Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 19:08
    La crise économique actuelle fait verser de nombreuses personnes dans la pauvreté. Mais le titre de cet article ne signifie pas que Christophe BATTESTI est dans cette catégorie. Il est pourtant dans l'indigence et celle-ci l'occupe beaucoup. Mais il s'agit du bâtiment de l'indigence à Guagno-les-Bains.
    Aux temps anciens de la splendeur de la station (c'est-à-dire au XIXème siècle), il existait un hôpital militaire et des hôtels pour curistes. Mais il existait aussi une maison qui, tout près de l'établissement thermal, recevait les personnes à faible revenu. 
    Dans son opuscule intitulé "Bains de Guagno" (imprimerie Marchi, Ajaccio, 1851), Jean de La ROCCA, de Vico, écrit ainsi:

    "Il y a aussi à Guagno un établissement civil pour les personnes peu aisées, où peuvent se loger trente personnes, avec une très belle salle; elles pourvoient elles mêmes à leur nourriture, et payaient 1fr. par jour pour le logement."
    Ce bâtiment est visible sur ce plan anonyme datant de 1885 et reproduit  dans le recueil "Acqua medicinale" publié par Louis Mathieu GENTY vers 1992.


indigence plan

    La lettre J correspond à une maison qui est dite “à della Rocca, logement pour l’indigence”. Cliquez sur le plan pour l'agrandir.

    Le bâtiment est abandonné depuis longtemps et est tombé progressivement en ruines.

indigence ruines 2
indigence ruines 3

    Mais Christophe y travaille maintenant avec ardeur pour le restaurer. Sa famille l'occupait depuis une quarantaine d'années et son arrière-grand-père avait demandé à en faire l'acquisition dès 1961.

    L'indigence était propriété du conseil général et celui-ci ne se décidait pas. Finalement, Christophe a pu l'acheter en juin 2009 avec l'accord de la mairie
et avec l’aide financière de son père Dominique qui a également aidé pour les travaux.

Le chantier de rénovation a commencé en septembre.


    Il va durer cinq ou six ans car l'œuvre est importante. La maison a une superficie de 70 mètres carrés (plus 140 m2 de terrain).
    Elle a été rehaussée pour éviter son effondrement et un garage est placé au rez-de-chaussée.  
indigence travaux 1


indigence travaux 3

    Christophe ne reconstruit pas à l’identique mais il tient tout particulièrement à respecter le cachet ancien de la maison. Ainsi, François BORDEWIE a pu montrer son savoir-faire en créant un bel arc en pierres traditionnelles. 

indigence travaux 2

   Les maisons de nos villages sont un patrimoine qu’il faut sauvegarder.

    Bravo à Christophe BATTESTI pour son initiative! Espérons qu’elle donnera des idées à d'autres pour faire revivre nos villages.


 

Partager cet article

Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 19:09

On semblait être très loin des divisions et des luttes électorales dimanche 11 avril à Guagno. Hommes et femmes politiques, élus et anciens élus, de droite et gauche, des Deux-Sorrù et de plus loin, ils étaient nombreux à être venus se joindre à la population.  

 Paul COLONNA, maire de Guagno et président des communes forestières de Corse-du-Sud, reçut la médaille de chevalier de l'ordre national du mérite, au titre du Ministère de l'Agriculture, des mains du Préfet de Région Stéphane BOUILLON, dans une salle des délibérations de la mairie qui débordait.

Voici quelques photos de la cérémonie.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 20:08

 

Le mur bordant la route n'a pas été le seul a avoir été soutenu par le dos des Poggiolais. La maison MARTINI a bénéficié également de cette aide. Jacques-Antoine nous en apporte la preuve avec des vues qui ont plus de quarante ans.

Reconnaissez-vous ces visages?

 

 bande

 

 

 

xaviere angele

 

Partager cet article

Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 21:08

Rien ne paraît plus anodin, en traversant Poggiolo, que le mur qui borde la route départementale 123, en face de la maison CECCALDI et près de la Stretta (en rouge sur le plan).

 

mur le plan

Ce mur n'a pas toujours existé comme le montre cette photo.

mur ancien

 

Il a fallu le bâtir, bien assembler les perres et cimenter avec minutie, pour en faire une bordure continue longée par une profonde rigole.

trio devant mur Une fois terminé, il eut un rôle important, non pas seulement à empêcher les éboulements de terrain, mais aussi comme lieu de rencontre et de discussion.

Le matin et en fin d'après-midi, le forum du village se tenait là. On discutait en tenant le mur, les pieds bien plantés dans la rigole, comme Pierre, Pierrot, Raymond et Ange en donnent l'exemple.


pierre pierrot,raymond, ange

  (photo de Jacques-Antoine MARTINI)

 

Avec cet appui, on avait plus de force pour renforcer le mur et bloquer son écroulement éventuel. On pouvait rester des heures sans se fatiguer pour parler des faits survenus au village, discuter de politique et de haute philosophie (hum!), attendre les commerçants ambulants ou compter les voitures traversant le village.


Mais, maintenant, le forum n'existe plus. Le lieu est désert.


 

 mur désert

 

Il peut encore réunir des Poggiolais dans des occasions très précises, comme ici, lors d'une Saint Roch.

mur St Roch

Bien sûr, les habitudes et les façons de vivre ont changé.

Mais avez-vous remarqué la grande modification qui s'est produite?

mur sans rigole

 

IL N'Y A PLUS DE RIGOLE !!!


Alors, comment s'appuyer pour tenir le mur efficacement?

Partager cet article

Repost0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 20:21

Le 26 mars, ce blog montrait la première mention de POGGIOLO sur la carte de Corse confectionnée en 1731 par Francesco Maria ACCINELLI, historien et géographe génois, et publiée dans "Image de la Corse", de Franck CERVONI (La Marge édition).

Sur la même carte, apparaissent également pour la première fois les villages voisins de SOCCIA (orthographié "SOCIA") et d'ORTO. Les trois lieux sont quasiment en ligne droite et représentés chacun par une petite tour.

 

voisins

GUAGNO apparaît plus tôt, sur la carte de Gerhard MERCATOR en 1589.

 

Mercator

 

guagno

 

   ViCO et SAGONE sont présents dès 1560 sur la carte de Giacomo GASTALDI. 

Gastaldi 1

Mais notez leurs bizarres localisations par rapport à AJACCIO (écrit ici AIAZZO).

Les lacs de CRENO et NINO (appelé INNO) sont également nommés pour la première fois.

Gastaldi 2 


 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 17:44

Avec le printemps, le village de Poggiolo, par le biais de l'Association Artistique et Culturelle de Sorru in Sù, organise le premier marché aux puces de l'année. Il se déroulera le dimanche 25 avril sur le parking de la salle polyvalente, à partir de 10h 30. Le marché est ouvert à tous les exposants, artisans, commerçants, mais aussi aux habitants de la micro-région souhaitant vendre des objets dénichés dans leurs greniers.

Un beau dimanche en perspective, sachant que les produits alimentaires ne sont pas admis à la vente. Il en coûtera cinq euros à chaque exposant pour la location d'un stand sur le parking ou dans la salle polyvalente. Buvette et restauration rapide sont aussi prévues.

Pour s'inscrire ou retenir les emplacements, s'adresser au secrétariat de l'association: 04-95-24-58-87 (répondeur en cas d'absence).

J.-M. F.

(article publié dans "Corse-Matin" mardi 6 avril 2010)


Puces 2009aPuces 2009b

photos du marché aux puces de 2009

Partager cet article

Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 22:43

Le prix des lecteurs de Corse, organisé chaque année par la Collectivité Territoriale de Corse passe à sa seconde phase.

Lors de la première, les lecteurs insulaires ont été appelés à voter dans les bibliothèques sur une liste de 25 ouvrages parus en 2009. Les amateurs de lecture de Sorrù in Sù y ont participé (voir les articles parus le 5 janvier et le 16 févrierprix des lecteurs).

Maintenant, dans chaque bibliothèque, les livres choisis (5 en langue corse et 10 en langue française) feront l'objet d'échanges de vue et de débats.

Pour y participer, joignez la bibliothèque de Poggiolo au 04-95-24-58-87.

Le 16 juin 2010 , les membres de tous les comités de lecteurs se réuniront à l'Hôtel de Région à Ajaccio pour élire les deux lauréats du Prix des Lecteurs de Corse 2009.
En septembre 2010, les prix seront remis par le Président de l'Assemblée de Corse et le Président du Conseil exécutif de Corse à l'issue d'une rencontre entre les lauréats et les membres des comités de lecteurs.

Un prix dont l'une des principales vertus est bien d'inciter à lire dans toutes les localités de l'île.


Utiliser internet est une excellente chose (surtout pour regarder le blog Poggiolo) mais il ne faut pas oublier le plaisir de toucher le papier et la joie d'une lecture tranquille.


LA SELECTION:


Scelta in lingua corsa

Ghj. De Zerbi, L'ultima pagina, Settembre 2009, Albiana / CCU (rumanzu)

A. Di Meglio, Vaghjimi spizzati,  Aprile 2009, Albiana (puesia)

N. Paganelli, Canta à i sarri, Ferraghju 2009, À fior'di carta (puesia)

R. Mambrini, A mo vita, Ghjennaghju 2009, À fior'di carta

Domino, Tupinetta, Stamperia Sammarcelli


Sélection en langue française

ADAM Olivier, Des vents contraires, L'Olivier

SHAFFER Mary-Ann, Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, Nil

CARRERE Emmanuel, D'autres vies que la mienne, POL

DE VIGAN Delphine, Les heures souterraines, Lattès

DEGHELT Frédérique, La grand-mère de Jade, Actes Sud

FOENKINOS David, La délicatesse, Gallimard

MAKINE Andreï, La vie d'un homme inconnu, Seuil

MAUVIGNIER Laurent, Des hommes, Minuit

OVALDE Véronique, Ce que je sais de Vera Candida, L'Olivier

WIAZEMSKY Anne, Mon enfant de Berlin, Gallimard

Partager cet article

Repost0
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 21:10
Les récentes élections territoriales ont manqué de ce qui faisait le sel des traditions politiques corses, à savoir les contestations des résultats. Il y en eut très souvent, y compris à Sorrù in Sù, voici plus de deux siècles.

Pendant la Révolution Française, les excès de la Convention avaient poussé Pascal PAOLI à demander l'aide anglaise. Il en résulta que la Corse fut associée au royaume d'Angleterre pendant près de deux ans. 
La Constitution du royaume anglo-corse fut adoptée par la Consulte du 19 juin 1794 qui réunissait les représentants de chaque communauté urbaine et villageoise (Anton Domenico LetteronDEFRANCHI pour Soccia, Francesco Antonio MASSIMI pour Orto et Gio: Antonio PINELLI  pour Poggiolo). Elle prévoyait un Parlement composé de deux députés par piève.    
Le Titre II de la Constitution précisait que, pour être électeur, il fallait avoir 25 ans, être domicilié depuis au moins un an dans la piève et être propriétaire. Pour être député, on devait également posséder au moins 6.000 livres de biens-fonds (biens immeubles) dans la piève.

L'abbé LETTERON ayant publié les "Procès-verbaux des séances du Parlement anglo-corse" (tous écrits en italien) en 1891, nous sommes bien renseignés sur ce qui s'y passa.
Ce Parlement se réunit le 7 février 1795 à Bastia et créa le 17 février un "comitato de verificazione de'poteri" pour régler les contentieux électoraux. Ce comité avait en son sein un représentant de chacune des neuf juridictions. Mais il fut immédiatement paralysé par la contestation de l'élection de Giovanni STEFANOPOLI, originaire de Cargese, pour la juridiction de Vico. Il fut remplacé par Durabile Maria COLONNA CECCALDI (de la piève de Sevidentro) le 27 février. La juridiction de Vico regroupait les pièves de Cruzini, Sorroingiù, Sevinfuori, Sevidentro et de Sorroinsù (orthographe de l'époque). 

armoiries anglo-corsesDès le 28 février, une des premières affaires examinées par le comité fut le recours intenté par Francesco Antonio MASSIMI (celui qui représentait Orto en juin 1794) contre l'élection de Francesco FRANCESCHETTI et de Filippo LECA pour représenter Sorroinsù. Le mémoire, présenté par le fils mineur (ayant donc moins de 25 ans) du contestataire, avançait que le vote ne s'était pas tenu au lieu habituel, que les habitants de Soccia n'avaient pas pu voter dans les règles car ils n'avaient pas été convoqués, que LECA n'avait pas la fortune nécessaire pour être élu et que Francesco FRANCESCHETTI n'avait pas eu la majorité des voix.

Les armoiries du royaume anglo-corse

Le recours fut facilement repoussé pour différentes raisons:
  - Tout d'abord, rien ne prouvait que MASSIMI père ait bien donné mandat à son fils pour le présenter.
  - Francesco Antonio MASSIMI ayant, lors de l'élection, donné sa voix à LECA, il ne pouvait ensuite prétendre que ce candidat n'était pas éligible.
  - Certains documents fournis se contredisaient et étaient démentis par le procès-verbal officiel de la municipalité poggiolaise et du Podestà.
  - "Enfin, les assemblées de la piève de Sorroinsù ont été toujours tenues à Poggiolo, comme lieu central, et en ont été produites les plus authentiques justifications."
La Chambre entérina sans problème la recommandation du Comité et notre piève put être ainsi représentée sans problème par Francesco FRANCESCHETTI et Filippo LECA tout le temps que dura le royaume anglo-corse.

Mais d'autres contestations furent plus violentes et même, un siècle plus tard, particulièrement sanglantes. Ce sera l'objet d'un prochain article.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 19:32

Depuis treize mois que le blog des Poggiolais existe, 375 photos ont été publiées.

Certaines ont provoqué des réactions positives ou négatives. Mais il semble bien que l'une des plus appréciées, et peut-être même la plus appréciée, soit une de celles qui font partie du diaporama sur les opérations électorales du deuxième tour des élections territoriales, publié le 23 mars.

Nous l'extrayons aujourd'hui de cette animation afin que vous puissiez apprécier la concentration avec laquelle les hommes de Poggiolo suivent le dépouillement. Ils ont tenus à être présents ce jour-là. L'un d'eux est même venu de La Réunion pour l'occasion. Les hommes se sont bien rassemblés à l'extrémité de la table de vote pour montrer que l'affaire est importante.

Les femmes n'ont pas leur place ici. D'ailleurs, la photo suivante montre bien que les femmes sont rejetées de l'autre côté et que ce n'est pas leur affaire. C'est curieux: on se croirait repoussé un bon siècle en arrière.

 

hommes vote cadre    

 

 

femmes vote

Partager cet article

Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 18:54

"Pourquoi ne pas faire une vraie fête de printemps dans les Deux Sorru?". Voila ce que suggèrent Annie ABBAMONTE et Brigitte LOYS en rendant compte du concert de l'Ensemble Instrumental de Corse dans le numéro d'avril de "INSEME", publié par l'Association des Amis du Couvent de Vico.


En-tete-inseme-copie-1.jpg

Ce numéro est encore une fois très riche.


Un amusant éditorial prouve que que les anciens nés avant 1940, qui  ne connaissaient pas toute notre modernité, ont finalement été très résistants.


Toutes les célébrations religieuses d'avril sont présentées.


Le billet spirituel explique ce qu'est croire à la résurrection.


Les pages 4 et 5 donnent la sélection des livres pour le Prix des lecteurs de Corse 2010.


Samedi 8 mai, une importante journée de réflexion aura lieu au couvent de Vico sur le thème "Quel avenir pour la foi chrétienne dans le brassage actuel des cultures et des religions?" avec le journaliste et écrivain Michel COOL.


En page 7, Jean-Martin FRANCESCHETTI fait un rappel historique sur la création de "INSEME".


Ensuite, des nouvelles sont publiées sur diverses activités du canton (centre aéré, club des marcheuses, fête des grands-mères).


En page 9,
- le compte-rendu du récent concert de l'Ensemble Instrumental de Corse
- Connaissiez-vous le prénom Aldabella?

Avec la farine de châtaigne, on peut confectionner un excellent flan.

Un petit casse-tête activera vos neurones.

Enfin, la liste des nombreuses activités prévues pour avril dans le canton.


Tous ces articles sont accessibles sur le site http://inseme-bulletin.hautetfort.com/


Mais, pour recevoir le bulletin dès sa parution et participer aux frais d'impression et d'envoi, vous pouvez envoyer un chèque de 12 euros à l'Association des Amis du Couvent - 20160 VICO

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

"Portraits d'union", un beau cadeau

Renseignements en cliquant ici.

 

 

 

Vacances de Noël:

Fin des cours: samedi 19 décembre

Reprise des cours: lundi 4 janvier

---------------------------

"Inseme", le bulletin interparoissial des Deux Sorru de novembre, est paru. 

 

Pour le lire, cliquer ICI.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907