Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 22:43

Le prix des lecteurs de Corse, organisé chaque année par la Collectivité Territoriale de Corse passe à sa seconde phase.

Lors de la première, les lecteurs insulaires ont été appelés à voter dans les bibliothèques sur une liste de 25 ouvrages parus en 2009. Les amateurs de lecture de Sorrù in Sù y ont participé (voir les articles parus le 5 janvier et le 16 févrierprix des lecteurs).

Maintenant, dans chaque bibliothèque, les livres choisis (5 en langue corse et 10 en langue française) feront l'objet d'échanges de vue et de débats.

Pour y participer, joignez la bibliothèque de Poggiolo au 04-95-24-58-87.

Le 16 juin 2010 , les membres de tous les comités de lecteurs se réuniront à l'Hôtel de Région à Ajaccio pour élire les deux lauréats du Prix des Lecteurs de Corse 2009.
En septembre 2010, les prix seront remis par le Président de l'Assemblée de Corse et le Président du Conseil exécutif de Corse à l'issue d'une rencontre entre les lauréats et les membres des comités de lecteurs.

Un prix dont l'une des principales vertus est bien d'inciter à lire dans toutes les localités de l'île.


Utiliser internet est une excellente chose (surtout pour regarder le blog Poggiolo) mais il ne faut pas oublier le plaisir de toucher le papier et la joie d'une lecture tranquille.


LA SELECTION:


Scelta in lingua corsa

Ghj. De Zerbi, L'ultima pagina, Settembre 2009, Albiana / CCU (rumanzu)

A. Di Meglio, Vaghjimi spizzati,  Aprile 2009, Albiana (puesia)

N. Paganelli, Canta à i sarri, Ferraghju 2009, À fior'di carta (puesia)

R. Mambrini, A mo vita, Ghjennaghju 2009, À fior'di carta

Domino, Tupinetta, Stamperia Sammarcelli


Sélection en langue française

ADAM Olivier, Des vents contraires, L'Olivier

SHAFFER Mary-Ann, Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, Nil

CARRERE Emmanuel, D'autres vies que la mienne, POL

DE VIGAN Delphine, Les heures souterraines, Lattès

DEGHELT Frédérique, La grand-mère de Jade, Actes Sud

FOENKINOS David, La délicatesse, Gallimard

MAKINE Andreï, La vie d'un homme inconnu, Seuil

MAUVIGNIER Laurent, Des hommes, Minuit

OVALDE Véronique, Ce que je sais de Vera Candida, L'Olivier

WIAZEMSKY Anne, Mon enfant de Berlin, Gallimard

Partager cet article
Repost0
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 21:10
Les récentes élections territoriales ont manqué de ce qui faisait le sel des traditions politiques corses, à savoir les contestations des résultats. Il y en eut très souvent, y compris à Sorrù in Sù, voici plus de deux siècles.

Pendant la Révolution Française, les excès de la Convention avaient poussé Pascal PAOLI à demander l'aide anglaise. Il en résulta que la Corse fut associée au royaume d'Angleterre pendant près de deux ans. 
La Constitution du royaume anglo-corse fut adoptée par la Consulte du 19 juin 1794 qui réunissait les représentants de chaque communauté urbaine et villageoise (Anton Domenico LetteronDEFRANCHI pour Soccia, Francesco Antonio MASSIMI pour Orto et Gio: Antonio PINELLI  pour Poggiolo). Elle prévoyait un Parlement composé de deux députés par piève.    
Le Titre II de la Constitution précisait que, pour être électeur, il fallait avoir 25 ans, être domicilié depuis au moins un an dans la piève et être propriétaire. Pour être député, on devait également posséder au moins 6.000 livres de biens-fonds (biens immeubles) dans la piève.

L'abbé LETTERON ayant publié les "Procès-verbaux des séances du Parlement anglo-corse" (tous écrits en italien) en 1891, nous sommes bien renseignés sur ce qui s'y passa.
Ce Parlement se réunit le 7 février 1795 à Bastia et créa le 17 février un "comitato de verificazione de'poteri" pour régler les contentieux électoraux. Ce comité avait en son sein un représentant de chacune des neuf juridictions. Mais il fut immédiatement paralysé par la contestation de l'élection de Giovanni STEFANOPOLI, originaire de Cargese, pour la juridiction de Vico. Il fut remplacé par Durabile Maria COLONNA CECCALDI (de la piève de Sevidentro) le 27 février. La juridiction de Vico regroupait les pièves de Cruzini, Sorroingiù, Sevinfuori, Sevidentro et de Sorroinsù (orthographe de l'époque). 

armoiries anglo-corsesDès le 28 février, une des premières affaires examinées par le comité fut le recours intenté par Francesco Antonio MASSIMI (celui qui représentait Orto en juin 1794) contre l'élection de Francesco FRANCESCHETTI et de Filippo LECA pour représenter Sorroinsù. Le mémoire, présenté par le fils mineur (ayant donc moins de 25 ans) du contestataire, avançait que le vote ne s'était pas tenu au lieu habituel, que les habitants de Soccia n'avaient pas pu voter dans les règles car ils n'avaient pas été convoqués, que LECA n'avait pas la fortune nécessaire pour être élu et que Francesco FRANCESCHETTI n'avait pas eu la majorité des voix.

Les armoiries du royaume anglo-corse

Le recours fut facilement repoussé pour différentes raisons:
  - Tout d'abord, rien ne prouvait que MASSIMI père ait bien donné mandat à son fils pour le présenter.
  - Francesco Antonio MASSIMI ayant, lors de l'élection, donné sa voix à LECA, il ne pouvait ensuite prétendre que ce candidat n'était pas éligible.
  - Certains documents fournis se contredisaient et étaient démentis par le procès-verbal officiel de la municipalité poggiolaise et du Podestà.
  - "Enfin, les assemblées de la piève de Sorroinsù ont été toujours tenues à Poggiolo, comme lieu central, et en ont été produites les plus authentiques justifications."
La Chambre entérina sans problème la recommandation du Comité et notre piève put être ainsi représentée sans problème par Francesco FRANCESCHETTI et Filippo LECA tout le temps que dura le royaume anglo-corse.

Mais d'autres contestations furent plus violentes et même, un siècle plus tard, particulièrement sanglantes. Ce sera l'objet d'un prochain article.
Partager cet article
Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 19:32

Depuis treize mois que le blog des Poggiolais existe, 375 photos ont été publiées.

Certaines ont provoqué des réactions positives ou négatives. Mais il semble bien que l'une des plus appréciées, et peut-être même la plus appréciée, soit une de celles qui font partie du diaporama sur les opérations électorales du deuxième tour des élections territoriales, publié le 23 mars.

Nous l'extrayons aujourd'hui de cette animation afin que vous puissiez apprécier la concentration avec laquelle les hommes de Poggiolo suivent le dépouillement. Ils ont tenus à être présents ce jour-là. L'un d'eux est même venu de La Réunion pour l'occasion. Les hommes se sont bien rassemblés à l'extrémité de la table de vote pour montrer que l'affaire est importante.

Les femmes n'ont pas leur place ici. D'ailleurs, la photo suivante montre bien que les femmes sont rejetées de l'autre côté et que ce n'est pas leur affaire. C'est curieux: on se croirait repoussé un bon siècle en arrière.

 

hommes vote cadre    

 

 

femmes vote

Partager cet article
Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 18:54

"Pourquoi ne pas faire une vraie fête de printemps dans les Deux Sorru?". Voila ce que suggèrent Annie ABBAMONTE et Brigitte LOYS en rendant compte du concert de l'Ensemble Instrumental de Corse dans le numéro d'avril de "INSEME", publié par l'Association des Amis du Couvent de Vico.


En-tete-inseme-copie-1.jpg

Ce numéro est encore une fois très riche.


Un amusant éditorial prouve que que les anciens nés avant 1940, qui  ne connaissaient pas toute notre modernité, ont finalement été très résistants.


Toutes les célébrations religieuses d'avril sont présentées.


Le billet spirituel explique ce qu'est croire à la résurrection.


Les pages 4 et 5 donnent la sélection des livres pour le Prix des lecteurs de Corse 2010.


Samedi 8 mai, une importante journée de réflexion aura lieu au couvent de Vico sur le thème "Quel avenir pour la foi chrétienne dans le brassage actuel des cultures et des religions?" avec le journaliste et écrivain Michel COOL.


En page 7, Jean-Martin FRANCESCHETTI fait un rappel historique sur la création de "INSEME".


Ensuite, des nouvelles sont publiées sur diverses activités du canton (centre aéré, club des marcheuses, fête des grands-mères).


En page 9,
- le compte-rendu du récent concert de l'Ensemble Instrumental de Corse
- Connaissiez-vous le prénom Aldabella?

Avec la farine de châtaigne, on peut confectionner un excellent flan.

Un petit casse-tête activera vos neurones.

Enfin, la liste des nombreuses activités prévues pour avril dans le canton.


Tous ces articles sont accessibles sur le site http://inseme-bulletin.hautetfort.com/


Mais, pour recevoir le bulletin dès sa parution et participer aux frais d'impression et d'envoi, vous pouvez envoyer un chèque de 12 euros à l'Association des Amis du Couvent - 20160 VICO

Partager cet article
Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 12:31

 

Paul COLONNA, maire de Guagno et président des communes forestières de Corse-du-Sud, recevra la médaille de chevalier de l'ordre national du mérite au titre du Ministère de l'Agriculture. Le préfet de région la lui remettra dimanche 11 avril à 16 heures à la salle des délibérations de la maison communale de Guagno.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 19:00

 

Jean-Pierre Pernaut est parfois critiqué ou moqué pour montrer dans son journal de 13 heures sur TF1, une France rurale, tranquille et traditionnelle. Il n'en permet pas moins de faire connaître les particularités de chaque région. Ainsi, aujourd'hui, lundi 5 avril, il a présenté les cacavelli, les gâteaux corses de Pâques. Cliquez sur l'image pour voir ce reportage réalisé à Ajaccio.





 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 22:03

     La devinette posée voici quelques jours demandait quelle est, en dehors de Philippe FRANCESCHETTI (de Poggiolo), l'autre personne originaire de Sorrù in Sù (plus précisément de Guagno) à avoir été honorée par un nom de place à Marseille.
La réponse est:

 PHILIPPE CERATI.

 

     Philippe Antoine CERATI a son nom inscrit sur une belle plaque de couleurs, œuvre de l'artiste marseillais Bernard BRANDI, à l'entrée d'une petite place marseillaise.

 

Cerati plaque 
   
 
Philippe CERATI est né à Guagno le 5 janvier 1867. Pharmacien, il s'est très vite lancé dans l'action politique. Militant du Parti Socialiste S.F.I.O., il se présente aux élections de 1908 dans le quartier de la Belle-de-Mai. Il est élu conseiller municipal en 1914, puis en 1919 sur la liste de Siméon FLAISSIERES. Il en devient l'adjoint aux emplacements. Il est également administrateur du bureau de bienfaisance. Sa position lui permit de placer quelques compatriotes dans l'administration marseillaise. Par ailleurs, il est le fondateur des A.I.L. (amis de l'Instruction Laïque) du sixième canton.
 
     Son décès accidentel fut annoncé ainsi dans le journal de gauche "Le Petit Provençal" du dimanche 27 février 1921:
 

     "C'est à la villa Fontaine que M. Cerati possède à Maldormé (au bord de la mer, entre les Catalans et la Corniche) et où il était allé passer quelques jours, que le triste accident, dû à une crevaison d'un tuyau de gaz, s'est produit. L'adjoint au maire était trouvé hier matin, sur son lit, asphyxié par les émanations du gaz d'éclairage".

Cerati décès
    
 
L'émotion fut intense et se montre dans la relation que ce même quotidien fit le lendemain des  obsèques qui eurent lieu le 27.
 
     Le corbillard, dont le poële (le drap mortuaire) était tenu par six adjoints, était suivi par le fils et le frère du défunt (Antoine, lui-même conseiller général), puis le sénateur-maire FLAISSIÈRES et tout le conseil municipal, la plupart des membres du conseil général et les chefs des services de la mairie. Une "affluence considérable" était venue, d'après l'article.
 
    Le discours du maire fut une longue suite de compliments:

     "homme politique ardent, convaincu, plein de loyauté courageuse, plein de haute droiture", il "était une conscience, il ne connut jamais la peur, sa pensée resta libre sous le seul contrôle définitif de sa froide raison".

 


Cerati enterrement
 
   
  Ces obsèques avaient été annoncées comme "purement civiles". Cela correspondait bien aux idées du défunt. La tête du cortège, avant même le corbillard, était formée par les Amis de l'Instruction Laïque de la Blancarde, la Libre Pensée de Saint-Antoine et la Libre Pensée du groupe Anatole-de-la-Forge. Parmi les délégations présentes, il était signalé celle du groupe antireligieux Le Chêne.
 
     Ensuite, le cercueil fut "placé au dépositoire en attendant qu'on le transporte dans son pays natal", c'est-à-dire à Guagno.
 

     Trois ans plus tard, le 15 janvier 1924, à la demande du groupe socialiste, le conseil municipal décida de donner son nom à la place, au début du boulevard de la Blancarde, pour l'aménagement de laquelle Philippe CERATI s'était dévoué.

 

Cerati jardin b
    
 
Mais qui peut imaginer aujourd'hui, parmi les enfants (et leurs parents) qui s'amusent ici, que cet homme a existé et qu'il a eu une quelconque importance? Et qui, parmi eux, connaît Sorrù in Sù?
Partager cet article
Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 11:45

En guise de cadeaux pour Pâques, le toujours excellent site de Tatie Boulette offre ces belles photos de notre canton. Profitez-en aussi.


lacs

 

nénuphar

Partager cet article
Repost0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 17:16


BUONA PASQUA !

 

 

Un dicton pascal à méditer (ou à critiquer?):

Ne fichi, ne sermoni

Dopu Pasqua ùn so più boni,

E seppur serianu boni,

Megliu fichi che sermoni.

(Ni les figues, ni les sermons

Après Pâques ne sont bons,

Mais s'ils étaient bons,

Mieux vaudraient figues que sermons.)

 

  Cristu

 

image extraite de: http://www.curagiu.com/

Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 11:00

Pauline, l'épouse de Jean-Martin PINELLI (le président de l'Association Artistique et Culturelle de Sorrù in Sù), vient de perdre sa mère Toussainte COLONNA.

Les obsèques auront lieu samedi 3 avril à 16 heures à Guagno.

Toutes nos condoléances.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907