Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2020 1 08 /06 /juin /2020 18:00

 

 

Une redécouverte: le livre du Père Doazan


Les amis du couvent de Vico se souviennent de cet ouvrage précieux du Père Louis DOAZAN, omi, sur l’histoire de ce lieu, paru en 2001. 

On le croyait définitivement épuisé...

Un stock important de ce livre vient d’être découvert et le voilà de nouveau en vente, disponible au couvent ! 

Une bonne nouvelle pour les amis de l'art, de l'histoire et de la spiritualité ! 
 
Présentation du livre en quatrième de couverture.

Présentation du livre en quatrième de couverture.

 

 

Un chef-d'œuvre du couvent: le "Franciscone", un Christ en bois peint de la fin du XVe siècle.

Un chef-d'œuvre du couvent: le "Franciscone", un Christ en bois peint de la fin du XVe siècle.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 18:26
La première carte avec Poggiolo

 

Poggiolo n'est pas cité dans le texte du très intéressant volume 2 de "Histoire de la Corse" (éditions Piazzola), publié en septembre 2019 sous la direction d'Antoine-Marie GRAZIANI. Mais son nom apparaît sur une carte placée pages 12 et 13. Cette carte a pour titre: "La Corse au milieu du XVIIIe siècle (Biblioteca Universitaria de Gênes, ms. C.V. 20) d'après la Storia di Corsica d'ACCINELLI".

 

La première carte avec Poggiolo

Pour voir Poggiolo, il est nécessaire d'agrandir l'image.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

 

Poggiolo (écrit avec un seul "g"), a été distingué en entourant son nom d'un ovale rouge.

Les villages voisins ont été numérotés:

1: Soccia (avec un seul"c")

2: Orto

3: Creno Lago (lac) 

4: Letia

5: Renno

6: Marignana

7: Balogna

8: Vico

9: Nesa

10: Chiliani

11: Rosacia (Rosazia)

12: Gualango

13: Guagno

14: Murzo

 

Une question se pose avec les numéros 12 et 13. Alors que Guagno est placé prés de Rosazia, l'endroit nommé Gualango, si le déchiffrement est bon, est inconnu mais il est écrit entre Orto et le lac de Creno, ce qui correspond mieux à la situation réelle de Guagno.

Mais on peut également relever que l'alignement Poggiolo-Soccia-Orto est un peu bizarre. Une telle carte était quand même un réel progrès sur les précédente qui plaçaient souvent les noms au hasard.

 

Avec Accinelli, la cartographie corse fit un grand progrès. 

Francesco Maria ACCINELLI (1700-1777), prêtre et cartographe génois, fut chargé en 1732 par son gouvernement de dresser une carte de la Corse (alors sous la domination de la Superbe) dans un but militaire, pour être utilisée par les troupes autrichiennes qui aidaient alors les Génois à réprimer une importante révolte dans l'île.

Quelques années plus tard, en 1738, paraissait la première carte de la Corse édité à Paris par JAILLOT. ACCINELLI accusa le Français d'avoir copié son œuvre.

Un site italien est consacré à ce grand érudit:

 http://www.francescoaccinelli.altervista.org

 

Mais la carte du livre dirigé par GRAZIANI ne correspond pas exactement à celle publiée dans "Image de la Corse", de Franck CERVONI, publié en 1989 à La Marge.

Elle est intitulée "MS 15 - Francesco Maria ACCINELLI 1737".

 

La première carte avec Poggiolo

Parmi les différences, si l'on ne regarde que la zone qui nous intéresse, cinq lieux ont disparu: Letia, Renno, Balogna, Nesa et Gualango. Mais l'alignement Poggiolo-Soccia-Orto est conservé. On peut remarquer que chaque localité est représentée par une petite tour près de son nom.

 

 

La première carte avec Poggiolo

 

Quelle est donc la véritable carte d'ACCINELLI? Ou bien sont-elles toutes les deux du même auteur?

 

Ce qui est certain, c'est que la première mention de Poggiolo sur une carte date bien des années 1730-1740.

 

--------------------------------

Une vidéo recommandée: les diverses représentations de Poggiolo sur les cartes anciennes.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2020 4 04 /06 /juin /2020 17:51

 

Les conseillers se sont réunis pour élire Jean-Laurent Pinelli comme maire de Poggiolo et Guagno-les-Bains. Jean-Silius Paoli conserve son poste de premier adjoint. Enfin, Jean-Laurent Chiti est désigné second adjoint et Lucie Canavelli troisième adjointe, spéciale pour Guagno-les-Bains, particularité séculaire de la commune.

 

Les élus poggiolais à l'issue de la première séance du conseil (photo Pascale Chauveau).

Les élus poggiolais à l'issue de la première séance du conseil (photo Pascale Chauveau).

Le nouveau maire a rendu hommage à l’ancienne équipe municipale et a exprimé sa gratitude aux électeurs qui se sont déplacés massivement aux urnes (86 % de votants) malgré la crise sanitaire. 

 

« Nous devons maintenant être plus que jamais à la hauteur de nos responsabilités, par l’écoute, le respect, et la disponibilité à l’égard de nos concitoyens », a-t-il conclu.

 

Nous y ajouterons le sens de la discussion, la ténacité et la régularité en nous permettant quelques observations sur le travail attendu pour l'amélioration du village.

 

 

Deux documents définissent ce que la municipalité doit faire: la profession de foi distribuée avant les élections et l'entretien avec Jean-Laurent paru dans "Corse Matin" le 6 mars dernier. Vous pouvez vous référer à ces textes qui ont été joints à la fin de cet article.

 

Bien sûr, on dit souvent que "les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent" ou que "les belles promesses rendent les fous joyeux". Mais il ne faut pas être systématiquement sceptique ou enthousiaste.

 

Le travail commence pour la nouvelle municipalité

 

Des textes mentionnés, on peut facilement comprendre que, avec l'éclairage, l'action principale portera sur la question de l'eau.

 

La première partie du programme porte ce thème en titre et il est mentionné dans la deuxième partie (Assainissement) et dans la cinquième (Patrimoine, Action économique et sociale). L'amélioration du réseau à Poggiolo et à Guagno-les-Bains est une nécessité de plus en plus pressante.

 

Une nouveauté est proposée dans le programme et est affirmée à la fin de l'entretien: étudier avec Soccia "s'il y a moyen de récupérer [son] surplus d'eau pour irriguer les jardins du village".

 

Voici une cinquantaine d'années, quand l'eau courante fut installée à Poggiolo, il existait un système de partage de l'eau pour les jardins (dont témoignent les rigoles encore existantes) qui était suffisant mais qui ne fut pas préservé. 

 

 

Justement, cette idée de discuter avec la mairie de Soccia met l'accent sur un aspect important du travail des édiles. De nombreux projets dépendent de diverses collectivités locales:

 - La communauté de communes pour accentuer "le tri sélectif dans le cadre de la communauté des communes (collecte en porte à porte)", inscrit dans la quatrième partie du programme;

 - Le Parc naturel régional pour le "nettoyage et ouverture de nouveaux sentiers";

 - La Collectivité de Corse pour acquérir "la place de la chapelle Saint Antoine de Guagno-les-Bains" et surtout pour relancer la station thermale.

 

 

Pour défendre Poggiolo, il faudra savoir discuter, négocier et être tenace.

 

 

La première occasion est l'avenir du FAM (foyer pour adultes médicalisés) installé à Guagno-les-Bains depuis six ans. Or, le maire de Vico a réclamé que les 40 lits et 65 emplois concernés intègrent sa commune (voir Municipales: une question de vie ou de mort pour Poggiolo?).

 

La question est importante pour Poggiolo et elle est très urgente. Vico ne doit pas tout monopoliser dans la communauté de communes.

 

Le bâtiment du FAM.

Le bâtiment du FAM.

 

Savoir discuter est également au premier plan pour "limiter au maximum la divagation animale", puisque ce sera "en priorisant la concertation avec les agriculteurs".

 

Pour l'environnement, il est prévu un "entretien régulier de la voirie communale, des cimetières et des fontaines".

 

"RÉGULIER" est bien le maître-mot à appliquer pour garder le minimum de propreté dont le village a besoin.

 

Ce blog est particulièrement attaché aux questions touchant le patrimoine et la culture. Le domaine patrimonial est évoqué par les projets sur la chapelle St Antoine et la rénovation des ruines "Marione" et "Casta". En dernière ligne du programme, il est écrit "Relance des activités culturelles et animations diverses avec le comité des fêtes". Il faut espérer que ce comité saura faire preuve de dynamisme et d'inventivité pour qu'une communauté poggiolaise puisse réellement s'exprimer et se renforcer.

Les richesses patrimoniales de Poggiolo et Guagno-les-Bains sont grandes et il est indispensable de les faire fructifier.

 

 

Entretien paru dans "Corse-Matin" le 6 mars 2020

 

Fédérer et créer du lien social

 

 

Oubliée l’ambiance tendue des dernières municipales, qui avaient vu le village se diviser de façon douloureuse. La volonté de fédérer de Jean-Laurent Pinelli est annoncée dans son slogan : « Uniti pa l’avvene ».

 

Quels ont été les critères pour choisir les membres de votre liste ?

Il était important de choisir des gens qui restent au village et/ou qui soient disponibles. Parmi eux, deux étaient déjà dans l’ancienne équipe, deux étaient dans l’opposition, et avec les nouveaux venus il y a une moyenne d’âge plus jeune. Je suis très content de mon équipe, car nous sommes de toutes sensibilités, mais malgré tout unis et motivés par la volonté d’agir pour le bien commun, avec humilité et tolérance. Nous avons travaillé notre programme ensemble et étions d’accord sur tout, avec une priorité : recréer le lien social.

 

Vous semblez pressé d’agir pour le village, en ayant déjà organisé un aiutu pour refaire la cabane-bar sur le terrain de la salle des fêtes...

Longtemps, Poggiolo a été précurseur dans l’organisation d’activités festives : nous avons été les premiers dans le canton à organiser un marché de Noël, une pulenda, un arbre de Noël. Et des bals avec élection de miss. Et puis ça s’est essoufflé. Refaire la baraque est symbolique de notre volonté de redonner de la vie au village.

Jean-Laurent Pinelli (DOC. CM)

Jean-Laurent Pinelli (DOC. CM)

Votre commune a la particularité de n’avoir aucun terrain communal. À Poggiolo, tout appartient à des particuliers. Aux Bains, vous n’avez que le stade, le reste étant partagé entre des particuliers, la commune de Guagno et la Collectivité de Corse. Êtes-vous condamné à subir ?

L’installation du foyer pour adultes médicalisés à Guagno-les-Bains a été une très bonne chose pour les jeunes du canton, qui ont pu se fixer grâce à un emploi au village. Cela a créé une économie et ramené de la vie en rajeunissant la population locale. Si le FAM devait déménager à Vico, il nous faudra trouver d’autres solutions. Reste l’établissement thermal, fermé depuis de nombreuses années. Nous allons proposer un plan de développement pour relancer les thermes, quitte à travailler sur un projet pour en faire un établissement de soins, même sans cure thermale. Par ailleurs, nous allons renouveler, auprès de la CdC, la demande d’acquisition de la chapelle Saint-Antoine, aux Bains, en vue de son aménagement. Et finaliser les dossiers d’acquisition et de rénovation des ruines dites « Marione », au village, pour y construire des locaux communaux, et des ruines « Casta » aux Bains.

 

Les principaux points de votre programme ?

Outre la rénovation du réseau d’éclairage public, qui sera doté de 65 points lumineux de type Led, notre principal souci concerne l’eau. À Guagno-les-Bains, on va pouvoir abandonner les prises d’eau dans la rivière Fiume Grossu. Des forages ont été réalisés avec la crainte d’obtenir de l’eau chaude. Mais deux d’entre eux sont concluants, et l’eau va être acheminée aux bassins pour équiper Guagno-les-Bains. Par ailleurs, nous allons voir s’il y a moyen de récupérer le surplus d’eau de Soccia pour irriguer les jardins du village.

 

 

 

PROGRAMME DE LA LISTE UNITI PA L'AVVENE 

 

 

EAU

EAU POTABLE : prioritairement travaux d'adduction, suite à la recherche d'eau par forage déjà effectuée et dont les résultats s’avèrent concluants sur Guagno les Bains afin d'abandonner la prise d'eau en rivière Fiume Grossu. 

Rénovation et modernisation des infrastructures existantes et équipements ruraux (châteaux d'eau et stations de pompage) sur Poggiolo et Guagno les Bains. 

Etude de faisabilité avec les pouvoirs publics de construction d'un nouveau château d'eau sur Poggiolo, compte tenu des besoins actuels. 

Recherche de solutions avec la municipalité de Soccia, afin de récupérer le surplus d’eau pour l’irrigation des jardins.

Achèvement de la remise en état des sources sur Poggiolo. 

 

ASSAINISSEMENT

Etude de faisabilité pour création d'un réseau collectif d’assainissement avec la participation des services publics, ce qui engendrera d'importants travaux de voirie sur Poggiolo.

Modernisation de la station d'épuration de Guagno les bains.

....

....

VOIRIE

Enfouissement des réseaux électriques et téléphoniques. 

Rénovation du réseau d'éclairage public en collaboration avec le syndicat d'énergie de la Corse du Sud. 

Etude de faisabilité dune aire de parking à Poggiolo afin de répondre aux besoins de stationnement. 

Réfection des routes communales (Poggiolo et Guagno les Bains).

ENVIRONNEMENT

Respect de l'environnement en accentuant le tri sélectif dans le cadre de la communauté des communes (collecte en porte à porte).

Entretien régulier de la voirie communale, des cimetières et des fontaines.

Limiter au maximum la divagation animale, en priorisant la concertation avec les agriculteurs.

Nettoyage et ouverture de nouveaux sentiers en partenariat avec le Parc naturel régional. 

 

PATRIMOINE, 

ACTION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE

 

Renouvellement auprès de la Collectivité de Corse de la demande d'acquisition par la commune de la place de la chapelle Saint Antoine de Guagno les Bains en vue de son aménagement.

Relance de l'avenir de la station thermale de Guagno les Bains auprès de la CDC, propriétaire de l'infrastructure dans la perceptive d'un véritable plan de développement régional (création d'emplois et développement des différents commerces de la commune). 

Création dun point d'eau chaude sur Guagno les Bains à disposition des habitants de la commune. 

Finaliser les dossiers d'acquisition et de rénovation des ruines dite « Marione » à Poggiolo, en vue de construction de locaux communaux en collaboration avec loffice foncier, ainsi que celle dite « Casta » à Guagno les Bains.  

Aide et formation informatique ponctuelle pour assistance administrative aux résidents pour divers dossiers, services fiscaux, sociaux etc...

Service de proximité, assistance aux personnes âgées et à mobilité réduite en collaboration avec la communauté de communes pour divers déplacements (rendez-vous médicaux, pharmacie).

Aide aux agriculteurs: des réunions dinformation seront organisées avec la participation des techniciens de la chambre dagriculture.

Soutien logistique aux initiatives privées, rénovation de lhabitat, création dentreprise.        

Relance des activités culturelles et animations diverses avec le concours du comité des fêtes. 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2020 2 02 /06 /juin /2020 18:00

 

Le dimanche de Pentecôte a été le premier jour de célébrations de messes publiques. Il a été marqué par la cérémonie organisée par les Oblats de Vico, en plein air, devant le Calvaire du couvent. Les 90 fidèles présents, en respectant les consignes de sécurité, étaient venus de tout le canton. Les confréries du Père Albini et de Saint Antoine Abbé de Marignana étaient présentes.

 

Vous trouverez ici quelques photos provenant de la page Facebook du couvent.

 

Désormais, la reprise des messes est effective. Consultez le calendrier du mois de juin ci-dessous.

 

Par ailleurs, le numéro de ce mois-ci de "INSEME" est paru et peut être consulté sur le site inseme-bulletin.

 

Les messes sont déconfinées
Les messes sont déconfinées
Les messes sont déconfinées
Les messes sont déconfinées
Les messes sont déconfinées
Les messes sont déconfinées
Partager cet article
Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 11:04

Toutes nos condoléances.

Deuil à Guagno
Deuil à Guagno
Deuil à Guagno
Partager cet article
Repost0
31 mai 2020 7 31 /05 /mai /2020 18:00

Franck ROBINE, préfet de Corse-du-Sud et préfet de région, s'est rendu à Vico vendredi 29 mai.

Pour faire comprendre l'importance de cette visite qui a été une véritable réunion de travail, nous vous proposons des extraits de l'article publié par Corse Net Infos samedi et celui de "Corse-Matin" dimanche.

Les illustrations sont de la Préfecture de Corse-du-Sud.

-----------

 

Le préfet est venu discuter sur les projets de Vico
 
Le préfet de région Franck Robine en visite à Vico

Ce vendredi le préfet de Corse-du-Sud était à Vico pour rencontrer les élus du territoire. Accompagné par le maire et président de la communauté de communes Spelunca Liamone François Colonna et par Bertrand Cervera, premier violon de l’orchestre national de France et président du festival Sorru in Musica, Franck Robine s'est rendu sur le site où le futur centre culturel devrait voir le jour. L'occasion pour le préfet de rencontrer commençants et restaurateurs de la commune et d'échanger sur les protocoles de réouverture du 2 juin prochain.

 

Le préfet est venu discuter sur les projets de Vico
Le préfet est venu discuter sur les projets de Vico
 
 
Le projet d'un Centre Culturel à Vico 
Initié récemment, ce projet consiste en la création d’un centre culturel avec des surfaces modulables permettant de construire une offre culturelle variée. Certaines actions seront de portée locale et d’autres nationale voire internationale. Ce projet est porté par la commune pour ce qui est du bâti et une structure restant à finaliser pour le fonctionnement et la programmation culturelle. 
C'est Bertrand Cervera, premier violon de l’orchestre national de France et président du festival Sorru in Musica qui a initié la démarche et la soutient fortement.
L’association « Corse Active » a été mobilisée fin 2019 afin de vérifier la viabilité du projet et porter les premières études préalables. Elle apportera également un financement de 50.000 €/an pendant 3 ans, notamment pour financer le salaire d’un porteur de projet dédié. 
Ces démarches permettront également de préciser le besoin en infrastructure afin de définir le programme des travaux à l’été 2020.
La DRAC est membre actif de l’équipe projet. Des échanges ont été initiés auprès du président de la CdC qui a indiqué être favorable à une association de ses équipes à l’équipe projet.
 
Corse Net Infos
 
Le préfet est venu discuter sur les projets de Vico
Le préfet est venu discuter sur les projets de Vico

 

Vico est ma première visite de commune. Répondant à l’invitation de François Colonna, fraîchement réélu, le préfet Franck Robine a fait, vendredi matin, le déplacement en compagnie de Franck Leandri, directeur de la Drac (direction des affaires culturelles) de Corse.

Centre culturel, site archéologique, pôle administratif

Plus qu’une simple visite, ils assistaient à une réunion de travail en présence des deux adjoints, Jean-Pierre Fondeville et Mario Zannier, mais aussi du violoniste Bertrand Cervera, porteur du projet de centre culturel à Vico. « Il s’agit d’un projet d’envergure régionale, qui ne sera pas concurrentiel avec l’espace culturel de Cargèse, précise François Colonna. Il sera multiculturel, autour de la musique, du théâtre, du cinéma. Nous y envisageons tout un travail de déclinaison sur la nature, mais aussi un centre de formation et une partie dédiée à l’hébergement. »

Mais pour l’heure, aucun détail supplémentaire ne peut être communiqué, car le dossier de faisabilité ne sera présenté à la préfecture que le 15 juin prochain. En revanche, d’autres actions d’égale envergure sont sur le point de se concrétiser, et la visite s’est prolongée à Sagone sur le site de la cathédrale Sant’Appianu. « Pour le projet archéologique, tous les voyants sont au vert », se félicite François Colonna.

Les dernières fouilles préventives terminées, il reste quelques tombes à récupérer et le site sera rendu à la commune fin juin, qui bénéficie d’ores et déjà des permis de construire et des financements. À quelques mètres en face, c’est un vaste chantier de terrassement qui va être entrepris, avant d’ériger le pôle administratif : le nouveau centre de tri de la Poste, une maison de services au public avec un fonctionnaire dédié aux liaisons avec les différentes administrations, un espace de coworking, et une maison de santé abritant médecins, infirmiers, kiné, sophrologue, pharmacie et parapharmacie.

Enfin, Franck Leandri s’est montré intéressé par l’idée de transformer l’ancienne mairie du village en bibliothèque ludothèque, un projet pour lequel il pourrait apporter des financements.

"Corse-Matin"

 

Le préfet est venu discuter sur les projets de Vico
Partager cet article
Repost0
30 mai 2020 6 30 /05 /mai /2020 18:00
Sur l'Etat de Cinarca

Le secteur de l'édition reprend peu à peu ses activités, comme les autres branches économiques. Un nouveau livre vient d'être mis en rayon. Ecrit par Claude ARRIGHI, magistrat honoraire, et produit par l'association Letia-Catena, il est consacré à l'histoire de la principauté de Cinarca.

Voici la présentation qui en est faite par l'association.

-----

 

Sur l'Etat de Cinarca

                 L’avènement et la chute de l’état de Cinarca

 

Comme elle le fait régulièrement depuis sa naissance, l’association Letia-Catena, qui s’intéresse au patrimoine historique de Letia et de l’ensemble du Vicolais, publie un livre sur les événements qui ont fait l’histoire de la région et qui ont eu aussi une influence directe sur celle de la Corse. L’association vient ainsi de publier, grâce à Claude Arrighi, magistrat honoraire, un livre consacré à L’avènement et la Chute de l’Etat de Cinarca

      La province de Vico, au cœur de la seigneurie de Leca, fut l’épicentre des luttes qui opposèrent au Moyen-âge les Génois aux seigneurs de Cinarca. Les castelli de Catena, de Leca, de Cinarca, de Ghjneparu, édifiés pour certains dès le X° siècle, étaient, outre leur valeur militaire, les symboles forts du pouvoir seigneurial. Ils furent renforcés au cours du XV° siècle par de nouveaux ouvrages, les Rocche Cinarchese : les Rocche di Sia, la Forcina et la Zurlina qui furent le théâtre des événements marquants de cette lutte. Outre les Génois, les autres acteurs qui intervinrent à Catena et en Cinarca furent les Pisans, la Papauté et les Catalans.

       Giovan Paolo da Leca est le dernier de ces héros qui incarnent par leurs noms, ce que fut la Corse de leur temps, ou plus précisément ce qu’ils auraient voulu qu’elle fût. Loin du cliché d’une Corse qui subit, en rebelle résignée, l’inexorable succession des dominations étrangères. Giovan Paolo da Leca faillit pouvoir réaliser à deux reprises son projet en 1488 et 1501. Selon le chroniqueur, « il aurait été illustre dans toutes ses actions si du moins la fortune eût secondé ses desseins ». L’échec de sa seconde campagne et la confiscation de sa seigneurie par l’Office de Saint Georges marquèrent la fin de l’état de Cinarca qu’il avait essayé de promouvoir. Malgré ses efforts répétés, il ne put jamais rétablir la situation, mais il n’abandonna jamais la lutte jusqu’à sa mort en 1507. 

Giovan Paolo haranguant ses partisans ("Mémorial des Corses", tome 1)

Giovan Paolo haranguant ses partisans ("Mémorial des Corses", tome 1)

 

Pour ce précieux travail, Claude Arrighi a engagé de longues recherches, approfondi les connaissances acquises, rassemblé la documentation et enfin rédigé ce texte qui concerne l’État de Cinarca, aux racines de la communauté de Letia. Le fruit de ses travaux demeure d’un grand acquis pour celle-ci, comme pour le Vicolais, la Cinarca et l’ensemble de la Corse. Il a su décrire ces héros du Moyen-Age, ainsi que leur gloire - pour quelques-uns éphémère -, mais aussi les raisons de leur postérité, face à l’image déformée d’une Corse qui aurait subi avec résignation l’envahisseur et les dominations extérieures. Il a su nous démontrer que, beaucoup plus que subir, ces héros ont aussi provoqué ces interventions étrangères dans l’île, celles des Pisans, Catalans et finalement Génois. Tous les chefs successifs de Catena et de Cinarca suivaient néanmoins une démarche précise et cherchaient à mener à bien un projet politique cohérent, dans lequel l’intervention des puissances étrangères demeurait un outil risqué, mais précieux.

       Avec ses prédécesseurs de Catena et de Cinarca,  Giovan Paolo da Leca sut faire naître et incarner le sentiment national dont la flamme n’allait plus s’éteindre, jusqu’aux luttes de Sampiero, qui se présenta à Vico comme son successeurpour mener l’éternel combat contre la tyrannie et les excès de la dominante, laquelle appliqua avec acharnement sa férule sur la Corse. 

C’est cette même flamme, celle de la libération nationale, qui illumina la grande Révolution Corse de quarante ans, au XVIIIe siècle, et porta le combat de son coordinateur, le général Pasquale Paoli, législateur, chef élu de la nation qu’il structura en proclamant la constitution écrite, issue des lumières du siècle. 

La flamme qu’ils ont allumée et les efforts et sacrifices consentis suscitent l’obligatoire devoir de mémoire et demeurent une source de fierté chez chacun de nos compatriotes. Ils constituent la naturelle inspiration qui guide généralement les comportements des fils de Corse. Ils orientent et marquent, véritablement, le sens de leurs actions. C’est bien ce qui s’est produit durant les années ardentes qui ont fait l’histoire de l’île, où ils sont demeurés les principaux éléments mobilisateurs, d’unité et de rassemblement, autour des valeurs qu’ils incarnent.

                                           ******

 

Le livre  l’Avènement et la chute de l’état de Cinarca est en vente :

--à AJACCIO à la librairie Le Mouflon, 19, Boulevard Fred Scamaroni. 

--et à SAGONE à La Villa Romana.

Partager cet article
Repost0
28 mai 2020 4 28 /05 /mai /2020 18:25

Les enseignants nommés loin de chez eux peuvent bénéficier de logements de fonction. Mais ces logements ne sont pas toujours de grande qualité quand ils ne risquent pas de s'effondrer comme ce fut le cas à Orto vers 1900 (voir article Ecole éphémère, ruines durables).

 

Au XIXe siècle, les municipalités avaient également à charge le logement des curés car, depuis le Concordat de 1801, ceux-ci étaient rémunérés comme des fonctionnaires.

 

Le 13 octobre 1859, Bonaventure CAMILLI fut nommé curé de Poggiolo à la place de Toussaint MARTINI qui venait d'être désigné à la paroisse de Guagno.

 

Depuis le décès de Jean-Baptiste COLONNA, le 26 février 1840, les Poggiolais avaient connu quatre prêtres en 19 ans:

- Raphaël BATTINI (de 1840 à 1843),

- Etienne BIANCHI (de 1844 à 1847),

- Jean-Baptiste GRISONI (trois mois, du 4 octobre 1847 au 12 janvier 1848)

- et Toussaint MARTINI (de 1848 à 1859).

 

Eglise St Siméon de Poggiolo en 1856 (Archives Départementales).

Eglise St Siméon de Poggiolo en 1856 (Archives Départementales).

 

L'abbé CAMILLI, qui semble avoir été originaire de Cristinacce, avait une certaine expérience. Né en 1795, il avait donc 64 ans quand il arriva à Poggiolo... et il en partit immédiatement pour se mettre à l'abri dans un autre village.

 

Très mécontent, il se plaignit que le presbytère où il devait loger était "exigu et inhabitable".

 

Après avoir prévenu le préfet de cet état de chose, le conseil municipal de Poggiolo, présidé, depuis le 8 décembre 1848, par Antoine François FRANCESCHETTI qui resta maire jusqu'au 28 août 1860, dut s'incliner. Il octroya la somme de 40 francs à Jean Dominique MARTINI, dit Citarinu, (1833-1895) pour qu'il fournisse un logement au curé.

 

Quant au presbytère, il fut acheté par Jean Baptiste PAOLI (1924-1907).

 

Finalement, satisfait de son installation, le Père Bonaventure CAMILLI resta à Poggiolo jusqu'à son décès, le 4 septembre 1873.

 

 

Les renseignements utilisés pour cet article proviennent de la série 1 V des Archives Départementales.

 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2020 2 26 /05 /mai /2020 18:51

L'installation des conseils municipaux élus au premier tour a pu avoir lieu dans de très nombreuses communes. Les nouvelles municipalités vont enfin commencer à travailler pour le bien des habitants.

 

Nous vous proposons ici une photo de l'installation du conseil municipal de Poggiolo. 

 

Le conseil municipal a été installé

 

Vous voyez les dix membres réunis dans la salle de réunion de la mairie, autour du maire et de l'adjoint ceint de leur écharpe.

 

On peut reconnaître de gauche à droite:

- Jacques-Antoine MARTINI

- François DESANTI, dit François de Marosu (en grande partie caché)

- Jean-Marie ORRAZI

- Raymond MARTINI (assis)

- Yvette TRAMINI 

- le maire Bernard PAOLI (assis)

- Christian PINELLI

- Louis DEMARTINI (premier adjoint)

- M. LECA, dit Patinellu, de Guagno-les-Bains

- Etienne PINELLI

 

Vous ne reconnaissez pas les candidats qui s'étaient présentés cette année?

 

Rien de plus normal: il s'agit du conseil élu en mars 1977.

La présence sur le mur de la photo officielle du président Valéry GISCARD d'ESTAING le prouve.

 

Ce document, publié par Jean-Marc TRAMINI, permet de faire quelques remarques:

 

- Le cliché a été pris dans l'ancienne mairie, à côté de la chapelle St Roch. 

 

- En 1977, Yvette TRAMINI fut la première femme à être élue au conseil poggiolais. En 1995, il y avait deux femmes sur neuf élus. En 2008, on en comptait cinq sur neuf. En 2014, elles étaient cinq sur sept. Cette année, elles sont deux sur onze. La parité est très irrégulière.

 

- Sur les dix édiles de 1977, quatre (Jacques-Antoine, Bernard, Louis et Christian) sont toujours vivants et un habite en permanence dans la commune.

 

- Dominique PINELLI, qui vient d'être élu en 2020, est le fils d'Etienne PINELLI qui siégeait en 1977.

 

 

Ce blog a publié en 2017 (voir article ICI) une autre photo, fournie par Jacques-Antoine MARTINI, des élus de 1977 devant la mairie.

Le conseil municipal a été installé
Partager cet article
Repost0
26 mai 2020 2 26 /05 /mai /2020 14:10

 

Les tournées de pain de Flavie ARRIGHI. 

 

 

Le pain dans les villages
A Murzo (photo Josée Segura).

A Murzo (photo Josée Segura).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907