Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 18:00

La célèbre station thermale corse vient de renaître !

Renaissance de la station thermale

Non, il ne s'agit pas de Guagno-les-Bains mais de Pietrapola.

Ces thermes, situés sur la commune d'Isolacciu di Fium'Orbu, ont été inaugurés en grande pompe vendredi 29 avril 2016.  

L'établissement avait été acheté par le conseil général de Haute-Corse en 2012. Il avait fermé pour permettre une mise aux normes et sa modernisation. Depuis lundi 2 mai, ce centre, qui est le seul de Corse agréé par la Sécurité Sociale, reçoit des curistes (50 par jour sont attendus pour cette saison). 

 

... Mais, pour Guagno-les-Bains, propriété du département de Corse-du-Sud depuis longtemps, la fermeture continue et on ignore ce que veut vraiment faire le conseil départemental.

Peut-être faudrait-il réfléchir à la phrase de Lénine citée par le préfet lors de l'inauguration:

"Là où il y a une volonté, il y a un chemin".

Partager cet article

Repost0
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 18:08

Devant le monument aux morts de Poggiolo, une plaque comporte six noms pour 1939-1945. La liste en a été publiée dans l’article "Les héros de 39-45".

Parmi eux, Marc Jean OTTAVY a été le sujet d'un article publié sur ce blog le 8 mai 2010: "De l'Algérie aux rives du Doubs".

Mais, comme Pascal VECCHI évoqué dans l’article précédent (Pascal VECCHI, héros de la seconde guerre mondiale), plusieurs autres Poggiolais se comportèrent héroïquement.

 

- Marcel ANGELINI (1923-2010), combattant FFL, chevalier de la Légion d’Honneur.

 

- Dominique ARRIGHI, né en 1922, engagé en juin 1943 comme matelot canonnier dans les FNFL (Forces Navales Françaises Libres).

 

 - Mimi CANALE engagé volontaire, a participé en 1943 au débarquement en Corse. Puis, participa aux campagnes de la 1ère Armée Française en Italie, en Provence, dans les Vosges et  en Allemagne. Il est décédé en 2014 (voir les articles "La campagne d'ITALIE de Mimi CANALE" et "La guerre de Mimi").

 

- Joseph CASALONGA. Né en 1899 à Guagno-les-Bains où il décéda en 1979. Commissaire de police à Nice, il entra dans les FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) en adhérant au réseau "Ajax" créé par son collègue Achille PERETTI (qui fut ensuite maire de Neuilly jusqu'à sa mort en 1983 où lui succéda Nicolas SARKOZY). Joseph était P1, c'est-à-dire qu'il continuait à assumer ses fonctions officielles malgré son travail clandestin, essentiellement de renseignement.

Joseph CASALONGA est à gauche, au premier plan.

Joseph CASALONGA est à gauche, au premier plan.

- Archange COLONNA (1924-2013). Engagé volontaire en 1942, il a participé aux campagnes de Tunisie et de d'Italie. Il a débarqué à La Croix-Valmer en août 1944. Il a été blessé au plateau d'Onans puis au col de Chedesdray, près de Belfort. Grand invalide, mutilé de guerre, il était titulaire de la médaille militaire, de la croix de guerre avec étoile d'argent et de la médaille de la valeur militaire avec étoiles d'argent et de bronze. En mars 2009, le titre de chevalier de la Légion d'Honneur à titre militaire lui fut attribué.

 

- Julie COLONNA (1925-2006), sœur d’Archange, agent de liaison dans la Résistance.

 

Philippe Antoine FRANCESCHETTI (dit Filippone) (1901-1970) qui milita dans le réseau des Milices Socialistes de Marseille.

 

- Jean-Martin FRANCESCHETTI (1925-2013), son neveu, également membre des Milices Socialistes et animateur d’un groupe de résistance scoute.

Photo du groupe de résistance des Eclaireurs de France à la permanence du Quai du Vieux Port  (actuel Cours Jean Ballard) à Marseille le 1er juin 1944. Jean-Martin FRANCESCHETTI est à l'extrême-gauche.

Photo du groupe de résistance des Eclaireurs de France à la permanence du Quai du Vieux Port (actuel Cours Jean Ballard) à Marseille le 1er juin 1944. Jean-Martin FRANCESCHETTI est à l'extrême-gauche.

- Toussaint PAPADACCI, né en 1915, militaire de carrière (FFL)

 

- Jules VALENTINI, né en 1924, résistant au sein des FFI

 

Et n’oublions ceux qui souffrirent en Allemagne comme prisonniers de guerre :

- Etienne DESANTI, né en 1908,

- Visconti OLIVA (1913-1977)

 

Ou comme déportés du STO (Service du Travail Obligatoire)

- Philippe FRANCESCHETTI (1922-1996)

 

Il y en eut encore d’autres et on voudra bien excuser les oublis de cet article. Mais il est vrai de façon certaine que les Poggiolais ont répondu «présent»  quand il fallait défendre la liberté.

Partager cet article

Repost0
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 18:02

Le 8 mai est la journée de commémoration de la victoire de 1945 sur l’Allemagne. Moins célébrée que le 11 novembre, elle permet de se souvenir de ceux qui moururent pour la France et dont le nom est inscrit sur le marbre des monuments aux morts. Mais ces plaques ne mentionnent pas tous les militaires qui combattirent avec ardeur pour vivre dans un pays libre. Un héros n’est pas forcément un soldat tué au combat.

Pascal VECCHI fut un de ces héros. 

Pascal VECCHI, héros de la seconde guerre mondiale

Sa contribution à la libération du joug nazi a été très bien décrite par son gendre Philippe DUBREUIL lors de ses obsèques dans l’église de Poggiolo le 13 août 2008 :

 

 

«C'était un homme qui aimait la vie et ses amis étaient nombreux, un homme qui aimait sa famille, un homme qui aimait son village et le village le lui rendait bien. Un homme qui aimait la Corse, Vero où il est né, Sari d'Orcino où il a vécu, Poggiolo qu'il avait adopté. Mais au-delà de ce que chacun voyait et croyait savoir, il y avait en lui un autre personnage, un homme de conviction. Il parlait peu en effet de ces mois sombres mais aussi lumineux de sa vie.

À 18 ans, il s'est engagé à l'automne 1943 et a entamé un long périple qui l'a mené en Afrique du Nord à Koufra, au large de l'Amérique puis en Angleterre. C'est là que s'est préparé avec des milliers de compagnons d'armes ce moment tant attendu de libérer la France occupée.

Il débarque en juillet 44 en Normandie et est engagé au combat sur la poche de Falaise puis de Royan. Avec l'armée Leclerc, sa 2e DB, il fait son entrée le 24 août 1944 dans Paris où il rencontre sa future épouse Julie. Il poursuivra sa route jusqu'au nid d'aigle d'Adolf Hitler à Berchtesgaden. Son courage, son engagement ont été récompensés par de nombreuses distinctions et médailles à titre militaire (Croix de guerre 1939-1945 et American Legion) ainsi que des citations à l'ordre de l'armée. (…)

C'était cela Pascal, il était exubérant mais aussi secret, courageux, épris de liberté, amoureux de sa Corse et de son pays, un exemple pour les jeunes de demain».

Ainsi que l’écrivit le correspondant de «Corse-Matin», «C'était de tout cela que témoignaient les deux drapeaux recouvrant son cercueil, le drapeau corse et le drapeau tricolore.»

 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 09:20

Les Corses du continent viennent de perdre le plus brillant de leurs représentants. Jean GRAZI vient de mourir. Il était le président de la Fédération des Groupements Corses de Marseille et des Bouches-du-Rhône. Il avait donné une grande vigueur aux activités de la Maison de la Corse de la rue Sylvabelle et s'était demené sans compter pour la promotion de la culture corse.

Toutes nos condoléances à sa famille.

Ci-dessous, l'article paru dans "La Provence" de samedi 7 mai.

Disparition d'un grand défenseur de la Corse

Partager cet article

Repost0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 18:15

Retrouver sa généalogie est complexe pour différentes raisons, notamment le manque ou l'imprécision des documents. A Poggiolo, comme dans toute la Corse, l'utilisation du même prénom par plusieurs générations est une difficulté. Les homonymies demandent des vérifications soigneuses. En effet, les Jean, Antoine, François, Marie sont extrêmement nombreux.

Mais chaque famille a également ses prénoms préférés qui sont beaucoup moins donnés dans d'autres.

Ainsi, plusieurs CECCALDI ont eu (et ont encore) le prénom Valere.

Chez les PINELLI, Laurent a été plusieurs fois utilisé.

 

La famille FRANCESCHETTI a eu une préférence pour PHILIPPE.

Parmi les descendants de Lorenzo, premier membre connu de la famille, qui vivait entre 1640 et 1671, les recherches ont permis de savoir qu'il y a eu:

- trois enfants qui n'ont vécu que quelques mois: Philippe (1857), Philippe Antoine (1859-1860) et Ours Philippe Antoine (1865)

- Filippo Antonio (1807-1836), fils d'Anton Francesco (vers 1733-1818)

-Philippe-Antoine (1840-1924), fils d'Antoine-François (1811-1885). Il fut prêtre.

Les prénoms préférés des familles

- Philippe (1857-1921), fils de Jean-Antoine (1831-1922). Il fit carrière dans l'armée et obtint la médaille militaire en 1889.

Les prénoms préférés des familles

- Philippe Antoine Pascal, dit Filippone (1901-1970), fils du Philippe précédent et frère de Jean-Antoine (1897-1987). Il fut fonctionnaire municipal à Marseille. Militant socialiste, il présida l'Amicale laïque de la Blancarde, créée par son oncle Philippe CERATI (voir l'article "La réponse à la devinette guagnaise"), et participa à la Résistance au sein des Milices Socialistes.

Filippone pendant son service militaire.

Filippone pendant son service militaire.

- Philippe (1922-1996), fils de Jean-Antoine (1897-1987), et dont la biographie a été publiée dans l'article "Souvenir de Philippe Franceschetti".

Les prénoms préférés des familles

Donc, huit Philippe FRANCESCHETTI ont existé.

Un neuvième Philippe FRANCESCHETTI, né en 1978, fils de Michel,  vit actuellement sur le continent.

Les prénoms préférés des familles

Partager cet article

Repost0
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 18:13
Solution de la devinette du mois: portrait de baby-boomers

Etes-vous arrivé à identifier ces douze excursionnistes ?

- De gauche à droite, debout :

Michel FRANCESCHETTI, Jean-Marc OULIÉ, Marie-Claude DUGAS, Jean-Dominique PINELLI (prénommé alors simplement Dominique ou Dumé), François ORAZY, Paule FATTACIOLI, Hervé OULIÉ et Hervé CALDERONI.

- Assis ou accroupi, toujours de gauche à droite:

François OLIVA, Jérôme DUGAS, Jean-Marc TRAMINI et Christian PINELLI.

 

La photo a été prise par Joël CALDERONI le samedi 7 août 1965 entre 16h et 17h devant l'une des bergeries de Belle e Bonne, entre Guagno et le col de Bocca a Soglia.

Cette randonnée avait en réalité impliqué dix-huit jeunes. Il manque sur cette photo (en dehors du photographe):

Rose-Marie BARTOLI (maintenant épouse CHABROLLE), Jeanne CECCALDI (maintenant épouse GRIMALDI), Jean-Pierre FRANCESCHETTI, Jacques-Antoine MARTINI et Marie-Thérèse MARTINI (maintenant épouse LECCIA).

Les péripéties de cette sortie furent nombreuses et elles furent la cause d’une autre balade les 27, 28 et 29 juillet 1966. Elles feront l’objet d’articles prochains, d’autant plus que l’ensemble des Poggiolais de tous les âges fut alors impliqué.

Tout cela est bien lointain, l’époque où ces baby-boomers étaient pleins de vitalité, qu'ils étaient «jeunes et larges d’épaules» comme l’a chanté Bernard Lavilliers dans sa chanson «On the road again».

Partager cet article

Repost0
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 18:02
La devinette du mois: portrait de baby-boomers

Voici une photo très ancienne car elle a plus de cinquante ans. Elle a été prise pendant l’été 1965 lors d’une excursion en montagne.

Sur les douze excursionnistes représentés, deux vivaient toute l’année à Poggiolo (et y vivent toujours). Mais tous avaient des attaches familiales avec le village.

Ces jeunes avaient alors entre 15 et 20 ans et étaient nés lors du pic de natalité (nommé « baby boom ») que la France a connu juste après la fin de la seconde guerre mondiale.

En dehors d’une décédée et d’une autre qui ne vient plus du tout depuis longtemps, toutes ces personnes peuvent être rencontrées, à un moment ou à un autre de l'année, à Poggiolo et Guagno-les-Bains. Combien pouvez-vous en reconnaître un demi-siècle plus tard ?

 

Réponse demain.

La photo peut être agrandie en cliquant sur elle.

Partager cet article

Repost0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 18:00

Les ruines de la cathédrale Saint Appien sont, avec sa tour génoise, un des symboles de Sagone.

Son clocher est également bien connu. Autrefois, il était bien visible de la route ou de la mer, comme le montre cette carte postale qui a presque un siècle.

Le clocher de Sagone est menacé

Maintenant, sur cette photo du même endroit publiée sur Google, les plantations d’arbres et les villas cachent l’édifice.

Le clocher de Sagone est menacé

Le beffroi s’aperçoit encore depuis la route à l’embranchement des routes de Vico et de Cargese.

Le clocher de Sagone est menacé

Ce clocher est en danger. N’ayant jamais été restauré depuis sa construction au milieu du XIXème siècle, il «voit aujourd’hui sa façade se fissurer ; son beffroi menace de s’effondrer tandis qu’une des cloches s’est déjà détachée et a subi de gros dégâts», comme l’indique le site de la mairie de Vico.

La commune présidée par François COLONNA vient de lancer un programme de restauration complété par une souscription populaire pilotée par la Fondation du Patrimoine. Pour en savoir plus sur ce projet, connectez-vous au site de la Fondation Patrimoine en cliquant ICI.

Vous saurez aussi pourquoi Sagone a un clocher sans véritable église.

 

Un bon de souscription est disponible ci-dessous.

Partager cet article

Repost0
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 18:00

Les photos de fleurs vues dans des articles précédents cachent une triste réalité: 64 espèces végétales ont disparu de Corse depuis un siècle, d’après la liste rouge du Conservatoire botanique national de Corse de l’office de l’environnement de la Corse.

Nos fleurs sont en danger

24 espèces ont disparu avant 1930. Elles étaient liées à la culture des céréales et ont été victimes de l’abandon de cette activité, à cause des pertes de la guerre de 1914-1918 et de l’exode rural.

75 autres sont menacées à court terme à cause de l’urbanisation et de la pression touristique.

Heureusement, 1.353 espèces (soit 69,56%) sont considérées comme n’offrant qu’une préoccupation mineure.

Les détails se trouvent sur le site du Conservatoire en cliquant ICI.

 

Il est important de connaître le patrimoine végétal de nos régions afin de bien le protéger. L’initiative de Gabriel CHAPUIS est donc à saluer: son blog (http://www.balogna.sitew.com) est une mine d'informations de grande ampleur sur toutes les plantes de Balogna, qu’elles soient consommables, médicinales ou simplement des bords des chemins.


    Vous ferez connaissance avec la menthe insulaire, la laitue des murs, la trépane barbue, etc...

    Grâce à ce blog, vous apprendrez qu'octobre est le mois de a nocca, a pecitella et a Cepita o a Pecita.

    Pour chaque plante, le nom français, le nom corse lorsqu’il est connu, et le nom latin sont précisés. Il en est de même pour le nom de la famille. Pour certaines espèces, il est même précisé à quel endroit précis de BALOGNA ou de ses environs elles ont été trouvées.


    Les plantes présentes dans ce village peuvent très bien se retrouver à POGGIOLO et dans d'autres villages. Mais qui voudrait dresser l’inventaire poggiolais ?

    Pour mieux apprécier la nature corse, allez sur  http://www.balogna.sitew.com

Nos fleurs sont en danger

ET N'OUBLIEZ PAS LA FÊTE DE LA NATURE

À VICO LE 5 JUIN.

Nos fleurs sont en danger

Partager cet article

Repost0
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 18:00

De nombreux habitants de nos villages disent que le printemps est la plus belle des saisons, bien plus que l’été où le soleil écrase plantes, bêtes et humains.

Après un hiver qui n’a pas été très rude, la nature se montre partout, même dans les moindres fissures de la chaussée. Le paysage est varié avec de nombreuses couleurs.

Ce blog accueillerait volontiers des photos de lecteurs montrant ce renouveau printanier à Poggiolo et dans les environs.

En attendant, on peut regarder les photos de ce diaporama prises en mai 2010 à Poggiolo et le long de la route de Soccia.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

"Portraits d'union", un beau cadeau

Renseignements en cliquant ici.

 

 

 

Vacances de Toussaint:

Fin des cours: samedi 17 octobre

Reprise des cours: lundi 2 novembre

 

Calendrier des messes d'octobre:

cliquer ICI.

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907