Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 07:08

 

Ce blog adresse ses condoléances à la famille Colonna à l'occasion du décès de Marie-Jeanne ORSATELLI, sœur d'Archange, de Jean-Baptiste et de Toussaint .

Les obsèques ont lieu aujourd'hui vendredi 30 à 15 h 30 à St Siméon. 

 

Copie de l'avis paru dans "Corse-Matin":

 

 

POGGIOLO – CORTE- ALATA – VENZOLASCA

Ses frères et belles sœurs :
M et Mme Archange Colonna, leurs enfants, petits enfants
et arrière petits enfants ;
M et Mme Jean Baptiste Colonna, leur fils et petite fille ;
M et Mme Toussaint Colonna ;
Les enfants et petits enfants de feu Pierre Colonna ;
Ses beaux frères et belles sœurs :
M et Mme Baptiste Orsatelli, leurs enfants et petits enfants ;
Les enfants et petits enfants de feu Mme et M Pinelli ;
Ses cousins et cousines :
Les enfants et petits enfants de feu Marphise Tomasi ;
Les enfants, petits enfants et arrière petits enfants de feu
Marie Dominique Passoni ;
Mme Jean Martini et sa fille ;
Les enfants et petits enfants de feu Martin Martini ;
Les enfants et petits enfants de feu Marie Françoise Leca ;
Les enfants, petits enfants et arrière petits enfants de feu
Antoinette Cipriani ;
Les enfants et petits enfants de feu François Colonna ;
Les enfants et petits enfants de feu Angèle Leca ;
M Edouard Landolfini ;
Les amis fidèles :
Maryse, Jeannine et Dany ;
Les familles Colonna, Martini, Passoni, Leca, Cuénot, Landolfini,
Cipriani, Pompéani, Orsatelli, Rocca, Paoli, Pinelli, Cortopassi,
Conzaga;
ses cousins de Corte et de Poggiolo;
ont la douleur de vous faire part du décès de


Madame Marie Jeanne ORSATELLI
Née Colonna


Survenu à l’hôpital de Corte le 28 septembre 2011.
La levée du corps aura lieu à l’hôpital de Corte le vendredi 30 septembre
à 12 heures.
Les obsèques religieuses seront célébrées en l’église Saint Siméon de Poggiolo
ce vendredi à 15h30.
La famille remercie tout particulièrement pour leurs bons soins les Docteurs
Casamata, Manzi, le docteur Estevez de la clinique Maymard ainsi que le personnel de son service, ses infirmières Vanina et Véronique, ses voisines
Madame Lusinchi et Lucciani.
Cet avis tient lieu de faire part et de remerciements.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 16:05

La Fête du Miel à Murzu dimanche 25 septembre a été un vrai et grand succès.

Mais les apiculteurs n'ont pas été les seuls à bénéficier de l'affluence. Les organisateurs avaient ouvert la journée à des artisans, artistes et écrivains.

Parmi eux, Mathieu HENRY Mathieu HENRY photoa été très sollicité pour vendre et dédicacer son livre.

Fils d'Yves HENRY et de Valérie BARTOLI , et petit-fils de Séraphin BARTOLI, dit "Finfin", il est d'origine socciaise. A 25 ans, il vient de publier "Fenêtre sur l'étrange" aux Editions Persée. Ce livre de 200 pages, contient quinze nouvelles dont une a d'ailleurs le bal de la St Laurent à Murzu comme cadre.Mathieu Henry couverture

Comme le résume Mathieu HENRY, ces nouvelles montrent "la mécanique d'une vie sans histoire qui glisse doucement entre fantastique et étrange et, au-delà, une réflexion sur le destin".

Une lectrice enthousiaste a publié le commentaire suivant sur Amazon:

"J'ai aimé ce livre surprenant, car il m'a fait, à la fois frémir, sourire et réfléchir.
Je conseille à tous ceux qui aiment les histoires qui ont un début, une fin et une progression stimulante de lire ce livre, ils ne le regretteront pas."


Alors, n'hésitons pas à ouvrir cette fenêtre.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:20

Le journal "Corse-Matin" d'aujourd'hui, mardi 27 septembre, titre en première page sur "Ces vaches errantes muées en danger public".

Le thème de l'errance des animaux revient régulièrement mais, cette fois, le problème semble être devenu de plus en plus grave, surtout dans le canton des Deux-Sorru. Et il ne s'agit pas des plaintes d'estivants gênés pendant leur bref séjour au village.

Le thème avait déjà été évoqué (avec un certain recul historique) dans notre article du 10 mars 2010.

Le quotidien insulaire de ce jour donne l'exemple d'incidents qui se sont produits à LETIA et à PIETROSELLA (au sud d'Ajaccio). Nous reproduisons ici la  partie de l'article évoquant LETIA. Il est à rapprocher du décès qui a eu lieu en juillet dernier (voir l'article en cliquant ici) et qui est évoqué de façon poignante dans le dernier numéro de INSEME (lire ici).

 

vaches corse-matin

"Vaches divagantes: la série des accidents mène à la colère.


Dimanche à Letia Saint-Roch, une dame de 96 ans a été renversée

par un bovin sur le pas de sa porte.


Ces vaches-là n'appartiennent apparemment à personne. Elles errent sur les routes de l'île, promenant leur maigreur de départementale en nationale. S'aventurant au cœur des villages, y broutant les potagers et les plantes à fleurs. Causant de manière régulière des accidents de la circulation. Chargeant parfois aussi les promeneurs imprudents qui s'aventurent sur leur "territoire" lorsqu'elles sont accompagnées de veaux ou qu'un taureau s'est mêlé au troupeau. Aucun propriétaire ne les revendique jamais lorsqu'elles se font attraper. En deux jours, en Corse-du-Sud, elles ont été cause d'accidents qui auraient pu être fatals.

Dimanche matin, une dame de 96 ans ouvre sa porte d'entrée, à Letia Saint-Roch. Elle n'a pas fait un pas à l'extérieur qu'elle se trouve face à plusieurs vaches, est heurtée par l'une d'entre elles. Et chute lourdement. Son voisin, un médecin ajaccien qui passe le week-end au village, est attiré par le bruit. Il se précipite. Avec l'aide de l'infirmière qui arrive quelques minutes plus tard, il vient en aide à la nonagénaire. Choquée, souffrant de diverses contusions, la victime n'a, fort heureusement, rien de cassé. "A son âge, une fracture devient très grave", commente sa fille, Françoise Mercuri-Chiappini. "Physiquement, elle se remet, mais elle a été vraiment traumatisée", ajoute-t-elle. D'autant que cette mésaventure n'et pas la première. Deux semaines plus tôt, la retraitée avait vu le rideau de sa porte d'entrée au trois-quarts dévoré par des bovins errants.

"C'est bien simple, aujourd'hui, ce ne sont plus les animaux qui vivent dans des enclos, ce sont les gens qui s'enferment derrière des grillages et des portails", tempête Françoise Mercuri-Chiappini. Pour autant, elle ne jette pas la pierre à tous les éleveurs. "J'en connais qui sont très scrupuleux, très attentifs", assure-t-elle. Elle attend cependant que des mesures soient prises contre les autres.

"Je ne sais pas si ces bêtes viennent de Letia ou des communes voisines. Mais, pour ma part, c'est le dernier avertissement. Si le maire ou les propriétaires de ces animaux ne font pas le nécessaire, j'agirai...", assure-t-elle, déterminée.

Avant de terminer sur une note positive: "Je tiens à remercier le médecin et l'infirmière qui sont venus en aide à ma mère. S'ils n'avaient pas été là...", dit-elle en frémissant à l'idée que cet accident aurait pu se produire en pleine nuit".


Isabelle LUCCIONI

iluccioni@corsematin.com

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 19:24

Les différents instituteurs qui ont enseigné à Poggiolo (voir ICI l'article qui leur est consacré) n'ont jamais travaillé dans une véritable école.

Le bâtiment utilisé pour les cours a été différent selon les époques, en fonction de ce que la municipalité pouvait louer. La dernière localisation était sur la place Inghjo. La précédente se trouvait au rez-de-chaussée de ce que l'on appelle la maison de Marione. Elle se trouve au bord de la route et voici ce que l'on peut en voir aujourd'hui. L'écriteau placé au-dessus de la porte ne permet absolument pas de deviner l'inscription d'origine.

école Poggiolo

 

Soccia bénéficia, dans les années 60, de la construction d'un beau groupe scolaire en haut du village. Maintenant que, depuis 1970, la seule école est à Vico, le bâtiment sert d'habitation.

 

école Soccia

 

Pour Orto, les renseignements et les photos se trouvent sur le site du village, à l'adresse:

http://ortu.free.fr/Mairie.htm

 

Quant à Guagno, des photos des écoliers de 1961 sont ICI. Mais si vous avez des images de l'école elle-même...

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 19:18

En cette période de l'année, la grande question d'actualité est toujours la rentrée scolaire.

 

instit Xavier Ottavi

  

Le document exceptionnel sur le temps passé qu'est la photo des écoliers de Poggiolo en 1900, publiée le 9 septembre 2010 (voir en cliquant ICI), montrait aussi le visage de l'instituteur de l'époque. Il s'appelait Xavier OTTAVI et était originaire de Soccia.

 

Or, il n'a pas été le seul Socciais à avoir enseigné aux Poggiolais. Faudrait-il penser que nos voisins possédaient plus de science, plus de savoir que les Poggiolais?

 

Si l'on regarde ce qu'il en a été depuis la seconde guerre mondiale, il est vrai que les jeunes Poggiolais ont bénéficié de deux enseignants d'exception venant de Soccia que furent Jojo et Judith.

 

Joseph, dit Jojo, ANTONINI a laissé le souvenir "d'un maître attentif et enjoué", véritable "hussard de la République", écrivit Hélène DUBREUIL en décembre 2007, lors du décès de cet instituteur. Après avoir commencé à Porto et avoir été mobilisé en 1943 et 1944, il fut nommé en 1945 à Poggiolo où il exerça jusqu'à l'été 1954.

école Antonini

  Sur cette photo (dont on excusera la mauvaise qualité), publiée en octobre 2007 dans le journal "L'Info U Pighjolu", Jojo ANTONINI pose avec, au premier plan, François PINELLI, Marie BATTESTI, Ernestine MALACETTI et Mélanie PASSONI, et au second plan, Toussaint COLONNA, Antoine SECCHI et Jacques DEFRANCHI.

 

Après son départ pour Paris, il fut remplacé par Angèle POMPEANI, originaire d'Alata et épouse d'un Poggiolais, Jean-Baptiste COLONNA, plus connu sous le pseudonyme de Nini.

école Pompeani

Sur cette photo, prise sur la place Inghjo et publiée dans le même journal cité plus haut, Angèle POMPEANI est entourée par, de gauche à droite, Jean-Marc TRAMINI, Guy TRAMINI, Jean-Martin PINELLI, Germaine SICCHI, Noël SICCHI, Jean-Marie PASSONI et Rita PINELLI.

 

Il y eut ensuite Paul COLONNA (de Vico).

Le Poggiolais Xavier PAOLI effectua, en 1960-1961, un remplacement de presque toute l'année scolaire. Rappelons que Xavier, qui a amassé une abondante documentation, est actuellement la véritable mémoire du village (on lui doit le résumé historique qui est consultable ICI).

Judith OTTAVI, elle aussi originaire de Soccia, fut d'abord institutrice à Guagno-les-Bains (car ce village avait aussi une école!) de 1958 à 1964. Avant elle, la station thermale avait vu se succéder Mademoiselle LECA puis, en 1957-1958, le Poggiolais Louis DEMARTINI.

Pour 1964-1965, Pascal MINICONI prit sa place à Guagno-les-Bains tandis que Judith était nommée à Poggiolo. Ce fut la dernière année pour ces deux écoles, fermées par l'administration pour effectifs insuffisants.

 

P1864-copie-1.jpg

Judith fut ensuite institutrice dans son village de Soccia jusqu'en 1970. Après son mariage avec Dominique POLI, elle partit pour l'Essonne et y accomplit le reste de sa carrière jusqu'à sa retraite en 1997. Judith (photo ci-contre, prise en juillet 2009) reste maintenant toute l'année à Soccia. Mais cette retraite n'est pas inactive. Elle joue un rôle important dans les activités paroissiales et municipales. Son dynamisme naturel s'exerce aussi bien pour le catéchisme que pour l'animation liturgique.

 

L'école, élément essentiel de la vie d'un village, n'est plus là. Il ne sert à rien de la regretter. Il est important de garder dans son cœur l'attachement à ses racines, et il est encore plus important de continuer chaque jour à faire vivre concrètement le village.

 

 

N. B.:

1 - Cet article, composé à partir de conversations et sans consultations de documents, comporte peut-être des erreurs ou approximations. Nos lecteurs ne doivent pas hésiter à les signaler.

2 - De même, si certains anciens élèves veulent faire part de quelques souvenirs d'école, ce blog leur est ouvert.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 17:32

http://www.jdcorse.fr/JDC2/local/cache-vignettes/L210xH314/12_MIEL_FOIRE_1_-2f880.jpg

 

   U Mele in festa, la Foire du miel de Murzo, est devenue une tradition. Consacrée aux différentes qualités et utilisations du miel corse, elle est un lieu de rencontre très sympathique entre les producteurs et les consommateurs.

 

   Sa quinzième édition aura lieu cette semaine.

 


    Samedi 24 septembre sera consacré aux professionnels.

 

 

 Dimanche 25 septembre, dans les rues de Murzo, aura lieu la foire ouverte au grand public .

murzu stands
08 H 00: Installation des stands des producteurs et des artisans.

10 H 45: Ouverture officielle de la foire

11 H 00: Messe chantée par I Muvrini

12 H 30: Repas au miel

15 H 30: Animation par les chanteurs des Deux-Sorru puis tirage de la tombola.

 


Vente de miel et de produits artisanaux
Exposition sur l’apiculture à la Maison du Miel.casa di u mele Murzo

Animation pour les enfants
Buvette


Une journée de convivialité et de bonne humeur.

 


Contact:
Association Saint Laurent - 20160 MURZU
Tel : 06.75.06.83.32

Site internet de la Foire: http://www.mieldecorse.eu/

Maison du miel: http://maisondumielcorse.com/site/

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 19:06

cathédrale délabrée

Monsieur Alain VENTURINI, directeur des Archives départementales de Corse-du-Sud, vient de réagir à la   publication, dans le dernier numéro de "INSEME", de l'article sur les évêques de Sagone. Celui-ci reprenait le texte paru dans ce blog le 12 juillet sous le titre "Nous garderons notre évêque". Nous ne donnions aucun nom des anciens évêques de ce diocèse mais indiquions que la liste était consultable sur le site Cronica di a Corsica de Ours-Jean Caporossi.

C'est ce sujet qui a fait réagir le responsable des Archives. Alain Venturini a envoyé au blog de "Inseme" le message que nous reproduisons.

 

 

Juste une petite réaction, dans ma partie, l’Histoire, après  lecture du bulletin de septembre et notamment du sujet « Mais oui nous avons un évêque ! ».
Après le nouveau partage de la Corse en plusieurs évêchés au tournant des XIe et XIIe siècles,  André (Andreas) est le premier évêque dont nous connaissions le nom (il est cité pour la première fois le 21 novembre 1175). Mais, auparavant, le pape Calixte II avait, dans les années 1121-1123, consacré un évêque de Sagone dont nous ignorons malheureusement le nom.
 
Quant au premier diocèse de Sagone, il n’y a jamais eu d’évêque du nom de « Martino Tomitano » en 551 (même si Ours-Jean Caporossi a cru bon de reprendre cette billevesée sur son site Cronica di a Corsica ; on la cherchera par contre en vain dans l’ouvrage de l’abbé Casta sur le diocèse d’Ajaccio).  Nous connaissons un visiteur apostolique, Leo, en août 591 et un évêque, Montanus, à la date du 5 octobre 600.  Il n’y a pas d’évêque de Sagone présent au concile du Latran de 649 : ou bien le titulaire ne s’est pas déplacé ou bien le siège était alors vacant.
 
Cordiales salutations
 
Alain VENTURINI
Directeur des Archives départementales
de la Corse-du-Sud
Rue François-Pietri
Les Salines
20090 AJACCIO
alain.venturini@cg-corsedusud.fr

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 18:24

   Dans le cadre de l'étude pré-opérationnelle d'opération programmée d'amélioration de l'habitat et de revitalisation rurale sur le territoire Ouest Corse, pilotée par le Parc naturel régional de Corse, des réunions d'information se tiendront dans chaque commune des trois cantons (Deux Sevi, Deux Sorru, Cruzzini-Cinarca) à l'intention des particuliers souhaitant bénéficier, sous certaines conditions, d'aides pour la rénovation de leurs résidences principales.

   Ces réunions se tiendront dans les mairies aux heures et dates suivantes:

- le 19 septembre, à 11 heures Osani, à 15 heures Serriera, à 17 heures Partinello.

- Le 20 septembre, à 10 h 30 Guagno, à 15 heures Murzo, à 17 h 30 Vico.

- Le mercredi 21 septembre, à 10 h 30 Soccia, à 15 heures Orto, à 17 h 30 POGGIOLO.

- Le 22 septembre, à 10 h 30 Arbori, à 15 heures Balogna, à 17 h 30 Coggia.

- Le 23 septembre, à 11 heures Cristinacce, à 15 heures Marignana, à 17 heures Evisa.

 

(extrait de "Corse-Matin", samedi 17 septembre)

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 18:25

    Comme partout, le temps du cheval (évoqué dans l'article précédent) laissa la place à l'époque de l'automobile.

    Les routes étant particulièrement difficiles (elles feront l'objet d'articles dans ce blog plus tard), les voitures à moteur à explosion se montrèrent très tardivement à Sorru in Sù. Certains prétendent que la première venue d'un véhicule de ce type daterait de la campagne électorale de 1921 où François COTY serait venu ainsi, mais ils se basent sur des témoignages oraux confus.

    En réalité, les progrès techniques permirent d'utiliser, au moins jusqu'à Vico, la traction automobile pour les transports en commun avant même la première guerre mondiale.

   Le quotidien "La Croix" du 14 novembre 1902 publia, sous le titre "CORSE - Le transport automobile", un article dont voici le texte intégral:

   "Le paquebot Insulaire, courrier d'Ajaccio, a emporté de Marseille trois grandes automobiles appartenant à la Compagnie corse des Messageries automobiles et destinées à desservir les points des arrondissements d'Ajaccio et de Sartène, où ne passe pas encore le chemin de fer.

   Les premières lignes qui seront exploitées sont celles d'Ajaccio  à Vico et d'Ajaccio à Bonifacio par Sartène. Par la suite, d'autres lignes seront créées. La Compagnie corse des Messageries automobiles, qui s'est assuré le transport de la poste, transportera des passagers et des marchandises, rendant ainsi prochaine la disparition des antiques diligences qui aujourd'hui encore assurent en Corse la plupart des services de transport."

sagone-automobile.jpg

 

 

   Mais tout n'alla pas facilement comme l'indique une autre nouvelle parue le 19 mars 1909 dans le même journal:

   "CORSE - Une automobile dans un ravin - L'automobile faisant le service d'Ajaccio à Vico descendait la rampe de Listincone, quand les freins ne fonctionnant plus, le mécanicien ne put rester maître de sa voiture, qui alla buter contre le parapet de la route. Toute la carrosserie se détacha et tomba dans le ravin, entraînant les voyageurs, dont deux furent grièvement blessés."


    La progression du transport automobile n'en fut pas freinée et rendit des services de plus en plus importants. Le "Guide bleu" de 1939 le reconnaît:

   "Comme partout, l'automobile a fait presque disparaître la voiture hippomobile qui n'est plus guère utilisée que pour les petites courses en ville ou aux environs; toutefois les calèches existent encore à Ajaccio et permettent de visiter les environs dans des conditions particulièrement reposantes.

   Le moyen de locomotion indigène c'est le cheval, nous le recommandons aux jeunes touristes. Le cheval corse est une excellente bête, dure à la fatigue et très douce; il a le pied ferme et se dirige très bien dans les sentiers de montagne".

 

   Cet ouvrage signale que des "autobus publics" joignent tous les jours SAGONE à AJACCIO, VICO et GUAGNO. La page 160 ajoute que GUAGNO-LES-BAINS est accessible par "autos et calèche à VICO à l'arrivée de l'autobus tous les jours pendant la saison".


   L'importance des transports en commun suscita la cupidité du banditisme local, notamment de SPADA et de CAVIGLIOLI, ce qui sera décrit bientôt, à l'occasion du rappel des événements de 1931.

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 19:13

    Les lecteurs de ce blog ont tous des attaches proches ou lointaines avec Poggiolo. Ils ont aussi des opinions politiques et religieuses très variées. Rien de plus normal. Ce blog n'est donc pas destiné à mettre en avant une idéologie ou une croyance particulière. Le texte "Qu'est-ce que ce blog?" présent sur la page d'accueil le rappelle en permanence.

   Pourtant, certains pourraient trouver qu'une grande place est accordée aux manifestations religieuses. Cela est vrai mais il faut constater que l'Eglise a toujours joué un grand rôle dans l'histoire de la Corse. Actuellement, les fêtes catholiques sont toujours nombreuses et populaires. Il suffit de regarder la grande place que leur accorde "Corse-Matin" à l'occasion de l'Assomption et du 8 septembre. Ce quotidien a réalisé un diaporama sur les fêtes d'A Santa, à voir ICI.


procession lavasina

    Il n'est donc pas anormal d'annoncer chaque parution de "INSEME". Ce mensuel gratuit est l'émanation des conseils paroissiaux du canton et du couvent de Vico. Mais il est aussi un lien entre tous les habitants car il donne de nombreuses nouvelles en dehors du champ religieux proprement dit, nouvelles concernant tous les Sorrinesi.

    Ainsi, il serait réellement dommage de ne pas lire le numéro de septembre (pour ceux qui ne l'ont pas reçu, il est disponible chez les commerçants et sur le site http://inseme-bulletin.hautetfort.com/).

    Un entretien avec François COLONNA permet de faire le point sur le tri sélectif mis en place depuis mai 2010.

   Une touchante tribune libre de Marion PAOLI dénonce la responsabilité des propriétaires de bêtes divagantes dans le décès de son père à Letia.

    Un article montre les transformations dans les commerces vicolais.

    Un autre reprend ce qui avait été écrit ici sur l'évêché de Sagone et Mgr MAMBERTI, son titulaire actuel.


    A ce propos, il faut rappeler que les textes du blog Poggiolo sont totalement libres de tout droit et peuvent être recopiés et utilisés librement. Mais il est préférable d'indiquer leur origine. Surtout, le fait de voir ces textes dans une publication ne signifie nullement que les animateurs la cautionnent.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907