Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 18:00

La Maison Bonaparte à Ajaccio est un musée national qui abrite de nombreux documents et objets concernant la famille de Napoléon et aussi l’histoire insulaire, notamment «l’une des plus belles cartes de Corse». Caroline MARCELIN qualifie ainsi, dans  le «Corse-Matin» du 9 octobre dernier, l’œuvre réalisée vers 1741 par Hyacinthe de la Peignia ou de la Peigne, peintre spécialisé dans les peintures de cartes et de batailles.

 

Appel aux photographes

Cette carte de 2,11m de haut et de 4,32m de large aurait été effectuée pour que le roi de France et ses ministres étudient les opérations militaires de l’époque.

Elle est comparable, par ses dimensions et sa qualité artistique, à l’image de la Corse se trouvant dans la galerie des cartes du Vatican. Cette dernière a été montrée sur ce blog dans l’article http://poggiolo.over-blog.fr/2015/05/la-corse-et-sorru-in-su-au-vatican.html

La carte d’Ajaccio présente plus de sept cents toponymes corses. Il serait intéressant de savoir si Poggiolo et Guagno-les-Bains, ainsi que les villages voisins, y sont mentionnés.

 

APPEL AUX PHOTOGRAPHES 

RÉSIDANT OU PASSANT À AJACCIO:

 

Un de nos lecteurs pourrait-il aller à la Maison Bonaparte et photographier la zone des Deux Sorru sur la carte de Hyacinthe de la Peigne? Il serait bon que Poggiolo et les Bains soient pris le plus près possible pour en avoir les détails.

Les photos sont à envoyer à l’adresse : larouman@gmail.com

 

Merci aux bonnes volontés.

 

HORAIRES

La maison Bonaparte est ouverte tous les jours sauf le lundi.


• 1 Octobre - 31 Mars: de 10h30 à 12h30 (dernière entrée à 12h00) et de 13h15 à 16h30 (dernière entrée 16h00)


• 1 Avril - 30 Septembre: de 10h30 à 12h30 (dernière entrée à 12h00) et de 13h15 à 18h00 (dernière entrée 17h30)

TARIFS:

-Plein tarif : 7 €


-Tarif réduit : 5 €

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 18:00

La baignoire qui est placée devant la façade de l’ancien établissement thermal est devenue, avec la plaque qui la surmonte, le symbole de Guagno-les-Bains.

Photo extraite du site architecture-design-corse.com

Photo extraite du site architecture-design-corse.com

Elle est la rescapée des 20 baignoires installées dans les thermes lors de leur reconstruction de 1846-1855. Il en  existe deux (ou trois) dans les jardins de la Préfecture d’Ajaccio (voir l’article http://poggiolo.over-blog.fr/2015/05/la-baignoire-de-l-imperatrice.html).

Mais où sont passées les autres ? Certainement brisées, jetées ou embarquées par quelque amateur, on ne devrait plus les retrouver.

Or, il est possible de se trouver nez à nez avec une baignoire semblable à celle des Bains.

Une baignoire de Guagno-les-Bains a été retrouvée!

Pour que la rencontre ait lieu, il faut être loin de la Corse. L’objet se trouve… sur l'île grecque de CORFOU, dans le jardin de l’Achilleion, la résidence que l’impératrice Elisabeth d’Autriche se fit édifier en 1889-1891 sur une hauteur dominant l’île. SISSI, comme le cinéma l’a baptisée dans une série de films avec Romy Schneider, y séjourna deux fois par an jusqu’à son assassinat en 1898.

Une baignoire de Guagno-les-Bains a été retrouvée!

La baignoire est posée contre un mur.

Une baignoire de Guagno-les-Bains a été retrouvée!

Ce mur sépare deux niveaux du jardin, entre la terrasse où est placée la statue d’Achille mourant voulue par Sissi...

Une baignoire de Guagno-les-Bains a été retrouvée!

... et celle où Guillaume II, l’empereur d’Allemagne qui acquit les 80 hectares de la propriété dominant Corfou en 1907, fit ériger un énorme Achille victorieux en acier.

Une baignoire de Guagno-les-Bains a été retrouvée!

Une autre baignoire, mais sans les anneaux sculptés caractéristiques de Guagno-les-Bains, décore la pelouse.

 

Une baignoire de Guagno-les-Bains a été retrouvée!

Avons-nous là une baignoire amenée à Corfou depuis les thermes corses ?

La coïncidence ne viendrait-elle pas plutôt d’une mode de décoration qui se serait répandue en Europe au XIXème siècle ?

Sissi garde la clef du mystère pour elle.

Une baignoire de Guagno-les-Bains a été retrouvée!

Toujours est-il que, même en Grèce, on peut penser à Poggiolo ou Guagno-les-Bains.

 

-------------------------------------------------

En dehors de la première photo, toutes les illustrations sont de Michel Franceschetti.

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 18:41

Le traditionnel pèlerinage de Saint Elisée, au-dessus d’Orto, a pris cette année un visage particulier avec la réinstallation de la statue du saint dans sa chapelle.

Pour avoir des renseignements complets sur cet événement, nous vous donnons le texte écrit par Martine CHITI et paru dans «Inseme» d’octobre. Il est suivi par l’article de Pascale CHAUVEAU publié le 19 septembre dans «Corse-Matin»

Photo de Pascale Chauveau.

Photo de Pascale Chauveau.

ORTO: SAN'LISEU 2016

Le temps qui passe fait souvent des ravages ... La statue de San'Liseu, au fil des années, s'était fragilisée, crevassée et avait terni. Grâce à des personnes de bonne volonté et à d'autres, spécialisées dans la restauration du patrimoine en tableau et sculpture, elle a pu faire peau neuve et reprendre son apparence d'origine.

Le 28 août, en l'église Sainte Marie d'Ortu, c'est tout ce travail qui nous a été présenté. A l'occasion d'une petite cérémonie, officiée par François-Aimé Arrighi, les paroissiens ont redécouvert San'Liseu sous ses plus beaux apparats. S'en est suivi un petit vin d'honneur généreusement offert.

Après les explications techniques et une bénédiction, il était prêt pour retourner dès le lendemain dans sa chapelle qui culmine à 1736 mètres. Mais il fallait trouver une solution pour le chemin du retour sans risquer de le briser durant son ascension. L'ingéniosité de lui concevoir une boîte de transport en bois, bien sécurisée, a permis aux pèlerins de le faire.

Le 29 août au matin, pas moins d'une vingtaine de personnes, toutes générations confondues, pieds nus ou chaussés, se sont relayées portant San'Liseu comme on porte nos Saints en procession. Sous la chaleur accablante de cette journée, on les voyait gravir la montagne, d'un pas assuré, n'affichant ni souffrance, ni difficulté. A leur cadence, on les aurait dit portés par la foi ou par la main levée de San'Liseu comme pour les récompenser de cette mission ou du «sacrifice» accompli.

De retour dans sa demeure, dans ce décor naturel, il paraissait si GRAND!

Il repose aujourd'hui bien à l'abri dans sa chapelle, béni une seconde fois par le père Joseph, jusqu'à l'année prochaine.

Il me semblait donc légitime de remercier toutes les personnes qui se sont impliquées, de près ou de loin, dans cette initiative. Sans les citer afin de préserver leur humilité, il me paraît naturel de leur en être reconnaissante pour avoir œuvré dans le seul intérêt de la préservation de notre patrimoine. Et pour que nos descendants puissent toujours chanter:

«Cume i nostri antichi, c'hè tanti anni fà, nant'a sta mutagna vulemeu cullà».

Merci. Enfin, puisque rien n'est possible sans la volonté et l'entente dans un projet commun... Rien n'aurait pu se faire sans la participation du comité paroissial d'Ortu et les dons personnels. Merci à tous pour votre générosité qui risque prochainement d'être encore soilicitée car, après la clôture de la chapelle, il est prévu d'en refaire le toit.

Martine CHITI

SAN'LISEU 2016

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 19:10

Toutes nos condoléances à la famille Orazy.

Yvonne Orazy est partie

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 18:00
Les Pokemon sont dans nos villages

La folie de la chasse aux pokémons a touché gravement la France pendant cet été. On a pu voir des jeunes et des moins jeunes déambuler avec leurs téléphones pour essayer de détecter et de capturer ses créatures plus ou moins sympathiques et plus ou moins jolies. Nos villages n’ont pas été à l’écart, même si les adeptes de cette mode ont été moins nombreux que dans les grandes villes.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les amateurs n’en ont pas été pour leurs frais : des pokémons étaient cachés à Soccia, Poggiolo Guagno. Orto semble avoir été épargné. Espérons que les chasseurs ont bien fait leur travail et que personne ne se retrouvera nez à nez avec les monstres de Nintendo.

Les Pokemon sont dans nos villages
Les Pokemon sont dans nos villages
Les Pokemon sont dans nos villages

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 18:09
Solution de la devinette du mois : l’âge de la statue de saint Roch

Tous les Poggiolais connaissent la statue de saint Roch qui est portée en procession le 16 août. Mais qui sait depuis combien de temps elle se trouve dans le village ? Il n'est pas très simple de le savoir.

 

Xavier PAOLI a déniché, voici quelques années, aux Archives Départementales d’Ajaccio, un document important intitulé: «L’inventaire des meubles et objets affectés au culte dans les églises de Poggiolo au 2 juin 1905».

Solution de la devinette du mois : l’âge de la statue de saint Roch

Cette liste n'est pas la conséquence de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat votée le 9 décembre 1905. Son article 3 prévoyait de dresser un «inventaire descriptif et estimatif» des biens ecclésiastiques. (voir l’article http://poggiolo.over-blog.fr/2016/01/des-inventaires-difficiles-1-4.html)

Pourtant, ce document date bien de 1905. Il n'y a pas d'erreur. En prévision de la loi se séparation, et afin de ne pas être "spolié", le diocèse d'Ajaccio avait demandé un recensement des biens de chaque église et chapelle. Les membres de la fabrique (la fabrique était l’association des laïcs gérant les finances de la paroisse) ont donc rédigé une liste qui est très précise.

La quatrième page cite bien une statue de Saint Roch se trouvant sur l’autel de la chapelle qui lui est consacrée. Cette œuvre, évaluée à 40 francs de l’époque, aurait, d’après cet inventaire, été achetée par la fabrique en 1855.

Solution de la devinette du mois : l’âge de la statue de saint Roch

La solution serait donc 1855 ? Pas si sûr.

En effet, on peut remarquer un nouvel élément quand la statue est descendue de l’autel pour être placée sur le brancard pour la procession.

Solution de la devinette du mois : l’âge de la statue de saint Roch

Sur le côté droit de la base, une inscription est visible : «LA STATUE RELIGIEUSE PARIS».

Solution de la devinette du mois : l’âge de la statue de saint Roch

Ce nom est celui d’une société importante de fabrication de figures catholiques au XIXème et au début XXème. L’encyclopédie Wikipedia fournit les renseignements suivants, repris sur de nombreux sites :

« La Maison Raffl (aussi connue sous le nom de La Statue Religieuse) était une entreprise de fabrication de statues religieuses et de mobilier d'église installée au 64, Rue Bonaparte à Paris. Raffl est le nom du premier propriétaire, mais il y en eut beaucoup d'autres pendant sa période d'activité, entre 1857 et les années 1920.

Cette société produisait des œuvres de toutes tailles et dans de nombreux différents matériaux allant du plâtre au bronze en passant par le carton comprimé et la fonte de fer.

Cette activité était particulièrement favorisée dans la seconde moitié du xixe siècle, portée par la mode du style sulpicien, la construction de nombreux édifices religieux de style éclectique et leur équipement en statues de saints, et la dévotion populaire renouvelée, par exemple, au Sacré-Cœur de Jésus ou à la Vierge des récentes apparitions (Rue du Bac à Paris, La Salette, Pontmain, Lourdes...). La fabrication en série par le procédé du moulage, notamment en plâtre, permettait des prix de revient très inférieurs à ceux de la statuaire traditionnelle en pierre ou en bois.

Elle en fabriqua des dizaines de milliers (plus de 62.000 pour la seule période de 1871 à fin 1877), installées dans les églises de toute la France et exportant également dans le monde entier. »

 

Mais, si la fabrique de Poggiolo a fait l’acquisition de la représentation de saint Roch en 1855, elle n’a pas pu l’acheter à cette société qui a débuté en 1857 !!!

Pour résoudre ce problème, plusieurs possibilités existent :

- les rédacteurs de l’inventaire se seraient trompés en notant 1855 comme date de cet achat mais, déjà qu’il se pourrait qu’ils se soient trompés d’un an pour ce document, cela ferait beaucoup !

- la statue actuelle avec l'inscription «LA STATUE RELIGIEUSE PARIS» ne serait pas celle achetée en 1855 mais un nouveau modèle qui aurait été commandé plus tard, après l’inventaire, soit après 1906.

Or, nous trouvons des renseignements plus fournis que sur Wikipedia avec le site http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.fr/2011/11/bar-le-duc-55-conference-sur-jeanne.html :

« Depuis le 1er mars 1907 les Maisons Raffl, Froc-Robert, Peaucelle, Raphaël Casciani et Cachal-Froc, sont réunies sous le nom de MAISON RAFFL.

Le 1er avril 1907, Auguste Peaucelle (1865-1941) s'associe avec Yvonick Pacheu et Lecaron afin de créer "La Statue Religieuse" ».

SOURCE : Bernard Mugnier - La Statuaire Johannique - Tome second - page 369 - 2011.


 

Notre statue de saint Roch daterait donc d’après le 1er avril 1907 ? Pourquoi pas ?

Seules les archives de la paroisse de Poggiolo, si elles existent, pourraient donner une certitude.

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 18:00

Chaque année, pour la fête du saint, la statue de saint Roch est sortie de sa chapelle pour faire le tour de Poggiolo en procession.

Ce rite semble immémorial mais, si l'on ignore quand a débuté la dévotion au saint montpelliérain, sa statue a bien été construite à une année précise.

Quelle est donc la date de fabrication de la statue de saint Roch qui est à Poggiolo?

La devinette du mois: quel est l'âge de saint Roch?

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 18:35

Le blog des Poggiolais va s'interrompre (encore!) pendant une semaine.

Il reprendra son activité dimanche 2 octobre par l'habituelle devinette mensuelle.

Au revoir !

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 18:00

Celine Alfonsi a envoyé un commentaire à l'article du 27 août sur Les autocars d’antan (2/2)

Elle apporte un complément important aux renseignements qui avaient été publiés:

 

"J'ai lu avec intérêt la rubrique concernant le transport de voyageurs Soccia - Ajaccio effectué par Dominique Antoine Ottavy dit Tramontero. Je voudrais ajouter que mon grand-père Jean Antonini et son frère Louis par la suite ont aussi assuré le même service avec le transport du courrier pendant des années, et c'est vraiment dommage de passer sous silence une figure aussi attachante et populaire qu'était mon grand-père Jean Di Ghjacumu".

Le transport du courrier par Jean Di Ghjacumu

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 18:00

Le monde bouliste corse sait que le rendez-vous incontournable du mois d’août se trouve à Poggiolo avec le Challenge Umberto CHITI.

La version 2016 a eu lieu vendredi 19 août.

Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)

Le succès populaire a été grand comme l’a prouvé le nombre de véhicules garés près de la salle des fêtes.

Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)
Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)
Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)

Les compétiteurs étaient bien évidemment attirés par les prix, sous forme d’argent ou de coupes, mais aussi par la convivialité toujours présente

Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)

Poggiolais ou non, les sportifs étaient de tout âge et pas simplement masculins.

Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)
Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)

Les concurrents ont dû affronter une forte chaleur mais ils ont su se concentrer sur leur jeu.

Finalement, pour les tous les joueurs, vainqueurs ou non, une excellente journée.

Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)
Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)
Le mois d’août dans le rétroviseur: le challenge Chiti (4/4)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de janvier et février dans les Deux Sorru:

cliquer ici.

 

Fête de Saint Siméon:

messe à Poggiolo

samedi 20 février

à 15 heures. 

 

VACANCES SCOLAIRES DE FÉVRIER

fin des cours: 

samedi 13 février

reprise des cours:

lundi 1er mars

 

La nouvelle formule du mensuel "INSEME":

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907