Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 17:43

Le conseil municipal a décidé la rénovation de la Piazza Inghjo.

inghjo plaque

Cette place, qui, comme son nom (Inghjo) l'indique, est en bas du village, entre la chapelle St Roch et la mairie, devrait être refaite pour cet été. On dit même que le revêtement serait en pierres de Brando. Voila une décision excellente.

inghjo entière

Cette place a un cachet très particulier mais elle avait besoin d'un coup de jeune. On s'en rend bien compte quand les herbes y prospèrent allègrement.

inghjo herbe

Heureusement, elle est parfois très sérieusement nettoyée, comme ici, à la veille du festival de Sorru in Musica 2011.

inghjo nettoyage

 

Mais il faudrait avoir une certitude: la pierre de moulin, qui participe au cachet du lieu, restera-t-elle en place?

Partager cet article
Repost0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 17:11

Comme nous l'avions annoncé le 21 mars dernier, le Parc Naturel Régional de Corse a procédé à un lâcher de vingt-trois cerfs sur la communne de LETIA, près de GUAGNO-LES-BAINS. Les promeneurs se trouveront peut-être bientôt nez à nez avec ces animaux dans nos montagnes. A-C CHABANON a rendu compte de cette initiative dans "Corse-Matin" de vendredi 30 mars.


http://www.corsematin.com/media_corsematin/imagecache/article-taille-normale-nm/image/protec/2012/03/30/16487820.jpg

 

 

L’ensemble des agents du Parc naturel régional de Corse, toutes activités confondues, a été mobilisé ainsi que plusieurs véhicules et des moyens aériens. C’est la neuvième opération du genre en Corse

   Une journée marathon pour les quarante hommes du PNRC à pied d'œuvre sur le terrain depuis l'aube. Une journée où il ne faut pas perdre de temps. Car chaque minute compte pour que les animaux bénéficient des meilleures conditions de réinsertion dans leur milieu naturel. Au cœur d'un site où tout est réuni, entre montagne et maquis, pour qu'ils retrouvent leurs marques. Qu'ils laissent à nouveau leurs empreintes.


   Lundi après midi, près du village de Letia en Corse-du-Sud - sur la commune de Jean-Luc Chiappini également président du PNRC - vingt-trois cerfs ont été relâchés, dans le cadre d'un programme de réintroduction de ces cervidés disparus depuis 1969. « Nous avons commencé par la capture des animaux dans l'enclos de Casabianda »,explique Paul-Antoine Susini, responsable, au sein du Parc, des relations internationales de la mission cerf.

   Et assisté pour l'occasion de Stevan Mondoloni, un étudiant formé à l'université de Corte. « Essentiellement des femelles et des jeunes. Après leur avoir fait une prise de sang et posé des colliers VHF sur les dix spécimens les plus représentatifs, nous les avons identifiés avec des boucles PNRC, un code de couleur et des numéros. L'opération a duré de 7 h à midi, heure à laquelle le transport par la route, sur le site choisi, a débuté ».

À 1.100 m d'altitude

   Les cerfs, de la sous-espèce corso-sarde, dont l'âge est compris entre un et dix ans, ont dû être héliportés pendant cinq minutes depuis le village jusqu'à un flanc de montagne, à 1 100 mètres d'altitude.

   C'est la neuvième opération du genre en Corse. Et la deuxième sur le site de Letia, depuis le lancement d'un programme de réintroduction du cerf corso-sarde. Ce dernier a débuté en 1985 avec la création de l'enclos de Quenza*. Actuellement, 239 cerfs de cette espèce ont été relâchés dans l'île.

   Dans une logique de suivi de la population et d'enrichissement des connaissances concernant la relation espèce-environnement, le Parc naturel a mis en place cette année, des opérations de recensement. Pour la première fois.

    « La réussite de ce projet n'a été possible que grâce à l'excellente coopération entre différents acteurs de l'environnement, PNRC, ONCFS, l'ONF et étudiants de l'université de Corse,détaille Jean-Luc Chiappini.Dans un esprit de collaboration avec nos voisins sardes, une délégation du Parc s'est rendue en Sardaigne afin de réaliser un échange d'expérience ».Au retour, les agents du PNRC en charge du suivi sur le cerf de Corse, ont travaillé à l'application d'une méthode de recensement. Notamment par l'écoute du brame. Mais pas seulement.

Un programme Life

   « Nous avons trois opportunités pour améliorer notre estimation des animaux », répertorie le chargé la mission. «D'abord, en écoutant, effectivement, le brame des mâles, ce que nous faisons de septembre à novembre, à raison de deux heures chaque soir. C'est ainsi que nous sommes parvenus, au terme de l'observation menée à l'automne 2011, à un chiffre d'au moins 650 cerfs en liberté. Ensuite, nous nous intéressons également au mode de vie et aux zones d'un habitat privilégié pour mieux réajuster nos statistiques. Enfin, nous distribuons des feuilles de recensement aux chasseurs et aux promeneurs. L'an prochain, nous procéderons à nouveau à cet inventaire pendant deux mois, de manière à affiner davantage encore notre évaluation ».

Un programme Life a également été instauré pour définir, à terme, une gestion commune d'espèce. Le cerf élaphe doit, en effet, être considéré comme une entité unique dès lors où la population de Corse et de Sardaigne est la même et la seule au monde.

Depuis deux jours, au lieu-dit Granaghju, sur la commune de Letia, vingt-trois cerfs ont retrouvé la liberté. En pleine nature. Avec l'espoir qu'ils se reproduisent…
---------------------------
* C'est plus tard, en 1991 et 1994, que le PNRC implantera les enclos de Casabianda et Ania di Fium'Orbu.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 09:40

 

   Le magazine "CORSPORT" de mars publie un article consacré au "duo de choc du RCA". Le Rugby Club Ajaccien (site: https://sites.google.com/site/rugbyclubajaccien2a/) est un représentant peu connu mais très dynamique du rugby en Corse. Pour "hisser haut l'étendard "ciel et blanc"", son équipe seniors comprend le duo composé d'Arnaud PATAROZZI et de Julien LAGRANGE.

   Ce dernier est bien connu des Poggiolais.

   Julien LAGRANGE est né le 24 avril 1988 à Nice. Mesurant 1,90 m, il pèse 110 kg. Il est arrivé à Ajaccio pendant l'intersaison.


Julien Lagrange

 

   Dans le texte du journaliste de "CORSPORT", on pourra lire l'importance de l'attachement aux racines:

Julien Lagrange, le talent

   Né à Nice, ce deuxième ligne a choisi de retourner en Corse où il a ses racines (la famille Pinelli à Murzu et Guagnu les Bains). Après des débuts à Nice en minimes, il a rejoint le Club Bourgoin, qui l'avait repéré lors d'une sélection avec la Côte d'Azur. Il effectue trois saisons en "moins de 19" et "moins de 21", remporte un titre avant de choisir Bayonne comme destination. "J'avais envie de changer de région", précise-t-il. Souvent blessé, il décide alors de rentrer au bercail. "Je voulais voir ma famille à Ajaccio et Guagnu les Bains où résident mes grands-parents."

   Le jeune homme contacte, par le biais d'un ami commun, Pierre-Yves Dionisi, le club "ciel et blanc". celui-ci s'est réjoui de dénicher un joueur aussi talentueux. "Il s'est vite intégré au groupe et nous apporte beaucoup", assure Jérôme Torre. Le coach "ciel et blanc" est, quant à lui, convaincu qu'il peut faire encore mieux. "Il vit encore sur ses acquis et pourrait être un véritable leader dans le groupe".

L'intéressé savoure, pour l'heure, d'être de retour chez lui et mesure les qualités d'un groupe performant. "C'est ma première saison en "senior", souligne-t-il, "nous avons une équipe d'un bon niveau au sein d'un club que tout le monde s'efforce de tirer vers le haut".

   Voilà certainement un garçon dont on devrait reparler".

 

   Nous l'encourageons tous.

 

 

   L'article cité peut être lu en cliquant sur l'image ci-dessous.

rugby mars 2012

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 17:14

Le programme du festival 2012 de Sorru in Musica.


- 15 juillet à Vico: Quai n°5

- 16 juillet à Soccia: Concerto accordéon, Bottesini

- 17 juillet à Coggia: en partenariat avec la Cinémathèque de Corse, projection d'un film muet avec accompagnement musical par les musiciens du festival

- 18 juillet à POGGIOLO: musique de chambre

- 19 juillet au couvent de Vico: Opéra "Werher" de Massenet

- 20 juillet à Arbori: "Le silence de la mer" de Henri Tomasi

- 21 juillet à Letia: Quintette de Brahms

- 22 juillet à Renno: soirée avec Robin Renucci comme récitant, accompagné par le musiciens du festival

- 23 juillet à Murzo: musique de chambre et chant lyrique

- 24 juillet au couvent de Vico: concert de clôture: "les plus beaux moments du festival".

 

    Le festival... Trait d’union entre les hommes, tel était notre viatique. La musique comme B.Cervera.jpgjpg.jpgsymbole d’universalité. Seul langage à être compris par tous et par delà les mers, quels que soient l’origine, l’âge, la culture. Le festival  comme un havre de paix dans des vies tumultueuses… Pour les musiciens, le public. Se retrouver tout au long de l’année comme ce trait d’union; là, dans une école, là, une maison de retraite, un musée, là, une prison ou une église chère à nos coeurs... Et se garder de travestir cet esprit si particulier, fait de sincérité. Dans la musique, mais aussi dans nos rencontres. Sincérité, simplicité, humilité mais ni facilités, ni concessions. Culture populaire, festival populaire mais avec toute la noblesse que ces termes contiennent.
    Les programmes construits sont autant de rencontres, d’émotions et de débats à venir. Comme chacun de nos actes depuis 8 ans maintenant. Nos partenariats aussi sont autant de symboles de cet esprit. La musique comme le moyeu d’une grande roue aux multiples rayons.
Croisons-nous encore longtemps au détour de nos chemins de traverse. Pour que vive ce festival hors du commun…
    Et en route pour la neuvième année!

            Bertrand Cervera

Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 19:55

L'an dernier, France 3 Corse avait diffusé une séquence sur la course cycliste d'A Reginella:

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 18:28


http://a-reginella.pagesperso-orange.fr/Images/Route/Logo%20A%20Reginella%202012%20Final.jpg
   Après une première édition 2011 qui a réuni 130 coureurs, l'édition 2012 de A Reginella se prépare...


    Cette course cycliste aura lieu le Samedi 28 avril 2012 à partir de 12h30 et le Dimanche 29 avril 2012 à 8h00.
    L'épreuve diffère quelque peu d'une cyclo sportive classique, puisqu'elle se déroule en deux étapes. Ces deux épreuves pourront être indépendantes l'une de l'autre pour ceux qui le souhaitent.

    A l'issue de la première étape, les maillots de leader de chaque catégorie seront attribués.

    La première épreuve (Sagone-Vico) se déroulera le samedi matin et proposera un prologue de 12 kms. Aucun matériel particulier ne sera nécessaire, puisqu’il s’agit d’une montée de col (4 km de faux plat et 8km de col avec 450m de dénivelé, pente moyenne de 5,5%)
http://a-reginella.pagesperso-orange.fr/Images/Route/Parcours_A_Reginella/Prologue_3.jpg
http://a-reginella.pagesperso-orange.fr/Images/Route/Parcours_A_Reginella/Prologue.jpg

    Un concours de pétanque sera organisé l'après-midi, et un veau Corse à la broche animera la soirée du samedi.
 
    La seconde épreuve se déroulera le dimanche matin, où un parcours de 99 km comportant un dénivelé positif de 2100m sera proposé, avec un paysage entre mer et montagne tout le long. La particularité sera le passage en route normalement fermée dans les calanches de Piana.
Son trajet sera: Sagone-Cargèse-Piana-Porto-Evisa-Cristinacce-Renno-Vico-Sagone.

Renseignements, tarifs et inscriptions: http://a-reginella.pagesperso-orange.fr/Route_A_Reginella.html


Bonne chance à tous.

http://a-reginella.pagesperso-orange.fr/Images/Route/Parcours_A_Reginella/Reginella_2.jpg

 

http://a-reginella.pagesperso-orange.fr/Images/Route/Parcours_A_Reginella/Course.jpg

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 18:39

Samedi 24 mars, à 14h30, au couvent de Vico, une messe sera célébrée à la mémoire du Père ESTEVE. A cette occasion voici le texte publié par le dernier numéro de "INSEME", lequel utilisait un article paru dans le journal des OMI.

-----------------

NOTRE FRERE FERNAND ESTEVE a rejoint la maison du père

le dimanche 29 janvier 2012.


    La célébration des obsèques a eu lieu le 2 février à la chapelle St François d'Assise à Lyon suivie de l'inhumation au cimetière de Ste Foy lès Lyon.

    Fernand est né à Lozanne (69) le 25 mai 1916. Il fait ses études primaires à l'orphelinat des sœurs de l'Immaculée Conception à Annecy et ses études secondaires au juniorat de Ste Foy lès Lyon. Il entre chez les Oblats et accomplit son noviciat à Bon Secours de juillet 1934 à juillet 1935. Viennent ensuite deux ans de philosophie à Lumières, mais ses études sont interrompues par le service militaire, puis dix-huit mois de guerre et de captivité, qui l'ont marqué dans sa chair.

Estève Fernand   Il revient au scolasticat en avril 1941, et y retrouve son frère cadet Louis, qui a été son pôle lumineux et son solide appui fraternel. Il prononce ses vœux perpétuels le 31 mai 1942, et est ordonné prêtre le 27 février 1944. Sa première obédience est pour Lumières comme professeur ... ce qu'il accepte au nom de l'obéissance.

    En 1948, il est nommé professeur et économe au grand Séminaire d'Ajaccio. Vient une année de séminaire pastoral: c'est là qu'il commence à découvrir la Corse et les corses. Il y passera 32 ans.

    Il devient supérieur de la communauté de Vico en 1957, et après deux triennats, il est nommé Cotignac en 1963. En 1968, il retourne en Corse dans le Cruzzini, mais il ne tient pas: c'est la dépression. En septembre 1969, il vient à Lumières où il est affecté au secteur paroissial, il y reste jusqu'en 1979. Il rejoint alors son frère Louis à l'Osier. Toujours en 1979, nouveau retour en Corse au couvent de Vico. D'abord curé de Guagno, il vient ensuite à Soccia, Poggiolo et Orto. Apprenant que Fernand était sur sa fin, la population de ces villages y a allumé des bougies. Il y a été très aimé! Outre la pastorale, il y a exercé avec compétence une activité manuelle qui l'occupait beaucoup: réparer montres et horloges. C'était vraiment une occupation qui lui faisait du bien.

    En 1993, obédience pour Lumières, puis en 1994 pour Entrevaux. En 1995, il retourne à l'Osier, et en 1996, retour à Vico (paroisses). Jusqu'en 1999, date à laquelle il vient en retraite à Lumières où il est aimé spécialement par tout le personnel.

    En 2010, nouvelle dépression qui le pousse à demander à venir rejoindre l'EHPAD de Lyon. Ce ne sera pas toujours facile pour lui, et il y vivra des crises graves, en particulier en décembre 2011. Mais l'environnement du personnel soignant du docteur Emmanuel Henry et de sa communauté lui permettra de surmonter cette crise.

 

    On ne peut comprendre toute l'histoire de Fernand sans savoir que sa fragilité (qui vient de son enfance tragique), a été cause de dépressions qui l'ont marqué profondément, mais aussi à cause de son immense capacité à accueillir, à aimer les autres ... Ce qui fait que partout il a été aimé par ceux auxquels il a été envoyé.

    Hospitalisé, il attendait la fin comme une délivrance. Il n'en pouvait plus ... Il est maintenant auprès de ce Dieu qu'il a servi en toute fidélité, même dans ses périodes de nuit et de désespérance ... Il est maintenant auprès de son frère Louis, décédé le 28 janvier 2002. Fernand a dû attendre dix ans et deux jours pour le rejoindre.
 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 20:56

St-Roch-moutonPlusieurs jours après l'incident qui avait empêché de sonner la cloche de la chapelle Saint Roch (voir articles ICI et aussi ICI et enfin ICI), tout est remis en ordre.

A la demande du maire Angèle PINELLI, l'entreprise de Jean CIPRIANI a été chargée de réinstaller la corde qui permet de faire battre la cloche. Le travail a été réalisé avec rapidité et efficacité.

Bravo, et doublement bravo car Jean CIPRIANI a réalisé cette réparation en refusant tout paiement.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 08:38

Le blog de "Corse-Matin" a publié mardi 20 mars l'annonce suivante:


 Dernière minute  Letia-Soccia : un lâcher de 20 cerfs la semaine prochaine 

 

 l-cher-de-cerf.jpg

    "Après un premier lâcher de 20 cerfs en 2009 et au vu de leur reproduction (le groupe a atteint les 20 individus), le parc naturel de Corse poursuit son programme de réintroduction du cerf corso-sarde avec un lâcher de 20 autres cerfs issus cette fois des enclos de Casabianda et non plus Quenza pour permettre une meilleure diversité génétique. Le lâcher se fera dans le secteur de Letia-Soccia, près de Guagno-les-Bains, en Corse-du-Sud."

 

Le lâcher de 2009 avait été le thème d'un des premiers articles de ce blog. Vous pouvez vous y reporter en cliquant ICI.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 18:16

   Avant la journée mondiale de l'eau du 22 mars, l'U.F.C Corse-du-Sud a diffusé les résultats d'une enquête réalisée sur le département, que "Corse-Matin" publie vendredi 16 mars.

    En Corse-du-Sud, l'eau du robinet est globalement de bonne qualité - pas de pesticides ni de nitrates, pas de métaux ni de radioactivité suspects - mais un problème se pose tout de même pour certaines communes. Pour cinquante-et-une d'entre elles, la qualité bactériologique des eaux a été classée comme mauvaise. Il s'agit essentiellement d'une pollution bactériologique liée à des problèmes de captage, de déjections animales et de dysfonctionnement des installations de traitement. L'U.F.C Que choisir va interpeller par courrier chaque maire des communes concernées.

    Pour Sorru in Sù, les villages inscrits sur cette liste sont Orto et Soccia. Donc, à Poggiolo et à Guagno, on peut boire sans crainte. Quant à Sorru in Giù, l'eau est suspecte à Arbori, Balogna, Murzo.

    Cette bonne nouvelle montre que, dans notre montagne, la nature n'est pas encore trop abîmée. Rappelons que les Poggiolais bénéficient de l'eau au robinet depuis 1968. Auparavant, il fallait aller remplir des récipients à la fontaine, ainsi que le montre  dans la vidéothèque poggiolaise, le film "La corvée d'eau à Poggiolo".

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907