Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 08:05

 

   Afin que ses lecteurs continentaux ne perdent pas pied en lisant des articles avec des noms de lieux exotiques pour eux, LE PETIT PROVENÇAL du lundi 16 novembre 1931 publia une carte de situation des différents fronts policiers.

Chronique de l'épuration du maquis. 16 novembre: Moro-Giafferi et Simonetti

   

   On y voyait nettement que la partie la plus concernée était le centre de l'île, de part et d'autre de la dorsale montagneuse.

    Dans le coin supérieur gauche de la coupure publiée ici, on pouvait aussi lire qu'un navire de guerre avait comme mission d'empêcher une fuite par la mer de SPADA, car celui-ci aurait été vu près de son repaire de La Punta.

 

 

LA RECHERCHE DU PITTORESQUE

 

   Comme, visiblement, la feuille marseillaise ne savait pas quoi annoncer de spectaculaire, elle insista sur la haine entre les deux maîtresses de SPADA, Marie CAVIGLIOLI et Antoinette LECA, qui durent être mises dans deux cellules séparées de la prison d'Ajaccio.

    Pour faire pittoresque, elle publia également une photo de "vieux Corse, regagnant son village et que la chasse aux bandits ne paraît guère émouvoir."

 

 

Chronique de l'épuration du maquis. 16 novembre: Moro-Giafferi et Simonetti

 

   Lui aussi en manque d'informations, Jean AICARDI, l'envoyé spécial du PETIT MARSEILLAIS, décrivit la découverte "d'une guitoune du bandit Spada" avec force détails, comme si les policiers avaient accompli un grand exploit guerrier.

 

  Plus intéressant, dans sa chronique quotidienne, Léon BANCAL expliqua qu'"il est impossible d'envisager la solution (du banditisme) si l'on ne pose pas le problème corse tout entier" et qu'il faut "d'abord la tirer du passé, dans lequel elle est plongée et où elle s'asphyxie lentement.".

 

 

UN GRAND AVOCAT INTERVIENT

 

   Le plus important se trouvait en page intérieure avec une lettre de Vincent de MORO-GIAFFERRI qui fit grand bruit.

 

   Le célèbre avocat, qui avait été député jusqu'en 1928, publia un texte (dans L'ŒUVRE, semble-t-il) dénonçant la recherche du sensationnel qui animait les policiers et les journalistes. Il eut un très grand succès et il se retrouva dans plusieurs journaux de ces jours-ci, souvent sous le titre "De la mesure dans les mesures"LE PETIT PROVENÇAL du 16 novembre en publia la seconde moitié. Il négligea de reprendre la première partie où de MORO-GIAFFERRI se désolait du sous-développement dans lequel se trouvait son "pauvre pays!".

 

de Moro-Giafferi- Détective, n° 156, 22 octobre 1931

de Moro-Giafferi- Détective, n° 156, 22 octobre 1931

 

   La conclusion est à retenir: "Dans ce département français, entre toutes les terres de France, je supplie qu'on n'oublie pas la vertu essentielle de notre esprit national: la mesure."

 

 

ZAZA ET LE JUSTICIER ASSASSIN

 

  En première page de L'HUMANITÉ de ce jour-là, une photo montrait une autre personnage: SIMONETTI, "le meurtrier de Bartoli".

 

Chronique de l'épuration du maquis. 16 novembre: Moro-Giafferi et Simonetti

 

   Jean SIMONETTI était un exploitant forestier qui avait été racketté plusieurs fois et qui monta une machination. Sous prétexte de négocier avec le bandit Joseph BARTOLI, il le rencontra à PALNECA "en compagnie d'une jolie fille qu'il (avait) fait venir de Toulon et qui servira d'appât" (dixit Jean BAZAL). Les deux hommes quittèrent le village, avec deux ou trois autres personnes, pour se détendre au col de Verde. Et c'est là que BARTOLI fut tué dans des circonstances encore obscures aujourd'hui.

   Pour les communistes, SIMONETTI était un capitaliste qui opprimait et assassinait les prolétaires. Le 16 novembre, on pouvait lire dans L'HUMA:

 

    "Un seul résultat (de tout le déploiement de forces) a été obtenu: la mort de Bartoli. Or, celle-ci a été accompagnée de circonstances telles qu'elles constituent un encouragement au banditisme le plus éhonté.

   Dans cette affaire sanglante, la "victime", c'est le bandit. Simonetti, le gredin capitaliste, qui l'a tué par traîtrise avec le concours d'une femme d'une moralité spéciale, du nom de Zaza, et de deux autres individus, a reçu, pour prix de son assassinat, la somme de 300.000 francs. L'honnête général Fournier (...) vient de faire filer sur le continent, par le paquebot "Cyrnos", l'amazone qui fut en cette affaire collaboratrice zélée des autorités.

      (...)

   Voilà comment on assainit et on épure!

   Contre toutes ces infamies, les prolétaires de France ne peuvent manquer, à l'appel de la C.G.T.U., de se solidariser de plus en plus étroitement avec les travailleurs de Corse, victimes de l'état de siège".

 

   A l'inverse, la presse "bourgeoise" ne tarissait pas d'éloge sur le justicier qui était dépeint par LE PETIT PROVENÇAL du 13 novembre comme un "robuste et charmant garçon de trente ans". Etait-ce vraiment le même personnage?

Simonetti vu par les Actualités filmées Pathé.

Simonetti vu par les Actualités filmées Pathé.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des Poggiolais
  • : blog consacré à Poggiolo, commune de Corse-du-Sud, dans le canton des Deux-Sorru (autrefois, piève de Sorru in sù). Il présente le village, ses habitants, ses coutumes, son passé et son présent.
  • Contact

Qu'est-ce que ce blog?

Accroché à la montagne, pratiquement au bout de la route qui vient d'Ajaccio et de Sagone, POGGIOLO est un village corse de l'intérieur qui n'est peut-être pas le plus grand ni le plus beau ni le plus typé. Mais pour les personnes qui y vivent toute l'année, comme pour celles qui n'y viennent que pour les vacances, c'est leur village, le village des souvenirs, des racines, un élément important de leur identité.
POGGIOLO a une histoire et une vie que nous souhaitons montrer ici.
Ce blog concerne également le village de GUAGNO-LES-BAINS qui fait partie de la commune de POGGIOLO.
Avertissement: vous n'êtes pas sur le site officiel de la mairie ni d'une association. Ce n'est pas non plus un blog politique. Chaque Poggiolais ou ami de POGGIOLO peut y contribuer. Nous attendons vos suggestions, textes et images.
Nota Bene: Les articles utiliseront indifféremment la graphie d'origine italienne (POGGIOLO) ou corse (U PIGHJOLU).

Recherche

Le calendrier poggiolais

 

Vacances scolaires

 

Noël:

du samedi 17 décembre au mardi 3 janvier

Hiver:

du samedi 18 février au lundi 6 mars

Pâques:

du samedi 15 avril au mardi 2 mai

vacances d'été:

à partir du samedi 8 juillet

-----------------

La météo poggiolaise

Pour tout savoir sur le temps qu'il fait et qu'il va faire à Poggiolo, cliquez sur LE BULLETIN METEO

Un bulletin indispensable

  le bulletin des paroisses des Deux Sorru.

 

En-tete-inseme-copie-1.jpg

.

POGGIOLO SUR FACEBOOK

Votre blog est maintenant sur Facebook. https://www.facebook.com/pages/ Poggiolo/167056470125907