Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 17:17

    La communauté poggiolaise vient de s'enrichir d'un nouveau docteur que tous les Poggiolais connaissent bien.


    Vendredi 9 juillet, Nicolas PINELLI vient de devenir docteur en sciences de l'éducation à l'Université de Corte.


    Le Blog Poggiolo adresse toutes ses félicitations à Nicolas et à sa famille.


  Nicolas Pinelli  Nicolas PINELLI a été kinésithérapeute à GUAGNO-LES-BAINS de mai 1987 à fin 1996. Il est installé à Marseille comme ostéopathe depuis 2000 et aussi à Paris depuis 2004. Chargé d’enseignement en ostéopathie, en anatomie palpatoire et de l'hydroclimatologie à Paris, à Marseille et à l'étranger depuis 1998, il devient coordinateur puis responsable de formation dans l'événementiel et l'artistique et aussi formateur-consultant pour des entreprises depuis 2005. Comme praticien libéral, il est affilié aux équipes de France de Taekwondo, aux Ecoles des Arts du cirque et intervient également dans plusieurs événements artistiques et sportifs : coupes du monde de taekwondo et de parachutisme, festival Solidays, « Notre Dame de Paris », concerts de Johnny Hallyday, compétitions de danses sportives, émissions de télévision sur Antenne 2, etc...


    Les détails sur son travail de thèse sont donnés par "Corse-Matin" du mardi 13 juillet:


    "Dernièrement, Nicolas PINELLI a brillamment soutenu sa thèse, à l'Université de Corse, intitulée: "Développer des compétences: une  approche didactique de la phénoménologie de l'imprévu appliquée aux événements artistiques".

   Thèse soutenue devant le jury composé de Jean-Marie COMITI, professeur à l'Université de Corse, Gérard DUCHAMP, professeur Université de Paris XIII, Franck Gatto, maître de conférences HDR, université de Paul Valéry de Montpellier, Eugêne Gherardi, maître de conférences université de Corse, Cécile Riolacci, maître de conférences HDR université de Corse, Yves Schwartz, professeur université d'Aix-Marseille.

    Pour développer des compétences, cette approche didactique tente de retrouver des voies de passage des savoirs aux compétences. Pour cela, une démarche déductive installe un dialogue entre 6 modèles théoriques (pédagogie, didactique, formation, management, socioconstructivisme et cognitivisme). Parallèlement, une démarche inductive construit un modèle expérimental, soutenu par un diagnostic situationnel.

    La phénoménologie de l'imprévu analyse des situations, vécues par des professionnels et des étudiants, issues des événements artistiques. Elle va alors surprendre des flagrants délits d'ingérence. Trois concepts théoriques ont guidé la réflexion de Nicolas PINELLI tout au long de cette double démarche. Les résultats de cette recherche s'appuient sur des observations, des entretiens et un questionnaire.

    Nicolas PINELLI a donc reçu le grade de Docteur en sciences de l'éducation avec mention très honorable du jury."


Partager cet article
Repost0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 12:36

Affiche festival 2010

 

Le festival Sorrù in musica 2010 débute demain, samedi 17 juillet, à VICU.

    - A partir de 18h30, animations Place de la mairie: Tutt’in Piazza, Chorale Coup de cœur, Spectacle de danse de la classe locale de Sylvie Meddy.
   - A 22h, Ciné-concert:
Projection du film muet "L'ILE ENCHANTEE" d'Henry Roussel, en partenariat avec la Cinémathèque de Corse. Musique créée par Didier Benetti


SURTOUT, ne pas oublier que mercredi 21, le Festival sera accueilli à ORTU et à U PIGHJOLU.

 

A partir de 18h30, Animations à Ortu:
    - Chants polyphoniques et danses par les jeunes d'Ortu et d'U Pighjolu
    - Visite de l’atelier d’un peintre

A 22h, Concert à U Pighjolu:
OCTUOR de Schubert

 

SOYEZ NOMBREUX !

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 19:35

 Il est toujours heureux d'apprendre qu'une vieille personne, qui a eu de très gros problèmes de santé ces dernières années, veut reprendre quelque vigueur.

Le "Corse-Matin" du vendredi 9 juillet a ainsi révélé que la Foire de Rennu est en train de ressusciter. Voici le texte publié:

 

"Le comité d'organisation de la Foire de St Roch prépare une édition exceptionnelle pour le 90ème anniversaire de cette grande manifestation populaire, festive et religieuse. L'accent sera mis notamment sur la culture, le patrimoine et le sport pendant ces deux journées des 16 et 17 août avec une attention toute particulière portée cette année à la sécurité. En parallèle d'une programmation très riche articulée autour de la chapelle centenaire, le public pourra bien sûr retrouver les manèges, les autos-tamponneuses, les artisans et les brocanteurs, dans une ambiance sympathique et conviviale.

Pour tous renseignements concernant la location d'emplacements ou de stands, s'adresser à la mairie au 04-95-26-65-35 (le matin uniquement). A noter: les emplacements pout les artisans d'art sont entièrement gratuits."

 

Pendant longtemps, cette foire (qu'il ne faut pas confondre avec la Tumbera de janvier-février) a été un centre d'animation important pour les Deux-Sorru et les Deux-Sevi à chaque mi-août. Nous saurons dans un mois si la résurrection a eu lieu.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 19:59

 

tournée 51  

   Depuis le 7 juillet, "La vie au village" a entrepris la visite de 51 villages de  Corse. Comme l'été dernier, "Corse-Matin" publie chaque jour trois pages sur une commune. Cette tournée du quotidien régional et de ses partenaires (Pernod-51, éditions Albiana, Frequenza Mora, etc) permet de présenter tout ce qui a permis de forger l'identité de chaque communauté: les dates de leur histoire, leur patrimoine naturel, culturel et architectural, leurs atouts économiques et leurs curiosités, avec le concours de trois témoins locaux. Des éléments précieux pour connaître la Corse.


    L'an dernier, cette tournée était passée par VICO. Cet été, elle ne sera pas à POGGIOLO mais s'arrêtera à RENNO le dimanche 1er août, à GUAGNO le lundi 2 et à SOCCIA le mardi 3. Ces étapes promettent d'être très intéressantes.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 14:26

Poggiolo est un village qui a de grandes qualités mais il faut les faire connaître.

Catherine et Philippe présentent ici des attraits poggiolais.

Ce ne sont pas forcément les meilleurs arguments.

Aussi, d'autres idées seront les bienvenues sur ce blog.


confortable

 

 

coin de rue                                                                                                                                                                                                                             

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 18:03

Sport et culture, ces deux thèmes sont les thèmes de "INSEME" pour le mois de juillet.


    L'éditorial du bulletin paroissial de Sorru et Sevi n'est pas consacré au spectacle lamentable des Bleus en Afrique du Sud, mais prend de la hauteur pour étudier les raisons qui font que ce qui devrait être une fête du sport est entaché de scandale.

    Dans le même domaine sportif, les pages centrales présentent "A reginella di Vicu", club cycliste qui vient de se former et qui a de nombreux projets.

    Côté culture, le billet spirituel donne la parole au psychanalyste Jacques ARENES pour expliquer le fonctionnement des "bonnes résolutions". Une exposition de peinture, prévue à Vico du 10 au 25 juillet, est présentée.

    Dans la rubrique Tempi fà, Lucien DELFINI continue par COGGIA l'étude, commencée dans le bulletin précédent, du dénombrement des Corses organisé par la France en 1768.

    Enfin, les dernières pages suffisent à peine pour donner le calendrier des bals, concerts (Sorru in Musica), lotos et débats de l'été.


    Un numéro très utile pour ce début d'été.

 

    Des exemplaires sont disponibles chez les commerçants, au couvent de Vico. Il est intégralement visible sur le site internet: http://inseme-bulletin.hautetfort.com/

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 20:30

 L'assemblée générale des associations du canton des Deux Sorru se tiendra

Samedi 10 juillet: à 10h 30, salle de la mairie de Vico.

 A l'ordre du jour:

   calendrier des mois d'été et préparation de la fête des associations à Vico.

Plus de cinquante associations sont concernées.


Rappelons que, à Poggiolo, les associations ci-après existent:

 

• ASSOCIATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE SORRU lN SU

Jean PlNELLI - 06 74 53 61 76

Jean Martin FRANCESCHETI'I - 06 48 92 28 41

• ASSOCIATION JEUX DE SOCIETE SORRU lN SU

Laurine CASANOVA - 06 74 68 89 53

• CHJASSI E MONTI

Jean Marie BONIFACJ - 04 95 28 35 14

Ghjuvan Marcu LECA - 06 89 70 75 16

• COMITE DES FETES

Jean PlNELLI - 06 74 53 61 76

• SOCIETE DE CHASSE 

Jean Laurent PlNELLI - 04 95 28 30 40


L'annuaire des associations des onze communes vient d'être publié

et est disponible en s'adressant au 06-48-92-28-41.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 11:59

   Nombreux sont les Poggiolais qui connaissent le sourire de Colette SEREN, l'épouse de Jacques-Antoine MARTINI.

   Mais peu savent qu'elle a été l’hôtesse-cuisinière de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon de 1988 à 2007. À ce titre, elle a accueilli des centaines d’artistes en résidence à la Chartreuse et a incarné avec sel et piquant l’esprit des lieux. Très jalouse de ses secrets de cuisine, elle accepte enfin aujourd’hui de les livrer dans un livre écrit en collaboration avec Rémi Checchetto:  

"Scènes de cuisine, recettes de Coco et mélanges d'artistes". 


Coco

   On y trouve vingt cinq recettes de Coco, des Feuilles de vigne farcies crétoises, Compote d’oignons et la pissaladière, au Poisson cru mariné au citron, servi avec le rougail à la tomate, Cari, Couscous, Moussaka, ou Gigot d’agneau mariné au vin rouge parfumé d’épices, sans oublier, bien sûr, la fameuse Marquise au chocolat ou les Iles flottantes.


    Mais ce livre de recettes est particulier car il est  ponctué des textes de 33 écrivains de théâtre, metteurs en scène, acteurs, danseurs, musiciens, étant passés par la Chartreuse et qui ont en mémoire l’accueil chaleureux de la table de Coco, et sa cuisine aux saveurs riches, façonnée par ses séjours aux quatre coins du monde. Avec leurs mots, ils racontent les traces vives laissées sur les palais et dans les cœurs.

 
Coco Scènes de cuisine 

 

 

Scènes de cuisine, recettes de coco et mélanges d'artistes

Editions Espaces 34
coédition avec la Chartreuse-CIRCA

ISBN : 978-2-84705-072-1
EAN : 9782847050721
16x16 cm, 160 p., 16 €

avec 80 photographies en couleur des plats, artistes et lieux.

 

 

Ce livre peut être commandé:

- chez AMAZON: cliquez ICI

- chez DECITRE: cliquez ICI

- chez GALLIX: cliquez ICI

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 18:29

Suite de l'article "Les Poggiolais actifs".

   

Le grand nombre de Poggiolais habitant en TUNISIE est le fait qui frappe quand on examine la liste des adhérents du Syndicat d'Initiative de Poggiolo en 1924 et des années suivantes (voir articles des 15 et 21 juin).

SI carnet

  

   A cette époque, nombreux étaient les insulaires qui, chassés de leurs villages par la misère, servaient dans les colonies. Charles CASTELLANI écrit, dans "Le mépris des urnes":

   "On estime qu'en 1934 l'administration coloniale comprenait 20% de Corses, jusqu'à 50% dans certains territoires, et que 22% étaient présents dans l'armée coloniale." 

 

    Mais l'originalité des Sorrinesi (les Corses originaires des DEUX SORRÙ) est leur concentration en TUNISIE où ils avaient formé un véritable empire sahélien.

 

      Le carnet des cotisations révèle que 10 membres du Syndicat d'Initiative (18,87% du total des adhérents ou 55,55% de ceux vivant dans les colonies) travaillaient en Tunisie dans l'administration: 5 dans l'enseignement (Martin DEMARTINI, Charles, Dominique et Jean DESANTI, Julie LAMON et Dominique NIVAGGIOLI), 3 dans la police (César et Noël ANTONINI et Jean-Baptiste DESANTI), 1 dans les PTT  (Charles COLONNA) et 1 à la Direction de l'Agriculture (Thimaute COLOMBANI).

   Mais cette liste est trop incomplète pour connaître l'importance réelle de cet empire sahélien.

 

GALLINI avant guerre: l'implantation de l'empire

     Les Corses ont été nombreux en Tunisie dès avant le début du protectorat français. Mais leur nombre, et surtout celui des Sorrinesi, augmenta rapidement grâce à un compatriote qui était décédé un an avant la création du Syndicat d'Initiative: Jean François GALLINI.

 gallini jean francois0492r3

 

    Né à AJACCIO en 1860, d'une mère POZZO di BORGO, Jean François GALLINI, après ses études secondaires dans sa ville natale, va faire son droit à MONTPELLIER tout en y accomplissant le service militaire. De retour à AJACCIO en 1885, il s'inscrivit au barreau.

    Dans le même temps, il faisait son apprentissage politique comme rédacteur en chef du "Journal de la Corse", le vieil organe républicain de l'île, et comme élu du canton de SALICE au conseil d'arrondissement d'AJACCIO (1886-1888).

    Puis, dès 1888, GALLINI quitta la Corse pour SOUSSE, dans le Sahel tunisien, où l'on créait un tribunal de première instance. C'est là que désormais sera sa vie. Il y épousa en 1889 Virginie BALZAN.

    Devenu avocat-défenseur depuis 1894, il fut nommé vice-président de la municipalité de SOUSSE, et accomplit dans sa petite patrie d'adoption des travaux considérables.

    Il représenta la circonscription de SOUSSE-KAIROUAN (3e collège) à la Conférence consultative de la Régence. Elu en mai 1896, il fut réélu en 1900, 1905, 1912 et 1920. Il fut secrétaire de cette assemblée en 1906 et 1909.

    Comme l'écrivit "La Dépêche tunisienne" du 10 juin 1929, il était un "bon serviteur à la chose publique qui, jusqu'à sa dernière minute, se dévoua pour elle et pour sa chère cité, dont il était si fier, qu'il voulait toujours plus belle, en un mot en faire non plus seulement la perle du Sahel, mais la perle de toute la Tunisie."

    Mais la Corse lui restait également très chère et il y continua une importante carrière politique.

    Ses compatriotes l'élirent, en 1909, conseiller général du canton de VICO. Il fut membre du Parti Républicain Démocratique et Social (PRDS) que fonda Adolphe LANDRY en 1919.

    La distance entre ses deux bastions électoraux ne semblait troubler personne.

   Il est vrai que, en même temps, le canton de SOCCIA était représenté au conseil général par Antoine LECA, alternativement consul à Palerme, Naples et Cagliari !!!

    Ses fonctions lui permettaient ainsi d'être tout naturellement un "Grand pourvoyeur de places" dans la Régence, ainsi que l'indique CASTELLANI (dans "Le mépris des urnes"). Beaucoup de Corses obtinrent ainsi des postes grâce à celui qui fut surnommé "l'Empereur du Sahel".

 

GALLINI empereur Sahel 1922   (caricature de "l'empereur du Sahel" en 1922)

 

Entre les deux guerres mondiales: l'apogée de l'empire

  Les Sorrinesi purent s'installer en nombre dans ce territoire. Dans le "Dictionnaire illustré de la Tunisie" publié par Paul LAMBERT en 1915, 64 personnages sont mentionnés comme nés en Corse, dont 7 dans les Deux Sorru:

  Nés à SOCCIA:

   - Joseph DEFRANCHI, directeur d'école et receveur des Postes et Télégraphes

    - Octave OTTAVY, entrepreneur de travaux publics

    - O. RUTILY, entrepreneur et directeur de journal

  Né à ORTO:

    - Jean PAOLI, avocat, capitaine de réserve et conférencier.

  Nés à VICO:

    - Philippe-Toussaint ANDREANI, collecteur aux Contributions diverses.

    - Bernard VERSINI, huissier

    - Jean François GALLINI

    On peut ajouter GIANNESINI François, né en 1878 à VICO, en Tunisie depuis 1895, directeur d’école et président de la Coopérative oléicole de Ghardimaou. (Source : Arrouas : "Le Livre d’or de la présence française"). Aucun Poggiolais n'est cité mais plusieurs s'installèrent entre les deux guerres  mondiales, comme le prouve la liste des adhérents du SI.

    Le zénith de "l'Empereur du Sahel" se place immédiatement après la première guerre mondiale, toujours sur ses deux espaces géographiques.

    - Dans la Régence, il était administrateur de "La Dépêche tunisienne", journal qui avait à l'époque le quasi-monopole sur la presse quotidienne en français de Tunisie.

    - En Corse, en janvier 1920, il devint vice-président du Conseil général.

    Trois mois après, les délégués corses l'élirent sénateur. Le 11 avril 1920, il obtint 417 voix contre 346 à son concurrent, TUTTI-FERRANDI, sur 794 inscrits, 780 votants et 772 suffrages exprimés. Il remplaçait ainsi le sénateur GAVINI qui, élu député de la Corse, avait démissionné le 7 janvier précédent.

    Au renouvellement du 9 janvier 1921, Jean François GALLINI ne retrouva son siège qu'après une lutte passionnée. Il eut pour collègues de département SARI élu au premier tour, et Paul DOUMER, élu comme lui, mais devant lui, au deuxième tour (DOUMER 414 voix, GALLINI 400 voix). DOUMER était sénateur de Corse depuis 1912 et le resta jusqu'à son élection à la présidence de la République  en 1931. Avec 398 voix seulement, le parfumeur François COTY était battu (voir ICI).

    Cependant, GALLINI venait d'obtenir, le 11 décembre 1922, sa consécration de Français de Tunisie. Elu en novembre membre du Grand Conseil - qui remplaçait la Conférence administrative - par la région de SOUSSE-KAIROUAN-THALA, il fut, bien que la maladie le tienne éloigné des travaux de l'assemblée, porté, à l'unanimité, à la plus haute fonction élective de Tunisie : celle de vice-président du Grand Conseil.

    Jean François GALLINI mourut le 20 avril 1923. "Aussi ses obsèques, tant à Tunis où l'on vit l'archevêque de Carthage, le maréchal Franchet d'Esperey et le général Robillot, qu'à Sousse où accourut la foule émue de ses administrés, sont-elles particulièrement imposantes."  («Dictionnaire des Parlementaires français», Jean Jolly)

    Le conseil municipal fit construire un mausolée, et une souscription qui obtint un grand succès permit d'ériger une statue qui fut inaugurée en juin 1929.

Gallini monument

    Il était officier de la Légion d'honneur, grand-officier du Nicham-Iftikhar et commandeur de la Couronne d'Italie.

    Son fils Charles fut nommé en 1934 vice-président de la municipalité de SOUSSE mais mourut rapidement et fut remplacé par Séraphin ZEVACO. Dans le Grand Conseil, siégeaient aussi son beau-frère, le colonel FELICI, et l'avocat Jean-Luc GALLINI.
    Né à Vico en 1902, Jean-Luc GALLINI avait fait ses débuts journalistiques dans "La Dépêche Tunisienne". Il devint président de la Fédération des Groupements Corses de Tunis. Fondateur du journal "La Corse Nord-Africaine", hebdomadaire en langue française et en langue corse, en 1925, il décéda en février 1936.

    Le frère de Jean François était receveur des PTT en Tunisie.

  Un boulevard de SOUSSE, entre la gare et le port, eut le nom de "Sénateur François GALLINI". Il s'appelle maintenant "avenue Muhammad MAAROUT".

 

Sousse plan

(plan de SOUSSE en 1937)

 

    Le texte publié par Emile RIPERT (dans "La Corse touristique", mai 1931) pour les 50 ans du traité du Bardo (qui institua le protectorat français sur la TUNISIE) s'applique bien à GALLINI et à tous les Sorrinesi:

    "A côté de ces Provençaux, les Corses ont constitué l'armature la plus ferme, officiers, douaniers, professeurs, instituteurs, employés, tous gardent au fond du cœur le souvenir de l'île enchantée, où l'été des navires directs les rapatrient de Tunis vers Ajaccio, tous, fidèles à leur passé, à leur pays, à leur famille, attendant l'heure du retour définitif, ou bien résignés à devenir aussi des Nord-Africains, et retrouvant, d'ailleurs, en Tunisie, comme en Algérie, toute une parenté qui leur refait une patrie."

 

Après-guerre: l'héritage maintenu

   Les positions de GALLINI en Corse s'effacèrent vite. En 1921, son élection de conseiller général de VICO fut annulée pour fraude électorale. Le 8 juillet 1923, François COTY fut élu sénateur à sa place. (voir ICI). Mais, en TUNISIE, l'empire des Sorrinesi survécut jusqu'à l'indépendance.

    Trois faits passés en 1949 le montrent très bien:

    1 - Cette année-là, Marie et Jean-Martin FRANCESCHETTI, de POGGIOLO, firent leur voyage de noces dans les propriétés de leurs cousins POLI, de GUAGNO, à SFAX.

    2 - 1949 fut l'année du mariage de Gisèle PAOLI, de SOCCIA, avec Georges VECCHIONACCE, à l'église St Joseph de TUNIS.

    3- Un film des Actualités Françaises, diffusé par l'INA, montre la visite, en novembre 1949, du résident général Jean MONS à SOUSSE, complètement reconstruite et modernisée après les ravages des combats d'avril 1943 entre Allemands et Alliés. A cette occasion,  MONS décora de la légion d'Honneur Maître ZEVACO.

    Séraphin ZEVACO (1893-1969) était originaire de VICO. Avocat, membre du Grand Conseil de Tunisie, rapporteur général du Budget de Tunisie, Vice-Président délégué de la municipalité de SOUSSE (de 1935 à 1956), il fut l'élève et le continuateur de "l'Empereur du Sahel".

   Cliquez sur la photo pour voir le reportage.

Gallini: Zevaco légion d'honneur

   Mais ce furent les derniers feux. L'empire sahélien des Sorrinesi disparut avec l'accession de la Tunisie à l'indépendance en 1956.

 

    Des Sorrinesi se souviennent-ils que leurs familles participèrent à l'histoire de cette enclave coloniale très particulière? Certains n'auraient-ils pas dans leur maison quelques objets de style oriental venant de là-bas?

 

P.S.: il est à signaler que Séraphin ZEVACO était le père de Mgr Pierre ZEVACO qui fut évêque à MADAGASCAR et qui passe ses vacances d'été dans la cité vicolaise.

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 15:52

    Le magazine "GÉO" consacré à la Corse (article du 30 juin) est accompagné de "La Corse des villages", une édition spéciale du GEOGUIDE de Gallimard. L'île est divisée en 5 "géorégions" présentée chacune par une carte.

  carte golfe Porto

    Celle intitulée "Autour du golfe de Porto" montre bien Vico, Murzo, Guagno-les-Bains, Orto, Guagno, Soccia, et même Muna. Mais aucune mention de Poggiolo, alors que le village est cité dans l'article de Sylvie BUY. Dommage, très dommage.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907