Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 15:01

 Alors que démarraient plusieurs associations (voir article précédent), un pari audacieux fut lancé: faire paraître un journal poggiolais.

Le 17 février 2007, paraissait "L'INFO, U PIGHJOLU". Consacré entièrement aux nouvelles concernant l'activité de POGGIOLO et de GUAGNO-LES-BAINS, ce mensuel essaiera "pour tous les Poggiolais d'être un véhicule de communication", est-il écrit dans l'éditorial qui ajoute que "le journal avec votre aide sera le magazine libre, coloré avec les échos de Poggiolo et ses alentours". Sa devise, visible sur la première page, était: "Dui "Puttaghji" chi facenu campà u nostru paese".

Cette publication avait belle allure: de format A4, avec des couleurs et de nombreuses photos, avec six pages pour le premier numéro (et passant à douze pages dès le second).

La mise en page faisait moderne et dynamique. Son adresse était fixée à la bibliothèque du village.

Il est possible de lire le journal en cliquant sur les photos de cet article.

 

l'Info 1

 

Les concepteurs et rédacteurs formaient un collectif dont les membres furent révélés dans le troisième numéro:

Laurine CASANOVA, Jean-Martin FRANCESCHETTI, Jean-Baptiste PAOLI, Marie-Ange PAOLI, Xavier PAOLI, Jean-Martin PINELLI et Jean-Silius PAOLI. D'autres signatures comme Hélène et Philippe DUBREUIL se trouvèrent à l'occasion.

Il eut rapidement un grand succès. Sa présentation y était pour quelque chose mais, surtout, il correspondait bien au souci des Poggiolais résidents ou d'origine d'avoir des nouvelles du village et de conserver un lien entre eux.

l'Info 3l'Info 7

Chaque numéro donnait la liste des nouvelles du mois écoulé, les activités sportives ou religieuses, les naissances et les décès...

l'Info 6JPG

Il présentait aussi des figures ou des familles poggiolaises.

l'Info 5

Des études historiques de Xavier PAOLI de grande qualité voisinaient avec des photos tirées d'archives familiales.

l'Info 2

Il y avait des récits de souvenirs personnels. Certains articles étaient rédigés en langue corse.

l'Info 4

"L'INFO" annonçait un tirage de 120 exemplaires qui étaient distribés gratuitement par portage à domicile à Poggiolo ou par voie postale pour les personnes habitant hors du canton. Et c'est là que résidèrent les difficultés. Les abonnés étaient simplement invités à fournir douze timbres pour l'année.

Le principal animateur de l'entreprise avait oublié (mais il est vrai qu'il est coutumier du fait) que, même si l'on fait le choix de la gratuité, il y a quand même toujours quelque chose à payer, surtout quand on veut une belle présentation. L'association artistique et culturelle de Sorro in Sù avança les sommes nécessaires pour régler les frais d'impression, en attendant d'hypothétiques subventions qui ne vinrent pas.

Finalement, en mai 2008, le quinzième numéro fut le dernier. L'expérience s'arrêta mais la collection montre ce qu'a été la vie de Poggiolo durant ces quinze mois et constitue un fonds d'archive de référence. La collection est à conserver et à lire. Elle est consultable à la bibliothèque du village.


NOTA BENE:

"L'INFO" avait un courrier des lecteurs. Dans le numéro 5, une lectrice de Montpellier suggéra: "Peut-être bientôt un site internet?". C'est cette idée qui se concrétisa en mars 2009 par le démarrage du blog des Poggiolais, que vous lisez maintenant. Merci à la Poggiolaise Montpelliéraine!

 

----------------------------------
Pour voir la série des articles sur "les Poggiolais ont de l'initiative", cliquez sur leurs titres
1: la nouveauté de 1924
2: la liste des Poggiolais actifs
3: l'empire sahélien des Sorrinesi
4: le bagne présent à Poggiolo
5: un feu de paille?
6: la Montagne

7: le foisonnement des associations

Partager cet article

Repost0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 19:07

Une scène célèbre du film "L'Enquête corse" montre Christian CLAVIER accroché à un poteau au-dessus d'un ravin pour arriver à faire fonctionner son téléphone portable.

Cette scène n'était pas une pure invention mais elle est devenue de plus en plus rare. Certaines parties de Soccia connaissaient encore des difficultés de réception. La situation vient d'être changée avec l'installation par Orange, à l'entrée du village, d'un répéteur qui amplifie les signaux. Sorru-in-sù n'est pas isolé du reste du monde.

répéteur Soccia

Partager cet article

Repost0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 18:06

Après la disparition de l'ASM (voir article précédent), plusieurs années se passèrent sans grande initiative de dynamisation associative.

En 1990, l'ADPB (Associu di Difesa di U Pighjolu e di Bagni), apparue dans un but essentiellement électoral, ne dura pas.


Un peu avant l'an 2000, un revirement se produisit, dans notre canton comme dans toute la Corse. A ce moment, des retraités encore très dynamiques rentraient au village. Des jeunes adultes résidaient à Ajaccio et revenaient à Poggiolo. Toutes ces personnes se sentaient responsables de la survie d'une localité qui avait perdu une très grande partie de ses résidents permanents dans les trente années précédentes. Le souci, dans une société désorientée par la mondialisation, de retrouver des racines et la chaleur d'une communauté, joua un rôle important.


La première impulsion fut d'origine religieuse.


La communauté des OMI de Vico permit une véritable synergie entre le couvent et les conseils paroissiaux. Le bulletin mensuel "INSEME", imprimé à partir de 1997 et mis au dépôt légal à partir de mars 1998, devint le lien indispensable des habitants du canton, croyants ou pas. En juillet 2011, il en est à son 171ème numéro.

Les 16 août de ces années-là furent particulièrement conviviaux car, en dehors de la procession de saint ROCH, ventes de gâteaux au bord de la route, china (loto), tombola et repas dans la Stretta occupaient tous les Poggiolais. Les films de 1997 et 2000 le montrent bien.


 


 

Dès 1996, dans la ligne de la réapparition des confréries de pénitents qui caractérise la Corse, la Cunfraternita di u Padre ALBINI s'organisait. Elle a actuellement A. TOLLA comme prieur et Philippe DUBREUIL comme trésorier.


Initiative imaginée par le Père J. P. BONNAFOUX et Bernard CERVERA, originaire de RENNU, le premier festival Sorru in Musica  fut lancé le 16 juillet 2004. L'association du même nom (créée le 12 septembre 2004) qui, depuis, organise le festival chaque année, comporte plusieurs Poggiolais à des postes importants.


A POGGIOLO même, la création de l'Association Artistique et Culturelle de Sorro in Sù (déclarée à la Préfecture le 15 juillet 2002) fut à la base de plusieurs activités. Elle organisa dans l'été 2004 le premier salon des artistes peintres (le prochain aura lieu les 6 et 7août).

Le 4 décembre 2005, ce fut le premier marché de Noël, coutume également poursuivie. 

L'association gère depuis 2005 la bibliothèque qui se trouve au rez-de-chaussée de la mairie.

Elle patronna le journal "L'INFO U PIGHJOLU" dont il sera question dans un prochain article.

Actuellement, son président est Jean Martin PINELLI tandis que le trésorier est Pierre GRIMALDI.

 

L'Association Jeux de Société Sorro in Sù naquit un an plus tard, le 17 juin 2003. Elle débuta ses activités par un tournoi de jeu de dames puis par un tournoi intervillages de belote (250 joueurs la première année). Ce tournoi devint le challenge Toussaint MICHELANGELI à la suite du décès de celui-ci qui était secrétaire général de l'association.

L'association est présidée par Laurine CASANOVA, assistée comme trésorière par Vanina BERNARD.

 

Le Comité des fêtes (Président: Jean Martin PINELLI; Trésorière: Hélène DUBREUIL)

organise chaque mois d'août, depuis 2005, le challenge de pétanque Umberto CHITI (repris en 2010 par Monique CHITI et ses enfants Alexis, Antoine, Aurelle et Laurine). Depuis 2007, le Comité a repris la tradition des bastelle de la Toussaint.


 

 

 

Il ne faut pas oublier la Société de chasse présidée par Jean-Laurent PINELLI.

 

Dans la commune, avec son siège à GUAGNO-LES-BAINS, Ghjassi e Monti (président actuel: Jean-Marie BONIFACJ) a accompli un excellent travail de nettoyage et de balisage des sentiers. Voir l'article publié dans la revue "GEO" et reproduit ICI.

 

Les associations existent et elles ont des activités nombreuses. Suffisent-elles à entretenir un esprit de communauté? La question est posée.

 

----------------------------------

Pour voir les articles sur "les Poggiolais ont de l'initiative", cliquez sur leurs titres 

1: la nouveauté de 1924

2: la liste des Poggiolais actifs

3: l'empire sahélien des Sorrinesi

4: le bagne présent à Poggiolo

5: un feu de paille?

6: la Montagne

7: le foisonnement des associations

Partager cet article

Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 14:16

Roch de Montpellier est le saint le plus vénéré dans l'histoire de l'Église.

Il est le patron des pèlerins et de nombreuses confréries ou corporations : chirurgiens, apothicaires, paveurs de rues, fourreurs, pelletiers, fripiers, cardeurs, maîtres-chiens, et aussi le protecteur des animaux.

Il est invoqué contre la peste et, de façon générale, contre toute épidémie.

La fête de saint ROCH, le 16 août, est largement célébrée en Corse, et notamment à RENNU et à POGGIOLO.

Pourquoi à POGGIOLO? Ce culte est-il utile dans ce village?

Oui, si l'on regarde cette photo. L'ombre du clocher de la chapelle St Roch s'étale sur la façade des ORAZY. Ne serait-ce pas pour montrer une protection?

protection St Roch

 

MARDI 16 Août 2009: Messe de la Saint Roch à 18 heures,

suivie de la Procession et d'un buffet-apéritif.

Partager cet article

Repost0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 16:58

L'histoire de l'évêché de SAGONE a été évoqué dans des articles récents (voir ICI et ). Dans sa livraison d'août, le bulletin "INSEME" ajoute des renseignements intéressants sur l'évolution des recherches archéologiques près de la cathédrale. En page 9, dans la rubrique "Ils sont venus au couvent", deux jeunes archéologues, interrogées par Pascale CHAUVEAU, résument l'état de la recherche sur ce site.

 

Pendant un mois, une vingtaine de jeunes archéologues se sont installés au gîte du couvent(de VICO), devenu le quartier général des deux équipes qui ont travaillé sur le site de la «cathédrale» à SAGONE. Parmi eux, Flore DIVERREZ et Gaelle SOULARD ont attiré plus particulièrement notre attention, car, si la plupart des stagiaires qui interviennent sur le site tous les ans sont étudiants ou diplômés en archéologie, ces deux jeunes filles faisaient partie des cinq anthropologues venus sur le terrain.


PC : Comment avez-vous connu l'existence du site de Sagone?
Cathédrale golfe2
F.D. et G.S. : Le responsable de cette session de fouilles, Daniel ISTRIA, avait passé des annonces dans les facultés, et on pouvait aussi l'apprendre en consultant le site gouvernemental «archéo.fr», qui propose un «catalogue» des fouilles où l'on peut postuler. Il est évident que la Corse nous attirait particulièrement. En arrivant, nous avons été surprises car on s'attendait à un site plus grand avec plusieurs responsables de secteurs, mais finalement on n'est qu'une douzaine autour de Daniel, et c'est beaucoup plus convivial.

Inseme : Vous êtes ici en tant qu'anthropologues, cela signifie donc qu'on a découvert des ossements à la cathédrale?

F.D. et G.S. : Déjà à la première vague de fouilles, vingt squelettes avaient été déterrés. Une vingtaine de plus à la vague suivante, et cette année on en est au numéro 49. Nous étudions la position des corps, tâchons de déterminer le sexe, l'âge. A vue d'œil, on pensait que les squelettes dataient du XVIème siècle, mais la datation au carbone 14 a montré qu'en réalité ils remontent au XIème siècle. Et d'ailleurs, les derniers ossements mis à jour cette année ne sont pas en très bon état de conservation.

PC: Vous êtes titulaires d'un mastère, qu'allez-vous faire après cette session de fouilles en Corse ?

F.D. et G.S. : Il va déjà falloir rédiger notre rapport de fouilles qui complète le rapport principal établi par Daniel ISTRIA. Lui s'attarde principalement sur l'architecture de la tombe, et nous sur les ossements. Ensuite, nous sommes sur un gros projet qui nous amènera à parcourir, de mi-septembre à mi-mai, six pays d'Amérique du Sud à la découverte de l'archéologie andine, pour les transmettre ensuite au grand public, y compris les populations locales qui ne sont pas toujours sensibilisées à la richesse de leur patrimoine archéologique et à leur préservation. Ce qui est intéressant par ailleurs, c'est que notre travail sera suivi à distance par les élèves d'une classe de CM2 de la région parisienne pendant toute leur année scolaire (pour en savoir plus, consulter sur internet le site: http://panarcheo.e-monsite.com).

 

En conclusion, Flore et Gaëlle tenaient à dire à quel point elles avaient été enchantées de séjourner pendant plus d'un mois au couvent («quel plaisir d'apprécier la belle vue sur la Sposata le matin en se levant»), et voulaient remercier le père André «qui a été aux petits soins pour nous et pour toute l'équipe!».


Partager cet article

Repost0
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 19:01

    La (courte) expérience du Syndicat d'Initiative de POGGIOLO (1) a rapidement été oubliée. Un demi-siècle plus tard, une nouvelle tentative d'union des bonnes volontés prit forme pour dynamiser le village. 

    Elle fut réalisée par la "génération 68", c'est-à-dire les jeunes qui avaient eu 20 ans autour de 1968.

    Les principaux animateurs en furent Christian PINELLI, Hervé CALDERONI et Bernard FRANCESCHETTI.

    L'association, conçue pendant l'été 1974, devint effective au début de l'année 1975. Elle prit le nom de "ASSOCIATION SPORTIVE LA MONTAGNE DE POGGIOLO", en abrégé "ASM".

    Elle eut un logo, simple mais explicite: trois sommets de montagne (référence au Tretorre?) à l'intérieur d'un cercle bordé de rouge. L'autocollant qui en fut tiré eut un certain succès et l'on vit circuler des voitures ainsi décorées.


 

ASM 3 

 

 

    Bien évidemment, des cotisations furent demandées et des cartes de membres furent distribuées dans les familles de Poggiolais.

 

ASM Quairé

 

ASM 2

 

    Comme son nom l'indiquait, l'ASM organisa des tournois sportifs, essentiellement de pétanque. Mais son titre de gloire fut le bal organisé en août 1975 en plein cœur du village.

    Il se fit en plein air, dans le village (la salle des fêtes n'existait pas encore). La municipalité avait fermé à la circulation la place INGHJO et les rues voisines. Jean-Pierre MERCURY avait installé l'éclairage. L'entrée se faisait par la TEGHIA où la carrure de François OLIVA dissuadait les éventuels perturbateurs de s'approcher.Nicolas Pinelli jeune

    L'affluence fut énorme. Un orchestre style Gipsy Kings (groupe qui était alors en pleine gloire) mit une ambiance excellente. Le jeune Nicolas PINELLI (photo ci-contre) interpréta deux ou trois chansons. La fête dura toute la nuit.

Ce blog serait heureux de publier des photos de cet événement, si certains de nos lecteurs en ont gardé.

    L'ASM avait l'atout d'être formée par des jeunes adultes qui formaient depuis longtemps un groupe homogène. Elle continua deux ou trois ans mais finit par être mise en sommeil car ses animateurs étaient dispersés entre Corse et continent et car ils commenèrent à s'installer dans leur vie conjugale ou professionnelle.

    Les Poggiolais étant obstinés dans leur attachement au  village, une autre initiative eut lieu vingt-cinq ans plus tard (voir ICI).

 

-----------------

(1) voir les articles sur le syndicat d'initiative:

1: la nouveauté de 1924

2: la liste des Poggiolais actifs

3: l'empire sahélien des Sorrinesi

4: le bagne présent à Poggiolo

5: un feu de paille?

Partager cet article

Repost0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 18:54

RENNU a une chapelle dédiée à Saint ROCH. Tous les ans, pour le 16 août, une cérémonie religieuse y est célébrée. Elle donne le coup d'envoi à deux journées de fête. En voici le programme ... mais n'oubliez pas d'être présents Mardi 16 août à 18 heures à U PIGHJOLU!!!

 

 

Programme de RENNU:

Mardi 16 août:

   - Matin: messe avec chorale et confréries du canton des Deux Sorru, de Cargèse et de Marignana, suivie de la traditionnelle procession.

    - Midi: repas d'ouverture: veau à la broche accompagné de pommes de terre au feu de bois.

    - Toute la journée: brocante et vide grenier; stands et artisans et producteurs; manèges adultes et enfants, jeux pour enfants.

   - Soir: chants corses et variété avec le groupe Tokaman du "Son et Guitares" d'Ajaccio.

 

Mercredi 17 août:

    - Matin: course pédestre l'Arbaghju di  Rennu ; concours de pétanque en doublettes doté de 1 000 euros de prix. 

    - Toute la journée: démonstration de moto-cross sur le terrain de Saint-Roch; Stands et artisans et producteurs; manèges, jeux pour enfants. 

    - Soir: à partir de 22 heures, bal avec DJ "années 80".

Partager cet article

Repost0
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 19:52

Le 16 août, après la procession de la statue de saint Roch, la municipalité offrira l'apéritif sur la place.

Les douceurs (quiches, tartes, beignets, cakes, etc.) sont laissées à l'initiative des gens du village.

Chaque famille aura certainement à cœur d'apporter sa participation à ce moment convivial.

douceurs St Roch

Partager cet article

Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 19:09

    Le Syndicat d'Initiative de Poggiolo qui a été fondé en 1924 a été complètement effacé des mémoires et des archives familiales.

    Les quelques documents découverts récemment SI carnetdonnent un portrait d'une partie des Poggiolais de l'époque (voir articles du 15 juin et du 21 juin 2010). Ils ont permis de découvrir l'implantation sorrinese en Tunisie (article du 3 juillet 2010) et les talents des peintres-bagnards (article du 18 juillet 2010).

    Ils ne permettent cependant pas de savoir quelles activités ont été réellement organisées par cette association.

    Le carnet des cotisations, document essentiel,  découvert par la famille BARTOLI-CHABROLLE, permet de faire quelques constatations.


    Le nombre d'adhérents a rapidement décliné.

    Les premières cotisations ont été recueillies le 26 février 1924, dès la publication de l'association au Journal Officiel: ce furent celles de François MARTINI, Bernard PAOLI et Jean Noël PINELLI (trésorier). Il y eut 41 adhérents cette année-là. Mais le nombre dégringola à 25 en 1925, à 23 en 1926 et seulement à 12 en 1927 (parmi lesquels 8 survivants de la première année).

    Cette chute est bien le signe d'une désillusion. Des dissensions se seraient-elles produites? Pourtant, toutes les familles poggiolaises étaient représentées (La liste complète des adhérents du Syndicat d'Initiative est disponible à l'adresse:

     http://img704.imageshack.us/img704/2968/siliste.jpg).

    Le Syndicat d'Initiative avait l'appui de la municipalité puisque le maire Jean-François SI-statutsCECCALDI et son premier adjoint Antoine François DESANTI en étaient membres.  

    Plus vraisemblablement, le problème a dû venir de la difficulté à faire fonctionner une association avec des membres géographiquement très éparpillés et ne pouvant se retrouver que l'été (juillet et août rassemblent la moitié des cotisations perçues en 1924). Dans le bureau d'origine, seulement deux des sept membres vivaient en Corse. Par ailleurs, on a déjà remarqué, dans le premier article de cette série, que les documents de l'association avaient été imprimés à Bône en Algérie.


Si des lecteurs de ce blog ont d'autres renseignements sur cette association feu de paille, leur aide sera bienvenue.


    L'exemple de ce Syndicat d'Initiative ne fut cependant pas totalement perdu car une autre génération poggiolaise fit une nouvelle tentative un demi-siècle plus tard. Ce sera l'objet d'un prochain article.


Partager cet article

Repost0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 17:39

St Roch statue

Mardi 16 Août

Messe de la Saint Roch

à 18 heures

 

suivie de la Procession

 

 

Ensuite, un apéritif sera offert par la Mairie.

 

Les douceurs sont laissées à l’initiative des gens du village

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

 

 

FÊTE DE ST ANTOINE ABBÉ

Messe samedi 16 janvier à 15 heures

chapelle de Guagno-les-Bains.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907