Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 18:03
Boîte aux lettres Poggiolo.

Boîte aux lettres Poggiolo.

Comme tous les corps de métier, les agents de la Poste sont affectés par les changements liés au Coronavirus. Depuis le premier jour du confinement, le fonctionnement habituel est bouleversé : moins de personnel, des horaires de distribution adaptés et le minimum de bureaux ouverts afin d'assurer un service minimum.


Le service postal bouleversé

Afin de préserver la santé des postiers en Corse, la Poste fonctionnait  avec un socle d'une vingtaines de bureaux en activité, depuis quelques jours. 
Dès lundi, la liste va être étendue à 70 points de contact ouverts et à 20 agences postales communales. Elles seront ouvertes ponctuellement de manière à permettre aux utilisateurs n'ayant pas accès à Internet de faire leurs opérations. Il est conseillé d'ailleurs de s'y rendre seulement pour des besoins nécessaires ou urgents tout en respectant les gestes barrières.


Les bureaux ouverts : 

- Corse du Sud :  Ajaccio Saint Gabriel, Ajaccio Salines, Ajaccio Mezzavia, Cargèse, Levie, Olmeto, Petreto-Bicchisano, Pianottoli-Caldarello, Porto-Vecchio 4 chemins, Porto-Vecchio ville haute, Propriano, Porticcio, Sagone, Ste Lucie de Porto-Vecchio, Sari Solenzara, Sartene et bientot Aullene, Azzana, Ciamanacce, Evisa, Grossetto Prugna, Guagno, Marignana, Sari d’Orcino, Soccia, Zonza.

- Haute-Corse : Aleria, Bastia Saint-Nicolas, Bastia Libecciu (Lupino), Borgo, Calacuccia, Calvi, Corte, Erbalunga, Furiani, Ghisonaccia, Ghisoni, L’Ile-Rousse, Macinaggio, San Nicolao et bientot Campile, Corbara, La Porta, Olmi Capella, Omessa, Piedicorte di Gaggio, Santo Pietro di Tenda, Sermano, Vezzani.

 

 

            

Bureau de poste de Soccia.

Bureau de poste de Soccia.

Au-delà de ces bureaux, 20 autres bureaux de poste communaux devraient donc être disponibles. Il suffira de se rapprocher de sa mairie pour connaitre les horaires d'ouverture.

En Corse-du-sud : Guitera les Bains, Loreto di Tallano, Peri, Sollacaro, Tolla, Viggianello.
En Haute-Corse : Asco, Barrettali, Cateri, Lama, Lumio, Morsiglia, Pietralba, Poggio di Nazza, Prunelli di Fiumorbu, San Lorenzo, Tallone, Tox, Valle d’Alesani.

Pour rappel, le seuil de retrait autorisé est généralement de 150€ par semaine pour ces bureaux.

Autre nouveauté à compter de la semaine prochaine : le versement des prestations sociales aux allocataires pourra s'effectuer via les distributeurs automatiques de billets dans les bureaux de poste sur tout le territoire insulaire. 

Une distribution adaptée

La tournée des facteurs est aménagée en service minimum : la distribution du courrier a lieu du mercredi au vendredi à raison d'un secteur par semaine.
A partir de la semaine prochaine, la livraison de la presse écrite sera assurée également en début de semaine.
De la même manière, le relevage des boites aux lettres a été divisé de moitié, celles hors-service sont signalées directement sur place.

A savoir que les liens aériens sont suspendus, plus d'avions postaux, le trafic de courrier et de colis se fait uniquement par voie maritime. Il est donc pour cela conseillé de commander uniquement ce qui est nécessaire, de manière à désengorger le service et à éviter les contacts.

 

------------------------------------

Ce texte vient de l'article de Noël Luciani publié dans Via Stella le 2 avril 2020. 
 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 18:25

Connu sous le nom de Klape, le photographe Antoine MANGIAVACCA publie sur Facebook de nombreuses photos de Sorru in Sù. Etant de famille socciaise, il donne la priorité à Soccia dans ses clichés de villages. Mais Poggiolo a souvent une portion congrue dans ses œuvres.

 

Il a fini par s'en rendre compte et il le reconnaît, mardi 31 mars, en publiant la photo portant le numéro 654:


"Car je photographie trop peu souvent Poggiolo .. je me rattrape ! Voici le village début Mars, après les chutes de neiges sur les crêtes de Rinella en arrière-plan".

 

Pour bien apprécier les photos suivantes, cliquer sur chacune d'elles.

 

Klape a fait amende honorable

 

Un autre photographe professionnel s'est plus souvent attaché à montrer Poggiolo: Nicolas MARTINI.

En 2013, il avait photographié le village avec pratiquement le même angle de vue.

Voici le 3 janvier:

Klape a fait amende honorable

 

Et voici une image du 25 août 2013:

 

Klape a fait amende honorable

D'autres photos de Poggiolo par Nicolas peuvent être vues en cliquant ici

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2020 2 31 /03 /mars /2020 17:47
INSEME d'avril: numéro spécial épidémie
Ce mois-ci, l’équipe d'Inseme a voulu que le bulletin inter-paroissial continue à maintenir un lien les communautés des Deux Sorru, comme il l'a toujours fait chaque mois depuis sa création.
A l'initiative de Nathalie, nous avons concocté un "Inseme" d'avril en version numérique que vous trouverez en pièce jointe.
Afin qu'il parvienne au plus grand nombre, nous vous remercions de bien vouloir le faire suivre aux personnes dont nous n'avons pas les coordonnées emails et dont vous pensez qu'elles seraient intéressées.
Merci à vous.
Bonne lecture !!!
 
 
Principaux articles:
- en guise d’éditorial, une "notice optimiste» de l’écrivaine italienne Ottavia CASAGRANDE
- Billet spirituel du Père Michel BRUNE
- «Bernard Ramay nous a quittés» par Annie ABBAMONTE
- La vie de Saint Roch et sa présence dans les Deux Sorru , par Michel FRANCESCHETTI
- La soirée Pulenda du 15 février, par Fabienne FABRE
- «Trouver l’équilibre pour éviter les risques associés au confinement» interview de François-Aimé ARRIGHI, directeur de l’EHPAD de Vico et du FAM de Guagno-les-Bains
- «Apprivoiser sa peur» par Nathalie PRÉVOST
 
Cliquez sur le lien du fichier:

Partager cet article

Repost0
29 mars 2020 7 29 /03 /mars /2020 06:59
Les Poggiolais ne manqueront pas de pain

Bonne surprise hier samedi pour les résidents de Poggiolo: la mairie a organisé une distribution de pain.

 

Chaque maison occupée dans la commune a reçu la visite d'un conseiller municipal qui, tout en respectant les distances de sécurité et en portant masque et gants, a déposé plusieurs pains et le nouveau modèle d'attestation de déplacement dérogatoire.

 

Les temps sont difficiles et plus particulièrement dans les villages de l'arrière-pays. Il n'existe plus de commerces et, même si le Super U de Sagone ou Casalta de Vico, par exemple, effectuent des livraisons, le ravitaillement est un problème. Certains auraient même commencé à réactiver d'anciens fours.

 

L'initiative municipale est bienvenue. Une autre distribution est prévue pour vendredi. 

Partager cet article

Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 19:36

Situé entre Ajaccio et Propriano, Guarguale est très éloigné des Deux-Sorru mais le texte publié aujourd'hui dans ce blog vaut certainement pour de nombreux villages. Cet article a été écrit par Paule Casanova-Nicolaï et a été placé en dernière page du "Corse-Matin" de vendredi 27 mars.

 

 

Au commencement, on a imaginé un confinement villageois total. Entre nous. « Ici, nous sommes protégés, les contacts sont réduits », insiste Paul. Sortir, modérément et seul, ne semblait pas risqué, puisque l’on ne pouvait croiser que le voisin qui ne venait pas de loin ! À Guargualé, comme dans nombre de localités de l’intérieur de l’Ornanu, le quotidien des premiers jours confinés était rythmé par les tintements de la cloche de l’angelus, trois fois par jour, puis par l’arrivée des marchands ambulants. Le boulanger, le boucher, l’épicier. La factrice.

À chaque « pause mobile », la rue s’animait. Les habitants s’approchaient, en respectant les distances de sécurité, certes. Il fallait commenter la crise sanitaire, diaboliser le fameux virus. « Ce petit machin » dont parlait la plume tchadienne Moustapha Dahleb était baptisé « stu stuciu scatinatu » par un concitoyen poète.

Mais le virus, pernicieux, s’est rapproché du village lorsqu’une des premières victimes, décédée à Ajaccio, a été enterrée sur ses terres. Les nôtres.

De Chine à Guargualé

De Chine à Guargualé, le temps s’est arrêté. Jamais obsèques n’ont été si tristes. Coronavirus oblige, moins de dix personnes ont accompagné le défunt jusqu’à sa dernière demeure ; une poignée de proches a soutenu la famille portant les accessoires de protection indispensables. Une musique de circonstance, et puis s’en va. Des adieux déchirants. L’ensemble de la population a regardé passer le modeste convoi funéraire de sa fenêtre. Certains ont fait le signe de croix, d’autres ont allumé une bougie, prié en silence. Le lendemain, on apprenait que les proches étaient positifs au Covid-19. Électrochoc ! À la peine venait s’ajouter la maladie. À l’isolement, la peur. À la tristesse, l’angoisse. 

U me paesi, a me casa...

 

« Le virus s’invite dans nos villages aussi. Cette maladie peut arriver à n’importe qui », résumait Antoine. « Restez chez vous, à la maison, c’est la seule solution pour faire barrage au virus », s’époumonait l’infirmière. La confrontation collective à la mort a réveillé des instincts d’humanité. Elle a entraîné des réflexes de solidarité et d’entraide, de surprotection. Le confinement total à la maison s’est imposé. Parce que ce maudit virus est sur le pas de la porte.

Depuis, la rue est déserte, mais l’entraide s’organise naturellement pour les courses d’urgence, la pharmacie, le supermarché situé à quelques kilomètres. Le téléphone surchauffe. Les réseaux sociaux avertissent et les petites missives, dans les boîtes aux lettres, font le reste. Ils avaient disparu ces petits mots que l’on adresse au voisin pour prendre de ses nouvelles. Avec la crise, « la guerre » dit le président de la République, on retrouve des réflexes d’antan. En pensant à l’avenir. Forcément meilleur. « À la fin de la pandémie, apéro géant sur la place », promet une jeune dame. Pari lancé.

 

U me paesi, a me casa...

Au son des cloches et du Diu

Le petit moment de détente à l’extérieur reste sacré. Chacun son tour. Les promenades, les petites courses à pied, le miniping-pong, quelques balles de tennis, discussion d’une fenêtre à l’autre… Tiens, il est 19 heures, l’angelus sonne. C’est l’heure d’un petit apéro en live. On trinque par écrans interposés. Entre villageois, bien sûr. Et à 21 heures, pause générale. Tout le monde écoute les cloches, sonnées magistralement par Luc.

Puis, le Diu vi salve Regina et l’Ave Maria résonnent dans les rues du village. C’est un rituel. Le son qui s’élève dans le ciel semble accompagner nos derniers défunts. Il rend hommage au corps médical. Ici, on resserre les liens à distance modérée, à la lueur de la bougie, au son de quelques notes de musique. C’est bien connu, in Guargualè chi ci ghjunghi ci stà bè.

U me paesi, a me casa...

Partager cet article

Repost0
26 mars 2020 4 26 /03 /mars /2020 19:13

Le bulletin interparoissial "Inseme", qui est un lien important dans nos villages depuis vingt ans, ne sera pas imprimé en avril. Il paraîtra mais, étant donné les circonstances, pour la première fois, sous une forme uniquement virtuelle, en version électronique. Le blog des Poggiolais participera à sa diffusion.

 

Lisez l'article paru aujourd'hui sous la plume de Pascale CHAUVEAU.

----------

 

Si certaines communautés religieuses vivent habituellement cloîtrées, ce n’est pas le cas des pères Oblats de Marie Immaculée de Vico. Une congrégation de missionnaires, aujourd’hui confinée elle aussi, qui a en charge toutes les paroisses du canton des Deux Sorru.

Le père Michel Brune est le supérieur de la petite communauté du couvent. Il applique les consignes envoyées régulièrement par l’évêque d’Ajaccio. Dont celle du 19 mars, relative à la célébration des obsèques : « Nous ne faisons plus de célébration dans les églises, mais directement au cimetière, en respectant les distances de sécurité avec une assistance réduite à la famille proche et quelques intimes, et la messe habituelle est remplacée par une absoute d’environ un quart d’heure. Il y a une dizaine de personnes au maximum. Une seule fois, un groupe de trois chanteurs a tenu malgré tout à chanter au début de la célébration, puis le Dio vi Salve Regina à la fin ».

 

INSEME d'avril sera publié uniquement sur internet

 

Le mensuel Inseme diffusé par mail

Les dernières obsèques célébrées n’avaient aucun lien avec le coronavirus. Mais le père Michel pense avec émotion à toutes les victimes italiennes, incinérées par l’armée. « C’est catastrophique ! »

Toutes les activités habituelles des pères sont à l’arrêt : préparations de mariages, baptêmes, communions, catéchisme, réunions paroissiales… « C’est le grand silence. Tous les bruits ont cessé autour du couvent », observe le père Grégoire Skikki, confiné mais confiant. « Je me sens impuissant. J’aimerais pouvoir communiquer pour pouvoir donner des signes d’espérance, mais aucun des pères ici n’est expert sur internet ».

Il aurait par exemple aimé pouvoir annoncer sur le web l’initiative du pape que tous les chrétiens du monde récitent un Notre Père, hier, et que toutes les cloches allaient sonner ce même jour à 19 h 45.

Depuis 20 ans, le couvent publie Inseme, un petit mensuel diffusé gratuitement dans tout le canton, et envoyé par courrier à la diaspora. Douze pages qui maintiennent un lien.

Pour le mois d’avril, Inseme sera quand même réalisé de manière virtuelle, avec l’aide de bénévoles, et diffusé par mail. Le père Michel Brune a signé le billet spirituel, consacré au paradoxe de Pâques : « A la résurrection du Christ, les apôtres bouleversés par la mort récente de Jésus sur la croix s’étaient barricadés chez eux, »confinés par crainte des juifs« , dit saint Jean dans son évangile. Le Ressuscité les rejoint et les invite à sortir. Et nous, cette année, par prudence, par exigence sanitaire, à cause de cette pandémie du coronavirus, sommes priés de rester chez nous. »

Partager cet article

Repost0
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 17:50

Surprise ce matin dans les villages de Sorru in Sù: la neige est tombée et a vite tout recouvert. 

Même si le printemps vient de commencer, il n'est pas rare d'avoir des flocons en fin mars. Il est même arrivé qu'il en tombe début mai.

Tout avait quand même disparu en fin de matinée, sauf sur les sommets. Mais peut-être le ciel a-t-il voulu rappeler qu'il faut rester confiné.

Parmi ces photos, la première, qui représente Poggiolo, est de Bernard FRANCESCHETTI. Les autres ont été prises à Orto par Roselyne ORTU et Christian Paul DIDIER.

 

Neige printanière
Neige printanière
Neige printanière
Neige printanière
Neige printanière
Neige printanière
Neige printanière
Neige printanière
Neige printanière

Partager cet article

Repost0
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 18:35

 

L'animateur du blog avait été sollicité plusieurs fois sans donner suite à cette demande. Elle est assez particulière car il s'agit de la recherche d'un parent anonyme.

 

La demande venant d'être publiée dans le groupe Facebook "Village d'Orto", il n'est plus nécessaire d'en repousser la publication.

 

Marie, une jeune fille de 24 ans, recherche son grand-père, le père de sa mère. Celle-ci est née en 1963 mais sous X. Elle a été ensuite élevée dans le Jura. Marie a pu retrouver sa grand-mère en Saône-et-Loire mais elle est décédée deux mois après leurs retrouvailles sans avoir donné l'identité de l'homme avec qui elle a eu un enfant.

 

C’est grâce à ses recherches généalogiques durant plusieurs années (avec l’ADN) que Marie sait avec certitude que les parents de son grand-père habitaient un village des Deux Sorru.

 

Mais lequel? Et quel famille?

 

Pour l'identifier, elle a une photo qui est peut-être celle de ce grand-père.

 

Tous les autres renseignements sont sur la pancarte montrée par Marie.

 

Marie cherche son grand-père
Possible photo du grand-père.

Possible photo du grand-père.

La mère de Marie, Nathalie, née en 1963.

La mère de Marie, Nathalie, née en 1963.

Les indices sont minces mais Marie compte sur vous tous:

S’il vous plait, aidez nous à faire voyager ce message de régions en régions, posez des questions à vos grand parents, montrez leur! Nous vous garantissons l’anonymat si vous le souhaitez ☀️ c’est peut être grâce à vous que je le retrouverai 💙rien ne me ferait plus plaisir! 🤞🏻

 

 

Partager cet article

Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 18:00

L'article sur le photographe Antoine Mangiavacca a donné envie de mieux connaître ses œuvres.

Pour nos lecteurs qui n'ont pas encore pu se connecter sur la page Facebook de Klape, qui est à la fois son pseudonyme et le nom de son entreprise, nous vous proposons un diaporama composé d'une sélection des dernières photos publiées sur cette page.

 

Vous y reconnaîtrez, dans le désordre,

le bord de mer près de Sagone,

le lac de Crena,

la Spusata,

Cintu et Paglia Orba,

Rotondu avec le lac de Melu, Sorru in sù, 

Bocca alle Porte,

le plateau au-dessus de la bergerie de la Minuticcia

Soccia photographié depuis l'Arbariccia lors des dernières neiges, avec Letia et Vicu au fond de la vallée

la cascade du Voile de la Mariée

Letia sous les nuages....

et aussi les villages de Soccia, Guagno-les-Bains et de Poggiolo au crépuscule, avec la Paglia Orba et la lumière du refuge Ciottulu di i mori visible en fond. 

 

Bien entendu, Antoine peut réaliser des tirages de chaque cliché.

 

CONTACT :

KLAPE@HOTMAIL.FR.

FACEBOOK : KLAPE.FR

06.16.20.27.26.

Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape
Quelques œuvres de Klape

Partager cet article

Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 10:00
Sorru in Musica session 2
 
Sorru in Musica, la musique pour tous, en tous lieux...et quelles que soient les circonstances.
 
Session 2!
Aujourd'hui, dimanche 22 mars à 17h30.
Duo violon ( Bertrand Cervera)/piano ( Claire Cervera).

Sur la page Facebook de Sorru in Musica.

 

Comme lundi dernier, quelques minutes de musique. Simplement. En partage.

State in casa!

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907