Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 19:30
Les résultats de l'élection départementale à Poggiolo

Comme prévu, dans le nouveau canton de Sevi-Sorru-Cinarca, le binôme François COLONNA-Lucie FRIMAGACCI, qui se présentait sous l'étiquette de la majorité départementale (de droite), a obtenu une nette avance au premier tour de l'élection départementale de dimanche 22 mars 2015. Il avait obtenu le soutien de plusieurs maires et François COLONNA était conseiller général sortant du canton des Deux Sorru.

A Poggiolo, les résultats ont été les suivants:

 

INSCRITS: 177

VOTANTS: 99

BLANCS ET NULS: 7

EXPRIMÉS: 92

François COLONNA-Lucie FRIMAGACCI (majorité départementale): 77 (83,70%)

Marthe POLI-Quentin MATOUX-DRAGACCI (PCF-Front de Gauche): 15 (16,30%)

Pour les amateurs de statistiques électorales, les résultats d'aujourd'hui peuvent être mis en perspective avec la répartition gauche-droite du second tour de précédentes élections, puisque le premier tour d'aujourd'hui opposait droite et gauche. Le rapport de force habituel, toujours bien marqué à gauche, est totalement inversé.

Mais il est vrai que les élections locales ne peuvent pas toujours être simplement interprétées selon des critères nationaux. 

Les résultats de l'élection départementale à Poggiolo

Le nombre d'inscrits dans la commune de Poggiolo était de 151 en 2008, 146 en 2012 et 184 en 2014.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 17:50

De nombreux électeurs ne se sentent pas concernés par les élections départementales des 22 et 29 mars. Ceux qui voudraient s'y intéresser sont un peu perdus.

Ces élections remplacent les anciennes élections cantonales qui tenaient un rôle particulièrement important dans la Corse rurale d'autrefois. 

Le petit film suivant réalisé par France Info permet d'avoir quelques éclaircissements. Mais il existe quand même quelques ambiguïtés:

- les pouvoirs de ces nouveaux conseils ne sont pas tous vraiment détaillés et certains points viennent à peine d'être adoptés lors du vote du projet de loi relatif à une nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) le 10 mars (et seulement en première lecture!), alors que la campagne électorale était commencée et les programmes imprimés;

- les deux conseils départementaux corses risquent d'avoir une vie très courte (peut-être deux ans et demi?) car, dans la loi NOTRe, le Gouvernement a introduit, à l’article 13, trois amendements (1979, 2037, 2038) visant à instituer une collectivité unique en Corse au 1er janvier 2018 regroupant conseils départementaux et CTC, sans prévoir de consultation référendaire. Une fois adoptée définitivement, la loi sera assortie d’ordonnances gouvernementales précisant certaines modalités.     

Désormais, à chacun de choisir en toute connaissance de cause !

Partager cet article
Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 17:55

Depuis quarante ans, le canton des Deux Sorro rassemble les cantons de Soccia et de Vico. L'histoire du premier a été présentée dans l'article "La liste des conseillers généraux de Sorru in sù".

Voyons ce qu'il en fut de l’ancienne pieve de Sorro in giù, devenue canton de Vico. Ce territoire était composé des communes de Vico, Murzo, Letia, Arbori, Balogna, Cargese, Coggia et Renno.

Quels en furent les représentants au conseil général de la Corse ?

Il est à remarquer que beaucoup furent maires de Vico et plusieurs députés ou sénateurs.

 

Pendant pratiquement tout le Second Empire, le conseiller général du canton de Vico fut Jean-Jourdain CASANELLI d'ISTRIA, président du tribunal civil de Sartene,            

A partir de 1871, le siège fut détenu par le comte Alfred MULTEDO (1846-1908), personnage important du parti bonapartiste auquel il resta attaché toute sa vie. Membre d'une grande famille de propriétaires de Vico (et, par exemple, de l'hôpital militaire de Guagno-les-Bains), il fonda le 1er Octobre 1892 le Comité Napoléonien, ancêtre du CCB (comité central bonapartiste) qui donna plusieurs maires à Ajaccio jusqu’en 2001. Il fut deux fois élu et invalidé à l’Assemblée nationale en 1885 et 1889, pour avoir bénéficié de "pressions cléricales".

Sa biographie complète se trouve en suivant le lien :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65623170/f15.image.r=

Ayant abandonné la politique en 1894, il fut alors remplacé au conseil général par un républicain : Dominique CRISTINACCE, maire de Vico de 1888 à 1896 et de 1908 à 1910.

En 1901, le canton tomba entre les mains d’Ange MURACCIOLE qui avait été sénateur de 1892 à 1894 et le redevint en 1903. Petite particularité: ce natif du village de Muracciole avait été longtemps maire de Belgodere et conseiller général de Vezzani avant de se présenter à Vico. Il mourut le 2 juillet 1904.

Ange MURACCIOLE

Ange MURACCIOLE

De 1904 à 1907, le poste fut occupé par M. COLONNA, maire de Vico.

Pendant quelques mois, il revint à Raphaël CASANELLI d'ISTRIA, ancien secrétaire général à Ajaccio.

Puis, en 1908, Jean-François GALLINI, avocat-défenseur à Sousse, devint conseiller général. Il fut sénateur de 1920 à son décès, en 1923

Sa biographie a été publiée sur le blog des Poggiolais :

Les Poggiolais ont de l'initiative (n°3: l'empire sahélien des Sorrinesi)

 

Jean-François GALLINI

Jean-François GALLINI

Mais, en 1921, sa réélection ayant été invalidée, «l’empereur du Sahel» se heurta à l’ambition de François COTY, ce qui aboutit à l’élection de COTY à Soccia et, dans le canton de Vico, du docteur Philippe CHIAPPINI qui resta en place jusqu’à la guerre.

Voir les deux articles :

En 1921, le canton était au parfum (début)

En 1921, le canton était au parfum (fin)

En 1951, Pascal ARRIGHI fut élu conseiller général avec l'étiquette radicale. Il siégea à l'Assemblée Nationale de 1956 à 1962 (comme radical puis comme gaulliste de UNR) et de 1986 à 1988 (comme Front National). Sa biographie se trouve à la fin de l'article: Arrighi avant Mamberti

Pascal ARRIGHI

Pascal ARRIGHI

Il fut maire de Vico de 1959 à 1983 mais céda le canton dès 1958 au radical de gauche Dominique COLONNA.

En 1973, la réforme cantonale ayant regroupé les cantons de Soccia et de Vico dans le canton des Deux Sorru, le nouveau siège revint à Dominique COLONNA, maire de Vico en 1983, puis, en 2008, au candidat de droite François COLONNA, également devenu maire de la commune en 2001.

François COLONNA

François COLONNA

-------------------------------

La documentation utilisée étant très parcellaire, il est possible que des erreurs ou des oublis apparaissent dans les lignes ci-dessus. Nous serions heureux de recevoir toute information permettant d'améliorer cet article.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 10:20

Aujourd'hui et demain, les fêtes de N.D. de la Miséricorde ne vont pas être comme d'habitude. Elles vont mobiliser les Ajacciens mais elles concernent tous les Corses car, pour la première fois depuis plus d'un siècle, un cardinal corse sera présent, en la personne de Mgr MAMBERTI.

Ajaccio ville cardinale

Il est à signaler que plusieurs confréries seront présentes, et notamment la Cunfraternità di u Padre Albini, des Deux Sorru.

Les personnes qui ne seront pas à Ajaccio pourront suivre sur la chaîne KTO mercredi 18 mars à 10 heures la messe pontificale présidée par le Cardinal Dominique Mamberti et Olivier de Germay, Evêque de Corse. Ouverture de la messe par les voeux des Magnifiques Anciens prononcés par le Député-maire et ses adjoints.

Pour recevoir KTO avec une box, aller sur: 

Bouygues : Canal 223

Free (ou Alice) : Canal 164

Numericable : Canal 58

Orange : Canal 166

SFR : Canal 210

Virgin : Canal 163

-------------------------------

L'origine de cette fête de la Madunnaccia a été présentée sur le blog des Poggiolais le 20 mars 2013, en faisant un rapport avec le culte qui lui est rendu à Orto.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 18:00

Retenez bien la date du 29 mars! Certes, ce sera le deuxième tour des élections cantonales, mais pas que ... Avant ou après avoir voté (s'il y a un second tour dans votre canton), ne manquez pas d'aller à Murzo pour une manifestation des plus alléchantes : la première fête du chocolat organisée par la municipalité.

A une semaine de Pâques, l'occasion sera trop belle de trouver sur place ies principaux chocolatiers de la région, et donc le meilleur choix possible de cocottes, cloches, œufs, et autres friandises en chocolat. Des animations sont prévues pendant cette journée de fête, et notamment une animation culinaire pour les enfants, organisée dans les cuisines de la maison du miel, avec la confection de «hérissons», ces délicieuses céréales au chocolat. 
Et pour les exposants que cela intéresse, les stands sont gratuits et doivent être réservés auprès de Dorothée Vellutinl au 06 71 59 02 97. 

 

MURZO FÊTERA LE CHOCOLAT ET L'ARTISANAT  le 29 mars

 

Mais ce même 29 mars correspond également au dernier jour des journées européennes des métiers d'art.

Le Parc Naturei Régional, dont la vocation est de valoriser la culture et le patrimoine, participe chaque année à ces journées, et les deux sites de Corse choisis cette année sont la maison Paoletti en Castanlccla et... la maison du miel de Murzo ! Le vendredi 27 mars, Vanina Marcelll, animatrice au Parc, se rendra à l'école primaire d'Evisa puis au collège de Vico, en présence d'un compagnon zingueur. 
D'ores et déjà, les artisans de la région ont été contactés pour venir faire la démonstration de leur art, et des projections de films sur les différents métiers d'artisans auront lieu tout au long de la journée du dimanche. Sont attendus Julien Gali, ébéniste à Salice, Monsieur Maquin d'Ambiegna, peintre spécialisé dans les églises, Alexandre Musso, coutelier à Ajaccio, et bien d'autres. 
Là encore, ies stands sont gratuits, et doivent être réservés auprès de Vanina au 06 82 89 60 18. 
Alors que ce soit pour l'amour du chocolat ou de l'artisanat, tous à Murzo dimanche 29 ! 


Pascale Chauveau 

(article paru dans "Inseme" de mars 2015)

Partager cet article
Repost0
14 mars 2015 6 14 /03 /mars /2015 17:41

Poggiolo faisait partie du canton de Soccia qui correspondait à la pieve de Sorru in sù instituée à l'époque génoise et continuée par la monarchie française. Ce canton réunissait les communes de Poggiolo, Orto, Guagno et Soccia. Il comprenait donc tout le territoire commençant au pont de Rioseccu, à mi-chemin de Sorru et de Guagno-les-Bains, et allant jusqu'aux sommets des montagnes environnantes. Malgré une légende tenace, venant du nom utilisé, la limite administrative de ce canton n'englobait pas le col, qui est dans la commune de Murzo.

Le canton, nommé canton de Soccia, était représenté par un conseiller général qui siégeait avec l'ensemble du conseil général de la Corse au Palais Lantivy, siège de la Préfecture à Ajaccio. 

Les prochaines élections, dites départementales, vont bouleverser le fonctionnement des départements. Il est donc intéressant de savoir qui parlait au nom de Sorru in sù dans le passé. Il est vrai que certains de ces notables étaient des personnalités assez curieuses, dont certaines ont déjà été évoquées sur ce blog.

-------------------

Le conseil général du département est une institution créée sous le Consulat le 17 février 1800. Sous Napoléon et à la Restauration, les membres en étaient nommés par le gouvernement. Ce fut le cas pour l’abbé Jean-Antoine PINELLI, nommé en 1818 par Louis XVIII (voir l'article "L'homme le plus cultivé de Corse (3/3)").

L’élection se fit au suffrage universel à partir du 3 juillet 1848.

Sous le Second Empire, le canton vota très fidèlement pour les bonapartistes, représentés par Etienne LECA, géomètre en chef à Ajaccio, élu en 1858 contre l’avocat CASANELLI, neveu de l’évêque d’Ajaccio qui mobilisa les prêtres du canton et du séminaire pour la campagne électorale (voir l'article ""Battue de prêtres" dans le canton de Soccia").

En 1867, le prince Napoléon-Charles BONAPARTE (1839-1899), petit-fils à la fois de Lucien et de Joseph Bonaparte, remporta le scrutin haut la main mais, élu également à Bastelica, Salice et Ajaccio, il préféra opter pour la ville-préfecture et devint président du conseil général. Etienne LECA retrouva son siège.

prince Napoléon-Charles BONAPARTE

prince Napoléon-Charles BONAPARTE

En 1872, le comte François POZZO-DI-BORGO (né en 1837, décédé en 1907) garda le canton au camp bonapartiste bien que Poggiolo eut été l’une des premières communes corses à se rallier au nouveau régime. Il devint ensuite républicain modéré.

Il fut battu fin 1877 par l’avocat républicain Simon UCCIANI (né en 1838) qui fit un grand travail de «républicanisation» du canton (voir l'article "Péripéties municipales: on ne peut pas se fier au petit personnel (2/2)").

Simon UCCIANI

Simon UCCIANI

Le poste de conseiller général passa en 1883 au républicain radical Etienne LECA, géomètre en chef du cadastre à Constantine, qui fut aussi candidat malheureux de la gauche aux élections législatives de 1885.

En 1890, Philippe LECA fut élu. Il était avocat à Ajaccio et devint ensuite juge à Embrun.

Après un bref intermède PINELLI en 1895, le siège de Soccia revint en 1896 à Antoine LECA, chancelier du consulat de France à La Canée en Crète.

En 1901, l’abbé Antoine-Louis OTTAVI, professeur au petit séminaire d’Ajaccio, remporta les élections. Bien que prêtre, il ne s’opposa pas beaucoup à la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, au contraire des paroissiens de Soccia qui se rassemblèrent avec leurs armes et leurs outils devant leur église pour empêcher l'inventaire des objets du culte. L'abbé soutint ensuite le candidat républicain aux élections législatives de 1906.

réunion de fidèles opposés aux inventaires devant l'église de Soccia (photo extraite de "Histoire d'un petit village de montagne au cœur de la Corse du Sud", écrite par Jean-Baptiste PAOLI)

réunion de fidèles opposés aux inventaires devant l'église de Soccia (photo extraite de "Histoire d'un petit village de montagne au cœur de la Corse du Sud", écrite par Jean-Baptiste PAOLI)

Ces positions expliquent qu’il fut battu en 1907 par Antoine LECA qui revint dans le canton avec, cette fois, le titre de vice-consul de France à Palerme. L’année suivante, il était vice-consul de France à Naples. En 1910, il avait la fonction de consul de France à Cagliari, en Sardaigne. Ces affectations différentes ne l’empêchaient pas d'être membre du conseil général de Corse.

En 1913, ce fut à l’avocat parisien Antoine-François CECCALDI de siéger au Palais Lantivy.

En 1921, le richissime parfumeur François COTY (1887-1934) battit le maire de Poggiolo Jean-François CECCALDI, qui représentait la gauche. Cette élection fut suivie par toute la Corse et même sur le continent, ainsi que le montrent les articles "En 1921, le canton était au parfum (début)" et "En 1921, le canton était au parfum (fin)".

François COTY

François COTY

Jean-François CECCALDI prit sa revanche en 1925.

En 1933, élection de François OTTAVI, républicain radical soutenu par le parti d’Adolphe LANDRY qui représentait la gauche en Corse.

Mais, le scrutin étant invalidé, le Docteur François ANTONINI fut élu. Il était républicain de gauche (du parti de François PIETRI), c’est-à-dire de centre-droit!!!

Après une nouvelle invalidation, le Docteur ANTONINI fut réélu, le 16 août, contre Noël PINELLI, socialiste SFIO (parti Landry).

A la Libération, le 23 septembre 1945, Martin PAOLI fut élu sous l’étiquette SFIO. Il devint vice-président du conseil général, puis maire de Poggiolo à partir de 1959.

La liste des conseillers généraux de Sorru in sù

Après le décès de Martin PAOLI en mai 1968, le maire de Guagno Jean-Antoine GAFFORY gagna l'élection. Voir l'article "1968: le canton passe à Guagno".

En 1973, la réforme cantonale ayant regroupé les cantons de Soccia et de Vico dans le canton des Deux Sorru, le nouveau siège revint au maire de Vico Dominique COLONNA (divers gauche), puis, en 2008, au divers droite François COLONNA.

 

-------------------------------

La documentation utilisée étant très parcellaire, il est possible que des erreurs ou des oublis apparaissent dans les lignes ci-dessus. Nous serions heureux de recevoir toute information permettant d'améliorer cet article.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 10:23

Dans la série de présentation des cantons et des prochaines élections par "Corse-Matin", Sevi-Sorru-Cinarca a eu son tour aujourd'hui jeudi 12 mars.

Le premier article insiste sur l'étendue de ce territoire et sur sa grande diversité démographique et économique. Avec 92.228 hectares et 33 communes qui représentent 7.511 habitants (mais 8.677 électeurs...), notre canton est assez particulier.

Les deux parties suivantes présentent les candidats et les grandes lignes de leurs programmes. 

Cliquer sur les dcuments pour les agrandir.

 

Comment se présente l'élection à Sevi-Sorru-Cinarca ?
Comment se présente l'élection à Sevi-Sorru-Cinarca ?
Comment se présente l'élection à Sevi-Sorru-Cinarca ?
Partager cet article
Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 17:48

La nature peut être agitée et dangereuse, comme Guagno vient d'en être victime (voir les articles "110 ans après, la nature s'acharne" et "Le maire de Guagno et les arbres").

Mais, quand elle est calmée, la nature peut montrer une grande beauté.

En venant d'Ajaccio, l'arrivée au col de Sorro a toujours été un moment privilégié. En commençant à descendre, on peut voir les villages et les reliefs qui forment l'ancienne pieve de Sorro in sù. Hélas! Trop souvent, la vue est bloquée par les broussailles et arbustes qui poussent au bord de la route.

Le retour d'un magnifique panorama

Heureusement, les employés de la Direction de l'Equipement ont ccompli en cette fin d'hiver un important travail d'élagage. La sécurité y a gagné et les yeux aussi.

Maintenant, on retrouve un superbe panorama quand on a passé le col de Sorru ! 

La très belle photo réalisée par Nicolas MARTINI permet d'apercevoir Soccia, Poggiolo et Guagno, mais surtout d'admirer le nombre, la variété et la force des lignes de montagnes (cliquez sur la photo pour l'agrandir).

 

Le retour d'un magnifique panorama
Partager cet article
Repost0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 17:33

  De la pharmacie de Sagone aux guerres de Mahomet en passant par la culture des amaryllis et la présence du Père Bonnafoux à Rome, le numéro de mars 2015 montre l'éclectisme de "INSEME".

  Le mensuel publié par l'Association des Amis du Couvent de Vico joue pleinement  son rôle de lien entre les habitants des diverses communes des Deux-Sorru et Sevi. Ne manquez pas de le lire !

Sommaire du dernier numéro:

- "Nous avons tous des TIC !", éditorial de Pascale Chauveau (p. 1)

- les célébrations catholiques en mars 2015 (p. 2)

- "Voyage à Rome de la délégation vicolaise" (à l'occasion de l'installation du cardinal Mamberti) par J-P BONNAFOUX (p. 3 et 4)

- "A propos du prophète Mahomet" (le point sur les guerres de Mahomet à Médine) par Michel FRANCESCHETTI (p. 5)

- "Le coin du jardinier: amaryllis" par Antoine le jardinier (p. 5)

- "Rencontre avec Jean-François Marcaggi" (entretien d'Annie Abbamonte et Bernard Ramay avec le nouveau pharmacien de Sagone) (p. 6 et 7)

- "Vico: mort aux vaches!" (cri d'exaspération de Jean-Martin Tidori contre la divagation des vaches) (p. 8)

- Proverbes sur le mois de maars (p. 8 et 9)

- "Préparation pour l'ouverture de la micro-crèche à Vico" (par Elodie Fieschi) et "Le marché communal à Vico" (p. 9)

- "Murzo fêtera le chocolat et l'artisanat" par Pascale Chauveau (p. 10)

- "Acqua in festa" par Jean-Yves Torre (p. 10 et 11)

- Calendrier du mois de mars (p. 12)

 

Comme tous les numéros depuis décembre 2009, ce bulletin est disponible sur internet.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 07:25
Le maire de Guagno et les arbres

Cette photo est emblématique des grands dommages causés à la forêt communale de Guagno par la récente tempête. La base de l'arbre déraciné est imposante par rapport à la taille de l'homme qui pose pour la journaliste. On peut ainsi évaluer la longueur totale du géant tombé à terre.

L'homme est Paul COLONNA, le maire de Guagno, qui a donné à France Bleu son sentiment sur la catastrophe qui a touché la principale source de revenu du village.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Le mensuel "INSEME" de mai vient de paraître:

Pour le lire, cliquez ICI.

 

PROGRAMME DE CÉLÉBRATION DE LA FÊTE DU PÈRE CHARLES DOMINIQUE ALBINI:

 

--------------------------------------

Samedi 22 mai

CONSÉCRATION DE LA CHAPELLE du COL DE SORRU.

Messe à 10h30.

--------------------------------------

 

Le dernier livre de Michel FRANCESCHETTI:

 

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907