Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 18:00

Le prêtre-soldat Circinellu est devenu un véritable mythe en Corse et a souvent été évoqué dans de nombreux textes. Pourtant, seulement deux chansons lui ont été consacrées.

 

L’une d’elles aurait été écrite par le poète MAISTRALE (voir l’article «MAISTRALE de Marignana (et de Poggiolo ?)») en 1935. Elle a été enregistrée en 1980 par le groupe Voci di a Gravona.

On peut noter que, en mentionnant Saint Elisée et le Tretorre, les paroles replacent bien Circinellu dans notre micro-région. Mais la conclusion le hisse au même niveau que les autres héros corses Sambucucciu d’Alandu, Pascal Paoli et Sampieru Corsu.

Canzona di Circinellu

 

Circinellu di Guagnu hè nativu

Pè li Guagnesi u sangue hà versatu

Per mill'anni u so nome sia vivu

Fra le rose per sempre cantatu

 

Per guardallu c'è trè sintinelle

Santu Liseu u ghjuvanni u Tritorre

A sti canti currite o zitelle

L'esempiu soiu fra noi un pò more

 

U curatu di Guagnu hè lu sole

Ch'ogni matina ci manda lu raghju

Face nasce le nostre viole

E c'innacqua l'anticu curaghju

 

I Fiumicelli turrenti è luntane

Cùn viulini è pueti di sanna

A st'eroi la sera è la mane

Fatelli festa chì ride minanna

 

Di la giola ne schiatta una bomba

Di Circinellu u paese n'hè fieru

Ùn sintite chì balla in la tomba

Cùn Sambucucciu Paoli è Sampieru

Ùn sintite chì balla in la tomba

Cùn Sambucucciu Paoli è Sampieru

 

 

Antoine CIOSI, qui a si bien chanté la Corse, a interprété, dans son disque «Corsica nostra» paru en 1975, un texte écrit par Francis PINELLI.

La musique, composée avec Armand MIGLIANI, est assez "bandonéante".

Le groupe I Chjami Aghjalesi a ensuite repris cette chanson en lui donnant un aspect plus «paghiella».

Voici les deux interprétations.

Circinellu

 

In la bocca Manganellu

E bruste sò sempre accese

Sò quelle di Circinellu

Prete patriotu guagnese

 

Si lasciò la so chjesola

Ostie, calce è ostensoriu

Poi partì dopu la chjama

À battesi in Ponte Novu.

 

Ripigliu

Circinellu! Circinellu!

Oghje ti portu rispettu

Per esse mortu ribellu,

Ceppu in manu

È croce in pettu.

 

Quandu passanu le muvre

È chì lu cuccu c'incanta

L'ombra di prete Ghjustizia

Esce di la terra santa

 

L'accompagna lu culombu

È ci dà freddu in lu spinu

Simu tutti testimoni

Di stu tamantu destinu.

 

Ripigliu

 

 

Traduction française (par PM.Filippi)

Circinellu

 

Au col de Manganellu

Brûlent encore les braises

Laissées par Circinellu

Prêtre de Guagnu et patriote

 

Il quitta son humble église

Les hosties, le calice et l'ostensoir

Pour répondre à l'appel

Et se battre à Ponte-Novu

 

Refrain

Circinellu! Circinellu!

Aujourd'hui je te dis mon respect

Pour être mort rebelle

L'arquebuse au poing

Et la croix sur ta poitrine

 

Quand vient l'heure où passent les mouflons

Et que le coucou nous enchante

L'ombre du prêtre

Justice sort de la terre sacrée

 

L'accompagne le son du culombu

Et cela fait froid dans le dos

Nous sommes tous les témoins

De ce si grand destin.

 

Refrain

Partager cet article

Repost0
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 18:30

 Le problème de connaître l’aspect physique réel de Circinellu peut-il être résolu? Jean-Louis RIGAUD PIETRINI le pense. Responsable de l’atelier généalogie de l’Amicale des Corses de Montpellier, il a posté sur la page Facebook du Blog des Poggiolais (https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907le texte suivant :

«Bonjour, cela fait 2 ans que je travaille sur Otavio Dominico Leca dit Circinellu. D’après les documents trouvés aux archives de l'évêché de Sagone, il faisait 1m76, assez grand pour l'époque; ses cheveux étaient blond vénitien, donc roux clair. Il était mince, et non petit et gros comme dans l'article de «Corse matin».

Vous avez pour info un tableau qui est à MOROSAGLIA au Musée, de 1769 peint par l'Americain Henri Benbridge (1743 1812). (…) Circinellu est derrière Pascal Paoli. Les autres sont Bonaccorsi, Guelfucci et le frère de Pascal, Clémente. J’ai trouvé son acte de baptême à Guagno, (…) ; je cherche son acte de décès aux archives d’Aleria car sa mort est en 1771 à Ania d'après Madame Moracchini-Mazel. Je dois finir sa biographie, il fait partie de la dette historique... »

 

Henri BENBRIDGE, premier Américain à avoir posé le pied en Corse en 1768, a réalisé deux portraits de Paoli. Celui qui est au musée de Morosaglia est intitulé «Pascal Paoli à la bataille de Ponte Novu».

Une statue pour Circinellu (2bis/3): son véritable visage?

Il a été très bien analysé par Antoine MARCHINI, directeur du CDDP de la Haute-Corse dans «Paoli après Paoli: Le musée de Morosaglia» publié en octobre 2009.

 

PAOLI est à droite et écoute les renseignements fournis par un homme armé qui montre le pont où se déroule la bataille du 8 mai 1769 contre les Français.

Au second plan, le peintre a représenté trois personnages statiques.

Celui du milieu est identifié comme étant le prêtre Buonfiglio GUELFUCCI. Intime du «père de la patrie», il l’accompagna dans son exil et fut ensuite en 1794 l’un des rédacteurs de la Constitution du Royaume de Corse (anglo-corse). Ici, en historien de la révolution corse, il note les termes de la conversation. Il a un costume de moine car il était Père de l’Ordre des Servites de Marie.

MARCHINI écrit que «Entre le militaire et le prêtre, s’insinue Clemente, le frère (de Pascal PAOLI), austère».

Donc, d’après Jean-Louis RIGAUD PIETRINI, CIRCINELLU est le personnage du trio qui est placé le plus à droite, entre GUELFUCCI et Pasquale PAOLI. Il est effectivement en habit ecclésiastique.

 

Une statue pour Circinellu (2bis/3): son véritable visage?

Notre correspondant a-t-il raison d’écrire que nous avons ici le seul portrait véritable du curé de Guagnu ? Ce serait une découverte importante.

Si l’identification était confirmée, nous aurions ainsi le premier portrait d’un habitant de la piève de Sorru in Sù.

Une statue pour Circinellu (2bis/3): son véritable visage?

Partager cet article

Repost0
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 18:00

Il n’existe pas de portrait d’époque, ni même de description, de Circinellu, le prêtre guagnais ardent partisan de l’indépendance corse. Son aspect physique peut donc varier, de l’ascétique et glabre chef de guerre s’élançant à la tête de ses troupes, comme l’avait dessiné Paul CORIZZI dans la revue «A Muvra» avant-guerre, au bonhomme ventru et barbu montré dans le petit film de Via Stella (voir l’article précédent: Une statue pour Circinellu (1/3): qui est Circinellu?).

Une statue pour Circinellu (2/3): Quelle statue ?Une statue pour Circinellu (2/3): Quelle statue ?

Le projet de l’Associu pà u ricordu di Circinellu de rendre hommage au patriote guagnais a reçu un bon écho de la part de «Settimana», l’hebdomadaire de «Corse-Matin». Dans le numéro du 15 avril, Véronique EMMANUELLI décrit le cheminement de l’idée lancée par Maria Francesca ANDREOTTI et Noelle MEDURIO, respectivement présidente et secrétaire de l’association.

Elle raconte comment, lors d’une réunion publique, fut adoptée l’option d’une statue en pierre.

« Dans la foulée, l’associu se rapproche d’Antony BRAGONE, le tailleur de pierre. C’est lui qui sera chargé de donner une consistance minérale et sans doute éternelle à Circinellu. Des gens d’Orto et de Poggiolo ont le geste à la fois généreux et spontané. «Ils nous ont donné le bloc de granite dans lequel sera taillée la statue ainsi que les pierres qui serviront de socle», se félicite-t-on. (…) Mais une question supplémentaire se pose, cellle de la densité expressive et de l’éclat de Circinellu.

(…)

On finira (…) par privilégier un prêtre élancé. L’œuvre, une fois terminée – «nous espérons que tout sera prêt fin 2016», précise Maria-Francesca – se dressera au centre du village, sur une parcelle communale devant l’église. »

Une statue pour Circinellu (2/3): Quelle statue ?

En attendant l’inauguration, ce projet a permis aux Guagnais, résidents permanents ou non, de se rassembler dans un projet qui renforce le sens de la communauté villageoise.

N’oubliez pas la soirée du 30 avril !

Une statue pour Circinellu (2/3): Quelle statue ?

N.B. 1: les lecteurs de ce blog se rappelleront avoir lu plusieurs articles proposant des occasions de plaques ou de commémorations possibles de personnages ou d’événements à Poggiolo et Guagno-les-Bains.

N.B. 2 : Noelle MEDURIO a fourni un grand travail d’inventaire du patrimoine bâti de notre micro-région. Les résultats en ont été publiés dans deux articles :

   - Deux jeunes filles ont enquêté sur notre patrimoine

   - L'inventaire du patrimoine bâti de nos villages est consultable

Partager cet article

Repost0
16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 18:01

Une soirée en faveur de l’Associu pà u ricordu di Circinellu est organisée le samedi 30 avril à l’église de Guagnu. Cette soirée sera animée par des chanteurs et musiciens de la région, à partir de 21 heures.

Les fonds rassemblés lors de cette soirée serviront à l’édification de la statue de Circinellu.

Une statue pour Circinellu (1/3): qui est Circinellu?

L’Associu pà u ricordu di Circinellu a été créée le 8 avril 2015 et a pour buts :

«réaliser des événements et actions en souvenir d'un personnage historique, Dumenicu Leca dit Circinellu, originaire du village de Guagnu en Corse du Sud; récolter des fonds pour le fonctionnement de l'association et le bon déroulement de ses événements et actions; ériger une statue en mémoire de ce personnage historique; célébrer une commémoration annuelle en souvenir de Circinellu.»

 

Qui est Circinellu ?

 

Dumenicu Leca, dit U Circinellu («le tout rond»), serait né en 1702 (ou en 1703 ou en 1709, selon les auteurs) à Guagnu.

Plaque apposée en 1935 ou 1936 sur la maison natale de Circinellu.

Plaque apposée en 1935 ou 1936 sur la maison natale de Circinellu.

Après des études à Gênes et à Rome, il revint comme curé dans son village natal.

Partisan de Pascal Paoli et de l’indépendance de la Corse, il prit les armes contre l’armée française et rejoignit les troupes du «Babbu di a patria» avec soixante Guagnais.

Une statue pour Circinellu (1/3): qui est Circinellu?

Après la victoire des soldats de Louis XV le 9 mai 1769 à Ponte Novu, où il combattit, il continua le combat. Lors d’une grand-messe à Guagnu, proclamant dans son sermon «Paoli è Libertà», il avait prêté serment sur son autel de ne pas déposer les armes tant que sa patrie serait occupée.

Il entreprit une guerre d’embuscade. Mais il dut quitter le village pour lui éviter les représailles des Français qui brûlèrent cependant l’église de Guagno.

Il se réfugia dans le Fiumorbo.

Un jour de 1771, dans une grotte d'Ania, il fut retrouvé mort avec le crucifix d'une main et une arme (certaines versions disent un fusil, d'autres un pistolet ou un poignard) dans l’autre.

Enfant le plus connu de Guagnu, il devint le symbole du patriotisme corse. Mais il n’existe pas de portrait de l’époque le représentant, et pas non plus de statue. L’Associu pà u ricordu di Circinellu veut remédier à ce manque.

Une statue pour Circinellu (1/3): qui est Circinellu?

Petite curiosité: la vie de Circinellu a été résumée par un petit film diffusé sur France 3 Via Stella en 2014.

Partager cet article

Repost0
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 18:00
ND de Lavasina (commune de Brando)

ND de Lavasina (commune de Brando)

En cette année de la Miséricorde, le secteur pastoral Deux Sorru-Sevi in Grentu et l'Association des Amis du Couvent organisent un pèlerinage pour le passage de la Porte Sainte à Notre Dame de Lavasina, le dimanche 1er mai.

Départs:

     - de Sagone (parking du Spar) 7h15

     - de Vico (devant le monument aux morts) 7h30

     - de l'embranchement d'Evisa 7h45.

Participation: 20€ par personne.

Programme:

     -11h: messe

     -12h30: repas tiré du sac (dans une salle prévue à cet effet)

     -16h: retour.

Inscriptions auprès de la Communauté OMI (06 47 36 72 96) ou auprès de Marcelle Paoli (06 75 43 82 35) jusqu'au 24 avril.

 

Pour avoir des renseignements sur le sanctuaire de Lavasina, suivre le lien: http://www.curagiu.com/lavasina.htm

A Lavasina le 1er mai

Partager cet article

Repost0
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 18:13

Et si l'on regardait du côté de la rivière?

Encore merci à Thierry.

Quelques images du printemps poggiolais (2)
Quelques images du printemps poggiolais (2)

Partager cet article

Repost0
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 18:00

Pour les amis qui sont sur le continent et pour ceux qui ne sont pas encore en vacances, Thierry CALDERONI a eu l’idée de présenter quelques photos montrant que le printemps est bien arrivé à Poggiolo.

Quelques images du printemps poggiolais (1)
Quelques images du printemps poggiolais (1)
Quelques images du printemps poggiolais (1)

Partager cet article

Repost0
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 18:07

Alors que  la saison 2015-2016 de la Ligue1 de football approche de son terme, le bilan de l’Olympique de Marseille s’annonce particulièrement décevant. Supporters et journalistes s’interrogent sur la future organisation du club. «La Provence» du 7 avril a présenté les cinq proches de Margarita LOUIS-DREYFUS qui pourraient être amenés à jouer un rôle important. Parmi eux, Alexandre JACQUIN cite Xavier GIOCANTI dont la famille est de Guagno.

L’OM peut-il être sauvé par un Guagnais ou un Poggiolais ?

Xavier GIOCANTI a déjà été présenté sur ce blog le 29 juin 2011 dans l’article intitulé «Christine Lagarde ne viendra pas à Guagno cet été».

 

Voici une soixantaine d’années, une autre personnalité venant de notre canton, plus exactement de Poggiolo, avait déjà participé à la direction du club marseillais.

 

Né à Marseille en 1925, Jean Martin FRANCESCHETTI (qui, à l’époque, utilisait le prénom Jean, puis plus tard ce fut Jean-Martin) participa activement au scoutisme, à la Résistance (voir l’article «Les Anciens sont à l'honneur») et au syndicat FO (Force Ouvrière). Il était le fils de Jean Antoine et de Rosine et le frère de Philippe dont la vie a été récemment évoquée dans l'article "Souvenir de Philippe Franceschetti ".

Dans le domaine sportif, il s’occupa d’athlétisme, de hand ball, de volley-ball et de basket-ball. C’est dans ce dernier sport qu’il rencontra Marie QUAIRÉ avec qui il se maria. Ils eurent trois enfants: Michel, Monique et Marie-Claude.

 

Marie Quairé est debout à droite (avec le numéro 6). Jean Franceschetti est accroupi à droite.

Marie Quairé est debout à droite (avec le numéro 6). Jean Franceschetti est accroupi à droite.

Entré à l’OM, il eut, «sous son autorité, les cinq sections d’athlétisme, de hand-ball, de volley-ball, de judo, des «jeunes»: près de sept cent membres» (sur les 1.300 membres que comprenait alors le club omnisports) (brochure «Programme du bal de l’O.M.» de février 1956).

Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Cliquer sur les photos pour les agrandir.

Le club était alors dirigé par un comité directeur de douze membres, dans lequel Jean FRANCESCHETTI entra en février 1953. Il en devint trésorier.

L’OM peut-il être sauvé par un Guagnais ou un Poggiolais ?
L’OM peut-il être sauvé par un Guagnais ou un Poggiolais ?

La section de football professionnel, malgré son titre de champion de France en 1948, connaissait alors une période de difficultés à répétition. La relégation en deuxième division fut évitée de justesse en 1952.

Puis, «avec le départ catastrophique du championnat 1953-1954 et surtout après la faillite du recrutement de l’inter saison, le comité directeur s’était mis en veilleuse, en déléguant une partie de ses pouvoirs à un Comité composé de Jean ROBIN, Michel BIANCO, Pierre BICAIS, Léon MARIA et Jean FRANCESCHETTI, et appelé depuis Comité des Cinq.

Leurs efforts acharnés firent que l’O.M. évita le relégation et parvint en finale de la Coupe» (article de Maurice GOIRAND dans «Le Provençal» du 2 juin 1954).

La finale de la Coupe de France fut logiquement gagnée par Nice le 23 mai 1954. Du coup, le président Marcel CONSTANT démissionna. L’assemblée générale qui suivit entérina les candidats du Comité des Cinq et Louis AILLAUD devint président le 16 juin.

Malgré ces efforts de rénovation, le football olympien retomba dans sa langueur, à tel point que l’équipe termina la saison 1958-1959 bonne dernière de la première division et partit en D2.

 

Entretemps, Jean FRANCESCHETTI avait orienté son dynamisme vers d’autres horizons sportifs.

Fonctionnaire à la direction régionale du Ministère du Travail, il fut un des fondateurs du CSMT (Cercle Sportif du Ministère du Travail) qui recueillit les sections amateurs de l’O.M. en hand, volley, basket et athlétisme après leur dissolution en 1961.

Après avoir été élu président de la Ligue de Provence de volley-ball en 1954, il devint président de la Ligue d’athlétisme en 1965.

 

L’OM peut-il être sauvé par un Guagnais ou un Poggiolais ?

Et il eut bien d’autres activités…

 

Jean-Martin FRANCESCHETTI décéda en septembre 2013. Voir l’article que lui consacra alors «Corse-Matin»:

P.S. : notre haut-canton a eu un autre lien avec l’O.M. en la personne de Mathieu FLAMINI, originaire de Guagno, qui est né à Marseille en 1984. Pur produit du centre de formation du club olympien, il devint titulaire de L1 en 2003. L’année suivante, il signa au club anglais d’Arsenal dans lequel il évolue toujours actuellement.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 18:00

Samedi 16 avril de 9h30 à 17h au Couvent St François de Vico, journée-rencontre de réflexion et d'échanges avec Nathalie SARTHOU-LAJUS, rédactrice en chef adjointe de la revue "Etudes" sur le thème :

 

 « Pourquoi je suis encore chrétienne ».

 

Pour les croyants, pour ceux qui s'interrogent, pour tous ceux qui se préoccupent de notre avenir chrétien dans une société en mutation.

 

Les participants peuvent manger sur place le midi (15 €).

Une inscription est demandée pour le repas au 04 95 26 83 83 (le matin seulement).

La journée est organisée par Gaston PIETRI pour l'association des Amis du Couvent de Vico.

 

Pourquoi je suis encore chrétienne

Philosophe chrétienne, Nathalie Sarthou-Lajus est titulaire d’un doctorat de 3ème cycle en philosophie et d’un DEA de philosophie sur Walter Benjamin. De retour d’un long séjour à San Francisco en 1994, elle enseigne, dans un premier temps, la philosophie à des lycéens sur Paris et la région parisienne puis aux étudiants de Sciences Politiques à l’ICES (Institut Catholique d’Études Supérieures) de La Roche-sur-Yon en Vendée de 1996 à 1999. Après avoir travaillé comme éditrice aux Éditions Fleurus durant 7 ans de 2000 à 2007, elle est maintenant rédactrice en chef adjointe de la revue « Etudes ». (biographie publiée sur le site de France-Inter).

Elle a écrit :

L’Éthique de la dette (PUF, 1997)

La culpabilité (Armand Colin, 2002)

La défaite de la volonté (Le Seuil, 2005)

2012 Éloge de la dette (PUF, 2012)

Sauver nos vies  (Albin Michel, 2013)

Peut-on croire à l’amour ?  (avec J.-P. Winter), (Le Passeur Éd., 2015).

Vous pourrez appécier sa pensée en regardant la vidéo de présentation de « Sauver nos vies » :

Comment se relever d'une catastrophe, qu'elle soit individuelle ou collective ? Comment traverser les crises ou les épreuves ? Aujourd'hui, nous voudrions guérir de tout et par nous-mêmes, mais cette obsession de la thérapie et du sauvetage ne suffit pas toujours à étancher notre soif de sens. Dès lors resurgit la question : comment sauver nos vies ?

Partager cet article

Repost0
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 18:00

Rendez-vous pour tous les amateurs de musique

 

le vendredi 15 avril 

 

à ARBORI

 

pour le concert

 Sorru in Musica VERANU

 

A 19h à l'église d'Arbori: concert violon et piano avec Bertrand CERVERA et Stéphane PETITJEAN: Œuvres de Bach, Tchaïkovski, Saint Saëns, Verdi...

Le concert de printemps de Sorru in Musica

… Et à partir du lundi 18

jusqu’au mercredi 27 juillet 2016,

 

Sorru in Musica Estate !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

"Portraits d'union", un beau cadeau

Renseignements en cliquant ici.

 

 

 

Vacances de Toussaint:

Fin des cours: samedi 17 octobre

Reprise des cours: lundi 2 novembre

 

Calendrier des messes d'octobre:

cliquer ICI.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907