Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 12:01

   Le titre en "une" du "Petit Provençal" du 10 novembre 1931 put satisfaire les lecteurs: "Les opérations ont commencé contre les les bandits qui terrorisent l'Ile de Beauté".


DÉBUT DE L'EPURATION

    Le premier objectif était le canton de ZICAVO, fief de BARTOLI. On apprit aussi que "des avisos croisent le long des côtes" pour éviter les fuites par la mer.

    Pour faire comprendre les difficultés des policiers, une photo montrait: "Un coin sauvage de la Corse, qu'il est facile aux bandits de transformer en forteresse: Le moulin d'Aïtone".

   Pour la première fois, le sur-titre était "L'épuration de la Corse", expression qui fut l'intitulé de la rubrique corse dans de nombreuses feuilles pendant tout novembre 1931.

 

  novembre 10 mardi

 

 

 

LÉON DAUDET CONTRE LES BANDITS DE PARIS

   Mais un autre journal fit parler de lui ce jour-là: "L'ACTION FRANÇAISE".

   Le quotidien nationaliste et royaliste donna son point de vue sous la plume de Léon DAUDET (le fils de l'auteur des "Lettres de mon moulin") qui occupait journellement la colonne de gauche de la première page tandis que "La Politique"  de Charles MAURRAS se trouvait toujours au centre.

   Le titre de l'éditorial était "Bandits corses et bandits de Paris". Le truculent DAUDET faisait la comparaison entre les deux catégories, les bandits de la capitale étant les politiciens corrompus. http://www.lesmanantsduroi.com/Images15/leon-daudet.jpg

    Le texte débutait en rappelant que l'on disait la Corse était dangereuse et que "l'un des auxiliaires des redoutables rançonneurs avait obtenu le mandat de conseiller d'arrondissement! C'est cocasse. Mais il est encore plus cocasse de voir un garde des Sceaux (Raoul Péret) recevoir une enveloppe mensuelle d'un voleur (Oustric), et n'encourir de ce fait que le blâme des sénateurs-juges. Il est encore plus cocasse de voir un ministre des Finances (Klotz) signer des chèques sans provision".

   Pour DAUDET, comme pour tous les maurrassiens, jouer des muscles ne suffit pas à créer l'ordre. Le véritable ordre ne peut exister que par la Monarchie. Les vrais bandits sont dans les cercles politiques parisiens. Dans ce refus de se joindre au camp des conservateurs primaires, et dans la dénonciation du système en place, on voit là un point commun avec les communistes (voir l'article précédent).

 

 

 

   L'éditorialiste poursuivait le parallèle entre les deux sortes de bandits:

    "Les procédés des bandits corses étaient des procédés rudimentaires, primitifs, des chantages ouverts et sylvestres, respirant la solitude et les senteurs âcres de la brousse parfumée. Ils avaient comme décor une table d'auberge, une feuille de papier d'emballage, un verre et une bouteille de ce vin corse, que pour ma part je trouve exquis, de saveur unique et pouvant tenir tête à n'importe quel produit de Touraine, d'Anjou ou du Beaujolais. Quand la somme convenue était versée, le rançonneur et le rançonné se quittaient bons amis. (...)

   Quelle différence avec nos bandits de Paris, contre lesquels aucune expédition punitive n'est jamais dirigée, ni, si elle est amorcée, - sous la pression de l'opinion - n'aboutit jamais!"


   Il citait ensuite l'exemple de Georges ANQUETIL, indicateur de police et escroc protégé par plusieurs politiciens, et il continuait:

   "Pour ma part, je préfère de beaucoup un Romanetti, ou n'importe quelle autre terreur du maquis, à cet écumeur de la jungle parisienne. Anquetil est un de ces êtres d'abjection qui devraient avoir le col coupé... en commençant par les pieds.

   Rien ne nous dit qu'il ne sera pas député, sénateur, voire ministre, un de ces jours. Il commandera alors à la maréchaussée et organisera des expéditions punitives.

   Mais à la tête de la Corse elle-même, tout récemment, il y eut, comme préfet, le sanglant bandit Marlier, organisateur, avec Lannes, beau-frère de Poincaré, de l'assassinat d'un enfant de quatorze ans et demi. Comment s'étonner de l'état archaïque de la justice en Corse, quand ce beau pays a été commandé, pendant des années, par un "Soleilland"  de cette espèce, que la Chambre, en 1924, avait, à l'unanimité, flétri. Il était dès lors très facile à prévoir, et nous n'y manquâmes point, que des conséquences de sang suivraient le maintien en fonctions du protégé de Millerand."

 

   Albert Soleilland était un ébéniste qui, en 1907, viola, tua et dépeça une fillette de 11 ans et dont le procès entraîna un grand débat sur la peine de mort. Le préfet Marlier lui était ici comparé car Léon DAUDET l'accusait d'être l'instigateur d'une  machination policière qui avait abouti à la mort mystérieuse de son fils Philippe DAUDET en 1923.

AF 10 novembre

   "La vérité est que le banditisme est beaucoup plus virulent et mieux organisé dans la police politique de Paris que dans le maquis corse. Les auxiliaires des bandits de Paris: un Mouton, directeur des Affaires criminelles à la Chancellerie; un André Benoist, directeur de la Police judiciaire; un commissaire tel que Benezech, un "expert" tel que le fameux Bayle, ont certes une autre importance et une autre surface que ceux et celles qui gardaient les chevaux et abritaient les fusils des vedettes corses de l'attaque à main armée. Ajaccio n'a pas à rougir. La ville de Paris lui rend des points; et que dire de ce jury de la Seine qui a acquitté la meurtrière de Plateau, la fille de police Germaine Berton, le meurtrier de Petliura, et condamné PAR ORDRE à cinq mois de prison le père du petit Philippe assassiné!"

   DAUDET fait ici allusion à des assassinats de personnalités royalistes qui auraient été organisés par la police politique.  


   "Telles étaient les réflexions qui me venaient à l'esprit en lisant que "l'épuration de la Corse se poursuit avec énergie et méthode".. Et l'épuration de Paris, quand la commence-t-on?"

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

Calendrier des messes de mars et avril dans les Deux Sorru:

cliquer ici. 

 

VACANCES SCOLAIRES COVID

-fin des cours: 

samedi 10 avril

-reprise des cours:

lundi 26 avril (classes maternelles et primaires)

lundi 3 mai (collèges et lycées)

 

 

Le mensuel "INSEME" d'avril vient de paraître:

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907