Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 18:00
Les investissements scolaires poggiolais

 

Les articles précédents ont montré que les communes d'Orto (voir ICI) et de Soccia (voir ICI) se sont longtemps démenées pour construire des écoles permettant d'accueillir les élèves et d'offrir des logements décents à leurs instituteurs. Poggiolo n'a pas investi dans des constructions mais dans des locations.

 

Parmi les documents (très incomplets) concernant Poggiolo aux Archives Départementales d'Ajaccio, on trouve les preuves qu'une école fut installée en 1878, si elle n'existait pas avant.

 

Cette année-là, la mairie loua à un nommé Martin PAOLI une salle pour recevoir des élèves au prix de 50 francs par an. Un bail de six ans prenant effet au 1er février 1878 fut signé entre le maire DEMARTINI Baptiste et le même propriétaire afin de loger l'instituteur. Le logement comprenait une cuisine et une chambre ainsi qu'une cave. Le loyer, également de 50 francs par an, devait être versé par trimestre ou semestre "selon qu'il plaira au propriétaire de la maison".

 

Les investissements scolaires poggiolais

 

Le montant du loyer était plus important à Guagno-les-Bains où la municipalité loua le 31 juillet 1882 à Lucie CASALTA, veuve de la ROCCA, un logement de trois pièces avec cave pour un montant de 100 francs par an.

 

Les fournitures scolaires étaient payées par la municipalité. Comme exemple, on peut se référer à l'article "Fin prêt pour la rentrée scolaire" qui donne un devis du matériel acheté pour 1884.

 

 

Les élèves de l'école de Poggiolo en 1900.

Les élèves de l'école de Poggiolo en 1900.

 

Bien évidemment, les dépenses et les soucis étaient moindres quand l'enseignant était Poggiolais ou venait d'un village voisin. 

 

Ainsi, Hélène DUBREUIL se rappelle du Socciais Jojo ANTONINI (en poste à Poggiolo de 1945 à 1954) "surgissant sur sa moto flamboyante, tel un destrier de l'apocalypse" (voir l'article "Hélène évoque Jojo"). Judith OTTAVI-PAOLI, elle aussi de Soccia, n'avait pas de moyen de locomotion et, quand personne ne la conduisait, elle marchait, sauf les jours de neige!!! 

 

Orto, Soccia, Poggiolo, trois villages voisins et des manières différentes d'investir dans le domaine scolaire.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 06:56

La messe d'aujourd'hui au couvent de Vico

est retransmise en direct sur Facebook

(page Couvent Vico).

La messe en direct
Partager cet article
Repost0
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 16:00

 

Depuis le 13 mai, le couvent St François de Vico a désormais sa page Facebook intitulée "Couvent Vico". Elle a débuté par une initiative originale à l'occasion du cinquième anniversaire de l’encyclique "LAUDATO SI" du pape François sur l’attention que nous portons à notre maison commune - la Terre.

 

Chaque jour de cette semaine, du 18 au 24 mai, une couleur particulière du couvent de Vico a été présentée. En voici des extraits.

 

- lundi 18 : BRUN

Brun, comme les habits des franciscains qui ont habité ce couvent pendant des siècles...

Brun, comme les vieilles portes du couvent en bois de châtaignier. Jamais verrouillées! Entrouvertes, elles invitent et accueillent... 

 

 

Les couleurs du couvent

 

- mardi ROUGE

Rouge, comme les pétales de pivoines. Celles de notre cimetière. 
Comme des lumignons, des veilleuses qui nous rappellent qu’ils sont bien là, nos confrères - depuis père Charles Dominique Albini jusqu’au père Noël Leca ils sont 30 précisément...

 

 

 

Les couleurs du couvent

 

- mercredi VERT

Vert, comme le tilleul séculaire au printemps dans la cour de notre couvent. Il est magnifique ! Même sous la pluie !...

 

Les couleurs du couvent

 

- jeudi GRIS

Gris, comme les pierres d’attente de l’aile sud du couvent. En fait, il n’a jamais été achevé notre couvent ! Mais, ce n’est pas son défaut, du tout. Ces pierres grises sont comme une promesse, un appel. Ici rien n’est fini, tout est tendu vers l’avenir et attend nouveaux visages, nouveaux bras, nouveaux cœurs...

 

Les couleurs du couvent

 

- vendredi OCRE

L’ocre, à proprement parler, n’est pas une couleur, mais une matière, une terre. 
Depuis toujours on attribue à ce pigment naturel les propriétés apaisantes,

cicatrisantes et même...magiques!...

 

 

 

Les couleurs du couvent

 

- samedi OR

Or, comme l’habit de St François dans l’église du couvent. Ce qui est un peu inhabituel, rare dans l’iconographie chrétienne. Nous savons tous que François d’Assise n’a pas hésité de se mettre à poil en publique plutôt que porter de fringues de luxe! Mais notre « Poverello » nous pardonnera cette dorure de son image. Il devine notre intention. Lui-même et son idéal de vie c’est de l’or de notre couvent. Son choix de vie simple, le retour à l’essentiel...

 

 

 

 

 

 

Pour finir cette semaine des couleurs en beauté, la page du couvent propose de partager un moment de prière ce dimanche, le 24 mai, à midi, l’heure locale, là où nous sommes, seuls ou avec les autres...

Les couleurs du couvent
Partager cet article
Repost0
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 18:00
On peut manger à Soccia

Si les bars et restaurants ne peuvent toujours pas accueillir de clients, ils peuvent pratiquer la vente à emporter, ce qui est très utile. 

 

A Soccia, Jean-Marc BATTISTELLI propose tous les samedis au snack "U Paese" des plats à emporter qui ont beaucoup de succès.

 

Pour Samedi 23 mai, de 18 h à 21h, il est prévu:
   -Plat du jour : Lasagne à la viande accompagnée d'haricots verts 14€
   -Hamburger 6€
   -Nuggets 5,50€
   -Frites 3€
   -Panini steak, poulet, 3 fromages, jambon 5,50€

 

Sur commande avant samedi midi et uniquement à emporter. 
Tel: 06 27 74 41 74. 

 

Comme d'habitude, les mesures barrières seront de rigueur.

 

Des bastelle étaient en vente mercredi 20. D'autres surprises auront lieu.

 

On peut manger à Soccia

 

Par ailleurs, depuis quelques jours, Finfin vend ses pizzas aux clients qui viennent les chercher à Croce Maior.

 

D'autres ouvertures vont se poursuivre. Ouvrez l'œil.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 10:30

Les gens sont contents: l'anniversaire de la capitulation allemande de 1945, la fête de l'Ascension et le lundi de Pentecôte se suivent et permettent, éventuellement, de profiter de "ponts". Mais que savez-vous sur l'Ascension, du moins l'Ascension en Corse?

Marthe POLI, sur son blog http://marthepoli.blog.club-corsica.com/, maintenant fermé, avait publié un texte que nous recopions et qui montre les coutumes corses de cette fête.

 

L’Ascension est, d'abord, une fête pour les chrétiens.

Célébrée 40 jours après Pâques, elle intervient toujours un jeudi.

L’Ascension rappelle l’élévation de Jésus vers Dieu, son Père, après sa résurrection.

Jésus n’est plus présent sur terre. Mais il n’abandonne pas les hommes pour autant et leur envoie une force, L’ESPRIT SAINT (que l’on célèbre tout particulièrement lors de la Pentecôte).

Depuis, les Chrétiens vivent sa présence à travers l’Eucharistie (qui est le rappel du dernier repas avant sa mort, où il partage le pain et le vin avec ses apôtres).

Mais, en Corse, nous avons aussi des traditions..des croyances...

 

 

L'HERBE ET L'OEUF DE L'ASCENSION

Aujourd'hui c'est jeudi de l'Ascension.

C'est ce jour-là qu'il faut cueillir l'herbe dite justement "Herbe de l'Ascension" (Arba di l'Ascinzioni en corse).

Cette herbe pousse dans les murs, dans les coins des rochers. Ses feuilles sont très petites. Il faut la cueillir avec ses racines.

François Bianchini, héritier de certains dons transmis par ses aînés, cueillait cette herbe qui guérit et apaise, spécialement à la Trinité de Bonifacio; puis il en faisait de petits paquets à l'intention de ses amis. ("La Trinité de Bonifacio et du Grand Sud Corse" F. Canonici. A Sramperia)

Mais attention, il y a tout un programme à respecter.

Il faut se lever de très bonne heure le matin de l'Ascension pour aller cueillir cette fameuse herbe.

Il s'agit du "Sedum étoilé pourpier" que, depuis des générations, les Corses vont chercher dans la campagne avant l'aube (dès que le soleil est levé surtout ne pas cueillir !).

Rapportée à la maison, l'erba di l'Ascinziune est attachée au mur avec un clou, la tête en bas.

Au cours des jours suivants, les tiges remontent lentement; puis la plante fleurit le jour de la Saint Jean (24 juin) et se conserve jusqu'à Sainte Anne (26 juillet).

Mais attention ! ses vertus protectrices peuvent se retourner contre ceux qui la cueillent trop tard, quand le soleil est déjà levé.

Dans ce cas, la plante meurt et cela ne présage rien de bon pour les habitants de la maison.... (La plupart des informations de cet article sont tirées de "l'Almanach de la Mémoire et des coutumes de la Corse" . Claire Thiévant. Lucie Désideri. Albin Michel et de "La Trinité de Bonifacio et du Grand Sud Corse" François Canonici. Stamperia).

 

 

L'OEUF DE L'ASCENSION

Il y a aussi l'oeuf de l'Ascension qui possède également ses vertus magiques.

L'œuf doit, bien entendu, être pondu précisément le jour du Jeudi de l'Ascension, sinon il n'a aucune vertu,

Phénomène magique ou don de Dieu ?

La première caractéristique de l'œuf de l'Ascension est qu'il est imputrescible.

En effet, l'œuf de l'Ascension, à la différence des œufs ramassés à d'autres périodes de l'année, si il est cassé l'année d'après a simplement séché, il n'a ni pourri ni dégagé durant ce temps aucune odeur de décomposition.

Sa seconde vertu est, dit-on, de préserver les habitants de la maison de plusieurs maladies, ou à tout le moins de diminuer leur fréquence ou leur gravité.

Quand il est posé sur le rebord d'une fenêtre, Il protège également les membres de la famille qui se trouvent éloignés du foyer,

L'œuf de l'Ascension protège enfin les habitations de la foudre et des incendies. Il détourne l'éclair et éteint les flammes qui menacent de destruction l'ensemble d'une bâtisse.(source: Corsica News)

 

Cet article avait déjà été publié en 2013.

Partager cet article
Repost0
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 18:09

 

A Soccia, dans le quartier de l'Umbriccia, il existe une maison d'habitation dont le style est très nettement celui des années 60. Sur sa façade, se lit toujours l'inscription "groupe scolaire François ANTONINI".

 

Elle fut l'école de cette commune et des villages voisins pendant quelques années.

 

Leca Anna-Maria ; Medurio Noelle, “groupe scolaire,” Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses

Leca Anna-Maria ; Medurio Noelle, “groupe scolaire,” Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses

 

Après la seconde guerre mondiale, quand Orto construisait son école de style "néo-ceaucescu" (voir l'article précédent), Soccia édifiait la sienne. 

 

Comme il est écrit sur la plaque posée sur la maison de l'Umbriccia, "ce groupe a été construit à l'initiative du docteur François ANTONINI, maire de Soccia de 1929 à 1962".

 

Leca Anna-Maria ; Medurio Noelle, “groupe scolaire,” Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses

Leca Anna-Maria ; Medurio Noelle, “groupe scolaire,” Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses

 

François ANTONINI fut également conseiller général du canton de 1933 (après deux scrutins annulés pour fraude) à 1945. Il avait été auparavant un très bon combattant de 1914-1918, comme en témoignent les décorations placées sur ce marbre: croix de guerre (étoile de bronze), croix de guerre des TOE (étoile d'argent), médaille commémorative du Levant, Légion d'honneur (chevalier puis officier), ainsi que la Palmes académiques.

 

Les jeunes Socciais habitant toute l'année au village n'étaient pas très nombreux mais ils méritaient des locaux corrects.

 

La photo ci-dessous, trouvée sur le site Copains d'avant, montre seize élèves pour, semble-t-il, l'année 1950.

 

L'inauguration du groupe scolaire de Soccia

 

Le docteur ANTONINI se battit longuement pour obtenir cette construction dont il ne vit pas l'achèvement. Il mourut le 4 août 1966 à Ajaccio, quelques mois avant l'inauguration.

 

Le groupe scolaire comprenait deux classes et le logement pour un instituteur. Il fut inauguré le 12 novembre 1966, le maire de Soccia étant alors le docteur Antoine OTTAVY. 

 

Les photos de cette cérémonie viennent du journal "Le Provençal Corse" et ont été reprises dans "Histoire d'un petit village de montagne au cœur de la Corse du Sud", historique de Soccia écrit par Jean-Baptiste PAOLI. On voudra bien excuser la faible qualité de ces images.

 

L'allocution du docteur OTTAVY fut suivie par celles du docteur CASANOVA, président du Conseil de l'ordre des médecins, du vice-recteur DUCHESNE et du préfet Maurice LAMBERT.

 

D'autres personnalités étaient présentes: le docteur François COLONNA, maire de Murzo et conseiller général de Vico, l'abbé CASTAGNINI de Vico, le curé MILLELIRI de Soccia...

 

L'inauguration du groupe scolaire de Soccia

 

La première photo montre une assistance concentrée au moment des discours. Le docteur OTTAVY est au centre, à côté du docteur CASANOVA. A gauche, avec un chapeau, la veuve de François ANTONINI était présente. Tout à droite, ne serait-ce point Judith qui avait enseigné auparavant à Poggiolo et qui était l'institutrice de Soccia?

 

Sur la seconde photo, pour le vin d'honneur, l'ambiance est beaucoup plus détendue.

Le personnage qui est tout à fait à gauche ressemble beaucoup à Laurent-Antoine PINELLI, dit "Antunarellu", le premier adjoint du maire de Poggiolo.

 

L'inauguration du groupe scolaire de Soccia

 

Mais, après un tel démarrage, l'école ne dura pas longtemps. Même avec les élèves des villages voisins, les effectifs étaient faibles et l'administration rectorale finit par imposer le regroupement de tout le primaire à Vico. 

 

Et maintenant l'ex-groupe scolaire garde toujours son nom mais sa vocation est simplement de servir de logement.

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 19:24
Les élèves d'Orto

 Pour compléter le précédent article sur l'ancienne école d'Orto, Jean-Luc, le créateur du site ortu.free.fr, a eu la grande gentillesse de nous faire parvenir cette très rare photo de classe. 

 

Elle montre que, effectivement, il y avait beaucoup d'élèves à la fin du 19ème. Son arrière grand-père Jean-André Battesti est à gauche de l'instituteur qui lui pose une main sur l'épaule. Outre le grand nombre d'enfants, on peut remarquer aussi la diversité des tenues, qui semble indiquer que la vie pouvait être rude en ce temps-là...

 

La photo peut être agrandie par un simple clic.

Partager cet article
Repost0
16 mai 2020 6 16 /05 /mai /2020 17:59

 

La question posée par Martine CHITI était toute simple. Le 29 avril, elle avait demandé à l'animateur du groupe Facebook "Village d'Orto" quel était le grand bâtiment en ruines visible sur la photo de profil de ce groupe. Curiosité tout à fait normale.

 

Ecole éphémère, ruines durables

 

Il en a résulté pendant une huitaine de jours une intense discussion avec des dizaines de commentaires. Contrairement à ce qui se passe trop souvent par internet, les interventions ont été sérieuses et constructives, alternant souvenirs familiaux et recherches documentaires.

 

Nous allons résumer les résultats de ce débat qui peut intéresser tous les villages de notre haut-canton.

 

Ce bâtiment disproportionné par rapport aux maisons d'Orto était une école. Mais quelles furent ses dates de construction et de fonctionnement?

 

Le site ortu.free.fr montre une autre photo du même lieu.

Ecole éphémère, ruines durables

 

La grande maison est un peu moins délabrée et surtout, au contraire de la photo de Facebook, le clocher de l'église voisine est plat. Il n'a pas son sommet avec horloge et lanternon pointu.

 

Cette vue est donc plus ancienne mais elle n'a pas de date. On peut supposer qu'elle est certainement d'avant 1914.

 

Le site indique qu'il s'agit du "groupe scolaire" qui "a gardé longtemps la belle allure Napoléon III de ses heures de gloire".

 

En fait, la construction n'a certainement pas été opérée pendant le Second Empire, même si cette période s'en était préoccupée. En rendant la scolarité obligatoire, la Troisième République inonda la France d'écoles qui ont souvent des plans très similaires. Détails sur le site le temps des instituteurs.

 

Ainsi, il n'est pas étonnant que la mairie (et ex-école) de Rosazia ait eu la même allure.

 

Photo tirée du site http://preciosa.eklablog.com/

Photo tirée du site http://preciosa.eklablog.com/

 

Le bâtiment d'Orto paraît immense mais il faut se rappeler qu'il avait plusieurs parties: salles de classe (séparées pour garçons et filles), logement de fonction des instituteurs et salle de réunion du conseil municipal.

 

Cette école a dû être construite entre, grosso modo, 1880 et 1900. Les élèves étaient nombreux car, en 1891, la population ortigaise comptait 546 personnes, d'après le recensement officiel. Soccia en avait alors 787. Poggiolo atteignit son optimum en 1901 avec 598 habitants. Son école avait alors 29 élèves filles et 26 garçons (voir l'article La cent dixième rentrée scolaire).

 

La municipalité d'Orto décida la construction d'une école, financée par la mairie avec des prêts et des subventions de l'Etat. Poggiolo préféra l'option de la location de parties de maisons particulières.

 

Le maître d'œuvre fut  un certain ALZIPIEDI de Murzo.

 

Mais, au bout de très peu d'années, vers 1900, le bâtiment fut fermé à cause de la fragilité de la poutre maîtresse qui faisait craindre l'effondrement du plancher de l'appartement du couple d'instituteurs. Les élèves furent transférés dans la maison de Jeanne ROCCA.

 

La ruine resta en place durablement. Jean-Luc, le rédacteur du site ortu.free.fr se souvient avoir connu "ses poutres tombées à terre nous servant de terrain d'entraînement à un équilibre rendu indispensable par les ronces qu'elles surplombaient". 

 

Les débris furent enlevés au début des années 60 pour laisser la place à une nouvelle école édifiée en un  style que Jean-Luc qualifie de "néo-ceaucescu" (Ceaucescu était le dictateur de la Roumanie communiste de 1965 à 1989). 

 

Mais il était tard et la population diminuait à grande vitesse. Après Guagno-les-Bains en 1964 et Poggiolo en 1965, l'école d'Orto ferma en 1970. Celles de Soccia et de Guagno subsistèrent quelques années de plus.

 

L'école abrite maintenant la mairie et la salle des fêtes.

 

tiré du site http://www.nuvellaghju.com/

tiré du site http://www.nuvellaghju.com/

 

L'aspect de cette partie du village a bien changé. Mais il reste des photos qui étonnent toujours.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 18:00
Campà corsu, un rendez-vous hebdomadaire

Surprise pour les lecteurs de «La Provence» de vendredi 15 mai avec deux pages entières consacrées à la Corse, et pas de façon exceptionnelle car elles reviendront chaque semaine.

 

Tenant compte du fait bien connu que « l’histoire de la Corse s’écrit aussi par-delà ses côtes ; loin derrière la ligne d’horizon », le quotidien basé à Marseille a décidé de tenir compte de « la région de Marseille où plus de 200.000 Corses seraient établis, parfois depuis des générations et sans que jamais le lien avec la terre d’origine ne se rompe », comme l’écrit Marine STROMBONI dans son éditorial.

 

Désormais, « tous les vendredis, La Provence s’engage aux côtés de cette communauté et portera chaque semaine un regard de l’autre côté de la Méditerranée, mettra en lumière des personnalités, activités ou initiatives qui entretiennent le lien entre la Corse et le continent afin de permettre à chacun, quel que soit son lieu de résidence, de faire vivre la culture corse.

Mieux, de vivre corse.

Campà corsu. »

 

Une telle initiative ne peut qu’être saluée par le Blog des Poggiolais qui, depuis dix ans, travaille à entretenir les liens entre les Corses originaires de Sorru in Sù, quelle que soit leur résidence.

Campà corsu, un rendez-vous hebdomadaire

Le premier numéro de Campà corsu présente les nombreux médias qui, dans les kiosques, les ondes ou internet, portent les voix de la Corse. 

 

On notera qu'il est fait mention du « Journal de la Corse », le « doyen de la presse européenne », fondé en 1817 et aux débuts duquel collabora étroitement le Poggiolais Gian Antonio PINELLI.

 

Un petit raccourci peut laisser à faire croire que « Corse-Matin » est l’unique quotidien corse depuis la Libération. En réalité, il existait « Le Provençal Corse », devenu ensuite «La Corse La Provence», et « Nice-Matin Corse » qui finirent par fusionner en juillet 1999 pour donner le journal insulaire actuel.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2020 4 14 /05 /mai /2020 18:00

La santé est, avec la pandémie actuelle, la préoccupation de chacun. On apprendra donc avec plaisir que la pharmacie de Vico vient de se moderniser pour mieux recevoir dans ses nouveaux locaux les habitants des Deux Sorru. 

Pascale CHAUVEAU a posé quelques questions à Philippe BUCHERT sur l'officine et sur les transformations du métier de pharmacien. Nous reproduisons l'entretien paru dans "Corse-Matin" d'aujourd'hui jeudi 14 mai et nous le faisons suivre de l'article historique paru dans ce blog le 5 mars 2017, lors de la réouverture de la pharmacie.

 

---------------

 

La pharmacie déménage et s’agrandit

Depuis quelques jours, la pharmacie du village s’est installée dans de nouveaux locaux, cours Joseph Colonna, pour la plus grande joie du pharmacien Philippe Buchert qui avait repris l’officine il y a tout juste trois ans.

À peine installé vous déménagez déjà ?

En réalité, je n’avais pas le choix. L’agence régionale de la santé nous avait sollicités pour qu’on transfère la pharmacie dans des locaux plus adaptés. Notamment avec un sas d’entrée car les livreurs ne doivent pas pénétrer dans la pharmacie. Qui plus est, nous avons pu aménager des toilettes qui n’existaient pas dans l’ancien local et bénéficier d’une vraie surface préparatoire.

Photo Pascale CHAUVEAU

Photo Pascale CHAUVEAU

Cela suppose-t-il que vous préparez encore certaines médications ?

Hélas non. Cela se perd complètement dans les pharmacies modernes. Quand j’ai commencé en 1983, on préparait encore des sirops, des suppositoires, mais aussi des gélules amincissantes, savons et bains moussants. On vendait même de l’eau minérale. Cela me manque un peu. Les pharmaciens faisaient aussi de la vaccination, notamment pour la grippe, mais à Vico il y a de nombreux infirmiers qui sont là pour ça. En revanche, j’ai des diplômes d’orthopédie et d’audioprothèse, et je vais proposer des semelles orthopédiques et des corsets.

Avec une surface plus que doublée, l’offre de parapharmacie et cosmétiques va-t-elle doubler elle aussi?

Je dirais qu’elle va plutôt évoluer, en faisant augmenter les gammes intelligemment. Je vais remplacer certaines marques par des produits plus professionnels, notamment pour certains cosmétiques et produits pour bébés. Et je souhaite également améliorer le rayon vétérinaire, car il y a une grosse demande dans le canton. Mais en conclusion, outre le fait que l’espace supplémentaire permettra plus de rangements, cela sera surtout plus confortable pour les clients en cette période où la distanciation physique est de mise.

 

 

 

BREF HISTORIQUE DE LA PHARMACIE DE VICO

(paru sur le blog des Poggiolais le 5 mars 2017)

 

Cette activité est ancienne à Vico.

Dans le chapitre "A propos de la santé à Vico" de l'ouvrage "Vico-Sagone. regards sur une terre et des hommes", le docteur Bernard ALLIEZ signale qu'il devait exister au Moyen Age un "spiziale" (apothicaire) mais que l'existence d'une pharmacie est bien prouvée par un document officiel du 23 septembre 1833. Le pharmacien était alors Venture (ou Bonaventure) MULTEDO.

A la fin du XIXème siècle, il exista même deux officines. En 1905, Don François BIANCARELLI en racheta une, puis l'autre un peu plus tard. Très aimé de ses concitoyens, il fut maire de Vico de 1919 à 1935. Son nom fut donné au square du monument aux morts.

Bernard ALLIEZ écrit: "Après son décès, en 1944, sa fille Rosine assurera la marche de la pharmacie pendant deux ans sous la "tutelle" du président du conseil de l'ordre des pharmaciens d'Ajaccio jusqu'à ce qu'elle épouse Henri CULIOLI, pharmacien originaire de Petreto, qui reprendra l'officine familiale de Vico jusqu'en 1967". 

Il n'est pas dit dans ce livre que leur fille Marie-Dominique, née en 1955, fut, de 1982 à 1996, la première épouse de Nicolas SARKOZY et la mère de ses fils Pierre et Jean.

 

La nouvelle pharmacie vicolaise

 

Le docteur ALLIEZ indique également que, dans les années 1990, la pharmacie, ayant été reprise par Jean Roch CALLAY, fut déplacée à son emplacement actuel, la maison Colonna.

 

La nouvelle pharmacie vicolaise
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907