Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 15:52

    Le magazine "GÉO" consacré à la Corse (article du 30 juin) est accompagné de "La Corse des villages", une édition spéciale du GEOGUIDE de Gallimard. L'île est divisée en 5 "géorégions" présentée chacune par une carte.

  carte golfe Porto

    Celle intitulée "Autour du golfe de Porto" montre bien Vico, Murzo, Guagno-les-Bains, Orto, Guagno, Soccia, et même Muna. Mais aucune mention de Poggiolo, alors que le village est cité dans l'article de Sylvie BUY. Dommage, très dommage.

Partager cet article

Repost0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 17:22

 

Quand l'été débute, la Corse bénéficie toujours de l'attention des magazines qui publient leurs numéros "spécial vacances". "GÉO" se plie à cette habitude avec son numéro de juillet qui vient à peine d'être mis en kiosque. Nous ne citerons pas tous les articles dédiés au "meilleur de la Corse" mais seulement celui qui concerne notre micro-région (il était annoncé dans la note du 12 juin dernier).

Pages 94 et 95, sous le très bon titre "Ils balisent les chemins des ancêtres", Sylvie BUY décrit le travail de redécouverte des sentiers d'autrefois dans la vallée de LURI et à SORRU IN SÙ.

couverture Géo

 

 

"Avec 250 habitants et quatre villages, la vallée s'étiole, seuls les vieux restent.

   Autre lieu, même combat. Près de Vico, en plein centre de l'île, se trouve une vallée perdue. Petite, blottie au pied du vertigineux Ritondo (2.622 m), Sorru in Sù est enclavée. A trois heures de Bastia, idem de Corte. Panoramas à couper le souffle, lacs cristallins, hameaux cramponnés à la roche... un paradis pour les randonneurs, pas pour ceux qui vivent là. Avec 250 habitants pour quatre villages, la vallée s'étiole. «Seuls les vieux s'accrochent», commente François Tomasi, lui aussi accompagnateur en montagne. Et les passionnés. Comme lui, comme Paul, le berger, Jean-Claude, éleveur de porcs ou encore Jean-Marie et Marie-Ange, hôteliers restaurateurs, et ceux qui vivent de multi-activités ancestrales: charcuterie, fromages, miel, bois, farine de châtaignes, etc. En 2002, François et quelques amis ont créé l'association Chjassi è monti ("chemins et montagnes"). Objectif, là encore: rouvrir d'anciens sentiers pour dévoiler ces sites sublimes et, du même coup, doper l'économie locale. Pendant six ans, Chjassi è monti a cherché des fonds pour démarrer. En vain. «On n'intéressait pas les politiques. Quatre-vingts pour cent des Corses vivent près de la mer. Qui se soucie des montagnes?» grince François. Mais l'homme a la tête dure. "En 2008, on a décidé d'y aller seuls."

   Avec les moyens du bord, l'association a extirpé quarante kilomètres de chemins de la broussaille, misant sur la proximité du GR 20 et du sentier Mare a mare qui relie les deux côtes. En s'y raccordant, Chjassi è monti a créé neuf boucles de randonnée. Un maillage qui dessert les plus beaux sites autour de Soccia, Orto, Guagno et désenclave la vallée.

 


   Leur but? Eviter à tout prix la folklorisation de la Corse de l'intérieur

 
   Le GR 20 est désormais à deux heures de marche, et un nouveau sentier conduit au très prisé lac de Creno, où, selon la légende, le diable sommeillerait pour l'éternité. Les randonneurs, qui peuvent désormais «décrocher» vers la vallée, ont commencé à venir. Les élus eux-mêmes ont fini par faire le déplacement et apprécier le travail. Résultat, en 2009, la collectivité territoriale a décidé de financer un chantier. Une bouffée d'oxygène pour ceux qui choisissent de rester au pays, comme Dumé (Dominique), éleveur, charcutier et muletier, qui s'est installé à Poggiolo, vingt habitants. «Avec ses quatre enfants, il a repeuplé le village! rigole François. Nos chemins sont là pour conduire les randonneurs vers des gens comme lui, qui ont des choses à proposer. On veut des rencontres.»

   Les «faiseurs de chemins» se ressemblent. De l'énergie pour quinze, pas un sou. L'amour de leur terre, une dent contre les autorités. Et une idée fixe: réussir un tourisme durable dans leur microrégion. Ils savent tous que ça ne sera pas facile; déjà, pour ne pas avoir de côtes bétonnées à la Miami Beach, «ça a coûté des centaines de kilos de plastic et des années de prison». Alors, face à un intérêt croissant pour la Corse de l'intérieur, on veille au grain. Pas question de la folkloriser, «du type: jour 1, rencontre avec un faux berger à qui on a collé une barbe blanche; jour 2, soirée danse traditionnelle ... », ironise Robert. «Il faut qu'il y ait une vraie vie, c'est tout.» Et dans ces montagnes dures et magnifiques, c'est bien le problème."

 


Partager cet article

Repost0
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 19:49

Officiellement, l'été est commencé depuis une semaine, depuis lundi 21 juin.

Il est plus que temps, si ce n'est déjà fait, d'organiser les vacances.

Surtout, ne pas oublier de passer par POGGIOLO.


Le village vous ouvre les bras.

 

accueil Jacques

Partager cet article

Repost0
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 20:14

Comme chaque année, le festival SORRU IN MUSICA est annoncé par une affiche conçue spécialement. Celle de l'année dernière était fort belle (voir ICI). La nouvelle affiche est une réussite avec un violon bien enraciné dans notre micro-région.


Affiche festival 2010  

Elle augure bien d'une édition 2010 qui sera de grande qualité. Le site officiel du festival vient de publier de nombreux détails sur chacune des soirées prévues:

http://www.sorru-in-musica.com/

Partager cet article

Repost0
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 18:55

 

 

Les cloches de l'église Saint Siméon ne sont pas allées à Rome pour Pâques. Elles ont été retenues à Poggiolo pour subir une opération technique, une véritable mutation. A la suite de la décision du conseil municipal, elles viennent d'être électrifiées!!!

Désormais, depuis quelques jours, le tintement se fait entendre à chaque heure de la journée. Le souci d'efficacité et de régularité l'a emporté. Le pittoresque y perd beaucoup mais les nostalgiques pourront se réconforter en sachant qu'il est toujours possible de les actionner à la main.

En tout cas, une page de l'histoire locale vient de se tourner.

 

L'histoire de St Siméon a été contée par plusieurs articles de ce blog, comme celui du 15 février.

 

Les cloches elles-mêmes sont le sujet d'un film réalisé par Thierry CALDERONI et intitulé: "Comment sonnent les cloches poggiolaises". Il est diffusé par la vidéothèque poggiolaise. A voir (et à entendre) absolument en cliquant sur la photo du clocher.

 

 

  clocher St Siméon.jpg

 

Mais, au milieu du village, la chapelle St Roch échappe à la modernité et (ouf!) sa cloche conserve la corde qui, de tout temps, a attiré les noctambules plaisantins.

 

 

 

St Roch clocher

Partager cet article

Repost0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 19:31

La Saint-Jean-Baptiste (qui a lieu jeudi 24 juin) fait partie de ces fêtes traditionnelles qui avaient été abandonnées et que l'on remet en vigueur.

Vico renoue cette année avec la tradition en organisant les feux de la Saint-Jean (renseignements: 06 86 67 11 29/06 84 45 34 36).


feu st jean

Mais, autrefois, feu de la Saint-Jean rimait aussi avec asphodèle!

Claire TIÉVANT et Lucie DESIDERI le rappellent dans leur "Almanach de la mémoire et des coutumes" (Albin Michel):

"En effet, avant la mise à feu du bûcher, les jeunes gens partaient en groupe dans la campagne pour ramasser les fameux taravelli (asphodèles).
A chacun sa provision de munitions! Rentrés au village, ils alignaient les asphodèles à proximité du bûcher, et lorsque ce dernier était enflammé, plaçaient un à un les bulbes dans le feu en tenant la plante par sa tige; quand la chaleur était jugée suffisante, on les retirait du feu et on les frappait violemment contre une pierre. Cela produisait une petite explosion digne d’un pétard!
Le lendemain matin, jour de la Saint-Jean, chaque famille revient chercher dans le tas de cendres les tisons restants. Conservés dans les maisons, ces tisons de la Saint-Jean ont des vertus protectrices importantes, Autrefois, lorsqu'on dépiquait le blé après la moisson, on ne négligeait jamais l'usage de planter l’un de ces tisons dans le tas de blé qui était ainsi mis à l'abri du vol et des sorciers. (...)

 

asphodèle(photo d'asphodèle)

 

Aucune plante médicinale n'est aussi efficace, dit-on, que lorsqu'elle a été ramassée le matin de la saint-Jean, à l'aube. Et cela n'est pas particulier à la Corse. Dans toutes les régions françaises, la tradition veut qu'à cette heure précise, les vertus des plantes soient exaltées. C'est pourquoi l'on procède à une cueillette extrêmement matinale pour faire provision d'arbe salutivare (d'herbes médicinales). Selon les pièves, on attribue à san Ghjuvà l’une de ces plantes.
C'est souvent le millepertuis appelé erba sanghjuvannina ou encore fior di san Ghjuvanni ; mais cela peut être aussi la saponaire (fior di san Ghjuvà) ou bien d'autres encore. (...)

Chaque paese avait jadis ses propres coutumes concernant les plantes de la Saint-Jean. Dans certaines localités, on fabriquait ce jour-là des crucette (petites croix) avec les fiori di san Ghjuvà (achillée mille-feuille) pour aller les planter dans les jardins.

Dans le Niolu, à Bastelica et à Rennu, on allait cueillir de préférence la mauve ou malba dont les feuilles étaient utilisées au cours de l'année pour faire des tisanes efficaces contre la toux. On faisait des bains de bouche et on lavait les enfants avec la tisane de ses fleurs."

 
BONNE CUEILLETTE!
 

Partager cet article

Repost0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 19:10

 

Suite de l'article "La nouveauté de 1924".

Les documents disponibles sur le Syndicat d'initiative de Poggiolo créé en 1924 (voir article du 15 juin) ne consistent pas seulement en circulaires et papier à lettres. Nous avons aussi la liste des adhérents grâce au carnet à souche  de reçus de cotisations trouvé dans les archives de la famille CHABROLLE-BARTOLI.

SI carnet

Ce carnet donne de nombreux renseignements sur les 55 Poggiolais qui y adhérèrent pendant les quatre années d'activité du SI. Nous pouvons ainsi avoir une vision assez nette des Poggiolais actifs, c'est-à-dire de ceux qui voulurent faire avancer le village. N'oublions pas que cette association apparaît 6 ans après la première guerre mondiale pendant laquelle trente enfants du village ont disparu. Il fallait réagir à cette saignée.

 

COMBIEN DE POGGIOLAIS ACTIFS?

Chaque talon comprend le nom et le prénom de l'adhérent, sa profession, son adresse et la date du versement de la cotisation. Mais toutes les rubriques ne sont pas toujours remplies correctement ou remplies tout court.

Ainsi, Charles LOVICHI est orthographié LOVIQUI. Autre exemple: un FRANCESCHETTI Antoine Dominique, retraité, est mentionné uniquement en 1924 alors qu'un FRANCESCHETTI Dominique Antoine, retraité, est noté pour les années suivantes. Il est plus que probable qu'il s'agit d'une seule et même personne. De même, le Noël PINELLI, commissaire principal de la Marine hors cadre, adhérent le 18 mars 1924 est le même que le Jean Noël PINELLI qui a la même qualification professionnelle et qui verse une autre cotisation le  20 août. Compte tenu de ces réserves, ce document donne 53 personnes différentes.

Parmi leurs noms, on peut compter 8 CECCALDI et 8 DESANTI, 6 DEMARTINI et 6 MARTINI, 4 PAOLI et 4 PINELLI, 3 FRANCESCHETTI, 2 ANTONINI et 2 CARLI. 11 noms ne sont cités qu'une fois (ARNAUD, COLOMBANI, COLONNA, LAMON, LOVIQUI (sic), MOZZICONACCI, NIVAGGIOLI, OLIVA, PAPADACCI, PASQUALINI et VALENTINI). Pas de surprise: les familles les plus nombreuses et les plus anciennes de POGGIOLO sont bien les plus représentées dans cette liste.

 

SI Franceschetti

Sur les trois femmes mentionnées, une seule (Julie LAMON) a ses nom et prénom  complets. Les deux autres n'ont pas droit à leur prénom mais à celui de leur mari, et sont donc appelées Mme Noël CECCALDI et Mme Martin DEMARTINI. 

Pour les prénoms, le décompte est difficile à cause de l'habitude des prénoms composés (il y en a 19). En comptant ceux-ci pour chaque fois deux, on arrive à 71 prénoms. Le plus usité est Jean (13 occurrences), suivi par François (9 fois) et Antoine (7 fois).

Une curiosité: COLOMBANI se prénomme Thimaute.

 

LEURS ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

La profession est mentionnée pour 37 adhérents. Comme beaucoup d'autres Corses de l'époque, ils travaillent surtout comme fonctionnaires.

L'activité la plus représentée est l'Enseignement (8 personnes dont 2 directeurs d'école), devant l'Armée (6 personnes), la Poste (4 personnes) et la Police (4 également). Parmi eux,  5 sont retraités. 5 autres sont retraités sans précision sur leur métier antérieur. 

Il y a même un administrateur colonial (Hyacinthe DESANTI) et un sous-préfet (Charles LOVICHI).

SI Hyacinthe

Valère DESANTI exerce le métier particulier de "maître de phare".

Aucune mention d'artisan ou d'agriculteur (sauf Martin Archange PAOLI qui est qualifié de "propriétaire"). 

 

SI professions

Cette liste est-elle donc représentative de la réalité poggiolaise ou des Poggiolais qui veulent agir car, comme le montre cet éventail, ils  sont de milieux plutôt aisés et cultivés?

De plus, beaucoup d'entre eux n'habitent pas en Corse.

 

LA RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE  DES POGGIOLAIS ACTIFS

7 adhérents seulement ont POGGIOLO comme adresse. Mais, comme pour 10 autres, aucune adresse n'a été indiquée, on peut supposer qu'ils devaient habiter au village. Du moins, on peut le supposer avec beaucoup de prudence car Charles LOVICHI est alors sous-préfet de BÔNE et son adresse habituelle ne peut être en Corse.

En 1924, les souches sont remplies par le trésorier Jean Noël PINELLI qui n'est pas le parlementaire (voir l'article du 4 juin) mais un homonyme, "lieutenant en retraite". Les adresses de tout le monde sont bien rédigées. Pour les années suivantes, le trésorier s'appelle CARLI et les indications deviennent moins précises.

Les adhérents n'habitant pas POGGIOLO ont leur domicile:

- en CORSE: 3 (1 à SOCCIA, 2 à AJACCIO)

- en FRANCE continentale: 17 (11 à PARIS, 3 à SAINT-DENIS, 1 à BAVAY dans le Nord, 1 à CAP FERRAT, 1 à MARSEILLE)

- dans les colonies: 10 en TUNISIE, 5 en ALGÉRIE, 1 au MAROC, 1 au DAHOMEY, 1 en GUYANE. Cette dernière catégorie représente donc 1/3 du total.

SI géographie

Paradoxalement, les Poggiolais les plus éloignés semblent être les plus attachés au développement du village.

Justement, il est à remarquer que l'idée du Syndicat d'Initiative semble venir d'Afrique du Nord. Tous les documents sortent de l'Imprimerie Libre, 23 Cours Bertagna, à Bône (Algérie). Bône est la ville où habitaient Toussaint PASQUALINI (qui ne cotisa qu'en 1924) et Antoine MARTINI (qui ne paya qu'en 1926). Mais le sous-préfet de  BÔNE est alors Charles LOVICHI qui le restera jusqu'à sa retraite en  1927. Serait-ce lui la cheville ouvrière?

 Dans le Bureau du Syndicat d'Initiative, le Président (Charles Antoine DESANTI) et deux membres du Bureau (César ANTONINI et Jean-Baptiste DESANTI) travaillaient à Tunis.

Si le déracinement de Poggiolais au profit de l'empire colonial est alors commun  à toute la Corse, la curiosité est la sur-représentation de la TUNISIE (10 sur 18 "coloniaux"). Cette originalité se vérifie pour l'ensemble des communes des Deux-Sorrù à cette époque.

Elle tient à un élément historique bien particulier qui fera l'objet d'un prochain article.

  =================================
 A suivre en cliquant ICI.
 

Partager cet article

Repost0
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 18:36

Malgré la pluie, les moutons prévus pour le méchoui de Soccia samedi 19 juin ont été parfaitement cuits .

Les convives, socciais et poggiolais, attablés à la salle des fêtes, ont pu se régaler dans une excellente ambiance.

La soirée s'est terminée avec un grand karaoké animé par l'habituel DJ MARCEL.

 

Bravo au comité des fêtes!

Soccia soiree mechoui 030

 

 

 

Soccia soiree mechoui 032

 

 

 

Soccia soiree mechoui 035

 

 

Soccia soiree mechoui 034

 


Partager cet article

Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 19:55

DERNIÈRE MINUTE:

Le mauvais temps oblige l'atelier peinture à renoncer à sa démonstration prévue demain à Vico.
L'ouvrage sera remis sur le métier fin septembre, doublé d'une expo au Couvent.


En attendant, pour s'initier aux techniques picturales anciennes, regardez le blog de José COLOMBÉ: ARTISSIMI

Partager cet article

Repost0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 17:54

En ce moment, le temps joue de mauvais tours mais on peut penser que le prochain week-end sera agréable. 

Dans ce cas, les peintres amateurs de l'Atelier du Couvent pourront montrer leur talent à Vico, sur la place du Couvent St François, sous les platanes. Cet Atelier, qui se tient dans le pigeonnier du couvent depuis presque sept ans, est animé, avec talent, générosité, rigueur, patience, et surtout avec l'amour de la peinture, par le peintre José COLOMBÉ

Quelques oeuvres seront également exposées dans la salle du Père ALBINI.

Venez encourager les artistes dimanche 20 juin.


atelier Vico

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

 

 

FÊTE DE ST ANTOINE ABBÉ

Messe samedi 16 janvier à 15 heures

chapelle de Guagno-les-Bains.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907