Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 12:00

    Samedi 23 février, la fête de Saint Siméon a eu lieu... à Saint Roch!

    Le temps était mauvais, la pluie avait cessé mais la neige menaçait. Il était dangereux  pour les personnes âgées de monter jusqu'à l'église d'en haut. La cérémonie a donc eu lieu dans la chapelle du centre du village. Ensuite, l'apéritif, accompagné de frappi, a été offert au bar.

   A cette occasion, le conseil paroissial a rendu les comptes et a quitté ses fonctions. De nouvelles personnes se sont proposées pour prendre la main, mais encore faut-il que chacun "se bouge" vraiment.

    Ensuite, la neige est tombée sans discontinuer à partir de 22 heures et toute la journée de dimanche, et encore aujourd'hui lundi. A l'heure où ces lignes sont écrites, la couche atteint largement 50 centimètres. Dimanche, l'électricité a été coupée longuement (de 6 h à 13 h), comme voici 50 ans (voir l'article sur les équipements publics en 1963).

    Pour dégager l'accès de chaque maison, il faut fournir un sacré effort, à l'exemple de Philippe DUBREUIL.


Dubreuil et neige

  Et une vue exceptionnelle de Saint Roch montre que la chapelle n'est plus facilement accessible (merci à Hélène et Philippe).

 

neige St Roch


Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Natura corsa
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 18:03

   "La vocation touristique d'un village dynamique", tel est le titre de l'article publié dimanche 17 février 2013 dans "Corse-Matin". Revenant sur la réception organisée à la mairie de Soccia le 19 janvier dernier, ce texte fait la liste des réalisations récentes qui ont eu lieu dans ce village. Sans avoir l'intention de faire de la publicité pour Soccia, le blog des Poggiolais en recopie l'intégralité. Chaque village pourrait ainsi faire le bilan des actions passées car il est important, dans la société actuelle (même en Corse), de communiquer. 


Au fil des années, sous l'impulsion de ses édiles, Soccia change de visage. Récemment Jean Sabiani, le maire de la commune, et son épouse ont reçu, dans la salle d'honneur de la mairie, les membres du conseil municipal, le personnel attaché à la commune et les prestataires de service de la municipalité.

L'occasion pour ce village niché à 750 mètres d'altitude et comptant une centaine d'habitants permanents de décliner au fil des jours sa vocation touristique.

Située à l'orée du Lac de Crenu, cette commune de Sorru in Sù voit passer, l'été, un flux de 400 voitures par jour. Un nombre impressionnant de véhicules pour les rues étroites d'un village de montagne. Dès lors, tous les murs bordant les chemins communaux ont été restaurés à l'ancienne.

Les voies ont été élargies, les murs de soutènement renforcés et la place de l'église dallée.

Et tous les caniveaux refaits. De nouvelles plantations ont été effectuées, participant à l'embellissement de la cité.


Sens unique en été

Un sens unique a été institué durant les mois d'été afin de réguler le flux automobile journalier.

De manière plus générale, les grands dossiers d'adduction d'eau et d'assainissement ne sont pas oubliés dans l'action quotidienne du premier magistrat de la commune.


Un soin particulier à la culture

Une problématique importante dans un village dédié au tourisme. Qui compte un hôtel (U Paese), deux restaurants (Merendella et Pane è vinu), un snack (snack Battistelli) et une pizzeria (Croce Maio).

Soccia apporte aussi un soin particulier à la culture. La commune a participé au festival "Sorru in Musica", dès sa création en 2004. Une implication qui doit se poursuivre cette année encore. Au cours de la réception ,le rôle des associations (Comité des fêtes, Association sportive de Soccia) a été également souligné. Pour le dynamisme et l'activité qu'elles apportent à la commune tout au long de l'année.


J.-M. F.

Repost 0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 18:00

 (suite des articles précédents)

 

   Les dernières lignes de la troisième page du devoir ressemblent à un mauvais cliché de la paresse corse.

----------------
 Ils ont toujours du temps pour jouer aux boules ou aux cartes ou bien encore ils font la sieste.
--------------------


    Cette caricature s’appuyait sur des observations faites en été, où les travaux agricoles ne s’effectuent pas en pleine journée, sous le soleil. Pourtant, je savais que mon grand-père se levait très tôt pour travailler et qu’il avait souvent accompli l’essentiel de sa journée quand je me levai.

Que dit la page 4?

 

redac p4

------------------
 Les jeunes préfèrent aller se baigner dans la rivière ou faire de longues randonnées.
--------------------


    A la rivière, on y allait à pied. Le bain était donc doublement rafraîchissant. Il était également agréable pour ceux habitant des maisons où l’eau destinée à la toilette était comptée. Le malheur était qu’il fallait également remonter à pied au village et que l’on perdait une partie du bénéfice de la baignade.
    La vidéothèque poggiolaise, parmi sa soixantaine de films, en contient deux montrant, l'un les joies de la rivière  pour les "jeunes adultes" des années 50 (1953 et 1954, semble-t-il)  et l'autre la génération suivante en 1968 et 1969.


 

 

 

 


    Si le devoir évoquait les “longues randonnées”, c’est que, pour les adolescents de ces années-là, allait commencer la période des grandes excursions regroupant entre 10 et 30 jeunes de notre âge, sorties remplies de péripéties dont certaines seront contées plus tard.

   Il faut remercier Joël CALDERONI qui avait fait don à "L'Info - U PIGHJOLU" (numéro d'octobre 2007) de cette photo de la première expédition au lac de Crena en été 1962, un an avant le devoir que nous analysons.

  creno1962

 

On peut y reconnaître:

- au premier plan, de gauche à droite: Jean-Marc OULIÉ (supportant son frère Hervé sur ses épaules), Jean-Martin PINELLI et Jean-Marie PASSONI

- au fond, de gauche à droite: Hervé CALDERONI et François ORAZY

 

(à suivre)

Repost 0
Published by Michel Franceschetti - dans Les années 60
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 18:03

   D'importants travaux ont eu lieu à Poggiolo en novembre 2012 (voir l'article "La tranchée de Poggiolo") pour l'enfouissement des lignes électriques. Mais, les ouvriers partis, les nouveaux câbles, trois mois plus tard, ne sont toujours pas connectés et l'ensemble reste inachevé, ce qui a été critiqué par un article paru dans "Corse-Matin" le 12 février 2013 et que ce blog a reproduit.

   Aujourd'hui, mercredi 20 février, le syndicat d'énergie de Corse-du-Sud et EDF répondent en expliquant que ce retard n'est pas de leur faute. On pourra remarquer que le communiqué, ci-dessous, mentionne "que ces travaux étaient attendus depuis deux décennies par la commune de Poggiolo".

  Réponse curieuse car, avec ce raisonnement, on en serait encore, pour l'électricité au village, à la situation d'il y a cinq décennies, en 1963, comme le décrit l'article que nous avons publié sous le titre: "Poggiolo vu par un adolescent de 1963 - 5/8: les équipements publics".

 

précisions EDF

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Actualités
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 17:49

(suite des articles précédents)

  redac p3

 

    La deuxième moitié de la page 3 du devoir décrivait les habitants de Poggiolo en 1963. Cette partie a été agrémentée d'un "b" (bien) par le professeur.

----------------------
   Les paysans sont plus résistants que les gens des villes, habitués qu’ils sont aux longues marches dans la montagne et aux nuits passées à la belle étoile.
----------------------------------


    Pour un jeune de la ville, les Poggiolais paraissaient être des athlètes infatigables.


-------------------------------------

Ils sont aussi plus cordials que les citadins qui se bousculent dans la rue sans sembler se voir. A Poggiolo, personne ne refuse d’aider son voisin.
--------------------------------------


    Le mot “cordials” est la seule faute d’orthographe remarquée par le professeur.
    Le citadin était étonné par cet esprit communautaire renforcé par les liens familiaux entre tous ces villageois.


---------------------------------------
Les Poggiolais ne font pratiquement pas de cultures mais s’occupent surtout de l’élevage.
----------------------------------------


    Cette affirmation était fausse car Poggiolo a, au contraire, toujours été un village où la polyculture était plus importante que l’élevage (voir "Histoire abrégée du village avant 1914", écrite par Xavier PAOLI, dans le paragraphe: "Une communauté travailleuse").
    Les rues et les jardins du village étaient sillonnés d’un important réseau de rigoles amenant l’eau d’arrosage depuis des réservoirs municipaux. Chaque famille avait son jour et ses heures d’arrosage. On voyait ainsi, suivant le moment, untel ou untel courir avec sa binette pour édifier ou enlever de petits barrages de terre et de chiffons afin d’orienter le flux dans la bonne direction.
    Ce petit extait de film, datant d’août 1952, montre mon grand-père Jean-Antoine ouvrant le chemin à l’eau, tout en étant gêné par le linge qui vient d’être étendu et par les jeux de Jean-Pierre, mon cousin, et de moi-même.

 



    Ce subtil et efficace réseau a presque totalement disparu avec l’arrivée de l’eau courante en 1968. Le vestige le plus visible de canalisation à ciel ouvert se trouve le long du mur, au coin de la stretta et de la route.
 

 

rigole 1bis


 

rigoles 2

 

rigole 3

  

    Et, maintenant, on se préoccupe surtout de bien remplir et entretenir les piscines qui  se sont multiplées en quelques années...

(à suivre)

Repost 0
Published by Michel Franceschetti - dans Les années 60
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 18:05

    Agréable surprise à l'intérieur de "La Corse-Votre hebdo" du 15 février: deux pages sur l'Ouest de la Corse.

    Cet Ouest comprend I Dui Sorru, I Dui Sevi, A Cinarca et U Cruzzini. Le dossier, intitulé "U Punente putente", a été réalisé par les élèves de 5ème 1 du collège de Vicu, sous la responsabilité d'Anne Louise ALTIERI LECA, professeur de corse.

    Ce travail présente d'abord les sites à voir, sous une grande photo du couvent Saint François de Vicu avec A Sposata en arrière-plan.Corse-Matin junior1

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)


    La seconde page est consacrée à l'agriculture. On peut y lire de nombreux renseignements sur le brocciu, le châtaignier et la charcuterie. Et les actions de promotion que sont les foires n'ont pas été oubliées: fiera di u mele di Murzu, a fiera di a castagne d'Evisa, a tumbera di Rennu.

 

Corse-Matin junior 2

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)


    Un beau travail pour présenter notre petite région aux lecteurs du journal et qui pourrait être utilisé ensuite, dans d'autres occasions.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Actualités
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 17:44

(suite des articles précédents)

 redac p3
   Sur le devoir, à la quatrième ligne de la page 3, il est question du téléphone en 1963.

------------------
Il n’y a que deux téléphones pour tout le village.
-------------------


    Cette question a été évoquée dans l'article intitulé "Comment communiquer?" publié le 8 août 2009 (le lire en  cliquant ici). En voici un extrait:


"Dans les années 60, deux ou trois personnes avaient une ligne téléphonique. La maison de Rosine et Jean-Antoine FRANCESCHETTI faisait quasiment office de cabine téléphonique, ce qui arrangeait beaucoup de personnes. Mais ce n'était pas forcément l'avis de leurs petits-enfants qui y passaient leurs vacances et qui étaient réveillés très tôt par les conversations des uns et des autres, ainsi que par le sempiternel: "Allo Vico. Ici, le 6 à Soccia. Je voudrais le ...". L'automatique n'était pas encore installé et il fallait passer par la standardiste de Vico."



    Le téléphone mural noir ressemblait à celui de cette photo, http://www.teslogos.com/uploads//products/Ancien%20téléphone%20mural.jpgsauf que le cad ran était  remplacé par une manette qu'il fallait actionner de gauche à droite et de droite à gauche pour alerter la standardiste de Vico.
    Suivant un bon mot de l’époque, il y avait deux catégories de Français: ceux qui attendaient d’avoir le téléphone et ceux qui attendaient d’avoir la tonalité.
    Petite remarque: il n’y avait pas encore de téléphone dans notre appartement marseillais.


-----------------


Il neige beaucoup en hiver et Poggiolo est alors coupé du reste du monde pendant des semaines.


----------------


    Je n'avais jamais été en hiver au village et, la neige à Marseille étant un phénomène exceptionnel, j'ai eu tendance à exagérer pour Poggiolo. En tout cas, le déblaiement de la route se faisait moins facilement qu’aujourd’hui.


-------------------
L’électricité est souvent coupée.
----------------------

http://www.hellopro.fr/images/produit-2/1/0/2/lampe-a-petrole-des-annees-1920-161201.jpg
    Le courant électrique n’atteignit le village qu’en 1948 (bien après Soccia). Les coupures des lignes étaient  nombreuses, surtout lors des orages, même en été. Je me souviens de plusieurs repas qui se déroulèrent à la lueur des lampes à pétrole qui, ordinairement, trônaient à portée de mains, sur la cheminée de la cuisine, avec la boîte d’allumettes. L'absence d'électricité pouvait durer un ou deux jours entiers. On s'y habituait et les aliments gâchés par les coupures étaient peu importants car les congélateurs n'existaient pas et certaines maisons (mais pour peu de temps) n'avaient pas encore de réfrigérateur. 

   En 1963, l'éclairage public était fourni par quelques ampoules jaunâtres, souvent brisées par des jets de pierres  ou des tirs d'armes à feu, qui furent remplacées par des lampes plus modernes en août 1966.


-----------------------
On prend l’eau potable à une petite fontaine à la sortie du village.
---------------------------


    L’eau au robinet ne fut installée qu’en 1968 mais sa future arrivée était l'objet de nombreuses discussions dans les familles et au conseil municipal, dont je feulletai parfois les registres de délibérations, apportés à la maison par Rosine, ma grand-mère secrétaire de mairie.porteuse d'eau

    Aller remplir seaux et brocs au Lucciu était une activité qui occupait une grande partie des  habitants chaque jour. Ce blog a édité, le 4 janvier 2010, un article à ce sujet, avec l'historique de la fontaine et de nombreuses photos de cette époque: cliquer ICI.

    Dans ce devoir, je n'avais pas évoqué les femmes vêtues de noir qui portaient les cruches d'eau sur la tête, comme on le voit sur les gravures qui veulent montrer la Corse "typique". Il en existait encore, mais de moins en moins. La photo ci-contre (non datée) a été publiée dans le numéro d'août 2007 de "L'Info - U PIGHJOLU".

 

    Un film de la vidéothèque poggiolaise montre des scènes de cette "corvée d'eau" qui entretenait un va-et-vient continuel dans la matinée et permettait de rencontrer presque tout le monde.

 

 

 

 (à suivre)

Repost 0
Published by Michel Franceschetti - dans Les années 60
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 18:06

Cette annonce a été publiée dans "Corse-Matin" jeudi 14 février 2013.

 

http://www.corsicadigest.com/upload/villes/140/img/thumbs/1217-guagno1145-photo_ville-crop.jpg   La messe de secteur d'entrée en Carême se déroulera dimanche prochain 17 février à Guagno en l'église du village.

   Cette célébration sera le rendez-vous de tous les fidèles et habitants des onze communes du canton des Deux-Sorru et au-delà. Elle sera présidée par le père Dominique NDJOKO, oblat du Couvent Saint François de Vico et curé de la paroisse. Les chanteurs des paroisses avec leurs chants sacrés animeront l'office.

   Ce dimanche, l'église Saint Nicolas connaîtra une grande concentration de personnes, le point de départ de l'année de la Foi. A l'issue de cette cérémonie, la population venue de tout le canton se retrouvera pour le traditionnel pique-nique partagé en commun en la salle principale.

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Patrimoine et traditions
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 18:00

(suite des articles précédents)

 

-------------------------------


Ici, la mairie ne comprend qu’un petite bâtisse lézardée.


----------------------------
  

   Cette phrase est à cheval sur les pages 2 et 3 du devoir. Le professeur n’a pas remarqué que l’article “un” aurait dû être au féminin: “une”.
   En 1963, la mairie était dans une maison appartenant au  maire, Martin PAOLI, juste à côté de la chapelle St Roch, bâtiment totalement abandonné maintenant.

ancienne mairie

 

   Ma grand-mère Rosine étant secrétaire de mairie, je pus passer plusieurs jours de l'été 1967 à étudier, seul dans la salle, les très vieux registres paroissiaux qui s'y trouvaient alors afin de faire la généalogie des Franceschetti. Je  parvins à remonter, malgré l'écriture de l'époque et en rassemblant les quelques notions d'italien acquises au lycée, jusqu'à un ancêtre, Francesco, né en 1730.

 

 

 

      Passons maintenant à la troisième page du devoir.


redac p3---------------------------


Il n’y a pas de poste mais une boîte aux lettres.


----------------------


   Cette boîte se trouvait sur le bord de la route, à droite en montant vers Soccia, en face de la maison Ceccaldi, près de l’angle avec la stretta. La boîte actuelle est maintenant à gauche, un peu plus bas que la maison Ceccaldi.

boîte aux lettres(photo du 23 juillet 1968 avec, de gauche à droite:Joël CALDERONI, Marie-Thérèse MARTINI, Hervé CALDERONI)
       Hervé mécano

(photo de juillet 1969 avec Hervé OULIÉ réglant le moteur de ma 4L)


   La trace rectangulaire en est encore visible sur ce mur mais il faut vraiment le savoir.

 

emplacement boîte aux lettres.

 

    Le devoir ne mentionne pas le bureau de poste qui existait encore, pour très peu de temps, à Guagno-les-Bains.  Un de nos lecteurs peut-il donner la date de sa fermeture?

 

poste Guagno les bains(photo Google Maps)

 

      On m'a dit qu'il se trouvait dans la maison qui est en bas du hameau, dans le virage de la fontaine. Est-ce exact.

    Ce qui est certain, c'est que, pour écrire au village, on mettait alors comme adresse sur les enveloppes: "Poggiolo par Guagno-les-Bains".

 

-----------------------------


L’école ne comprend que quatre ou cinq élèves.

 
----------------------
   Il existait même à la fois une école à Poggiolo et une à Guagno-les-Bains. Elles fermèrent toutes les deux en juillet 1965.
   Tout cela a été raconté dans l’article consacré aux instituteurs de Poggiolo le 23/09/11. Cliquez ICI.

 

(à suivre)

Repost 0
Published by Michel Franceschetti - dans Les années 60
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 18:28

Article paru dans "Corse-Matin" mardi 12 février 2013

 

chantier inachevé

Repost 0
Published by Blog Poggiolo - dans Actualités
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

La vidéothèque poggiolaise

La vidéothèque poggiolaise
Les films et les photos de famille et de vacances deviennent tous, au bout de quelques années, des documents historiques  qui montrent comment les diverses générations ont vécu.
Plusieurs films des décennies 60 et 70 à Poggiolo sont visibles sur DAILYMOTION (http://www.dailymotion.com/michelfran).
Cherchez dans vos greniers si vous n'avez pas des documents à faire connaître à la communauté poggiolaise.

Recherche

qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Le calendrier poggiolais

 

Début des vacances d'été: samedi 8 juillet midi.

Festival Sorru in Musica: du 21 au 30 juillet.

Fête de saint Roch: mercredi 16 août.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907