Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 18:07

Alors que  la saison 2015-2016 de la Ligue1 de football approche de son terme, le bilan de l’Olympique de Marseille s’annonce particulièrement décevant. Supporters et journalistes s’interrogent sur la future organisation du club. «La Provence» du 7 avril a présenté les cinq proches de Margarita LOUIS-DREYFUS qui pourraient être amenés à jouer un rôle important. Parmi eux, Alexandre JACQUIN cite Xavier GIOCANTI dont la famille est de Guagno.

L’OM peut-il être sauvé par un Guagnais ou un Poggiolais ?

Xavier GIOCANTI a déjà été présenté sur ce blog le 29 juin 2011 dans l’article intitulé «Christine Lagarde ne viendra pas à Guagno cet été».

 

Voici une soixantaine d’années, une autre personnalité venant de notre canton, plus exactement de Poggiolo, avait déjà participé à la direction du club marseillais.

 

Né à Marseille en 1925, Jean Martin FRANCESCHETTI (qui, à l’époque, utilisait le prénom Jean, puis plus tard ce fut Jean-Martin) participa activement au scoutisme, à la Résistance (voir l’article «Les Anciens sont à l'honneur») et au syndicat FO (Force Ouvrière). Il était le fils de Jean Antoine et de Rosine et le frère de Philippe dont la vie a été récemment évoquée dans l'article "Souvenir de Philippe Franceschetti ".

Dans le domaine sportif, il s’occupa d’athlétisme, de hand ball, de volley-ball et de basket-ball. C’est dans ce dernier sport qu’il rencontra Marie QUAIRÉ avec qui il se maria. Ils eurent trois enfants: Michel, Monique et Marie-Claude.

 

Marie Quairé est debout à droite (avec le numéro 6). Jean Franceschetti est accroupi à droite.

Marie Quairé est debout à droite (avec le numéro 6). Jean Franceschetti est accroupi à droite.

Entré à l’OM, il eut, «sous son autorité, les cinq sections d’athlétisme, de hand-ball, de volley-ball, de judo, des «jeunes»: près de sept cent membres» (sur les 1.300 membres que comprenait alors le club omnisports) (brochure «Programme du bal de l’O.M.» de février 1956).

Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Le club était alors dirigé par un comité directeur de douze membres, dans lequel Jean FRANCESCHETTI entra en février 1953. Il en devint trésorier.

L’OM peut-il être sauvé par un Guagnais ou un Poggiolais ?
L’OM peut-il être sauvé par un Guagnais ou un Poggiolais ?

La section de football professionnel, malgré son titre de champion de France en 1948, connaissait alors une période de difficultés à répétition. La relégation en deuxième division fut évitée de justesse en 1952.

Puis, «avec le départ catastrophique du championnat 1953-1954 et surtout après la faillite du recrutement de l’inter saison, le comité directeur s’était mis en veilleuse, en déléguant une partie de ses pouvoirs à un Comité composé de Jean ROBIN, Michel BIANCO, Pierre BICAIS, Léon MARIA et Jean FRANCESCHETTI, et appelé depuis Comité des Cinq.

Leurs efforts acharnés firent que l’O.M. évita le relégation et parvint en finale de la Coupe» (article de Maurice GOIRAND dans «Le Provençal» du 2 juin 1954).

La finale de la Coupe de France fut logiquement gagnée par Nice le 23 mai 1954. Du coup, le président Marcel CONSTANT démissionna. L’assemblée générale qui suivit entérina les candidats du Comité des Cinq et Louis AILLAUD devint président le 16 juin.

Malgré ces efforts de rénovation, le football olympien retomba dans sa langueur, à tel point que l’équipe termina la saison 1958-1959 bonne dernière de la première division et partit en D2.

 

Entretemps, Jean FRANCESCHETTI avait orienté son dynamisme vers d’autres horizons sportifs.

Fonctionnaire à la direction régionale du Ministère du Travail, il fut un des fondateurs du CSMT (Cercle Sportif du Ministère du Travail) qui recueillit les sections amateurs de l’O.M. en hand, volley, basket et athlétisme après leur dissolution en 1961.

Après avoir été élu président de la Ligue de Provence de volley-ball en 1954, il devint président de la Ligue d’athlétisme en 1965.

 

L’OM peut-il être sauvé par un Guagnais ou un Poggiolais ?

Et il eut bien d’autres activités…

 

Jean-Martin FRANCESCHETTI décéda en septembre 2013. Voir l’article que lui consacra alors «Corse-Matin»:

P.S. : notre haut-canton a eu un autre lien avec l’O.M. en la personne de Mathieu FLAMINI, originaire de Guagno, qui est né à Marseille en 1984. Pur produit du centre de formation du club olympien, il devint titulaire de L1 en 2003. L’année suivante, il signa au club anglais d’Arsenal dans lequel il évolue toujours actuellement.

Repost 0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 18:00

Samedi 16 avril de 9h30 à 17h au Couvent St François de Vico, journée-rencontre de réflexion et d'échanges avec Nathalie SARTHOU-LAJUS, rédactrice en chef adjointe de la revue "Etudes" sur le thème :

 

 « Pourquoi je suis encore chrétienne ».

 

Pour les croyants, pour ceux qui s'interrogent, pour tous ceux qui se préoccupent de notre avenir chrétien dans une société en mutation.

 

Les participants peuvent manger sur place le midi (15 €).

Une inscription est demandée pour le repas au 04 95 26 83 83 (le matin seulement).

La journée est organisée par Gaston PIETRI pour l'association des Amis du Couvent de Vico.

 

Pourquoi je suis encore chrétienne

Philosophe chrétienne, Nathalie Sarthou-Lajus est titulaire d’un doctorat de 3ème cycle en philosophie et d’un DEA de philosophie sur Walter Benjamin. De retour d’un long séjour à San Francisco en 1994, elle enseigne, dans un premier temps, la philosophie à des lycéens sur Paris et la région parisienne puis aux étudiants de Sciences Politiques à l’ICES (Institut Catholique d’Études Supérieures) de La Roche-sur-Yon en Vendée de 1996 à 1999. Après avoir travaillé comme éditrice aux Éditions Fleurus durant 7 ans de 2000 à 2007, elle est maintenant rédactrice en chef adjointe de la revue « Etudes ». (biographie publiée sur le site de France-Inter).

Elle a écrit :

L’Éthique de la dette (PUF, 1997)

La culpabilité (Armand Colin, 2002)

La défaite de la volonté (Le Seuil, 2005)

2012 Éloge de la dette (PUF, 2012)

Sauver nos vies  (Albin Michel, 2013)

Peut-on croire à l’amour ?  (avec J.-P. Winter), (Le Passeur Éd., 2015).

Vous pourrez appécier sa pensée en regardant la vidéo de présentation de « Sauver nos vies » :

Comment se relever d'une catastrophe, qu'elle soit individuelle ou collective ? Comment traverser les crises ou les épreuves ? Aujourd'hui, nous voudrions guérir de tout et par nous-mêmes, mais cette obsession de la thérapie et du sauvetage ne suffit pas toujours à étancher notre soif de sens. Dès lors resurgit la question : comment sauver nos vies ?

Repost 0
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 18:00

Rendez-vous pour tous les amateurs de musique

 

le vendredi 15 avril 

 

à ARBORI

 

pour le concert

 Sorru in Musica VERANU

 

A 19h à l'église d'Arbori: concert violon et piano avec Bertrand CERVERA et Stéphane PETITJEAN: Œuvres de Bach, Tchaïkovski, Saint Saëns, Verdi...

Le concert de printemps de Sorru in Musica

… Et à partir du lundi 18

jusqu’au mercredi 27 juillet 2016,

 

Sorru in Musica Estate !

Repost 0
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 18:10

L’association Letia-Catena vient de publier "L'attaque du préside génois d'Ajaccio par l’avocat Giuseppe Maria Masseri (1763)", en vente notamment à Ajaccio, la Librairie "Le Mouflon", 19 Boulevard Fred Scamaroni. 

Cet ouvrage a été présenté recemment sur notre blog mais en voici la première page et la quatrième de couverture, avec une belle vue aérienne de la vieille ville d'Ajaccio.

 

Les projets de Letia-Catena

Mais les activités de cette association pour entretenir la mémoire de nos communautés ne s’arrêtent pas là. De nouveaux projets existent. Ils ont été publiés sur le site http://letia-catena.fr/

1 - L'historien et chercheur Antoine-Marie Graziani donnera une conférence à Letia, le samedi 31 juillet prochain, sur un sujet qui concerne spécialement l'histoire de Letia et de la région, au Moyen-Âge: "Jean Paul de Leca et l'Etat de Cinarca".

2 - André Flori, spécialiste reconnu en ce qui concerne les recherches généalogiques, interviendra à Letia pour les journées du Patrimoine des 10 et 11 septembre. Il exposera les méthodes de recherche et de travail portant spécialement sur "la Généalogie".

3 - Toujours à l'occasion des Journées du Patrimoine des 10 et 11 septembre, Jean Joseph Franchi, écrivain qui a publié une quinzaine d'ouvrages dont quelques-uns sur les contes corses, donnera une conférence portant sur le sujet suivant: "Les contes corses, du Particulier à l'Universel". Proche de notre association, Jean Joseph Franchi est déjà intervenu à deux reprises pour divers exposés en faveur de Letia-Catena.   

 

Voici des initiatives passionnantes qui montrent qu'une activité culturelle importante peut exister dans le moindre village.

Repost 0
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 18:00

La fédération des Groupements corses de Marseille et son président Jean Grazi organisent vendrdi 8 avril une soirée et une veillée "Polyphonies corses et Confréries":

-18h30: à l’abbaye Saint-Victor, une messe sera célébrée en langue corse, chantée par les chantres de l’Archiconfrérie de Saint-Joseph de Bastia;

- à 20h30, le groupe polyphonique l’Attrachju donnera un concert polyphonique de chants sacrés et profanes, toujours à l’abbaye Saint-Victor.

- A 22h30, aura lieu, à la Maison de la Corse (69 rue Sylvabelle, Marseille 6e), une veillée, avec repas traditionnel, animée par les chanteurs de l’archiconfrérie et le groupe.

 

Participation : 12€ pour le concert, 25€ pour le concert et la veillée.

Inscription à la Maison de la Corse, au 04 91 13 48 50, du lundi au vendredi, de 14h à 17h, ou par mail à maisondelacorse@hotmail.fr

 

 

Polyphonies et confréries à Marseille
Repost 0
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 18:00

La devinette qui était proposée demandait le lien entre Poggiolo et Clermont-Ferrand.

A priori, la cité industrielle et auvergnate de Clermont-Ferrand n’a aucun rapport avec le village montagnard et corse de Poggiolo. Pourtant, un lien familial a existé. Un membre de la famille PINELLI, l'une des plus anciennes de Poggiolo, est né dans la cité des usines Michelin. Il s’agit de Jean-Noël-François PINELLI, né le 31 mai 1881.

D’autres Poggiolais ont eu des villes du continent comme lieu de naissance. Seulement, Jean-Noël-François PINELLI est le seul Poggiolais à avoir fait partie d’un gouvernement. Ses fonctions de sous-secrétaire d'Etat à la marine marchande furent brèves (quatre-vingt-dix jours) mais il ne mérite pas d’être oublié.

 

Jean-Noël-François PINELLI est donc né le 31 mai 1881 à CLERMONT-FERRAND.

La solution de la devinette d'avril: Poggiolo et Clermont-Ferrand

Son père Jean-Baptiste était le fils de Jean-Noël PINELLI et de son épouse Marie Lucie NESA.

Jean-Baptiste naquit le 21 août 1848 à POGGIOLO et fit d'abord carrière dans l'armée. Il participa à la guerre de 1870 où il fut prisonnier des Allemands. Sa carrière a été racontée dans l’article "1870, la guerre oubliée" 

Il se tourna ensuite vers la banque. Il épousa Aline MENU le 3 octobre 1876 à CLERMONT-FERRAND. Leur enfant, Jean-Noël-François, appelé le plus souvent Noël, vit le jour cinq ans plus tard dans cette même ville.

Jean-Baptiste obtint le titre de chevalier de la Légion d'Honneur le 13 janvier 1907 et mourut à Paris le 15 juillet 1917.

 

Noël fit ses études au collège Fesch d'Ajaccio et à la faculté de droit d'Aix-en-Provence dont il fut lauréat.

 Avocat du barreau d'Ajaccio en 1900. Commissaire de la marine de 1901 à 1918, professeur sur le bateau-école "Duguay-Trouin", il était à Salonique en 1916 et à Londres en 1917. Il entra dans l'industrie après la guerre.

 


Il était dirigeant de la Ligue Civique, association patriotique. Il entra en 1929 au Conseil général de la Seine et au conseil municipal de Paris, dont il fut vice-président en 1933-1934. Il se présenta aux élections législatives de 1936 dans la 1re circonscription du XIVe arrondissement de Paris. Il fut élu député de Paris au second tour par 10.313 voix sur 20.466 votants, contre 9.791 à Piot. 

Il s'inscrivit au groupe des indépendants républicains (groupe parlementaire conservateur constitué, en marge de la Fédération républicaine, par un certain nombre de députés de droite). Il fut membre de la commission des comptes définitifs et des économies et de la  commission de la marine militaire.

La solution de la devinette d'avril: Poggiolo et Clermont-Ferrand

Inquiet des menaces de chômage qui pèsent sur la France, il intervint à ce propos dans les discussions sur la semaine de quarante heures (juin 1936) et sur le programme de grands travaux destiné à fournir des emplois (juillet 1936). C'est dans le même sens qu'il protesta contre l'admission de réfugiés espagnols dans le département de la Seine en mars 1939. Il demanda à interpeller le gouvernement sur sa politique navale, et il fut rapporteur pour avis de la commission de la marine militaire sur le projet de loi de février 1939 relatif à la défense nationale. Il fut nommé sous-secrétaire d'Etat à la marine marchande dans le cabinet Paul Reynaud du 21 mars 1940: il ne le restera que jusqu'au 10 mai.

Gouvernement Paul Reynaud.

Gouvernement Paul Reynaud.

Il fut désigné en juin pour aller au-devant des Allemands, à Saint-Denis, et déclarer Paris ville ouverte.

 Il vota la loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 qui donnait les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Il fut ensuite nommé au Conseil National de Vichy. Après la guerre, il fut membre de l'ADMP (Association pour la Défense de la Mémoire du Maréchal Pétain).

 
Il a été président des Poilus d'Orient et des Corses de Paris et vice-président de la Fédération des clubs automobiles de France. Il avait fondé à Salonique avec ses compatriotes Carcopino et Moro-Giafferi le Cercle amical culturel de l'Armée d'Orient dit "le CACAO!".



La solution de la devinette d'avril: Poggiolo et Clermont-Ferrand

Il est resté célibataire; on lui prête des relations amicales avec la romancière Marcelle Tinayre (voir ICI et ICI) qui lui a dédié l’un de ses romans: "Le Bouclier d’Alexandre" (1922).

Bibliophile, érudit, italianisant réputé, il séjournait régulièrement à Rome. En 1929, il publia une nouvelle traduction du "Prince" de Machiavel. Le professeur Jérôme Carcopino disait de lui qu'il était "le romaniste le plus distingué du Parlement français". Il était Commandeur de la Légion d’honneur et Croix de guerre 14-18. Décédé le 6 février 1970.

Son importante bibliothèque fut dispersée après sa mort et il en reste des ex-libris avec sa devise «Pensa e poi fa» et quelques ouvrages parfois proposés dans des sites de livres d'occasion.

 

N’oublions pas Noël PINELLI, le seul Poggiolais député et membre du gouvernement !

 

PS : cet article est une nouvelle version de celui qui a été publié le 4 juin 2010 sous le titre "Pinelli vaut trois euros".

Repost 0
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 18:00

Comme chaque mois, le blog des Poggiolais propose une devinette à la sagacité de ses lecteurs.

En ce début d'avril, une question qui peut paraître saugrenue. Il vous est demandé:

 

QUEL EST LE POINT COMMUN

 

ENTRE POGGIOLO ET CLERMONT-FERRAND ?

 

 

La devinette d'avril: Poggiolo et Clermont-FerrandLa devinette d'avril: Poggiolo et Clermont-Ferrand

Réponse demain.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Devinette
commenter cet article
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 18:00

L’association Letia-Catena, toujours très active dans sa recherche du passé, publie une nouvelle brochure. En voici le texte de présentation.

Quand Letia attaquait Ajaccio

Notre association diffusera à compter du 30 mars, une brochure sur l'attaque en 1763 du préside génois d'Ajaccio par l'avocat Giuseppe Maria MASSERIA.

Cette action, commanditée par Pascal PAOLI, avait pu s'effectuer grâce à l'implication de la communauté de Letia et de celle de Renno, au sein de laquelle  furent recrutés, par le capitaine d'armes de la communauté de Letia, quatre hommes qui avaient pris le maquis pour différentes raisons et qui acceptèrent de seconder MASSERIA. Deux unités de l'armée nationale, sous le commandement respectif de Titto BUTTAFOCO et Gian Carlu SALICETI, participèrent à cette action.

Afin de diriger les préparatifs et en vue de se tenir au courant du déroulement de ce coup de main sur la citadelle, Pascal PAOLI s'était installé au couvent de Vico puis aux alentours d'Ajaccio d'où il organisa l'action en transmettant ses ordres par différentes missives. En même temps, les nationaux de notre région s'étaient emparés de la tour de Sagone. Celle d'Omigna qui défendait le territoire de Paomia et le fort de Girolata avaient auparavant été enlevés aux Génois, afin qu'il ne demeure plus de garnison génoise retranchée entre Ajaccio et Calvi.

La cité génoise d'Ajaccio pratiquait l'apartheid à l'égard des nationaux, contraints, s'ils devaient résider dans la ville, d'adopter pour identité le nom de leur village d'origine.

Cette action, menée par les nationaux contre la citadelle d’Ajaccio,  allait conduire Gênes à solliciter Versailles pour l’envoi des troupes de Louis XV qui seront ainsi positionnées dans les présides, sur les côtes de Corse, dès 1764.

                                        ******************

Ce recueil sera vendu (12 euros) au bénéfice de notre association.

On pourra se le procurer, début avril, 19, Boulevard Fred  Scamaroni, à la LIBRAIRIE-JOURNAUX  Le Mouflon, à Ajaccio, et à Letia également.

 

Adresse courrier: Letia-Catena. 26, boulevard Madame Mère, 20000 Ajaccio.

Site internet : http://letia-catena.fr/

 

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Chez nos voisins Tempi fa
commenter cet article
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 18:00

Aujourd'hui, ayons une petite pensée pour Philippe FRANCESCHETTI qui est décédé à Marseille voici exactement vingt ans, le 27 mars 1996.

Né à Poggiolo en 1922, il était le fils de Jean-Antoine et Rosine, le frère de Jean-Martin et le père de Jean-Pierre et Bernard.

Il eut un rôle très important dans le monde associatif marseillais.

Sa carrière et son caractère ont été assez bien décrits dans l'article publié par "Le Provençal" le lendemain de son décès.

Souvenir de Philippe Franceschetti
Philippe Franceschetti arpentant le boulevard Chave avec des membres du CIQ.

Philippe Franceschetti arpentant le boulevard Chave avec des membres du CIQ.

On pourrait ajouter qu'il fut en 1955 président de la Ligue de Provence de hand-ball, alors qu'il dirigeait la section de ce sport au sein de l'Olympique de Marseille. 

Il reçut en 1979 la médaille d'or du Mérite et du Dévouement français.

En reconnaissance de ses actions, la mairie a donné son nom à une place (à l'angle du cours Gouffé et de l'avenue de Toulon).

Souvenir de Philippe Franceschetti

PS: avant Philippe Franceschetti, le nom de son grand-oncle, Philippe CERATI, originaire de Guagno, avait déjà été donné à une place marseillaise (voir l'article "La réponse à la devinette guagnaise").

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans figures poggiolaises
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 18:00

Les travaux pour l’assainissement collectif de Soccia, qui ont bloqué l’entrée du village du 16 au 26 février (voir l’article «Soccia isolé du reste du monde»), continuent et ont pris la forme d’un chantier impressionnant.

 

Heureusement, tous les acteurs (mairie, entreprise, ouvriers) sont attentifs à chaque situation qui pourrait être génante et ils ne ménagent pas leur peine.

Soccia en chantier
Soccia en chantier
Soccia en chantier
Soccia en chantier
Soccia en chantier
Soccia en chantier
Soccia en chantier
Soccia en chantier
Repost 0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

La vidéothèque poggiolaise

La vidéothèque poggiolaise
Les films et les photos de famille et de vacances deviennent tous, au bout de quelques années, des documents historiques  qui montrent comment les diverses générations ont vécu.
Plusieurs films des décennies 60 et 70 à Poggiolo sont visibles sur DAILYMOTION (http://www.dailymotion.com/michelfran).
Cherchez dans vos greniers si vous n'avez pas des documents à faire connaître à la communauté poggiolaise.

Recherche

qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Le calendrier poggiolais

 

Début des vacances d'été: samedi 8 juillet midi.

Festival Sorru in Musica: du 21 au 30 juillet.

Fête de saint Roch: mercredi 16 août.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907