Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 18:00

"La bouchère qui résiste contre la désertification"

-------------------------------------

C'est sous ce titre que "Corse-Matin" a publié lundi 17 juin 2013 l'article suivant, signé J-M F, décrivant les tournées dans les villages de Pierrette MALATESTA, la bouchère de Vico.

----------------------------------------------


Le tissu commercial dans le milieu rural s'est effiloché au fil des ans depuis une trentaine d'années. Le petit commerce a subi un bouleversement considérable comme on peut le constater dans les villages de montagne. Les bonnes volontés et les irréductibles luttent chacun à leur manière contre cette inexorable mutation.
Aussi, les initiatives deviennent de réelles bouées de sauvetages, des bouffées d'oxygène pour les populations fragilisées parce que souvent plus âgées.

« Un rituel immuable »

Il y a ceux et celles qui, contre vents et marées, ont décidé il y a bien longtemps de faire de la résistance.
Aussi, dans le canton des Deux Sonu, notamment au départ de Vico, les commerçants parmi lesquels, le boulanger tous les jours, l'alimentation deux fois par semaine, l'épicerie une fois, vont dans les villages à la rencontre des habitants afin de leur proposer leurs produits de consommation. Et puis on trouve Pierrette, la bouchère, une de ces inusables colporteurs.

Cette commerçante vicolaise sillonne depuis des années les chemins de campagne, les routes du canton, au volant de son moderne camion-magasin. Un véhicule frigorifique, pour la conservation de la viande et de ses dérivés, étal et autres armoires réfrigérées répondant aux normes imposées par les services de santé.
Son aménagement a été pensé au millimètre près, afin que rien ne manque. Du lundi au samedi, le rituel est immuable. La dynamique bouchère, avant de s'élancer sur les routes de montagne, au petit matin, prépare dans son laboratoire de découpe les viandes de toutes catégories, les conditionne. Pierrette, pour sa fidèle clientèle d'hiver comme d'été, prépare de succulents plats cuisinés, appréciés par tous.
Notamment par les personnes dépendantes pour lesquelles, depuis des années, les collectivités et services sociaux locaux permettent le port du repas à domicile. Pierrette Malatesta connaît les habitudes de chacun, leurs goûts, leurs besoins.
Au rythme des saisons quelles que soient les conditions climatiques, elle effectue sa ronde de hameaux en villages en sachant les villageois, heureux d'un service primordial de proximité.

J.-M.F.

P.S.: La camionnette de Pierrette passe à Poggiolo chaque samedi. Pour les commandes: 04-95-26-64-91 / 06-84-18-81-17

Pierrette fait de la résistance

Plusieurs fois, ce blog a présenté le reportage du journal de TF1 sur les commerçants ambulants à POGGIOLO et SOCCIA. Cet article est l'occasion de vous conseiller, encore une fois, de regarder cette vidéo. Vous y retrouverez Pierrette dans son véhicule et chez une cliente de SOCCIA.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 18:00

A Poggiolo, comme dans toute la Corse, plusieurs moulins (à huile, blé ou châtaigne) fonctionnaient. Il n’en reste plus rien, sauf le nom de Fragnu (moulin à huile) donné à l’entrée du village.

 

 

Xavier PAOLI, qui est la personne connaissant le mieux l’histoire de la communauté poggiolaise, a écrit l'Histoire abrégée du village avant 1914, qui peut être lue sur une page de ce blog.

Il a rédigé sur les anciens moulins un texte, accompagné d’un croquis de sa main, qu’il a eu la gentillesse de confier au Blog des Poggiolais. Qu’il en soit vivement remercié.

 

 

---------------------------------------------

Le 7 juillet 1828, le maire Charles François PINELLI répond à une enquête économique de la préfecture :

« … il existe un moulin à farine sur le territoire de la commune sur le « Liamone » (sic) au lieu-dit « FANGO ». Il a été construit il y a environ cent ans. Il fonctionne avec un homme et appartient à Jules MARTINI. Les dépenses annuelles sont de 94 francs et les revenus de 141 francs… ».

Sur le cadastre de 1857, ce moulin est nommé : «Moulin du COTICCIO» et appartient à :

- MARTINI Pierre (de Paul) 2/6 – 12 francs

- FRANCESCHETTI François (maire) 1/6 – 6 francs

- MARTINI Jules César (meunier) 3/6 – 18 francs

Sa surface est de 37 m2.

Au début du XXème siècle, il sera transformé en scierie par Jean ARNAUD et son beau-frère PINO qui fournissaient Saint-Claude (dans le Jura) en ébauchons de pipes en bruyère.

 

En fait, il existait un autre moulin qui, en 1828, était déjà à l’état de ruine et devait l’être depuis longtemps.

Sur le cadastre, il est nommé «Moulin de LUCCIACCIA» et appartenait à :

- FRANCESCHETTI Antoine François – 6/16 – 10 m2

- PINELLI Antoine François – 2/16 – 5 m2

- FRANCESCHETTI Laurent Antoine – 3/16 – 6 m2

- FRANCESCHETTI Jean Charles – 5/16 – 8 m2

Sa surface totale était de 29 m2.

 

En se reportant au croquis, on s’aperçoit que nos ancêtres avaient très habilement utilisé un coude du Fiume Grosso et, de plus (ce qui n’apparaît pas sur le plan), le terrain à cet endroit est plat et donc facilement aménageable.

http://poggiolo.over-blog.fr/2015/11/des-russes-dans-les-deux-sorru.html

LES MOULINS POGGIOLAIS

 

Certains d’entre nous (de moins en moins nombreux) se souviendront que, il y a largement plus de cinquante ans, après la baignade au « LAVU A E CONCHE », se disputaient sur ce « PIANU A U FANGO », seul espace assez vaste, d’acharnées parties de football.

A l’époque, on y distinguait encore très nettement le canal d’amenée d’eau (« A madre ») construit avec de gros blocs agencés avec soin et qui ménageait une pente suffisante permettant aussi l’irrigation des jardins en terrasses qui jouxtaient la rivière.

Xavier Paoli

 

 

_________________________________________________

Informations complémentaires :

LES MOULINS POGGIOLAIS

Sur cette carte, le terrain représenté par le croquis de Xavier est circonscrit par un trait rouge. L’espace plat est représenté par la distance séparant la rivière (d’altitude 460 mètres) et la courbe de niveau des 470 mètres.

Pour arriver à ce lieu, il faut bifurquer depuis le sentier joignant Poggiolo à Guagno et dont le point de départ principal est près du Fragnu, là où une barrière et une pancarte ont été installées voici quelques années.

LES MOULINS POGGIOLAIS
LES MOULINS POGGIOLAIS

Reste-t-il encore des vestiges de ces moulins?

Qui voudra bien aller jusque-là pour les photographier?

M. F.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 21:10
On va courir dans le canton

Les marcheurs vont être à la fête Dimanche 23 juin, avec la compétition organisée par le Trail A Viculese.

En effet, une course pédestre nature (un trail) est organisée pour la premiére fois le dimanche 23 juin 2013 à Vico et ses environs.
Sa distance est de 13 kilomètres avec un dénivelé de 950 mètres. L'itinéraire a pour point de départ Vico et sillonne les plus beaux sentiers de la commune ainsi que les crêtes des montagnes alentour: place Casanelli, relais de télévision, crête du col Saint Antoine, pointe de la Cuma, hameau de Nesa, couvent St François et arrivée à Vico.


Une préinscription est possible et souhaitable par internet sur le site corse-chrono.fr pour un montant de 15 €. Le jour de la course, les inscriptions se feront de 8h à 9 h 30 (montant 20 €).
Le départ est fixé à 10 h place Casanelli à Vico.

VENEZ NOMBREUX

Renseignements: 06-84-81-40-00.

https://www.facebook.com/TrailAViculese

http://www.corse-chrono.fr/

On va courir dans le canton
Partager cet article
Repost0
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 08:17

Le comité des fêtes de Soccia organise son traditionnel méchoui annuel place de la mairie, demain samedi 22 juin à partir de 20 heures.

Inscriptions au 04-95-28-33-18.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 18:00

Le baccalauréat est un examen dans lequel parents et enfants investissent beaucoup. Il est un rite de passage essentiel vers le statut d'adulte. La charge émotionnelle est si forte que certains candidats tentent de frauder par n'importe quel moyen. Mais la tricherie est aussi vieille que les examens et le bac en a toujours été victime. Un bon exemple est fourni par le litige qui a opposé un Vicolais aux autorités académiques voici un siècle et demi.

Cet épisode a un rapport avec POGGIOLO car il concerna celui qui fut ensuite concessionnaire de GUAGNO-LES-BAINS. Un article de ce blog a déjà été consacré au conflit politique qui l'opposa en 1858 à l'évêque CASANELLI d'ISTRIA à propos de l'élection cantonale de SOCCIA.

Jean-Dominique-Antoine de la ROCCA était né le 20 décembre 1832 à VICO. Il publia en 1853, sous le nom de Jean ROCCA (plus tard, il signera Jean de la ROCCA), une "Défense devant mes compatriotes contre l'accusation de faux et substitution dans un examen de baccalauréat". A cette époque, où chaque session annuelle couronnait 3.000 nouveaux bacheliers (contre 600.000 maintenant), des fraudes existaient déjà.

ROCCA commençait son texte en reconnaissant que des fraudes aux examens existaient et qu'elles étaient légèrement punies mais c'était pour lui "une question d'honneur, une question de vie" de se défendre car en Corse "nous sommes rigoristes". Il tenait à "conserver l'estime de ses compatriotes".

Jean a-t-il triché?

UN EXAMEN À PÉRIPÉTIES

Après des études secondaires au collège FESCH d'Ajaccio, le jeune homme quitta la Corse pour Paris en octobre 1851. Il prit un professeur particulier, M. GREGOIRE, pour parfaire sa préparation. Il tomba malade et envoya le 20 décembre 1851 à la Sorbonne Jean-Baptiste COTI, un ami qui signa le registre des consignations à sa place afin d'être convoqué pour l'examen.

Le matin du 13 janvier 1852, eut lieu l'épreuve écrite de version latine. En sortant de la Faculté des Lettres, Jean montra le brouillon de la version à deux hommes de lettres qui l'assurèrent de la qualité du travail présenté.

Mais, l'après-midi, le Vicolais ne put passer l'épreuve orale à cause des différences d'écritures constatées par les responsables académiques entre les papiers officiels et la copie déposée. Il fut finalement autorisé à subir les oraux le 15 janvier. Ils se déroulèrent très correctement.

Certain d'avoir réussi le baccalauréat, Jean de la ROCCA quitta Paris le 16.

ENQUÊTE ET EXCLUSION

Mais il ne reçut pas le diplôme car l'enquête continua. En juillet, GREGOIRE fut arrêté pour avoir facilité plusieurs substitutions de candidats aux examens. Jean fut convoqué en juillet à Ajaccio pour écrire une lettre sous la dictée du recteur de la Corse. Le conseil académique de la Seine, se basant sur des différences constatées dans l'écriture de cette lettre avec la version latine rédigée à la Sorbonne, décida, le 30 mai 1853, de l'exclure de toutes les Académies jusqu'au 1er janvier 1854. L'autorisation sous condition de s'inscrire à la faculté de droit d'Aix-en-Provence fut, par la même occasion, supprimée. Pour les autorités académiques, la version latine aurait été composée par un certain BERGERON qui aurait été payé par le jeune Corse.

Jean de la ROCCA fit aussitôt appel au conseil supérieur de l'instruction publique et rédigea ce mémoire de 114 pages, truffé de certificats d'anciens professeurs et d'attestations de nombreux témoins, pour se défendre. Il y écrivait qu'il était la victime "de la vengeance d'un ennemi de ma famille", car "Lorsque deux familles se disputent l'opinion et la prééminence dans une localité, il s'ensuit des haines, des jalousies, qui prennent leur source dans la rivalité, et qui, le plus souvent, dégénèrent en basses envies et font appel aux plus lâches passions".

Ce bachelier refoulé ne précisait pas quelle était son ennemi mais il indiquait bien dans son livre qu'il était apparenté à la grande famille vicolaise des MULTEDO.

UNE CARRIÈRE FOISONNANTE

Notre documentation ne permet pas de savoir quel fut le verdict final mais, de toute façon, Jean de la ROCCA ne fit pas pas la carrière d'avocat qu'il avait caressée.

Son oncle, Giovanni MULTEDO, né vers 1793 et mort à Vico le 6 novembre 1863 sans héritier direct, légua à ses neveux tous ses biens, dont la propriété des Bains de GUAGNO. Jean de la ROCCA fut ainsi concessionnaire de la station thermale. Il était ainsi propriétaire du bâtiment de l'indigence récemment restauré.

Voir l'article Christophe va-t-il vivre dans l'indigence?

Mais il eut, jusqu'à sa mort en 1883, une abondante activité d'écrivain et de journaliste dévoué à la cause bonapartiste. Rédacteur en chef de "L'Aigle de Rodez", fondateur de "L'Avenir de la Corse", rédacteur en chef du "Patriote", il publia des articles jusqu'à la fin de sa vie.

Utilisant les papiers de son oncle, officier d'ordonnance de MURAT dans le royaume de NAPLES, il publia "Le roi Murat et ses derniers jours" en 1868, ainsi que:

"Biographie de la famille Abbatucci" en 1857,

"La Corse et son avenir" (1857),

"Mission du prêtre corse" (1858),

"A S. M. Napoléon III... en faveur de l'établissement thermal de Guagno, en Corse" (1860)

"La Corse calomniée" (1865)

"Vie du prince Pierre Bonaparte (1815-1870)" en 1870

etc., etc....

Cette activité foisonnante avait-elle pour but de compenser les fâcheuses conditions de sa prestation au baccalauréat?

Jean a-t-il triché?
Jean a-t-il triché?
Jean a-t-il triché?
Jean a-t-il triché?
Jean a-t-il triché?
Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 18:06

Un article précédent (http://poggiolo.over-blog.fr/une-bonne-pub-pour-guagno-les-bains)

reproduisait ce qui était écrit sur Guagno-les-Bains dans le "Guide du touriste édité par le Syndicat d'Initiative de la Corse" de 1908.

Ce livre touristique était illustré de nombreuses photos. Voici celles qui correspondent aux Deux-Sorru. Elles étaient toutes de petites dimensions, la plus grande ayant 9 cm sur 6. Mais internet permet de les agrandir.

Depuis un siècle, les changements ont été indéniablement importants à Sagone. Mais ailleurs?

Des photos d'autrefois
Des photos d'autrefois
Des photos d'autrefois
Des photos d'autrefois
Des photos d'autrefois
Partager cet article
Repost0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 17:16

La dixième édition du Festival Sorru in Musica commence dans un mois.

-------------------------------------

Le Festival Sorru in Musica 2013

Samedi 13 juillet VICO

18h30 Avant concert Groupe Los déglingos… et après concert

21h30 Concert d’ouverture:

- Sérénade pour cordes d’Anton Dvorak

- Requiem de Gabriel Fauré

Dimanche 14 juillet MURZO

19h30 Avant concert Etudiants de l’Académie de musique Sorru in Musica

21h30 Clavier ou marteau…

- Quatuor avec piano de Max d’ Ollone

- Concerto pour marimba de Ney Rosauro

Lundi 15 juillet POGGIOLO

20h Avant concert

21h30 Nuit du sextuor

- Nuit transfigurée d’Arnold Schoenberg

- 2ème sextuor de Johannes Brahms

Mardi 16 juillet COGGIA

18h Avant concert Exposition d’art –sculpture, peinture, gravure, poterie- de Coggia et d’ailleurs.

Chorale puis concert des étudiants de l’Académie de musique Sorru in Musica. Vente de produits locaux

21h30 De Vivaldi à Piazzolla avec Richard Galliano

Mercredi 17 juillet BALOGNA

20h Avant concert Etudiants de l’Académie de musique Sorru in Musica

21h30 De Bergen à Vienne

- Quintette à deux violoncelles de Franz Schubert

- Suite Holberg d’Edvard Grieg

Jeudi 18 juillet SAGONE / VICO

19h SAGONE Sur le site archéologique de Sant’Appianu

Concert-conférence avec l’archéologue Daniel Istria. Performance du calligraphe Najib Chergui Durif.

22h Couvent Saint-François de VICO Dix ans d’opéra à Sorru in Musica. Œuvres de Rossini, Verdi, Bizet, Massenet…

Vendredi 19 juillet ARBORI

20h Avant concert Concert des étudiants de l’Académie de musique

22h Ciné-concert en partenariat avec la cinémathèque de Corse

Films : "Au secours" d’Abel Gance et "Fièvre" de Louis Delluc. Musique originale de Didier Benetti

Samedi 20 juillet SOCCIA

18h30 Avant concert Quadrille et concert des étudiants de l’Académie de musique

21h30 Concert- dégustation avec Raphaël Pierre Bianchetti XXIème siècle ?

- Concertstück pour violon et orchestre à cordes de Joseph-François Kremer-Marietti

- Carte blanche au pianiste Dimitri Naïditch avec la participation du violoniste Iwao Furosawa

Dimanche 21 juillet RENNO

Avant concert

21h30 Lecture-concert en partenariat avec L’Aria et Robin Renucci Textes de Khalil Gibran

Musiques : Adagio de la 3e sonate de Johannes Brahms , Mythes -la fontaine d’Arethuse , Narcisse – de Karol Szimanovsky, Sonate de Claude Debussy

Lundi 22 JUILLET Couvent Saint-François de VICO

17h Avant concert Etudiants de l’Académie de musique

21h30 Concert de clôture- dégustation Les plus beaux moments du festival.

Renseignements supplémentaires:

http://www.sorru-in-musica.com/

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 17:56
Le lieu de rencontre

Rester à Poggiolo pour le week-end, une semaine, un mois ou toute l'année ne peut pas se concevoir pour rester enfermé dans une maison. On est dans un village, dans une communauté. Il est bon, il est indispensable d'en rencontrer les membres.

Et quoi de plus agréable qu'un bar?

Ici, c'est le Belvédère qui est le seul à exister et qui a vocation à servir de lieu de rencontre, que ce soit auprès du comptoir ou dans le coin de la pizzeria.

Le grill-pizzeria a commencé sa saison estivale et est désormais ouvert tous les soirs de la semaine. Il espère recevoir de nombreux Poggiolais et amis.

Le lieu de rencontre
Partager cet article
Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 23:00

Les lauréats du prix des lecteurs de Corse 2013 viennent d'être désignés par un vote qui a été organisé à Ajaccio jeudi 13 juin.

Le dépouillement des 219 votes a permis de désigner le même livre que celui que les lecteurs de l'association artistique et culturelle de Sorru in Sù avaient porté en tête de leurs goûts:

"Les Désorientés" d'Amin Maalouf.

Le prix des lecteurs est pour Maalouf

Résumé du livre:

Une nuit, Adam, historien vivant à Paris est réveillé par la sonnerie du téléphone. L’appel vient du pays où il est né et où il a grandi mais qu'il a quitté depuis vingt-cinq ans. L’un de ses plus proches amis de jeunesse est à l’agonie. Il s’appelle Mourad, et avant de mourir, il voudrait revoir Adam, avec lequel il est brouillé depuis toutes ces années.

Alors, sans réfléchir, Adam prend le premier avion. Après des décennies d’absence, le revoici au pays de ses origines, un pays d’Orient aux montagnes couleur de lait. Ce grand intellectuel qui avait choisi l’exil retrouve soudain les lieux et les gens qu’il avait quittés sans se retourner. Peu à peu, le passé refait surface. Adam se souvient de Naïm, de Bilal, d’Albert et de Ramez, il se souvient des nuits passées à débattre passionnément, il se souvient de la guerre.

Il s’installe chez la belle Sémiramis, et soudain, c’est l’heure du bilan. Que sont-ils tous devenus ? De l’islamiste « fréquentable » à l’ingénieur devenu moine, du magnat des affaires au politicien véreux, les amis de jeunesse ont suivi des voies différentes, et certains d’entre eux ont à présent les mains sales. Que faut-il préférer ? La pureté de l’exil ou l’engagement qui corrompt ? Le courage n’est pas toujours là où l’on croit… L’amour et l’amitié, les idéaux et les compromissions, la politique, le désir, la trahison, c’est à tout cela qu’Adam se confronte au cours de ce voyage, avant de rencontrer son destin…

Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 18:00

Que de merveilles peut-on trouver dans un grenier où personne n'a mis les pieds depuis des dizaines d'années! Il y a de tout et, ici, dans ce grenier de Marseille, il y a des quantités de livres.

Une bonne pub pour Guagno-les-Bains

On regarde les titres des livres, on tire des ouvrages de dessous une pile. Oh surprise! On trouve même un vieux guide de la Corse, de 12 centimètres sur 18.

Il est bien vieux, car daté de 1908, ce "Guide du touriste édité par le Syndicat d'Initiative de la Corse" dont la préface est signé par Emmanuel ARENE, sénateur de la Corse. Il a été rédigé par J. B. MARCAGGI au sujet duquel le site http://napoleonbonaparte.wordpress.com nous apprend:

"Jean-Baptiste Marcaggi (1866-1933)

Historien, journaliste, romancier, auteur de pièces de théâtre, Jean-Baptiste Marcaggi était un écrivain polyvalent. Injustement anonyme sur le Continent, ses talents sont reconnus à leurs justes valeurs en Corse (une rue porte son nom à Ajaccio). Il a écrit une biographie sur la jeunesse de Napoléon Bonaparte, qui plus d’un siècle après sa parution fait encore référence. Les travaux ultérieurs ou contemporains ne peuvent prétendre surpasser son ouvrage qu’il faut se procurer impérativement si l’on veut lire la meilleure des biographies relatives à la jeunesse du futur Empereur des Français."

Une bonne pub pour Guagno-les-Bains

La zone qui nous intéresse directement, c'est-à-dire Sorru in Sù, est décrite, pages 104 et 105, par rapport à Guagno-les-Bains qui "est un séjour délicieux de villégiature, un centre d'excursions pour les charmants villages de Poggiolo (3k.), Soccia (6 k.), Orto (5 k.), Guagno (6 k.), la forêt de Libbio (2 heures à pied aller et retour), la cascade de Pisciaalonde (3 heures à pied aller et retour), et le lac de Creno." Ces adjectifs "délicieux" et "charmants" donnent envie d'y aller voir de près.

Une page entière est consacrée à "l'analyse des eaux de Guagno qui a été faite par le professeur Poggiale, en 1852", accompagnée par une synthèse des "rapports statistiques des médecins-chefs de l'ancien hôpital militaire de Guagno". Les résultats donnés ici sont excellents. Nous y reviendrons une autre fois.

Toute ces qualités se retrouvent dans le pavé publicitaire publié dans l'encart XXV, à la suite de la page 48.

Une bonne pub pour Guagno-les-Bains

Toutes les affections pour lesquelles l'eau des Bains est efficace forment une longue liste.

La guérison est facilitée par les atouts climatiques: "Climat parfait, altitude 470 m., température idéale, brise saturée des arômes des superbes forêts de pins qui entourent la station: cure d'air complétant la cure thermale." Il faut absolument reprendre ses arguments, sans changer le moindre mot, en 2013 pour attirer les touristes.

Le troisième paragraphe permet de connaître l'organisation de l'établissement thermal à cette époque. Il donne l'impression d'un vaste ensemble bien équipé et ayant un nombreux personnel.

Merci, Jean-Baptiste MARCAGGI, d'avoir réalisé un si beau tableau de notre Guagno-les-Bains en 1908!

---------------------------------------------

Nota Bene: le titre de cet article sur 1908 est le contrepoint des cinq articles publiés par ce blog en 2011 et qui décrivaient les épisodes de la décadence de la station thermale en 1931.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Le mensuel "INSEME" de mai vient de paraître:

Pour le lire, cliquez ICI.

 

PROGRAMME DE CÉLÉBRATION DE LA FÊTE DU PÈRE CHARLES DOMINIQUE ALBINI:

 

--------------------------------------

Samedi 22 mai

CONSÉCRATION DE LA CHAPELLE du COL DE SORRU.

Messe à 10h30.

--------------------------------------

 

Le dernier livre de Michel FRANCESCHETTI:

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907