturant la réunion de travail.
réunion associations1réunion associations2réunion associations3
Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 16:36
contre les armes
Antoine CASANOVA, étudiant de 21 ans, a été tué d'un coup de feu, le 5 février, lors d'une bête rixe entre jeunes Ce premier décès sur le campus de l'Université de Corte a durement secoué la Corse. Près de 6000 personnes ont défilé, le 10 février, dans une marche blanche dans le centre de la cité paoline.
Ce sursaut collectif fait penser au mouvement des femmes du Manifeste pour la vie, créé en 1994, qui, dans un autre contexte, avait eu un grand écho (40.000 manifestants en février 1998 à ajaccio). Et les idées de désarmement cheminent de plus en plus.
Les déclarations se sont succédées ces jours derniers pour condamner la violence. Léo BATTESTI, président de la ligue corse d'échecs, mais aussi ancien responsable du FLNC, a déclaré: "Nous devons tous nous remettre en question. Arrêtons de croire que les armes font partie de notre culture".
 "Corse-Matin" a rapporté les paroles de Philippe Pesteil, anthropologue à l'université de Corse, pour qui cette jeunesse si souvent enfouraillée, n'a aucune filiation, même lointaine, avec le berger corse qui protège son troupeau, le rebelle qui prend les armes, ou le bandit qui fait respecter sa loi. "Nous avons affaire à un anachronisme qui est opératoire. Il induit des comportements en total décalage, transpose des pratiques qui n'ont plus le même sens qu'autrefois, à une époque où les butoirs symboliques faisaient en sorte que l'on n'utilise pas l'arme n'importe comment."
Le culte des armes pour les armes n'est pas une tradition corse. Comme l'a dit un philosophe politique: "la vraie tradition est critique".
De toute façon, qu'est-ce qui peut justifier de couper le fil d'une jeune vie et de plonger des familles dans un immense chagrin?
Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 22:52
Cette proposition d'achat peut paraître tout à fait saugrenue quand on connaît l'attachement de Philippe et Hélène à Poggiolo et le travail acharné qu'ils ont déployé pour rénover et agrandir leur maison. Cette maison, celle que l'on appelait "le petit four" à cause du four qui la côtoie, est l'avant-dernière du village sur la route allant vers Soccia.
Elle est donc facile à repérer, surtout avec ses portes et volets bleus.
Il n'y a pas de doute, c'est bien elle qui est en vente au prix de 100 dollars. Ou, plus exactement, ce prix est celui du tableau qu'un artiste américain a réalisé.

Sur son blog (http://lesliesblogger.blogspot.fr/), Leslie Hawes (de Tucson, Arizona) a publié son œuvre intitulée "Blue Door" depuis le 12 janvier (http://lesliesblogger.blogspot.fr/2010/01/blue-door-poggiolo.html). Elle précise bien que la maison est située à Poggiolo. Les couleurs et les contrastes l'ont séduites:

"Corsica's houses are awash with colorful doors and shutters. The subtle tones of rock and tile and olive trees are the perfect contrast."
Faites attention: pour tout envoi en dehors des Etats-Unis, il faut ajouter 15 $ pour frais d'expédition.

 

 

maison Dubreuil

La ressemblance avec la réalité n'est-elle pas frappante?

maison Dubreuil photo
A noter qu'il existe aussi des tableaux de Soccia, Casaglione et de quelques autres lieux corses.





Partager cet article
Repost0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 23:39

Poggiolo a de la chance car il est placé sous la protection deux saints qui ont chacun leur église ici:

St Siméon

saint Roch et saint Siméon.

 

Autant l'un est très connu et très honoré, autant l'autre est souvent ignoré. En dehors de Moita, il ne semble pas que d'autres villages corses vénèrent Siméon.

 

Cette année, la fête de saint Siméon aura lieu dimanche 28 février (et non le samedi comme indiqué dans le bulletin "Inseme"):

 

    - à 11 h: messe célébrée par le Père NYOKO
    - 12 h 30: apéritif offert par la municipalité à la salle polyvalente
    - 13 h: pulenda (avec figatelli et brocciu) du comité des fêtes de Poggiolo.
Réservations au 06-03 -56-71-91. Ne tardez pas!

Partager cet article
Repost0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 21:05
Nous l'avions oublié. Nous ne parlions plus de lui. Parfois, quelques notes et quelques mots de ses chansons nous revenaient aux lèvres mais nous avions du mal à tout retrouver et nous ne savions plus qu'elles étaient de lui. Et puis, ça nous semblait ringard. Pourtant, autrefois, nous ne passions pas un jour d'été sans reprendre ses refrains. Et puis, la nouvelle est tombée:

Rocchi1Charles ROCCHI est mort vendredi 5 février à l'hôpital de Corte.

Alors, pour tous ceux de la génération 68 (ceux qui eurent 20 ans autour de 1968), de nombreux souvenirs sont revenus à la surface.
 Vieux souvenirs, souvenirs surtout nocturnes, souvenirs de sopracena plus ou moins avinées aux Trois Chemins, souvenirs de ces sérénades qui rassemblaient parfois des centaines de personnes sous les fenêtres des jeunes mariés, souvenirs de promenades sur la route de Soccia où nous entonnions toutes sortes de chansons. Et, évidemment, souvenir des bals que Charles ROCCHI animait au moins une fois par an au bar tenu alors par Fosca et Félix, ces bals où nos parents venaient nous surveiller alors qu'ils nous laissaient tranquilles quand nous étions chez les DEMARTINI (voir l'article sur
"l'importance d'Antoine").
Pourtant, "Un songe avant l'aurore" et "Le quartier-Maître", nous les connaissions par cœur. Mais il y avait aussi les très nombreuses chansons en corse qui expliquent pourquoi François BUTEAU, ancien de Canta u Populu Corsu, a pu déclarer: "Nous avons perdu l'unRocchi2 des grands serviteurs des chants corses".

Jean-Paul POLETTI a tenu lui aussi à rendre hommage à ce grand artiste sur "Alta frequenza"
Inutile de donner plus de détails sur Charles ROCCHI car de bons articles sont parus dans "Le Figaro" et dans "Corse-Matin".
Pour écouter gratuitement les chansons de Charles ROCCHI, connectez-vous sur le site musicme.com
Pour les vidéos illustrant certaines de ses œuvres, cliquer ICI
Partager cet article
Repost0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 18:21
Malgré son nom bien continental, M. Pierre PUGET, principal du collège de Vico, tient à montrer que son établissement est bien enraciné dans la micro-région.
Il a ainsi eu l'excellente initiative de publier une carte de vœux de nouvel an avec comme illustrations des cartes postales anciennes de plusieurs des villages liés à ce collège.
Dans le sens des aiguilles d'une montre, autour de la photo du collège: Guagno-les-Bains, Vico, Cargese, Piana, Porto, Sagone, Evisa.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
     voeux P. PugetSite du collège: http://web.ac-corse.fr/clg_borrossi/ 
Partager cet article
Repost0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 22:11

Poggiolo n'existe pas... Voilà ce qu'a décidé le conseil général de Corse-du-Sud, du moins si l'on se réfère à l'article paru dans sa revue trimestrielle  "La voix du Sud, A voci Suttana".
Dans son dernier numéro, en page 3, la rubrique "Retour en arrière, Tempi fà" présente "Les thermes de Guagno-les-Bains" comme une station thermale "située à 8 km du village de Guagno et nichée à 480 m d'altitude".

 

article cons gen

 

Aucune allusion n'est faite sur son appartenance à la commune de Poggiolo.
Pourquoi ne citer que la distance par rapport à Guagno?  D'autres distances pourraient être notées: à 3 km de Poggiolo (le village), à 5 km de Soccia, à 7 km de Murzo, à 11 km de Vico...
 
prince-président
 
Guagno étant seul mentionné, le lecteur  non averti comprend immédiatement que Guagno-les-Bains est dans la commune guagnaise.
Sans vouloir le moins du monde froisser nos voisins guagnais, il est bon de rappeler que le territoire de Guagno-les-Bains est rattaché à Poggiolo depuis la délibération du Conseil Général de Corse du 17 septembre 1850, entérinée par le décret du Prince-Président Louis-Napoléon BONAPARTE en date du 19 septembre 1852 (cliquez sur le document pour pouvoir le lire).
La situation administrative n'a pas changé depuis 158 ans.
Depuis 158 ans, les poteaux indicateurs placés à l'entrée et à la sortie de l'agglomération mentionnent bien l'appartenance à la commune de Poggiolo.
 
entrée Bains
sortie Bains
 
Est-ce la similitude des noms qui a troublé le rédacteur de cette notule?
Avec la même logique, il faudrait rattacher Vico à la ville italienne de Vico Equense.

Trois autres remarques peuvent faire douter du sérieux de ce rédacteur:
1 - la rédaction est tellement ambigüe que l'on comprend que, si Guagno-les-Bains existe, ce n'est qu'un établissement thermal sans maisons ni habitants.
2 - L'altitude de 480 m ne correspond pas non plus à la réalité. Les cartes de l'IGN montrent que la chapelle St Antoine qui domine le village est à 481 m, que l'établissement thermal est à 450 m et que le pont qui enjambe la rivière est à 425 m.

 

altitude Bains

 

 
3 - Enfin, plus surprenant dans une publication du Conseil général, on apprend que la station thermale lui appartient depuis 1925 ! Or, le département fit construire le bâtiment entre 1821 et 1823. Ce n'est peut-être qu'une coquille à la place de la date de 1825 mais qui démontre encore la légèreté avec laquelle la rédaction a été faite.

Nous espérons que les responsables de cette publication rectifieront ces erreurs qui font très mauvais effet à quelques semaines des élections territoriales.
Nous ne doutons pas que Angèle PINELLI, le maire de Poggiolo, et François COLONNA, le conseiller général des Deux Sorrù, auront à cœur d'agir pour ces rectifications. 
Partager cet article
Repost0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 19:19
Février sera chargé. Voilà ce que les abonnés à "INSEME" ont dû penser en recevant leur mensuel favori.
Le numéro de février 2010 est très dense et annonce de nombreux événements.
Dans l'éditorial de première page, la coupure de courant du début janvier est le prétexte à une réflexion sur l'importance du contact humain.
02:p1.jpg
La deuxième page est réservée aux annonces de célébrations. N'oublions pas que la fête de saint Siméon a lieu en février.
Le billet spirituel de la troisième page rappelle les coutumes corses de la Chandeleur.
Fabienne DAULL, médecin et théologienne, répond aux questions de Pascale CHAUVEAU, à propos de sa conférence sur la bioéthique prévue le 6 février au couvent Saint François. (pages 4, 5 et 6)
En page 7, est présentée la formation catéchétique pour adultes qui se composera de trois dimanches de formation au couvent de Vico.
La rubrique "Infos-Echos" comprend des notes sur "La musique à l'école" dans le canton, "Le polar corse", "La vie associative" et le "rallye du pays ajaccien".
La page 11 est entièrement consacrée à la catastrophe de Haïti et à l'initiative de solidarité de A Cunfraternita di u Padre Albini.
La dernière page donne le calendrier des activités diverses prévues en février par diverses associations de Sorru in Sù.

La lecture de ces pages se fait sur le site de "INSEME" à l'adresse:
La rubrique "N'oubliez pas le calendrier" de notre blog (colonne de droite)
tient compte des informations recueillies dans ce bulletin.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 23:06
Pour terminer le mois de janvier, une soirée pulenda a été organisée à Soccia samedi 30, à l'initiative du comité des fêtes toujours entraîné par le dynamique Antoine CHITI. 120 personnes se sont rassemblées à la salle de la mairie dans une excellente ambiance.

Les jeunes ont joué des muscles pour tourner la farine de chataîgnes.

pulenda a soccia 020

pulenda a soccia 022
On n'a pas oublié de griller de nombreux figatelli.
pulenda a soccia 023
Toutes les générations se sont régalées.
pulenda a soccia 030


pulenda a soccia 032

(merci à Marie-Do pour ses photos et la célérité de son envoi)


 

 

Après Vico (le 23 janvier) et Soccia, la ronde des pulendas continuera dans un mois avec Poggiolo.  Nous espérons avoir de nombreuses images à montrer à cette occasion.

En attendant, il est possible de se remémorer la recette de la pulenda poggiolaise avec le film réalisé cet été par Hervé CALDERONI avec l'aide de Jean-Silius PAOLI.                
Cliquez sur l'image.

polenta Silius

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907