Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 18:00

     Le 8e marché de Noël se prépare activement dans les Deux Sorru et constituera l'événement économique de ce 16 décembre dans la microrégion. Plus de 50 stands seront installés dans la salle polyvalente de Poggiolo pour protéger les visiteurs des intempéries éventuelles. Agro-alimentaire, métiers d'art et joaillerie seront à l'honneur. L'idée des organisateurs est que le public trouve en un même lieu, à des prix adaptés à chaque bourse, les cadeaux de son choix.


Paul silvani

    Une partie importante sera consacrée à la librairie, avec des livres cadeaux pour tous les âges. La librairie La Marge sera présente, de même que, parmi d'autres plumes, l'écrivain Paul Silvani qui dédicacera son livre à paraître ce mois-ci: "La Corse des Présidents". L'auteur, fin connaisseur des arcanes de la politique insulaire, offre, dans ce livre, une plongée absolument inédite dans l'histoire de la société corse.

    Les gourmets seront ravis. grâce à Marie-Louise et Fabienne Maestracci et leur excellent livre "A Cucina Tempi Fà", recueil de recettes et savoir-faire traditionnels de Corse. Soit plus de trois cents cinquante recettes représentant l'ensemble du patrimoine culinaire insulaire.

    Le marché de Noël ouvrira ses portes au public de 10 heures à 18 heures. Une animation musicale, avec un groupe de guitaristes réputé, est prévue dans l'après-midi, avant le tirage de la grande tombola, assortie de lots de qualité en fin de soirée.


(article de J.-M. F. paru dans "Corse-Matin" mercredi 5 décembre 2012)

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 18:00

  Suite de la biographie de Gian Antonio PINELLI (première partie: cliquer ICI

  

UNE RÉFÉRENCE DANS L'ENSEIGNEMENT

   La notice d'Eugène GHERARDI, dans le "Dictionnaire historique de la Corse", avait indiqué que le prêtre poggiolais Gian Antonio PINELLI avait jugé plus prudent d'aller habiter Florence à l'époque des troubles du royaume anglo-corse entre 1794 et 1796.

 

C'est au cours de cette période d'exil toscan que Gian Antonio PINELLI rédige un glossaire destiné à aider les lecteurs de l'Odyssée.
Gian Antonio PINELLI retourne en Corse en 1796 où il est promu par l'évêque GUASCO à la charge de vicaire général du diocèse de Sagone; on le retrouve en 1805 prêtre à Piana.

 

   Il doit s’agir de Matteu Francescu GUASCO, dernier évêque de Sagone de 1773 à 1801.


PINELLI entame par la suite une carrière dans l'enseignement. Bénéficiant de l'amitié de Letizia Bonaparte et du cardinal Fesch, Pinelli est tour à tour directeur, en 1806, de l'école secondaire communale d'Ajaccio puis proviseur lorsque l'école devient collège en 1818.

 


   La  “Revue encyclopédique” de 1819 permet d'apprendre qu'il fut aussi “régent de rhétorique” et développa, lors de la rentrée des classes du 25 octobre 1818, devant toutes les autorités religieuses, civiles et militaires de la Corse, “le plan d’enseignement prescrit pour ce collège, et la supériorité de la méthode d’enseignement actuelle”.

   Il avait donc la haute main sur l'enseignement en même temps qu'il dirigeait l'administration de l'île.

 

LE PILIER DE L'ADMINISTRATION NAPOLÉONIENNE

 

De 1810 à 1816, il est secrétaire général de la préfecture.

 

   Il exerça d’abord la fonction de secrétaire général du département du Liamone puis de toute la Corse quand celle-ci fut réunie en un seul département en 1811.

   Il assista donc Ghjacintu ARRIGHI de CASANOVA, préfet du Liamone depuis  1803 et ensuite de toute l’île. Le 15 mars 1814, le nouveau préfet fut  Francescu Saveriu GIUBEGA, neveu de Lorenzo GIUBEGA, parrain de Napoléon BONAPARTE. Le 5 septembre, Louis XVIII nomma François Louis Joseph de BOURCIER de MONTUREUX. Le 6 avril 1815, avec le retour de l’empereur, GIUBEGA revint... jusqu’au 14 juillet où le roi, de nouveau sur le trône, désigna Louis COURBON de SAINT GENEST.

 

nomination Giubega


   Pendant cette période troublée, PINELLI resta à son poste et assura la permanence de l’administration française. Il aurait été l'homme le plus puissant de Corse sans le général MORAND qui imposait un ordre despotique et qui lui l'humilia en 1810.


En 1810, il a l'honneur d'être choisi pour assister au mariage de Napoléon, mais la délégation ne peut s'y rendre à cause de l'opposition du général Morand qui gouverne l'île.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0a/Napoleon_Marie_Louise_Marriage.jpeg/400px-Napoleon_Marie_Louise_Marriage.jpeg

 

   Avec la réinstallation de la monarchie des lys en France, en 1815, la carrière de Gian Antonio PINELLI, tout entière placée sous la protection des Bonaparte, n'était-elle pas terminée?

(à suivre ici)

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 18:05

Même si le début officiel de l'hiver est officiellement fixé au 21 décembre, la nature fait ce qu'elle veut et, cette année, elle a décidé que la saison hivernale commencerait aujourd'hui 6 décembre. Les Poggiolais ont ainsi eu la surprise de voir ce matin une mince couche blanche sur le sol. Elle n'est pas dérangeante pour l'instant mais on devra surveiller l'évolution des jours prochains.

Des flocons en décembre, cela arrive parfois, comme le 18 décembre 2009 et le 18 décembre (également) 2010. Les difficultés arrivent plutôt, comme cette année, en janvier-février.

Pour être enneigé, le village est-il donc à une très grande altitude? Réponse dans l'article "C'est à combien Poggiolo?".

 

 neige 6/12/12 a

 

neige 6/12/12 b

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 18:00

   On croit que Poggiolo est un petit village où rien ne se passe jamais et où aucun personnalité n'a émergé. Pourtant, un enfant du village a eu une influence considérable en Corse pendant le Premier Empire et la Restauration. Il s'agit de Gian Antonio (Jean-Antoine) PINELLI. Il est d'ailleurs le seul Poggiolais à être mentionné dans le "Dictionnaire historique de la Corse" publié sous la direction d'Antoine-Laurent Serpentini voici quelques années.

   Pour le connaître, nous allons publier trois articles en partant de ce livre, en recopiant la notice rédigée par Eugène GHERARDI. Ce texte, publié ici sur fond bleu, sera coupé par des explications et des compléments s'appuyant sur des documents sérieux. Les intertitres ont été ajoutés par la rédaction du blog.

 

PINELLI, Gian Antonio (Jean-Antoine) (Poggiolo 6 sept. 1760 - id. 28 déc. 1832). Issu d'une famille originaire de Poggiolo,


   Il était le fils de Gioan Stefano PINELLI (1731-1786) et l’arrière-petit-fils de Natale (né vers 1690 et mort vers 1729), premier PINELLI connu. Voir dépouillement des registres d'état-civil par Pierre LECCIA, disponible sur Généanet.

 

LES ANNÉES DE FORMATION


c'est chez les frères du couvent de Vico qu'il effectue ses premières études,

   

  C’est à Vico qu’il entra dans les ordres et qu'il commença à se faire connaître. Il était qualifié de diacono (diacre) dans le rapport établi par le podestat et les “padre del comune” (dont un était son père) daté du 30 avril 1783 et destiné à l’intendant royal qui voulait connaître la situation des écoles primaires. Agé de 23 ans, Gian Antonio avait alors 16 élèves. Voir l'article sur L'école poggiolaise au XVIII ème siècle.

   On peut l'imaginer tel que "Le précis d'histoire de l'éducation en Corse" (édité par le CRDP de Corse) représente un autre enseignant, Petru CIRNEU.

 

prêtre enseignant

 

Il ne resta pas longtemps


 avant de prendre le chemin de Rome où il se dote d'une solide formation en poursuivant des études de théologie à la Faculté Saint-Thomas-d'Aquin et des études de philosophie, de lettres et de droit à l'Archigymnasium Romanum. Il devient docteur «in teologia sacra» (20 déc. 1785) et docteur en droit (23 juil. 1789).


   Sa culture phénoménale fera l’admiration de tous ceux qui le fréquentèrent. Ainsi, à la fin de sa vie, il rencontra Antonio BENCI, écrivain toscan qui, partisan du Risorgimento (l’unité de l’Italie), s’exila en Corse de 1831 à 1834. Dans sa préface à son roman “Piero d’Orezza”, celui-ci écrivit, à la page 76, “Le docteur PINELLI lisait en plus de notre idiome (l’italien), le français, l’anglais, le latin, le grec, l’hébreu; et à l’érudition, il joignait l’étude des sciences physiques, économiques, du droit et je ne sais combien de fonctions et de charges il exerça!” (traduit de l’italien par Dominique ANTONINI-LIARD).

 

Destiné à faire une brillante carrière ecclésiastique dans la cité pontificale, Giao Antonio Pinelli accède à la charge de protonotaire apostolique (1er sept. 1789) et est accepté comme avocat de la curie romaine (11 juil. 1790). Ses activités sont aussi à caractère littéraire. Ainsi, le 11 mai 1790, est-il reçu “pastore” au sein du Sacro Collegio di Arcadia « col nome di Filelfo e con l'onore di pater recirare ne! Bosco Parrasio ».

 

UN DÉBUT DE VIE PUBLIQUE HÉSITANT

 

La Révolution Française, dont il semble approuver les principes, le ramène en Corse au printemps de 1790. Inscrit comme avocat au barreau de Bastia (25 juin 1790), il fait partie des trente-six membres de l'assemblée du département de la Corse. Il est élu par le district de Vico en même temps que Cittadella, Vincenzo Colonna et le chanoine Multedo. Opposé à la Constitution civile du clergé, Pinelli se retire dans son village où il s'occupe de sa très importante bibliothèque. S'il désapprouve le régime de terreur qui s'instaure en France, il n'accepte pas l'expérience du Royaume anglo-corse, et choisit de s'exiler à Florence.



armoiries anglo-corses   Cependant, il fut  bien présent à la consulte du 19 juin 1794 en tant que représentant de la Comunità de POGGIOLO  et signa l’Atto Costituzionale qui désigna le roi d’Angleterre comme roi de Corse, comme le montre la page 385 de "Pièces et documents divers pour servir à l'histoire de la Corse : pendant la Révolution française. T2 / recueillis et publiés par M. l'abbé Letteron".
   Il ne se présenta pas pour l’élection du Parlement anglo-corse dans lequel Sorro in sù sera représenté par le podestat Francesco FRANCESCHETTI (voir article "Contestation ortigaise").


Pourtant, son frère Gian Stefano sert comme capitaine au sein d'une compagnie indépendante au service du roi d'Angleterre.

 

    Giaon Stefano avait 10 ans de moins que Gian Antonio et mourut en 1857. Plusieurs milliers de Corses combattirent avec les Anglais contre la république française, certains même jusqu’à la fin du règne de Napoléon. Voir l'article très documenté sur ces troupes à l’adresse: https://sites.google.com/site/tirailleurscorses/home/les-troupes-du-royaume-anglo-corse.

Troupes anglo-Corses

Après un temps d'éloignement, le moment de s'affirmer allait arriver.

 

(à suivre ici)

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 23:01

Jean-Baptiste PAOLI, a été interviewé (en corse) pendant 1/2 heure pour l'émission "Par Battiun dettu" ("Pour ainsi dire") sur FR3 Corse Via Stella.

Dans ce magazine en langue corse, Pierre Leca reçoit des invités du monde culturel. L'objectif est de mettre en évidence leurs différentes facettes, leurs vécus, leurs influences, leurs aspirations ainsi que leurs avis.
Batti a évoqué la langue corse, son parcours personnel et, à la fin, il a chanté une chanson peu connue ailleurs que par chez nous :" l'histoire de la jeune fille et des voltigeurs."

D'après nos renseignements, l'émission doit être rediffusée mercredi 5 décembre à 21 h 30 et samedi 8 décembre à 17 h 05.

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 18:00

Si des familles existent depuis toujours à Poggiolo (comme les PINELLI), certains patronymes (comme LOVICHI) apparaissent à certains moments car, pour des raisons particulières à chaque cas, des habitants nouveaux s'installent au village. C'est le cas pour CANAVELLI dont la présence provient de l'implantation de Toto (que certains se rappelent l'avoir  longtemps nommé "Toto de Balogna") de par son mariage avec Josiane.

Toto Nice-Matin 2Les journalistes de "Corse-Matin" qui sont venus le 9 août pour réaliser des reportages sur POGGIOLO se sont entretenus avec Toto et en ont tiré l'article suivant:

 

   TOTO, c'est l'âme et la mémoire du village. Pourtant, cet agriculteur est né à BALOGNA. Mais la vie et surtout son mariage avec une Poggiolaise en ont décidé autrement. «Et depuis je n'ai plus quitté le village; cela fait maintenant quarante ans». Bien sûr, cet éleveur porcin et bovin retourne régulièrement à Balogna voir sa famille, mais sa vie est viscéralement attachée à Poggiolo. "J'ai connu tous les ancêtres du village, qui malheureusement ont aujourd'hui disparu. Les jeunes ne veulent plus rester. Je les comprends car trouver du travail au village est difficile. Heureusement, dernièrement, un jeune, Jean-Mathieu, a repris le métier de muletier. Mais à part lui, tout le monde s'en va ... C'est triste".
    Et TOTO sait bien que derrière l'image d'un village animé, durant la saison estivale, l'hiver le confronte à une autre réalité. «Heureusement que je continue à travailler et à faire un peu de charcuterie. Ma femme m'aide de plus en plus car les ans passent aussi pour moi! Mais pour l'instant, et je touche du bois, je n'ai pas de problème de santé, je peux encore m'occuper des bêtes. Mais c'est vrai que l'hiver, c'est une autre vie. Je ne regrette rien mais, s'il y avait un peu plus de jeunes, la vie serait plus agréable ».

    La désertification, TOTO l'a touchée du doigt, quand le café a fermé. "C'était un lieu convivial où l'on se retrouvait pour boire un verre et jouer aux cartes. Désormais, et c'est une chance, un bar est encore ouvert avec une partie restauration".

    L'hiver dernier, TOTO a connu, chose plutôt rare, à Poggiolo, un mois de neige. «C'était incroyable mais, au bout de la première semaine, ça commençait à être vraiment difficile. La vie s'est arrêtée. Et puis après, comme pour tout dans la vie, on a pris l'habitude de cette neige et on a fait avec ».

    L'été, TOTO savoure, comme il se doit, l'animation dans le village. Lui aussi, comme l'ensemble des Poggiolais, il attend avec impatience, la fête de la Saint Roch, le 16 août. Une date incontournable qui met en liesse ,au-delà du village, l'ensemble du canton. 

    Mais très vite, il le sait, l'hiver fera ses premiers pas. Son «autre» vie va recommencer. «Vous savez, Toto Nice-Matin 1j'ai une vie simple et pas compliquée. Avec mes chiens, ce sera un peu de chasse et je continuerai à faire à mon rythme la charcuterie».

    Hier, à Poggiolo, les yeux de TOTO CANAVELLI brillaient comme ceux d'un petit garçon. La vie ruisselait dans les ruelles et la venue de "Corse-Matin" apportait cette animation qui faisait battre les coeurs.
    Comme si Poggiolo retrouvait comme par magie le lustre d'un passé recomposé.

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 18:00

    Hier, vendredi 30 novembre, était le jour de la Saint André. En Corse, pendant longtemps, la fête du premier apôtre qui suivit le Christ avait des ressemblances avec l'américaine Halloween.

   "L'almanach de la mémoire et des coutumes de la Corse" de Claire Tiévant et Lucie Desideri (voir ICI ou ICI) évoque cette coutume:

 

    "Le jour de la Sant' Andria était naguère fort attendu par les jeunes gens; en effet, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, dans de très nombreux villages ils avaient coutume de se réunir et, par petits groupes joyeux, d'aller frapper de porte en porte en chantant:

 

Aprite! Aprite!

A Sant' Andria
Chi vene da lunga via

Ai pedi cunghjalati :
E hà bisognu di riscalda si

D'un bu on bichier' di vinu!

 

(Ouvrez! ouvrez!
A saint André
Qui vient de loin
Les pieds gelés:
Il a besoin d'être réchauffé

Avec un bon verre de vin!)


    La voix des jeunes gens se faisait d'autant plus convaincante que la maison à laquelle ils frappaiem était habitée par de jolies jeunes filles. Pour respecter les usages, u padrone (le maître de maison) ne tardait pas à ouvrir sa porte aux visiteurs auxquels il offrait du vin, des fruits et des biscuits."

 

andria rutali

 

   Cette coutume est encore pratiquée dans certains villages comme Rutali, près de Bastia.

   L'affiche annonçant la fête dans cette commune est illustrée par une image de distribution de friandises extraite de la page 42 du livre du CRDP de Corse intitulé justement: "Sant'Andria".

 

   Maintenant, une question.

   Cette fête n'a pas été suivie dans tous les endroits de Corse. Parmi nos lecteurs, certains pourraient-ils nous dire si elle avait lieu à Poggiolo ou si elle était ignorée par les précédentes générations du village?

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 18:00

resto crèche    

A Cunfraternita di u Padre Albini organise pour la Noël, comme tous les ans, une collecte de denrées alimentaires au profit des « Restos du Cœur », avec redistribution dans notre secteur des deux Sorru – deux Sevi.

   A Cunfraternita lance un appel à la mobilisation de tous pour que, malgré la crise et les restrictions, les Restos du cœur puissent continuer à distribuer pendant la saison hivernale les colis alimentaires dans nos villages où la précarité et les demandes d’aide ont encore progressé.

     La collecte sera ouverte officiellement le 2 décembre prochain à l’occasion de la messe d’entrée en Avent qui sera célébrée à Vico. De nombreux commerces et écoles de la région participent à l’opération et servent de lieu de collecte dans les Deux-Sorru, les Deux Sevi et la Cinarca.

    La totalité des produits sera ensuite centralisée dans l’église du couvent Saint François de Vico jusqu’au 15 décembre.

    Les « Restos du Cœur » ont essentiellement besoin de denrées non périssables : petits pots ou alimentation pour enfants, pâtes, riz, sucre, farine, huile, chocolats, conserve,… ainsi que du matériel de parapharmacie : savon, shampoing, sparadraps, rasoirs,… .


D’AVANCE MERCI à tous pour votre générosité.


Pour plus d’information, contactez les Restos du cœur au : 04 95 22 19 82 ou la Cunfraternita di u padre Albini au : 06 84 96 57 63.


CUNFRATERNITA di u Padre ALBINI

Pieve di Sorru

Cunventu san Francescu di Vicu.

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 17:52

    Au début de l'année, en présentant ses vœux à la population, le maire de Vico, François Colonna, écrivait notamment: "Construisons une société plus belle". Une embellie qui passe obligatoirement par des améliorations urbaines, ce qui a été lancé par la municipalité à Vico et Sagone. Parallèlement à ces projets, les locaux du service postal étant devenus inadaptés, il s'agissait également de réaliser un nouvel établissement public.

    Les services techniques de Poste lmmo ont mis tout leur savoir-faire dans la création du nouveau bureau de Poste de Vico. Celui-ci sera implanté dans l'ancien établissement Griffoni sur une surface au sol de 112 m2 (voir photo).

 

griffoni

    Il sera évidemment situé en rez-de-chaussée pour permettre l'accès de tous les publics. Les Vicolais ne regretteront sans doute pas la Poste actuelle, installée depuis 1962 dans l'ancienne gendarmerie, et où l'on ne peut accéder qu'en gravissant quatorze marches ...

    Les travaux de la nouvelle Poste devraient s'achever au cours du premier trimestre 2013. Les services postaux du courrier facteurs resteront dans un premier temps dans l'ancienne Poste, en attendant d'intégrer, courant 2013, le centre de tri de la micro-région, construit à Sagone à proximité de l'immeuble administratif.


Enfin des distributeurs de billets!


    Ce nouveau bureau disposera de locaux accessibles au public sur une superficie de 24m2. Le reste étant dévolu au guichet, à une salle de repos, au coffre, etc. Innovation intéressante, avec la mise en place de distributeurs de billets à l'intérieur et à l'extérieur de l'établissement, équipés d'une prise de casque audio pour permettre aux personnes non voyantes d'effectuer des opérations de retrait d'argent.

    Le concept Espace service client a été conçu de telle façon qu'un accueil personnalisé des clients soit réalisé. Pour toute personne arrivant dans le nouvel établissement postal, les espaces sont identifiables avec des codes de couleur, des pictogrammes précis et une signalétique claire. De même, le mobilier a été mis en place, en prenant en compte les conditions de travail des agents. Des gondoles seront réparties dans l'espace de vente. Elles permettront de présenter les produits en libre-service.

    Bien d'autres aménagements sont prévus dans ce nouveau bureau de Poste modèle.

 

 

  (article de J.-M.F. publié dans "Corse-Matin" de mercredi 14 novembre)

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 18:00

Les ventes de maison sont rares à Poggiolo car chacun tient à sa maison familiale ou car certaines sont en indivision perpétuelle. Rien n'est plus triste que de voir alors ces maisons fermées toute l'année (voir l'article "il faut protéger les maisons").

Or, depuis le 22 novembre, une offre immobilière existe sur internet.

Le logement proposé, entre la Teghia et la mairie, appartenait autrefois à M. MERCURI. Les locataires ayant déménagé, il est en vente au prix de 45.000 € pour une superficie de 55 m2.

Tous les renseignements se trouvent à l'adresse:

http://www.leboncoin.fr/ventes_immobilieres/396931316.htm?ca=9_s

 

maison Mercury

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

"Portraits d'union", un beau cadeau

Renseignements en cliquant ici.

 

 

 

Vacances de Noël:

Fin des cours: samedi 19 décembre

Reprise des cours: lundi 4 janvier

---------------------------

"Inseme", le bulletin interparoissial des Deux Sorru de novembre, est paru. 

 

Pour le lire, cliquer ICI.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907