Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 17:38
11 novembre : il y a un siècle, la mort avait accompli presque la moitié de sa sinistre besogne

Le 11 novembre 1918 est l’objet chaque année de cérémonies à la fois pour se souvenir des morts de la première guerrre mondiale et pour célébrer la victoire. Avant ce conflit, cette date ne représentait rien de particulier. Pourtant, à Poggiolo, le 11 novembre 1915 a représenté une étape importante de la Grande Guerre.

Il y a exactement un siècle, ce jour-là, le village ne le savait pas encore mais la moitié du massacre de ses fils avait déjà eu lieu.

11 novembre : il y a un siècle, la mort avait accompli presque la moitié de sa sinistre besogne

Les noms de trente Poggiolais sont inscrits sur le monument aux morts.

Treize, soit pratiquement la moitié, avaient disparu en 1914 et 1915, plus précisément entre le 19 septembre 1914 et le 26 septembre 1915. Quatorze en douze mois et une semaine !

Quatre soldats avaient succombé dans le premier mois de la guerre :

-MARTINI Noël Ange Francois    05/09/1914 Neufmontiers (77)

-MARTINI Jean Toussaint    19/09/1914 Neuvilly-en-Argonne (55)  

-DESANTI François Antoine  20/09/1914 Bethincourt (55)

-DESANTI Jean Toussaint    02/10/1914 Crouy (80)

 

L’année 1915 fut la plus meurtière pour Poggiolo avec neuf morts :

-MARTINI Jean Dominique Roch Antoine    08/01/1915 Les Éparges (55)    

-DESANTI Jean    26/02/1915 Vauquois (55)    

-DESANTI Jacques Antoine    04/03/1915 Vauquois (55)    

-PINELLI Dominique Félix    08/03/1915 Bernécourt (54)       

-MARTINI Pierre Toussaint 24/04/1915 Morto Bay (Turquie)

-LOVICHI Jean Ary François Léon  14/07/1915 Kérévés-Déré (Turquie)

-PAOLI Francois Antoine    12/09/1915 Toul (54)    

-DEMARTINI Jean Baptiste    25/09/15    Saint-Hilaire-le-Grand (51)

-DEMARTINI Dominique Francois    26/09/15    Massiges (51)

 

Les mathématiciens scupuleux pourront noter que la moitié exacte des victimes fut atteinte le 9 mars 1916 avec la mort de MARTINI Pierre Paul à Lachalade (55) .

 

Voici un siècle, le 11 novembre arriva à un moment où, trois ans avant l’armistice, Poggiolo avait payé la moitié de son impôt du sang. Comme beaucoup d’autres villages, il ne s’en releva jamais vraiment.

------------------------------------------

Tous les renseignements sur les Poggiolais morts pendant la première guerre mondiale se trouvent dans les articles classés dans la catégorie "guerre".

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 18:00

 Le bâti patrimonial a besoin d’être constamment entretenu, même s’il se trouve en pleine montagne et loin des villages.

Il en est ainsi de la chapelle Saint Elisée (San Eliseu) au-dessus d’Orto. Un article de Pascale CHAUVEAU publié dans le «Corse-Matin» de jeudi 22 octobre dernier (voir ci-dessous) nous apprend que les travaux de restauration du toit de la chapelle et de la statue du saint ont commencé.

Le site a été entouré par une nouvelle clôture en palissade traditionnelle, avec un portail d’entrée surmonté d’une croix, réalisée par Christophe CHAUVEAU. L’outillage et les matériaux ont été amenés par des hélicoptères du Parc Naturel et par les mules de Dominique CORRIERAS. De nombreuses autres bonnes volontés se sont manifestées.

La journaliste montre l’importance de Saint Elisée comme lieu de pèlerinage en faisant référence à un bon article de Véronique EMMANUELLI paru le 20 décembre 2013 et repris le lendemain dans le Blog des Poggiolais.

Mais ce n'est pas la première fois que que cet édifice connaît des transformations. Le site Corse romane, qui donne une étude très précise de la chapelle, estime qu’il devait y avoir autrefois un bâtiment plus grand que l’actuel, lequel pourrait dater de 1800 (1810 d’après «Corse-Matin»). L’article est accompagné d’une série de photos montrant tous les détails de l’édifice.

Se connecter sur l’adresse : http://corse-romane.eu/spip.php?article173

Saint Elisée sera plus beau

Après la très réussie restauration des bergeries de Livru, les travaux à San Eliseu montrent l’intérêt de la communauté d’Orto, et de l’ensemble de Sorru in Sù, à la préservation du patrimoine.

Le prochain pèlerinage du 29 août n'en aura que plus d’éclat.

Saint Elisée sera plus beau

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 06:54
Adieu Julie !

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 18:00

Depuis quelques jours, le territoire de Poggiolo a vu l’installation de cinq curieux édicules métalliques en forme de Z. La partie supérieure supporte un plateau rectangulaire décoré de textes et d’images et fabriqué en matériau destiné à résister aux intempéries. La partie verticale est évidée pour lire l’inscription «Corse du Sud» au-dessous d’une demi-tour génoise, symbole du département dont le chef-lieu est à Ajaccio.

Cette installation a été décidée par le conseil général, avant qu’il devienne conseil départemental. Les pupitres font partie de la signalétique du PDIPR (plan départemental des itinéraires de promenades et de randonnées). Toutes les communes traversées par les quelques 2.000 kilomètres de sentiers de Corse du Sud doivent progressivement recevoir cet équipement.

Cette excellente initiative permettra de mieux faire connaître aux touristes les richesses naturelles et historiques des villages par où ils passent.

 

Qu’est-il donc montré sur les panneaux poggiolais ?

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

 

Le premier se trouve dans un lieu hautement stratégique, près du pont de Guagno-les-Bains, au début du sentier qui va vers le confluent, et de là à Letia, et de celui qui monte vers Soccia par les Trois Chemins.

Tout sur Poggiolo et Guagno-les-Bains en cinq pupitres

La plaque, intitulée «I Bagni di Guagnu», comporte un texte, écrit en français et en corse, sur l’historique des Bains et les caractéristiques des deux sources. Dommage que le mythe de l’impératrice Eugénie curiste régulière de l’établissement thermal ait été repris.

Pour la réalité des rapports entre Eugénie et les Bains, se référer aux articles "La baignoire de l'impératrice" et "Napoléon Ier à Guagno-les-bains et pas Napoléon III (1/2)".

La carte postale qui est au milieu a été bien choisie car elle montre le bâtiment de l’ancien hôpital militaire.

Tout sur Poggiolo et Guagno-les-Bains en cinq pupitres

A l’entrée de Poggiolo, tout près du sentier se dirigeant vers Guagno, il est impossible de râter l’ensemble de trois pupitre alignés au bord de la route.

Tout sur Poggiolo et Guagno-les-Bains en cinq pupitres

L’un d’eux est bilingue, mais français-anglais cette fois.

Un petit texte décrit fort bien l’apparition des premiers hameaux de POGGIOLO.

Il est fait mention de l’importance de St Siméon, de sa désacralisation et de sa reconstruction.

Ces éléments sont repris dans une frise chronologique qui situe le village par rapport à l’histoire de la Corse.

Tout sur Poggiolo et Guagno-les-Bains en cinq pupitres

Pour la Préhistoire, le site de Campivu est cité deux fois. Mais il est précisé qu’il est «au-dessus des bagni» alors que ce nom concerne la butte qui est en face du village, de l’autre côté de la rivière.

Tout sur Poggiolo et Guagno-les-Bains en cinq pupitres

D’autre part, il est écrit que l’on y a trouvé «un épandage de rhyolithe» alors que l’orthographe consacrée par les dictionnaires est «RHYOLITE». Comme la Corse est pauvre en silex et en obsidienne, les hommes du Paléolithique utilisaient cette pierre volcanique pour leurs outils et leurs armes.

 

La deuxième borne repète le texte de sa voisine, mais en langue corse. 

Tout sur Poggiolo et Guagno-les-Bains en cinq pupitres

Elle utilise la carte du cadastre napoléonien pour donner l’explication des noms, liés à la nature ou au travail humain, de quatre lieux de la commune. Elle donne aussi, d’après le texte du Socciais Antomari OTTAVY, le récit de la légende du Tretorre fendu par les pattes de la jument guagnaise du Diable.

Une autre version a été publiée sur le blog des Poggiolais. Voir l'article: "Les légendes de chez nous (5/7): les trois tours du Tretorre".

Le sommet tripartite est illustré par une photographie vue de… Guagno car on ne voit pas les trois tours depuis Poggiolo.

Tout sur Poggiolo et Guagno-les-Bains en cinq pupitres

Sur le troisième pupitre de ce groupe, une carte montre les différents sentiers du PDIPR autour de Poggiolo avec leurs différents balisages. Curieusement, elle est accompagnée du même texte (en français) sur les Bains de Guagno que celui se trouvant sur la borne du pont des Bains.

Une curiosité : au jour de la rédaction de cet article, l’adresse internet du site d’actualisation du PDIPR, inscrite sous le plan, ne fonctionne pas.

 

A l’intérieur de Poggiolo, sur la place Saint Roch, un pupitre a été scellé prés de la cabine téléphonique. 

Tout sur Poggiolo et Guagno-les-Bains en cinq pupitres
Tout sur Poggiolo et Guagno-les-Bains en cinq pupitres

Intitulé «Un territoire nature», le texte vante la large «palette des disciplines sportives disponibles» dans l’ensemble de la Corse-du-Sud et insiste sur les randonnées pédestres. Exactement les mêmes recommandations que dans la précédente borne sont données aux marcheurs. Il vaut mieux répéter pour éviter les risques d’accident.

L’emplacement a été très bien choisi car, de cette place, on a un beau panorama sur Libbiu, Guagno-les-Bains et Sorru, à condition, bien sûr, de ne pas laisser les arbres voisins prendre trop de place.

 

Ces pupitres, malgré leurs imperfections, devraient permettre aux touristes de s’arrêter pour connaître quelques attraits de Poggiolo et Guagno-les Bains. Aux habitants de montrer ensuite qu’il existe beaucoup d’autres atouts.

 

-----------------------------

Photos Nicolas MARTINI

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:59
Le Vésuve et Pompéi : la solution

Le Vésuve et les ruines de Pompéi, montrés la dernière fois, font partie d’une fresque qui comporte également des montagnes (très certainement les Apennins).

Le Vésuve et Pompéi : la solution

Le décor est très fleuri.

Le Vésuve et Pompéi : la solution

Le golfe de Naples et les montagnes sont vus depuis les arcades à demi-ruinées d’une terrasse en trompe-l’œil.

Le Vésuve et Pompéi : la solution

Toutes sortes d’oiseaux volent sur le plafond.

Le Vésuve et Pompéi : la solution

La pièce est toute entière recouverte par ce décor qui permet d’oublier les murs épais qui sont de chaque côté.

Le Vésuve et Pompéi : la solution

Cette décoration se trouve tout simplement… au couvent de Vico.

Au XIXème siècle, Mgr CASANELLI d’ISTRIA, évêque d’Ajaccio de 1833 à 1869, résidait l’été au couvent. Il y avait fait aménager, au rez-de-chaussée de l’aile Est, cette pièce de réception qui fut peinte par Aglaé MEURON, artiste corse née à Calenzana en 1836 et décédée à Ajaccio en 1925. Parmi ses œuvres, figurent des représentations de paysages et de personnes de Vico (comme Mme Rose SANVITO ALATA dont le portrait se trouve au Musée Fesch).

Egalement, d’après le Père Louis DOAZAN, «Aglaé MEURON aurait décoré de motifs religieux la chambre de l’évêque» (page 71 de son livre «Le couvent Saint François de Vico»).

 

Evoquer ce lieu est d’actualité. Les fresques de cette pièce ont été restaurées par Sophie (originaire d’Orto) et Yves TOTI-LUTET. Les habitués du salon des artistes-peintres de Poggiolo ont déjà eu l’occasion de voir des œuvres de ce couple et connaissent le soin apporté à ses travaux.

Un article paru dans "Corse-Matin" du mercredi 28 octobre 2015 présente cette «médecine artistique» réalisée à Vico. Le texte fait une petite erreur en donnant à Madame MEURON le prénom d’Agathe.

Le Vésuve et Pompéi : la solution

La salle de réception se trouve dans l’aile qui est à droite de la photo.

Le Vésuve et Pompéi : la solution

-----------------------------------------------------------------------

Photos Michel Franceschetti, sauf la dernière.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 18:01
La devinette du mois : le Vésuve et Pompéi

Cette peinture représente un volcan, plus exactement le Vésuve, près de Naples. Son identification est facile car, à ses pieds, les ruines antiques ressemblent beaucoup à celles de la ville romaine de Pompéi qui fut détruite par l’éruption de 79 après Jésus-Christ.

Le rapport avec la Corse n’est pas évident mais, pourtant, cette image se trouve très près de Poggiolo. De plus, elle fait partie d'un ensemble qui vient d'être mis en avant par l'actualité

Dans quel village ? Dans quel lieu précis de ce village ?

Réponse demain.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 06:42

Ce soir, mercredi 4 novembre, sur France 3, le magazine «Des racines et des ailes» est consacré à la Corse. Il ne faut pas le manquer.

Au programme :

- les trois golfes de la côte ouest (Porto, Sagone, Ajaccio) et, sur chacun de ces sites, des histoires d’hommes et de femmes passionnés

- la micheline et, avec elle, la Corse de l’intérieur, ses montagnes et ses vestiges comme les orii de Monaccia d’Aullène

- un petit tour du côté des lacs

-  un zoom sur le parc marin, les sentiers littoraux, la faune, la flore et les fonds marins de Bonifacio.

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2015 7 01 /11 /novembre /2015 18:08

Toussaint a toujours été un moment important en Corse. En dehors de la visite des cimetières pour nettoyer les tombes, mettre des fleurs et des bougies (toujours en nombre impair) et se recueillir, de nombreux rituels lui sont attachés.

«Settimana», nouveau nom de «La Corse, votre hebdo», le supplément hebdomadaire de «Corse-Matin», lui a consacré un gros dossier le 30 octobre.

Véronique EMMANUELLI y fait une synthèse des traditions insulaires. L’anthropologue Georges RAVIS GIORDANI replace la fête des Morts dans le calendrier des cérémonies de l’année. Le Père Gaston PIETRI précise ce que sont les 1er et 2 novembre pour l’Eglise catholique.

Comme il existe en Corse de nombreuses variantes, le journal propose également une carte de neuf microrégions ayant leurs propres rituels.

Les rituels de la Toussaint dans les Deux-Sorru

Pour les Deux-Sorru et le Cruzzini, on peut lire :

« Se rassembler, vivre quelques jours en toute fraternité. Telle est la feuille de route inspirée par la Toussaint à Guagnu, à Soccia, à Azzana et à Salice. Les mécanismes à l’œuvre renvoient à l’allumage des fours dans lesquels cuiront les chaussons à la courge, à l’oignon, au brocciu et raisins secs, aux blettes ou aux pommes de terre que les femmes ont confectionnées ensemble. Auparavant les hommes se sont réunis pour couper le bois, et pour le ramener au village. Puis vient le moment de se restaurer, tous ensemble, encore, devant le four. On trinque, un verre de vin à la main. Ceux qui sont forcés de rester chez eux (parce qu’ils sont trop âgés, parce qu’ils sont fatigués) recevront leur part, à leur domicile. »

C’est bien ainsi que les Poggiolais ont longtemps fait pour cette fête.

 

L’origine légendaire, la recette et la fabrication des bastelles à Poggiolo peuvent être vues sur l’article publié le 1er novembre 2009 sur ce blog:

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 16:04

Toutes nos condoléances aux familles Lagrange et Pinelli.

Guagno-les-Bains en deuil

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 18:00

L’article «Mimi, Jules-Antoine, Casalta. Un document inédit sur les commerçants disparus», récemment publié, évoquait les commerçants qui passaient dans les villages pour proposer leurs produits. Ils étaient très attendus, à commencer par les boulangers, puis les épiciers et bouchers. Avec eux, les conversations allaient bon train et les informations circulaient rapidement entre clientes (seules les femmes faisaient les courses) et marchands.

Mais on ne voulait pas acheter n’importe quoi et la méfiance pouvait être de mise. Du moins, c’est l’impression qui ressort de cette photo prise par Jacques-Antoine MARTINI en août 1968. 

Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

Bras croisés, les Poggiolaises regardent les piles de draps et écoutent les arguments du bonimenteur (peut-être GRIFFONI puisque ce sont des produits textiles) installé comme toujours à l’angle de la route et de la Stretta.

Les Poggiolais sont encore nombreux à pouvoir identifier ces personnes, y compris les deux copines (Rosine FRANCESCHETTI et Françoise PAOLI) qui, à gauche, bavardent sans s’occuper de la marchandise.

 

 

P.S. 1: cette photo a déjà été utilisée, sur le mode humoristique, en mai 2009 dans l’article intitulé «Clin d'œil: féminisme poggiolais».

P.S. 2: on peut voir derrière le groupe une inscription peinte sur une maison. Elle a été expliquée en mars 2010 dans l’article : «Un tag ésotérique».

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

"Portraits d'union", un beau cadeau

Renseignements en cliquant ici.

 

 

 

Vacances de Noël:

Fin des cours: samedi 19 décembre

Reprise des cours: lundi 4 janvier

---------------------------

"Inseme", le bulletin interparoissial des Deux Sorru de novembre, est paru. 

 

Pour le lire, cliquer ICI.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907